Archives de Tag: forêt

Roman gothique #5 : Zofloya, ou le Maure

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! On va très prochainement entrer dans la période estivale, oui parce que pour moi l’été c’est quand il fait plus de 25°C, ni plus ni moins. Après, je me dis qu’à Lyon, la ville où il fait très chaud en été, et au septième étage de notre immeuble, l’été risque d’être périlleux pour moi et mon copain ^^’

Nouvelle chronique littéraire ! Je continue à vous proposer des chroniques de romans gothiques du début du XIXème siècle, j’espère que vous êtes chauds ! Le roman dont je vais vous parler aujourd’hui m’a été très utile pour mon mémoire, il faut dire qu’il est assez particulier : je travaille sur les romans gothiques féminins, qui parlent beaucoup de la condition féminine déplorable de l’époque, mais ce roman sort du lot car il est assez sanglant et présente pour une fois une héroïne pas vertueuse et innocente pour un sou. Il s’agit du roman Zofloya, ou le Maure, publié en 1806 par Charlotte Dacre (sous le pseudo de Rosa Matilda). Le roman se passe au XVIème siècle dans la région de Venise, que le roman présente comme un endroit plein de vices et de passions coupables. Navrée si la couverture vous paraît un peu floue, elle représente l’auteure et c’est la seule que j’ai pu trouver en qualité pas trop mauvaise ! Si vous souhaitez le lire, personnellement je l’ai trouvé en trois volumes sur Google Books, mais il est un peu plus connu que les autres romans gothiques dont je vous ai déjà parlés, alors vous pouvez essayer de le commander sur Internet ou en librairie… par contre ce sera probablement plus facile de le trouver en langue originale, en anglais. Lire la suite

Publicités

Reckless #1

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Il y a un brouillard de fou furieux en ce moment à Lyon, depuis ma fenêtre je n’y vois pas à 30 mètres, c’est effrayant O.o Et toujours pas de neige ! La météo passe son temps à nous en annoncer, et tout ce qu’on a, c’est de la pluie… Je vais finir par croire que mon copain a raison : le Canada est la seule solution !

Nouvelle chronique littéraire messieurs-dames, j’espère qu’elle vous plaira, parce que c’est une série qui me plaît énormément ❤ Si vous vous souvenez bien ou si vous débarquez, le nom du blog est inspiré d’une trilogie de Cornelia Funke qui m’a énormément marquée, Cœur d’Encre. J’ai lu d’autres livres de cette auteure, et toujours avec le même plaisir, même en italien elle me plaît ! Oui parce que quand je suis allée en Sicile je n’avais pas emmené assez de bouquins, donc j’en ai acheté un autre, Il Re dei Ladri ou dans sa version française Le Prince des Voleurs de Cornelia Funke, et il était génial, bref ! Ici je veux vous parler d’une autre série, qui est peu connue, et qui s’intitule Reckless. En fait, elle est tellement peu connue que si je ne vais pas vérifier régulièrement, impossible de savoir si un nouveau tome est sorti, c’est toujours une surprise à chaque fois : par exemple, je viens d’apprendre à l’instant qu’il y aura un tome 4 😀 C’est un peu frustrant, mais la série est tellement géniale que je ne me plains pas 😛 Le premier tome dont je vais vous parler aujourd’hui date de 2010. Let’s go ! Lire la suite

Tara Duncan #7 : L’invasion fantôme

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien 😛  En plein rush des cadeaux de Noël pour ma part, c’est la première fois que je ne les ai pas préparés à l’avance : d’habitude en octobre j’ai tout fini et je suis tranquille, mais là… Alerte générale >< On dirait qu’ils se sont tous ligués pour me donner leurs listes de souhaits la veille de Noël !

Nouvelle chronique littéraire, et on est repartis dans le monde fantastique et fabuleux des sortceliers ! Je reprends la série des chroniques des tomes de Tara Duncan, écrite par Sophie Audouin-Mamikonian, pour vous parler du septième tome : L’invasion fantôme, sorti en 2009. Mine de rien, ça fait même pas 10 ans qu’il est sorti, ça me fait tout drôle : j’ai l’impression que c’était il y a à peine quelques mois ! Je l’ai déjà dit et je le redis, pour moi c’est avant tout une lecture détente, en tout cas au début ; après ça devient vite stressant parce que je suis scotchée au livre et que j’en suis presque à sauter des lignes pour mieux arriver au dénouement 😛 Je vous mets ici la liste des tomes précédents, avec les liens des chroniques ^^ :

Résumé : Le monde de Tara risque sa perte ! Une brèche s’est ouverte entre OutreMonde et AutreMonde. Des fantômes s’en échappent, avides de se réincarner. Lire la suite

Faërie

Par défaut

Salutations nobles voyageurs de l’Internet verdoyant, passez le bonjour de ma part à votre arrière-grand-tante du côté de votre père ! Vous savez, ma Maman est fantastique : je lui ai demandé un bonnet oublié chez mes parents et un paquet de thé, et je reçois par courrier mon bonnet et deux bonnets neufs, une paire de gants, mon thé, et 3 livres ! Les Mamans sont formidables ❤

Nouvelle chronique littéraire messieurs dames ! Un livre qui fait partie de la collection 10 euros de l’édition Bragelonne, pas besoin d’épiloguer sur pourquoi je l’ai pris, d’autant que je vous chante les louanges de cette collection à chaque fois que j’en ai l’occasion ^^’ Que voulez-vous, je suis une avare et une maniaque ! Il s’agit de Faërie, pas le livre de Tolkien (mais il est aussi dans ma wish-list, et avec un peu de chance bientôt dans ma PAL), mais celui de Raymond E. Feist qui n’a pas moins d’une cinquantaine de livres à son actif. Celui-ci a été publié en 2007, donc il devrait encore être trouvable en librairie pour ceux qui le voudraient 😛 Lire la suite

Hazel Wood

Par défaut

Salutations bande de petits êtres bruyants, j’espère que vous allez bien ! Je subis les assauts d’une ventilation sifflante depuis 5 jours, et je peux vous assurer que quand ça siffle assez fort pour vous réveiller à 4 heures du matin… Le silence devient la plus belle chose de l’univers tout entier. C’est de la torture chinoise ce truc.

Nouvelle chronique littéraire ! Un livre que, si je me rappelle bien, j’ai trouvé sur le blog d’Alice Neverland (que je ne peux que vous conseiller, il est génial !). Il s’agit d’Hazel Wood, de Melissa Albert, écrit en 2017. Un livre récent donc, je l’ai acheté cet été en catastrophe : j’étais sur Paris pour vider définitivement mon appartement, mais j’avais quand même eu le temps de terminer mon livre, et j’avais déjà emballé tous les autres dans la précipitation de tout boucler pour être tranquille, c’était un comble ! J’ai donc filé à Gibert avec ma wishlist, et n’arrivant pas à me décider, j’ai pris au hasard, et le sort a désigné Hazel Wood 😀 Lire la suite

Maliki – Des milliers de murmures

Par défaut

Salut bande de chats cristallisés, j’espère que vous allez bien ! En ce qui me concerne je subis les affres de l’angoisse : devant contacter un historien avec les formalités d’usage, j’ai fait une grosse erreur dans son nom et je ne m’en suis rendue compte qu’après avoir envoyé ! Panique à bord, envoi d’un deuxième mail identique sauf pour le nom que j’ai corrigé, et après une nouvelle crise de panique, envoi d’un mail contenant de plates excuses. Faites que ça marche, mes crédits ECTS en dépendent ><

Nouvelle chronique littéraire bande de gens ! Un livre que j’ai attendu avec impatience, le troisième tome des romans de Maliki, il est là il est beau il est frais, il a été dévoré sans la moindre pitié à peine 4 jours après sa sortie ! Il s’intitule Des milliers de murmures, et moi qui croyait le lire en quelques jours pour témoigner à mon projet de mémoire le respect qui lui est dû, je l’ai sifflé en une journée (et sans le moindre respect cela va de soi). Je vous invite avant de lire cette chronique à lire le post de Maliki sur son webcomic, qui explique comment s’est passé l’écriture et la publication de son livre ; c’est très instructif sur le monde de l’édition pour les auteurs de roman jeunesse eeeet… c’est pas réjouissant. Ne serait-ce que pour la prise de conscience, allez lire. Je ne peux pas nier après avoir lu ça qu’en faisant cet article je ne souhaite pas également soutenir Maliki : mon avis sur le livre n’est donc peut-être pas partial à plus d’un titre (fan et soutien), mais je peux vous assurer que je ne mens pas quand je vous dis que ce livre, cette série de romans, vaut le coup (je précise que toutes les illustrations postées viennent du site de Maliki). Je vous mets les liens ci-dessous pour voir mes chroniques des tomes précédents ! Lire la suite

Un peu de poésie nocturne : La forêt a peur

Par défaut

Salutations bande de gens ! J’espère que vous allez bien ^^ Nouveau samedi et nouvelle poésie, le site Poetica m’aide beaucoup pour trouver de nouveaux auteur(e)s, je vous le conseille 🙂 Le seul petit problème, c’est que maintenant il y a plein de poètes dont j’ai envie d’acheter les recueils, heureusement qu’ils ne sont pas trop chers à Gibert et qu’on peut les trouver sur Internet facilement ^^ Je crois que je vais investir pour un carnet où recopier mes préférées ^^

Cette semaine, j’ai découvert Vénus Khoury-Gata : une femme de lettres française née au Liban en 1937. Elle a reçu plusieurs prix poétiques dont un Goncourt. Selon une biographie trouvée sur le site du printemps des poètes, le thème de la mort s’impose souvent dans ses poèmes, sûrement à cause des deux premiers drames de sa vie : la guerre civile et la mort de son époux en 1981. Va vraiment falloir que je consulte si tous mes poètes favoris ont ce thème en commun, ça devient flippant même pour moi ^^’ Son oeuvre est riche et abondante : quinze recueils de poèmes ont reçu plusieurs prix et ont été récompensés en 1993 par le Prix de la Société des gens de lettres et quinze romans, dont La Maestra couronnée par le prix Antigona. Insatiable et passionnée, Vénus a su s’imposer très naturellement dans un monde d’homme et devenir l’une des plus célèbres écrivains et poétesses françaises. Malheureusement, trouver des informations sur elle est assez difficile, donc je me demande ce que le site du printemps des poètes veut dire par « célèbre »… Enfin bref, le poème que j’ai trouvé s’appelle La forêt a peur, et est extrait du recueil La voix des arbres.

La forêt a peur
Une forêt peureuse
panique à la vue du soir
Tout l’angoisse
les cris des chouettes
leur silence
Le regard froid de la Lune
et l’ombre de son sourcil sur le lac
Le bouleau claque des dents
en se cachant derrière le garde-champêtre
Le frêne s’emmitoufle dans son écorce
et retient sa respiration jusqu’au matin
Le pin essuie sa sueur
et appelle son père le pin parasol
La tête entre les jambes
le saule pleure à chaudes feuilles
et fait déborder le ruisseau
Le roseau qui ne le quitte pas des yeux
L’entend supplier le ver luisant
d’éclairer les ténèbres
Seul le chêne garde sa dignité
à genoux dans son tronc
il prie le dieu de la forêt
de hâter l’arrivée du jour…

Vous savez, s’il y a bien une scène du Seigneur des Anneaux qui me fait rêver, ce sont les passages du film des Deux Tours où il est question des Ents. Déjà parce que c’est un souvenir que je partage avec mon Papa qui m’a fait voir plein d’aspects de la scène que je ne connaissais pas. Ensuite, plus généralement, j’adore être en forêt, je me sens toute petite auprès d’un arbre, et j’ai autant de respect pour les plus anciens d’entre eux que pour un membre de ma famille, ou à peu de chose près, c’est une forme de respect sur laquelle j’ai du mal à poser des mots ^^’ Et le passage de la dernière marche des Ents… Brrr, rien que d’en parler j’en ai des frissons partout, cette scène me fait à la fois pleurer et bouillir ! Vous allez me dire, mais quel est le diable de rapport avec ce poème, c’est totalement l’inverse ! Eh bien justement, pas tant que ça. Quitte à passer pour une écologiste extrémiste, Tolkien et Khoury-Gata ont exprimé ici la même chose : les arbres sont des êtres vivants, avec leurs colères mais aussi leurs peurs, leurs émotions profondes. Ca ne vous est jamais arrivé de vous demander ce que les arbres diraient s’ils pouvaient parler ? Ma première pensée est que la forêt amazonienne nous pèterait la gueule ^^’ En tout cas, c’est pour ça que j’ai adoré ce poème : différentes essences d’arbres y sont personnifiés, on les voit vivre et éprouver la même peur de la nuit que n’importe qui. Je veux dire, j’ai presque envie de les prendre dans mes bras et de les câliner à ce stade, pas vous ? ^^’ J’ai eu du mal à trouver une image, ici il s’agit de Paysage Nocturne de Josef Kral, et si ce tableau n’est pas un coup de coeur, je l’ai choisi parce qu’il illustre néanmoins à merveille le poème : jusque dans le filet de rayon de lune sur le lac. L’atmosphère est sombre, le vent fait ployer les arbres noyés dans la nuit. Magnifique ❤ Et je ne résiste pas… Il faut que je vous mette cette scène !! La musique, les dialogues, les paysages GYAAAAAAHHHH ❤