Archives de Catégorie: Thriller

Genre littéraire avec plus ou moins de frisson, mais généralement beaucoup de suspense.

La Comédie Inhumaine #2

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Pas de doutes, l’été est là et je sens venir la canicule pour juillet-août, va falloir s’accrocher. J’avoue que dans ces moments-là c’est dur de ne pas vouloir une clim, même si ça pollue énormément ; mais j’ai quand même quelques trucs pour me rafraîchir ! Il y a les sprays qui balancent de l’eau (un peu comme des déos) et qu’on met au frigo, efficacité garantie et en plus si vous faites ça bien c’est rechargeable. Et d’ailleurs, si vous voulez vous rafraîchir avec de l’eau, mouillez en priorité les mains, le cou, les aisselles et le creux des coudes et des genoux, ce sont les endroits qui captent le plus la température ! Le coup de la serviette mouillée sur le cou est pas mal aussi mais plus gênant. Le bon vieux ventilo, que ferions-nous sans lui, ou à défaut un éventail. Après le conseil de base ça reste de n’ouvrir ses fenêtres que tôt le matin et tard le soir, et de tout fermer, volets compris, le reste du temps pour éviter de laisser rentrer de l’air chaud. Un concept que mes voisins de palier n’ont pas l’air de maîtriser… Et vous, vous avez des petits tips pour vous rafraîchir ? 🙂 

Nouvelle chronique littéraire ! Je vous avais présenté il y a quelques semaines le premier volume de la réédition de la série La Comédie Inhumaine de Michel Pagel, réalisée en 2020 par la maison Les Moutons Electriques. Réédition qui satisfait à la fois mon envie de livres assez épais pour m’occuper un bon moment, et mon goût pour le macabre et les histoires bien sombres. A l’origine, La Comédie Inhumaine a été publiée de 1988 à 2005 ; rappelons aussi que Michel Pagel est un auteur reconnu, avec notamment son roman L’Equilibre des Paradoxes qui me fait encore plus envie que les autres 😀 Nous voilà à présent au deuxième volume de la réédition de sa série, tout aussi imposant que le premier.

Lire la suite

Premières lignes… #171

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Il y avait donc des kookaburras, ici. Ce fut la première chose que se dit Yolanda dans le matin sombre. (Et aussi, Où sont mes clopes ?) Deux kookaburras lançant une suite décousue de caquètements perçants, un chant d’oiseau avant le lever du soleil, retentissant, démentiel.
Elle sortir du lit et sentit des planches rugueuses sous ses pieds. Sur sa peau, l’étoffe rêche d’une chemise de nuit inconnue. Qui la lui avait mise ?
Elle s’avança sur le plancher en bois sec et tendit le cou pour regarder par une petite fenêtre étroite placée en hauteur. Les deux réverbères qu’elle avait vus en rêve étaient en fait d’énormes étoiles dans un ciel d’un bleu profond. Les kookaburras illuminaient l’obscurité de leur horrible cri.
Par la suite, il y aurait d’autres oiseaux, et elle demanderait parfois de quelle espèce il s’agissait, mais les questions éveillaient les soupçons et elle n’obtiendrait pas de réponse. Elle se mettrait à leur inventer des noms. Les oiseaux de cascade au chant ruisselant. Les piailleurs, les petits gris qui filaient à toute allure. Qui aurait cru qu’il puisse y avoir autant d’oiseaux dans ce trou perdu ?
Mais cela viendrait après.
En ce premier matin, avant que tout ne commence, elle regarda le ciel bleu nuit s’éclaircir, écouta les kookaburras et se dit, Ah oui, c’est vrai. Elle avait été expédiée à l’asile.
Elle longea les murs à tâtons jusqu’à ce qu’elle trouve une porte. Mais il n’y avait pas de poignée.
Elle tâta les bords avec les ongles : verrouillée. Elle se remit au lit et remonta le drap et la couverture sous son menton. Peut-être avaient-ils raison. Peut-être qu’elle était folle et que tout irait bien.
Elle savait qu’elle n’était pas folle, mais tous les démons disaient ça.

La Comédie Inhumaine #1

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Un peu dégoûtée aujourd’hui, galère de colis : vous savez, cette fameuse galère du colis qui arrive absolument partout dans le monde sauf à destination ? J’avais commandé un superbe artbook avec deux posters. Grosse hâte ❤ Mais ! Je ne sais pas comment mais le nom de famille a disparu de l’adresse de destination : j’appelle, j’essaye de corriger, on me dit que c’est bon et que ce sera bien livré. Deux jours plus tard, retour à l’expéditeur (qui est aux USA) ! Bref, je tente un renvoi (qui sera ma dernière chance, ils ne feront pas de troisième tentative)… Croisez les doigts pour moi sivouplé T.T

Nouvelle chronique littéraire ! Vous savez, j’ai une préférence marquée pour les gros bouquins. Les intégrales. Les livres qui pèsent lourd, les livres avec une tranche de 3cm d’épaisseur minimum, ceux qui plombent le sac et font pencher sur le côté quand on marche. Quand j’en vois un qui fait moins de 100 pages, je sens l’angoisse qui monte et j’ai très peur de ne pas avoir assez à lire. Alors qu’un pavé, un bon vieux pavé, là on se sent pris au sérieux, là on cause 😀 Et on chope une scoliose aussi, mais c’est un détail XD Et vous connaissez aussi mon goût pour le macabre, donc ça ne vous étonnera pas si je vous dis que j’ai tout de suite eu le béguin pour cette réédition en deux volumes d’une série de 9 livres intitulée La Comédie Inhumaine, écrite par Michel Pagel entre 1988 et 2005. L’auteur a déjà plusieurs romans à succès à son actif, dont L’Equilibre des paradoxes qui me fait aussi beaucoup envie ! J’ai eu beaucoup de chance, le premier volume de cette Comédie rééditée m’a été offert par l’éditeur, Les Moutons Electriques, suite à un petit challenge de chroniques. Je les remercie beaucoup ❤ Lire la suite

La Compagnie des Menteurs

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Demain c’est le grand jour du concours, j’angoisse pas mal mais d’un autre côté j’ai tellement hâte de pouvoir me dire que c’est derrière moi. Du coup j’ai prévu bien plus de choses que je ne pourrais en faire : reprendre le manuscrit et ses petits frères et soeurs, faire la dizaine de projets dessins que j’ai noté, ranger mes affaires, lire ma gigantifique PAL, gagner au loto, apprendre le banjo… Et vous sinon, comment ça va ? XD

Nouvelle chronique littéraire ! Ca faisait environ une éternité et des poussières que j’avais ce livre dans mes étagères, il était temps que je le lise ! Sauf erreur de ma part, car ma vieille et fromagère mémoire n’est plus ce qu’elle était, c’est un cadeau de ma p’tite Maman. Elle a probablement dû m’offrir la moitié de mes livres maintenant que j’y pense. C’est fou ce que je l’aime 😀 Sans transition voici La Compagnie des Menteurs de Karen Maitland, écrit en 2008 et paru en France en 2010. Il s’agit d’un thriller médiéval, et parce que je trouve ça trop cool, précisons qu’elle habite dans la ville médiévale de Lincoln en Angleterre, laquelle est à côté de la forêt de Sherwood. Ca n’a pas grand chose à voir avec l’intrigue du roman, mais ça a l’air d’être un très bel endroit pour vivre ^^

Lire la suite

Les Chiens de l’hiver

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Hier au boulot j’ai appris ce qu’était un cartonnage romantique : ça date du XIXème siècle, ce sont des reliures de livres qui coûtent peu à produire, très clinquantes avec énormément de décor dorés, des couleurs vives, et même parfois des images attachées sur la couverture. On les faisait surtout pour les livres de poche et les prix scolaires, bref des livres pour les enfants (bibliothèque morale, chrétienne, ce genre de collections). A la fin du siècle, ces livres donnent l’impulsion pour le développement de la lecture, avant que le livre de poche vers les années 1950 ne la démocratise un peu plus. C’était la minute historique XD Vous vous en fichez ptet mais c’est le genre de petite chose que j’aime apprendre :3 En gros ce sont des reliures à trois francs six sous, mais elles sont quand même jolies quand elles sont bien conservées, de quoi mettre des étoiles dans les yeux du gamin qui reçoit le livre ! 

Nouvelle chronique littéraire ! Vous savez, j’adore les histoires de maison hantée. Mais vraiment, je les aime d’amour, regardez à quel point je suis dingue de la série The Haunting sur Netflix. Par contre, autant j’en connais pas mal en film, autant j’en connais peu en terme de romans (si vous avez des conseils je prends !). Du coup, je cherchais un roman de maison hantée et je suis tombée sur Les Chiens de l’hiver avec Dan Simmons. Bon, le dernier livre que j’ai lu de cet auteur m’avait légèrement traumatisée, et j’ai hésité avant de le prendre ^^’ Et je me suis rendu compte en ouvrant celui-ci qu’il s’agit en fait d’une suite à un autre roman intitulé Nuit d’été, qui se passe plusieurs années auparavant. J’étais donc un peu mitigée en commençant ma lecture, mais heureusement, le fait que ce soit une suite ne m’a pas gênée !

Lire la suite