Archives de Tag: sorcières

Comment Mélissandre la petite sorcière découvrit le secret du bonheur

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Est-ce que vous aussi vous avez une pile de trucs à recoudre ou à rajuster à votre taille ? Parce que moi oui et en plus elle est super grande vu que je tarde à m’y mettre XD Je pense que ce va me servir de prétexte pour un marathon Tolkien 😇 Version longue bien sûr 😁

Nouvelle chronique littéraire ! Aujourd’hui un livre que j’ai découvert à la bibliothèque où je travaille, et qui m’a beaucoup marquée. J’hésite encore sur comment le qualifier : c’est un livre jeunesse, assez épais soit dit en passant, mais le propos parfois dur (mais nécessaire) et le côté philosophique de l’histoire en font un ouvrage très particulier. Voici Comment Mélissandre la petite sorcière découvrit le secret du bonheur de Guillaume Bianco, écrit en 2021. Pour ceux et celles d’entre vous à qui le nom de l’auteur dirait quelque chose, il a également écrit les BD Ernest & Rebecca (que je vous conseille vivement si vous ne les connaissez pas encore) et Billy Brouillard.

Lire la suite
Publicité

Grimoire Noir

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ La semaine est passée à une vitesse folle pour moi, j’ai découvert tout plein d’albums jeunesse au boulot dont j’ai hâte de vous parler :3 Et aussi j’ai récupéré un roman d’une amie qui avait oublié qu’elle y faisait sécher ses feuilles de marijuana XD

Nouvelle chronique littéraire ! Une autre de mes trouvailles au festival de la BD d’Angoulême 🙂 C’était une occasion, c’était un hasard sur la dernière étagère, c’était même un coup de poker parce que la BD était emballée dans une poche plastique transparente : pas moyen de la consulter, et pas de résumé sur la quatrième de couverture ! Je l’ai quand même prise et je ne regrette rien 😀 Voici Grimoire Noir, un one-shot de Vera Greentea et Yana Bogatch, paru en 2021 😛

Lire la suite

Dakil le Magnifique

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Qu’aimez-vous écouter quand vous lisez ? En ce moment, j’adore écouter des compils de piano de musiques des studios Ghibli ❤ Ca me détend de fou, je me mets dans mon p’tit plaid avec mon bouquin et je pourrais y rester la journée entière 😊

Nouvelle chronique littéraire ! Je ressors une relique de mes étagères, un livre qui date de ma vieille jeunesse et que j’avais complètement oublié XD Le pire, c’est que j’étais persuadée de l’avoir lu, et en le relisant, l’histoire ne me disait absolument rien du tout ^^’ C’est maintenant chose faite et je peux vous présenter Dakil le Magnifique, un roman de fantasy jeunesse écrit par Marie-Sabine Roger, publié en 2007 !

Résumé : Dakil Nez-Fin, le gnome du clan des Murmoussus, prépare des pièges pour les malheureux voyageurs qui traversent l’épaisse forêt d’Abandor.
Mais lorsque le voyageur est un chevalier monté sur une licorne blanche, l’affaire se complique.
Et voilà Dakil embarqué dans une aventure extravagante. Escorté par un lutin impertinent et bavard, Dakil va trembler de froid, de rage, de peur…

Mon avis :

Les graphismes de la couverture me font vraiment penser à de la 3D un peu mal vieillie, ptet pas au niveau de Jimmy Neutron mais pas loin non plus XD On peut voir Dakil et Mutin, le lutin qui va l’accompagner dans sa quête. En arrière-plan, une grande queue qui doit appartenir à un animal encore plus grand et menaçant.

Le livre nous raconte l’histoire de Dakil Nez-Fin, un gnome du clan des Murmoussu doté d’un odorat particulièrement développé, au moins autant que son ego et sa lâcheté. A la suite d’un malheureux concours de circonstances (et d’un excès de vantardise de sa part, disons-le), Dakil se voit obligé d’affronter successivement un chevalier en colère, une sorcière, un dragon, un puissant mage, et quelques autres petites péripéties du même acabit.

Nous sommes donc dans un univers de medieval fantasy comique, que ce soit pour les personnages, les situations ou le vocabulaire à base de « ripaille », « gouaille », « boustifaille » et autre « pouaille ». Là comme ça, j’avoue que ça me fait énormément penser au film Les Visiteurs avec Jean Reno (un grand classique familial, y a pas une année où on n’y a pas droit), c’est un peu le même genre d’humour. L’univers est plutôt bien construit, avec de l’originalité dans les différents peuples croisés par les héros, et une ou deux innovations dans le langage pour coller à cet imaginaire. Les méchants sont franchement sympas, même si les personnages finissent par être un peu clichés : le chevalier hautain et la princesse qu’il veut sauver, la sorcière, l’anti-héros qu’on finit par avoir envie d’étrangler et le side-kick rigolo.

En fait, la chronique va être courte parce que, sincèrement, le livre ne m’a pas plus marquée que ça. Il n’est pas mauvais mais simplement… meh. J’ai pas été transcendée non plus. Faut dire que j’ai toujours eu du mal avec les anti-héros comme Dakil, ils sont égoïstes du début à la fin, ils ne me font pas rire et j’ai juste envie de leur mettre une grande claque ; le seul point que j’ai vraiment apprécié, c’était justement le personnage de Mutin qui se fichait toujours de Dakil de manière implicite XD Je pense que c’est une lecture sympa pour un enfant, mais ça n’ira pas plus loin malheureusement pour moi. Après, les quelques critiques Babelio (il n’y en pas beaucoup, le livre n’est pas très connu) sont un peu plus positives, donc à voir !

Et vous, connaissiez-vous Dakil et ses aventures ? Ou les livres de l’auteure ? Racontez-moi tout en commentaires 🙂

La Malédiction des Dragensblöt #4

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Je reprends le sport avec double peine : avant je devais en faire pour atténuer les effets de ma scoliose, maintenant je dois aussi en faire pour éviter que ma rotule ne se balade hors du logement prévu à son intention ! Faites du sport le

Nouvelle chronique littéraire ! Et un gros gros merci aux éditions Michel Lafon qui m’ont envoyé le tome 4 de la série La Malédiction des Dragensblöt, de Anne Robillard. Si vous saviez comme j’avais hâte de découvrir la suite !! Je me suis jetée dessus après avoir fini ma dernière lecture ^^ N’hésitez pas à lire les chroniques des tomes précédents si vous ne connaissez pas encore la série : tome 1 / tome 2 / tome 3. Et surtout, j’espère que vous aurez envie de la lire parce que c’est un régal ❤

Résumé : Terrible dilemme au château : alors que les fantômes veulent éviter qu’Amalrik, le fils d’Ulrik, ne rencontre Samuel et ne dévoile par mégarde sa présence à Sortiarie, la sorcière a juré de revenir tourmenter l’enfant jusqu’à ce que lui soit révélée la vérité. Qui doivent protéger les descendants : leur sauveur ou le petit innocent ?
Le pauvre musicien n’est pas au bout de ses peines ! Certain qu’exhumer le passé du vieux Viking brisera la malédiction, il ouvre la porte d’Esther, à l’époque où elle gagnait sa vie comme bonne, puis celle de Jonas, le tueur en série, au moment même où celui-ci hante les rues de Londres en quête d’une prochaine victime !

Mon avis :

Encore une fois, c’est une couverture de toute beauté que nous découvrons. Après le dragon, le loup et le phénix, nous découvrons cette fois-ci une chauve-souris nimbée de flammes. Ma main à couper que c’est en référence au vampire Anthony, mais je ne peux pas vous en dire plus 😉

Samuel continue à ouvrir les portes donnant accès aux vies de ses ancêtres pour essayer de trouver celle d’Ulrik et ainsi libérer sa famille de la malédiction de Sortiarie. Hélas, la porte d’Ulrik reste introuvable et à la place, il découvre le passé d’Esther, bonne chez un aristocrate assassin à ses heures perdues, et de Jonas, devenu tueur en série par la faute de la sorcière. Le temps commence à manquer car Sortiarie est maintenant à ses trousses et fait pression sur ses prisonniers pour leur faire cracher le morceau, notamment en torturant Amalrik, le fils d’Ulrik qu’elle a ramené parmi les fantômes. Les descendants Dragensblöt sont tiraillés, mais certains moins que d’autres : pour Anthony, pas question que la malédiction soit levée… mais pas question non plus de se salir les mains en déballant lui-même l’histoire à Sortiarie. En parallèle, dans le monde des vivants, le détective Bennett continue de chercher Samuel : il se rapproche du château, mais il est loin de passer inaperçu… Quant à Emily, la fille de Samuel, son beau-père risque de l’emmener à l’autre bout du globe, loin de son vrai père ; entre détermination et discrétion, le bras de fer est engagé.

Y a pas à dire, je suis toujours aussi addict à l’histoire de Anne Robillard ❤ Côté écriture, c’est très prenant et on avance très vite au risque de sauter des lignes ^^ Seul petit bémol, le personnage d’Emily (la fille de Samuel) dont les dialogues manquent parfois de naturel pour moi, mais c’est le seul point que j’aurais à reprocher. Les péripéties et les rebondissements s’enchaînent, entre les aventures de Samuel au château et dans les vies de ses ascendants, sa vie antérieure en Atlantide, la sorcière à ses trousses, le détective qui tente de le retrouver et enfin Emily qui est prête à tout pour que son beau-père ne cherche pas à l’éloigner encore de son père biologique. Ca fait pas mal de choses à suivre, mais c’est aussi terriblement addictif ! Mais surtout, le tome nous laisse sur plusieurs cliffhangers, c’est-à-dire qu’il nous laisse en plein milieu d’une scène capitale et qu’on hurle « LA SUIIIIIITE » ^^

J’ai adoré découvrir le passé d’Esther, qui est clairement un des personnages les plus attachants de la série ❤ Entre son histoire et celle de Jonas, façon Jack l’Eventreur, c’est un tome qui fleure bon le XIXe siècle et comme c’est ma période préférée, j’adore et j’adhère 😀 Jonas aussi est très touchant car, dans son cas, c’était la sorcière qui le poussait à commettre ses crimes et il en garde de profonds remords. D’ailleurs, le tome approfondit aussi beaucoup les relations entre les différents fantômes : sous l’impulsion des aventures de Samuel, beaucoup de descendants font le point et s’efforcent de bien s’entendre, ce qu’ils n’avaient jamais tenté auparavant. J’espère que Samuel passera la porte d’Anthony dans le prochain tome, j’ai vraiment hâte de savoir comment va se dérouler la confrontation avec le vampire et comment elle affectera le présent ; et surtout, on a peut-être enfin un moyen de savoir à qui appartiennent les portes, au lieu de les choisir au hasard !
De même, dans la vie antérieure de Samuel, au temps de l’Atlantide, un nouveau rebondissement se prépare, et j’avoue que je ne m’y attendais pas du tout ! Je suis très curieuse de savoir comment ça va se dérouler. Idem, j’ai hâte que Emily puisse enfin la faire à l’envers à son beau-père : j’aime beaucoup l’idée qu’elle fasse tout son possible pour faire entendre sa voix même si elle est à peine ado. Enfin, on découvre les premiers pas d’Amalrik, à la fois bébé (il est mort très jeune) et ado (la sorcière a fait vieillir son fantôme) : il n’est pas méchant, mais tout est une découverte pour lui, il tient à la fois du personnage ultra adorable et de la bombe à retardement XD

Bref, un nouveau tome qui remplit mes attentes et en fait naître beaucoup de nouvelles XD Comme toujours, je vous recommande la série, et j’espère qu’elle vous plaira autant qu’à moi ^^

Circé

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Est-ce que vous aussi vous avez ce film ou cette série que vous connaissez par coeur à force de visionnages et re-re-revisionnages ? Pour moi ça dépend des moments, mais en ce moment c’est sans conteste Big Bang Theory XD Et aussi pas mal de films d’épouvante, vu que je les connais déjà les jumpscares me font moins peur 😁

Circé de Madeline Miller

Nouvelle chronique littéraire ! Un roman qui a eu beaucoup de succès, je crois bien l’avoir vu passer sur des dizaines de chroniques et de critiques avant de me décider à le lire. Et avant cela, il fallait que je me le procure mais ma p’tite Maman m’a devancée et me l’a offert ❤ Madeline Miller publie Circé en 2018, après un premier roman intitulé Le Chant d’Achille en 2011 qui a reçu le Women’s Prize for Fiction, un des plus prestigieux prix littéraires du Royaume-Uni. Sans surprises, elle a beaucoup étudié le grec ancien et le latin, jusqu’à enseigner cette deuxième langue : on comprend tout de suite d’où vient sa maîtrise de la mythologie dans ses romans ! J’ai commencé Circé sans trop savoir à quoi m’attendre (je ne lis les résumés des romans qu’à l’achat ou au moment de la découverte : quand je les reprends pour les lire, j’y vais brut et tant pis si j’ai oublié de quoi ça parle XD ), mais j’ai très vite été sous le charme ^^ Quelque part je me demande aussi si le succès du roman n’a pas un lien (cause, conséquence ou autre) avec la mode des sorcières qui a commencé vers 2019… à creuser ! Bref, le roman reprend le mythe grec très connu de la magicienne Circé qui a transformé les compagnons d’Ulysse en porcs dans l’Odyssée ; néanmoins, elle ne peut rien contre Ulysse qui a bénéficié de l’aide du dieu Hermès et elle doit lui rendre ses hommes.

Lire la suite