Premières lignes… #3

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Lorsque la première balle m’a touché à la poitrine, j’ai pensé à ma fille.
Du moins, je voudrais le croire. Car j’ai vite perdu connaissance. Pour être encore plus précis, je ne me souviens même pas qu’on m’ait tiré dessus. Je sais que j’ai perdu beaucoup de sang. Je sais qu’une seconde balle a frôlé ma tête, bien que j’aie déjà dû être HS à ce moment-là. Je sais que mon coeur s’est arrêté de battre. Mais j’aime à croire que, sur le point de mourir, j’ai pensé à ma fille.
Pour votre information : je n’ai vu ni tunnel ni lumière blanche. Ou alors je ne m’en souviens pas non plus.

Publicités

Un peu de poésie nostalgique : Vieille chanson du jeune temps

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens ! J’espère que vous allez bien 🙂 J’ai réussi à retrouver la motivation pour écrire, et bon sang que ça fait du bien ! Je ne sais pas cela dit si mes révisions vont en prendre en coup, à vrai dire toute ma motivation va dans mon carnet, et je perds d’autant plus pied dans la prépa :/ Il faut dire qu’au bout d’un moment, j’ai l’impression que ça se résume à lire et relire et rerelire les mêmes fiches de révision… Les programmes à l’année c’est un peu barbant, j’aimerais pouvoir varier un peu mais tout s’enchaîne tellement vite ><

Bref, trêve de mélancolie, nouveau samedi, nouvelle poésie ! Je vous avais déjà parlé de Victor Hugo, pour son poème La pente de la rêverie : je vous en propose un autre, que j’avais étudié pour l’épreuve de français au brevet, et qui m’a beaucoup marquée ^^ Il en a fait rire certains, moi je le trouve surtout très nostalgique au fond, avec une pointe de regret ; il y a une certaine douceur dans ces mots, on pourrait me bercer sans problème avec ce poème. Il s’agit de la Vieille chanson du jeune temps.
Ce poème fait partie du recueil des Contemplations, qui compte 158 poèmes rassemblés en 6 livres que Victor Hugo a publié en 1856. Il est considéré comme le chef-d’œuvre lyrique de cet auteur. C’est un recueil du souvenir, de l’amour, de la joie mais aussi de la mort, du deuil. Ici, c’est plutôt un poème lyrique que je vous propose, un peu sensuel, et avec beaucoup d’ironie 🙂 Victor Hugo raconte une aventure de jeunesse, il rencontre une jeune fille dans la forêt, et cette rencontre amoureuse est finalement une source de regrets, en même temps qu’un souvenir à la fois ému et mélancolique. Tout oppose les deux jeunes gens, tant l’âge que le caractère : Rose est joyeuse, tout en gestes et en regards éloquents, tandis que Victor est plus taciturne et renfermé sur lui-même. Rose ressemble à la Muse du poète romantique, et Victor, soyons honnête, ressemble à un bon vieil ado comme on en a aujourd’hui 😀 Finalement, le vieux Victor se moque beaucoup du jeune Victor, dans un poème très beau, dans un cadre tout de nature et de romance, qui malheureusement ne touche pas l’insensible qu’il était alors. La chute est pleine d’ironie, et peut-être de tristesse ? Carpe diem les enfants 😉

Pour accompagner le poème, je vous propose cette image, c’est un de mes fonds d’écran et je l’aime beaucoup ^^ Je trouve que la demoiselle est très belle, digne d’une Muse, et c’est amusant d’imaginer la scène se déroulant dans le Japon traditionnel, après tout l’orientalisme était à la mode à l’époque de Victor Hugo 😉 Elle est peut-être un peu plus pensive que Rose, mais elle est magnifique et tout aussi rêveuse, au milieu de sa forêt de nénuphar ❤

Je ne songeais pas à Rose ;
Rose au bois vint avec moi ;
Nous parlions de quelque chose,
Mais je ne sais plus de quoi.

J’étais froid comme les marbres ;
Je marchais à pas distraits ;
Je parlais des fleurs, des arbres
Son oeil semblait dire:  » Après ?  »

La rosée offrait ses perles,
Le taillis ses parasols ;
J’allais ; j’écoutais les merles,
Et Rose les rossignols.

Moi, seize ans, et l’air morose ;
Elle, vingt ; ses yeux brillaient.
Les rossignols chantaient Rose
Et les merles me sifflaient.

Rose, droite sur ses hanches,
Leva son beau bras tremblant
Pour prendre une mûre aux branches
Je ne vis pas son bras blanc.

Une eau courait, fraîche et creuse,
Sur les mousses de velours ;
Et la nature amoureuse
Dormait dans les grands bois sourds.

Rose défit sa chaussure,
Et mit, d’un air ingénu,
Son petit pied dans l’eau pure
Je ne vis pas son pied nu.

Je ne savais que lui dire ;
Je la suivais dans le bois,
La voyant parfois sourire
Et soupirer quelquefois.

Je ne vis qu’elle était belle
Qu’en sortant des grands bois sourds.
 » Soit ; n’y pensons plus !  » dit-elle.
Depuis, j’y pense toujours.

La bibliothèque des coeurs cabossés

Par défaut

Bien le bonsoir bande de chats de Schrödinger ! J’espère que vous allez bien ! J’ai craqué à la librairie, je me suis un peu lâchée pour finir de cocher ma liste de Noël 😀 Mais maintenant, je vais enfin pouvoir lire le tome 3 de La Passe-Miroir !!

Nouvelle chronique littéraire :3 Aujourd’hui, je vous propose un livre très sympa, La bibliothèque des coeurs cabossés, de Katarina Bivald, publié en 2015. C’est le premier roman de l’autrice suédoise, je me rappelle que j’en avais beaucoup entendu parler, et c’est ma mère qui a fini par me l’offrir ^^Elle en a sorti un nouveau en 2017, Le jour où Anita envoya tout balader. Je vais essayer de le lire aussi je pense 🙂 En fait, grâce à ce livre, le chiffre de ma PAL a pris un sacré coup de pied au cul XD Lire la suite

Premières lignes… #2

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

« Cette enfant va me tuer ! »
D’un coup de reins, Gabrielle s’extirpe de son transatlantique. Arrivée à la hauteur des glaïeuls, elle aperçoit sa fille qui tient Florent par la main et qui est déjà en train de tourner le coin de la grange. En se dépêchant, en courant, Gabrielle pourrait l’atteindre. En criant, elle pourrait peut-être la forcer à se retourner. « Mais pas à revenir », ça, Gabrielle n’a aucun doute. Elle soupire, déjà calmée : à quoi bon vouloir tenir un cheval contre son gré ? A force de lui serrer la bride, il va finir par ruer et vous jeter par terre, sa grand-mère le lui avait assez répété.

Tag : Code de la route !

Par défaut

Bien le bonjour ! J’ai raté le post hier, j’ai un peu de mal à me remettre dans le bain, toutes mes excuses ^^’ Aujourd’hui, je vous propose un petit tag que j’ai trouvé chez le blog Prends un livre et détends-toi (je vous encourage au passage à y aller, il est super !)

C’est parti !

1/ Parking : Combien de livres as-tu dans ta PAL ?

Beaucoup trop pour les compter, mais comme on dit, trop c’est jamais assez 😀

2/ Limitation de vitesse : Quelle limitation donnes-tu à ta PAL ?

Je ne la limite pas, quelle idée ! Mon porte-monnaie et mes étagères à demi-effondrées s’en chargent pour moi ^^’

3/ Route prioritaire : Quel livre est ta prochaine priorité ?

Beaucoup de livres sont ma priorité ! Mais en fait, il y a un livre que je voudrais vraiment avoir, il s’agit du tome 3 de Dark Shadows de Lara Parker, il est pratiquement introuvable, c’est un vrai calvaire 😦 

4/ Réservé aux camions : Quel pavé liras-tu prochainement ?

Soit le tome 3 de La Passe-Miroir (enfin acheté !!), soit le troisième et dernier tome des Ferrailleurs 🙂 

5/ Réservé aux bus : Un livre que tu réserves pour une période spéciale

Ca dépend 🙂 Par exemple, les Tara Duncan pour quand je veux me guérir d’une lecture barbante, un livre feel-good pour quand je ne vais pas bien, ou encore des poésies quand j’en ai le temps, je viens d’acheter du Verlaine et du Poe ❤

6/ Stop : Un livre que tu as abandonné ?

La bicyclette bleue, de Régine Deforges. Je n’ai vraiment pas accroché au moment où je l’ai lu ><

7/ Issue de secours :

Un livre que tu as arrêté, mais que tu vas reprendre pendant une autre période ?Récemment, et à ma grande honte parce que je voulais vraiment lire ce livre, et je n’ai pas vraiment de mal à en dire, La bibliothèque la nuit, d’Alberto Manguel. C’est une jolie plume, mais les exemples de bibliothèques alignés sans véritable illustration m’ont fait tourner la tête, et je ne trouvais plus la motivation au bout d’un moment :/ 

8/ Sens interdit : Quel genre de livre ne t’attire pas particulièrement ?

Les romances, même si ça m’est arrivé d’en lire 🙂 En fait, si l’histoire d’amour est le thème central, ça me gêne beaucoup.

9/ Fin d’interdiction : A quel genre de livres donneras-tu une chance cette année ?

Je n’en ai pas la moindre idée ! Peut-être du Proust, cet auteur me faisait très peur, mais j’ai rencontré une amie qui est une vraie passionnée, et elle m’a convaincue 😀

10/ Feu tricolore : Un livre qui t’a fait passer par plusieurs émotions ?

Je dirais Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ! J’ai pleuré et j’ai ri avec ce livre :3 

11/ Rond point : Un livre qui t’a fait tourner en rond ?

Joker, je ne saurais pas vraiment répondre à cette question ! Un livre qui fait tourner en rond, c’est donc un livre qui ne va nulle part, mais je ne me rappelle pas qu’un livre m’ait laissée indifférente au point de n’aller nulle part :/

12/ Route à double sens : Un livre que tu as aimé et détesté à la fois.

Mes manuels d’histoire ! Ou de manière générale, tous les livres qu’on m’a fait lire en cours, à une ou deux exceptions près. Une lecture forcée, même si le livre est génial, c’est une lecture aussi détestée.

13/ Hôtel : Quel livre t’a volé ton sommeil ?

Un certain nombre 😀 Les Tara Duncan, ou encore celui que je suis en train de lire en ce moment, La Bibliothèque des coeurs cabossés !

14/ Monument historique : Le livre qui pour toi est un monument (une perle, un bijou, THE livre)

Argh ! Le choix est trop dur ! Mais si on doit parler de monument littéraire, alors il n’y a pas à tortiller, c’est Tolkien ! 

15/ Autoroute : Qui tagues-tu ?

  • Sorbet-Kiwi, je sais que tu l’as déjà fait, mais je suis curieuse de voir la différence des réponses entre 2015 et cette fois-ci 🙂
  • Grace Minlibé, je suis curieuse de voir tes réponses ^^
  • Et enfin Les Mots de Mahault, que je viens de découvrir ! Je n’ai pas encore eu le temps de bien explorer ton blog, mais il me plaît déjà beaucoup 😀