Crimson Peak

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Je croise les doigts pour que le réparateur qui vient aujourd’hui répare ma ventilation, qui a décidé de prendre la vocation de bouilloire/cocotte-minute… Je vous jure qu’après ça, je vais savourer le silence et le déguster à la petite cuillère ! Et surtout, je ne me ferai plus réveiller à 5 heures voire 4 heures du matin et ça, c’est royal, parce que là j’en peux pluuus T.T

Pas de poésie cette fois-ci, je vous propose une chronique de film à la place ! Un film que j’adore, et que j’ai dû voir des dizaines de fois, parfois même en bossant parce que c’est moins rébarbatif 😀 Il s’agit du film Crimson Peak de Guillermo del Toro, sorti en 2015 avec Tom Hiddleston et Mia Wasikowska. Ce sont deux acteurs que j’aime beaucoup pour leurs rôles : Loki, Alice au Pays des Merveilles, bref ^^ Vous le connaissez peut-être déjà, je me rappelle qu’il avait fait pas mal de bruit à sa sortie. Je l’ai vu pour la première fois avec une pote (gros bisous à toi Julie si tu lis ceci !), qui a passé tout le reste de la soirée à me murmurer « Prends garde à Crimson Peak ». Elle le fait très bien. J’ai mal dormi (Julie, tu m’énerves). Lire la suite

Publicités

Hazel Wood

Par défaut

Salutations bande de petits êtres bruyants, j’espère que vous allez bien ! Je subis les assauts d’une ventilation sifflante depuis 5 jours, et je peux vous assurer que quand ça siffle assez fort pour vous réveiller à 4 heures du matin… Le silence devient la plus belle chose de l’univers tout entier. C’est de la torture chinoise ce truc.

Nouvelle chronique littéraire ! Un livre que, si je me rappelle bien, j’ai trouvé sur le blog d’Alice Neverland (que je ne peux que vous conseiller, il est génial !). Il s’agit d’Hazel Wood, de Melissa Albert, écrit en 2017. Un livre récent donc, je l’ai acheté cet été en catastrophe : j’étais sur Paris pour vider définitivement mon appartement, mais j’avais quand même eu le temps de terminer mon livre, et j’avais déjà emballé tous les autres dans la précipitation de tout boucler pour être tranquille, c’était un comble ! J’ai donc filé à Gibert avec ma wishlist, et n’arrivant pas à me décider, j’ai pris au hasard, et le sort a désigné Hazel Wood 😀 Lire la suite

Premières lignes… #41

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

– Très Saint-Père, assister en votre compagnie à la comédie donnée par le cardinal Da Bibbiena fut un privilège.
– Elle est du plus haut comique, cette Calandria, n’est-ce pas ? Certes, elle sent bien son Plaute et son Boccace, cependant elle m’a bien fait rire.
– Il est vrai. Très divertissante. Même si l’antefatto
– Quoi, l’antefatto ? Il montre bien le danger que font courir les Turcs aux chrétiens !
– Certes, certes… Tout de même, une fille qui se travestit en homme…
– Pour échapper au déshonneur des harems barbaresques.
– Oui, mais du coup un marchand romain veut la marier à sa propre fille. Et son frère jumeau qui se déguise aussi en femme, cela fait beaucoup.
– Bembo, ne me faites pas croire que vous êtes pisse-froid autant qu’un Espagnol. Ce n’est point un crucifix qui se trémoussait sur vos genoux durant la représentation, que je sache !
Bembo rougit jusqu’aux oreilles, ce qui présageait fort bien de la belle allure que lui donnerait un jour peut-être, qu’il espérait prochain, la robe pourpre de cardinal dont il rêvait. Son regard se perdit dans le grand salon du palais, jusqu’à un splendide et vaste tableau aux tons clairs, dont le sujet le fit cramoisi.
Suzanne et les vieillards, souligna le pape, l’oeil malicieux. Voilà qui est fort à propos, n’est-il pas ?
Ses mules de soie glissant sur le parquet fleurant bon la cire d’abeille, il se dirigea vers une porte-fenêtre ouverte, et de là sur un large balcon écrasé par la lumière romaine. Le printemps débutait à peine et la chaleur était déjà pesante. Les nuages de poussière irisaient un nuage de poussière qui s’élevait à une centaine de pieds plus loin, d’où montaient les bruits les plus divers : grincements de scie, chocs des pics sur la pierre, claquements des marteaux, raclements des truelles. Sans compter quelques chants fort peu religieux, mais entonnés de bon coeur. Un immense chantier, des milliers d’ouvriers en branle depuis sept ans déjà. Un mouchoir de fine baptiste sur le nez, Bembo rejoignit le pape Léon X sur la terrasse.

P’tit récap de la Toussaint :P

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens ! J’ajoute cet article après un petit moment, il m’a fallu du temps pour réussir à faire la manip que je voulais : figurez-vous que j’ai un nouveau portable, et que je suis aussi un peu (beaucoup) fâchée avec la technologie. Mon frère et mon copain se sont copieusement moqués de moi au moment de paramétrer la bête, et moi j’ai copieusement insulté la Terre entière !

Bref ! Le 28 octobre, je suis devenue majeure internationalement, et comme me l’a si bien dit ma soeur, je suis maintenant susceptible d’être emprisonnée partout dans le monde si jamais je fais une bêtise 😛 J’ai invité des potes pour une petite aprem jeux de société, et j’ai été outrageusement gâtée, mais je veux surtout vous parler ici de deux dessins que m’a offert ma grande soeur de coeur, elle y a passé beaucoup de temps et je veux lui rendre justice, parce que honnêtement ces deux dessins sont vraiment géniaux ❤ L’un des deux va devenir partie intégrante de ce blog, pas besoin de vous indiquer lequel 😉 

La deuxième Miss s’appelle Sue d’après ma grande soeur de coeur ^^ Je les trouve géniales toutes les deux, et c’est vraiment une super idée ! Je n’ai pas vraiment d’endroit où la mettre en valeur à part dans les widget, je tiens à garder ce design pour le blog, dommage qu’il ne me permette pas de mettre une image dans la bannière !

Et le 31 octobre, une super soirée avec mon copain et sa famille, ça fait du bien de voir des gens qui prennent Halloween au sérieux ! Je n’ai pas vraiment fait de photos, mais je peux toutefois vous dire que faire la décoration dans leur maison leur a pris 3 jours, ni plus ni moins. Je respecte profondément ces personnes 😀 Une soupe de citrouille plus tard, et on a fini la soirée en blind test des années 80 XD Il y a eu de très beaux costumes, mais comme je n’ai l’autorisation de personne, vous aurez seulement la photo du mien : je voulais me costumer en vampire, mais impossible de faire tenir ces fichues fausses canines ! « Laissez reposer 5mn » mes fesses, elles se délogeaient au bout de 3 secondes… Du coup, je me suis contentée de blinder mon menton de faux sang ^^’

Voilà, voilà, j’ai fait de mon mieux ^^’ Encore une fois, ce bon vieux chapeau trouvé dans le grenier de ma Grand-Mère (puisse-t-elle être heureuse où qu’elle se trouve) me sauve la mise. Fouillez dans les greniers les enfants, ce sont les mines d’or du XXIème siècle ! C’était aussi la deuxième fois de ma vie que je mettais du vernis à ongles, la première fois date d’il y a plusieurs années quand ma soeur a voulu me faire tester 😛 Mais je dois avouer que le vernis à ongles noirs est assez cool… Il me donne l’impression d’avoir des mains comme celles de la Reine Blanche dans l’Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton ❤

Mais ce que j’ai préféré, c’est qu’on a taillé des citrouilles ! Je n’avais jamais fait ça, mais c’est moins difficile que ce que je pensais, et juste énorme une fois qu’on a réussi son coup. Voilà toutes les citrouilles qui ont été faites ! Et en-dessous, respectivement ma citrouille et celle de mon copain, qu’en pensez-vous ? 😛

Des bisous sur vos âmes, et joyeux Halloween en retard petits mortels 😛 

Tara Duncan #6 : Dans le piège de Magister

Par défaut

Bien le bonjour bande de petits êtres masqués et ébaubis, j’espère que vous allez bien ! Je rentre tout doucement et à reculons dans le rush des devoirs à rendre en fin de semestre, mais j’avance bien et c’est satisfaisant comme de poser les dernières pièces d’un puzzle unicolore. Il y a un nom pour ces puzzle en anglais, milky-quelque chose je crois, est-ce que l’un de vous connait ça ? Ce sont des puzzle tout blancs, on s’en sort uniquement avec la forme des pièces, ça a l’air très dur dit comme ça, et il paraît que ça l’est effectivement !

Nouvelle chronique littéraire messieurs-dames ! Je continue dans la veine de la série Tara Duncan, écrite par Sophie Audouin-Mamikonian, avec le sixième tome intitulé Dans le piège de Magister. Je ne me suis toujours pas lassée de la série, et j’espère que ce n’est pas non plus votre cas en ce qui concerne mes chroniques ! C’est toujours une bonne lecture, idéale pour ne pas se prendre le chou, mais pour se détendre je ne suis pas sûre, en tout cas je suis trop impliquée dans l’histoire pour être détendue quand je lis cette série 😀 Je vous mets ci-dessous la liste des précédentes chroniques de la série, avant d’enchaîner avec le résumé du tome :

Résumé : La jolie Tara, de son vrai nom Tara’tylanhnem Duncan, est à un tournant de sa jeune existence. Longtemps, elle s’est contentée de parer les machinations de Magister, le maître de la magie démoniaque, qui ne cesse de s’employer à dévaster sa vie. Lire la suite