Challenge d’Août #6 : Une folle en Egypte (2002)

Par défaut

Nouvel article du challenge d’écriture sur un mois que j’ai trouvé sur le blog de Encore une connasse parisienne (fermé maintenant 😥 ), il était prévu pour juin mais j’avais mes exam en juin, et en juillet je faisais le voyage en Ecosse :/ Donc je le fais sur le mois d’août, reprenez-le si vous voulez ^^

Racontez votre plus beau voyage ! Ça peut être un vrai voyage, à l’étranger ou à deux pas de chez vous, ça peut être un voyage intérieur/spirituel aussi. Faites-nous voyager !

Tellement de liberté dans cette consigne que je ne sais où aller ^^’ J’ai envie de vous parler de mon tout premier voyage à l’étranger, je ne sais pas si c’est le plus beau et à vrai dire je n’avais que 5 ans, donc je ne m’en souviens pas beaucoup ! Mais à sa manière il m’a marquée durablement, c’est ce voyage qui a motivé les autres en quelque sorte, et qui m’a donné la passion des pharaons et autres pyramides 😀 

Pour fêter Noël, mes parents avaient décidé qu’on irait en Egypte en famille, avec ma soeur et mes deux frères. Je me rappelle qu’on avait pris un bateau pour faire une croisière au bord du Nil, mais peut-être qu’on avait aussi pris l’avion pour arriver en Egypte, j’ai le souvenir d’avoir dormi sur les genoux de mes parents dans un avion. De la croisière, je me souviens surtout d’un grand bateau blanc, des couloirs avec des portes en bois et un tapis vert, et du pont avec les transat où j’adorais aller pour grignoter des biscuits (au gingembre ?). Ma soeur dit que quand j’étais petite, une de mes manies était de m’asseoir en mode petite princesse, et c’est probablement ce que j’ai fait XD Je sais que j’ai parlé avec des gens mais je ne me rappelle plus qui ^^’ Et je me rappelle aussi d’une boutique de souvenirs. Toute la fratrie a eu droit à des pendentifs, mes frères et ma soeur en ont eu avec leur prénom en hiéroglyphes ; pour une raison que je ne comprends toujours pas aujourd’hui, je n’en avais pas voulu, et croyez bien que je le regrette ! A la place, j’ai deux petits pendentifs, un ankh et un scarabée : aujourd’hui encore ce sont mes porte-bonheur :3

Dans mes souvenirs mes plus marquants sur le bateau, il y a deux choses. Une grosse frayeur d’abord, parce qu’un monsieur, que je suis sûre que je ne connaissais pas, a voulu me balancer dans la piscine du bateau pour plaisanter. Oui, ça paraît dingue et surtout très idiot, mais je vous rassure, moi non plus je n’ai toujours pas compris. Au moins je suis encore en vie 😀 Grosse pensée à la dame qui m’a arrachée des bras du monsieur, je ne sais même pas si j’ai pensé à la remercier tellement j’avais peur ! Mon deuxième souvenir, je crois que c’était un des derniers jours, des vendeurs à la sauvette s’étaient approchés en barque du bateau pour nous proposer des djellabas et des foulards, en nous les lançant par les hublots. Mon père a négocié impitoyablement d’après ma soeur XD J’ai reçu un foulard bleu avec des piécettes, je ne sais plus du tout ce qu’il est devenu, probablement dans un carton de déguisement de ma mère. Le soir on a mangé sur le bateau, d’ailleurs le serveur a fait son intéressant en faisant un noeud papillon géant avec une serviette pour mon frère Hugo ^^

De l’Egypte en elle-même, je n’ai pas beaucoup de souvenirs de monuments, à ma très grande frustration. J’ai quelques images floues de grandes colonnades sous un soleil de plomb, de dunes de sable, et aussi que j’avais perdu un ticket que le vent m’avait arraché des mains ^^’ Je me rappelle une balade en calèche avec mes parents, et du conducteur qui faisait en sorte de me protéger du soleil parce que l’auvent était trop petit. En fait je m’aperçois que j’ai dû rester presque tout le temps avec mes parents, parce que je ne me souviens pas plus que ça d’avoir passé du temps avec mes frères et soeur, à part le noeud papillon d’Hugo, et ma soeur qui était venue me rejoindre sur le pont du bateau.

Et surtout, surtout, il y a la balade en dromadaire, et c’est sans doute mon souvenir le plus fort de tout le voyage. Ca a commencé par une autre grosse frayeur ^^’ Je devais monter avec mon père, mais au moment où il s’est installé, le dromadaire a cru que le chargement était fini et s’est relevé. Imaginez-vous, j’avais 5 ans et je faisais même pas 2 pommes et demi, j’avais l’impression qu’un géant emmenait mon père et que j’allais rester toute seule ! Donc comme tout gamin qui se respecte, j’ai commencé à pleurer ^^’ Mais heureusement, un gentil monsieur m’a tendue à bout de bras à mon père et on a pu partir. Je peux vous dire qu’un dromadaire, quand ça court, vous le sentez passer, j’avais l’impression de faire du trampoline sur du bois ! Et encore aujourd’hui, on a de grands fous rires en nous rappelant ma mère, derrière nous, qui criait « Attendez-moi ! Je glisse ! Je penche ! » XD

Challenge d’Août #5 : Mots aimés et détestés

Par défaut

Nouvel article du challenge d’écriture sur un mois que j’ai trouvé sur le blog de Encore une connasse parisienne (fermé maintenant 😥 ), il était prévu pour juin mais j’avais mes exam en juin, et en juillet je faisais le voyage en Ecosse :/ Donc je le fais sur le mois d’août, reprenez-le si vous voulez ^^

Avez-vous des mots préférés ? Et des mots que vous détestez ? Parlez-moi de ces mots, dites-moi pourquoi, comment, je veux tout savoir (au moins 3 mots qu’on aime et 3 mots qu’on déteste).

Les mots que j’aime :

  • Bibliothèque du grec ancien biblio « le livre » et thêkê « la place », et xylothèque, du grec ancien xylon, « le bois » : A tout seigneur tout honneur, le mot bibliothèque me fait toujours des p’tits frissons, parce qu’une bibliothèque ça veut dire des livres, un endroit où lire, un endroit avec personne pour venir m’embêter, un paradis sur terre en 1 mot. Et je rajoute xylothèque dans le lot, parce que j’adore sa sonorité délicate et son orthographe, et parce que ça me rappelle celle de Carl Schildbach qui est vraiment magnifique.
  • Wergeld : C’est l’heure de la leçon d’histoire 😀 Le wergeld signifie le prix du sang ou le prix de l’homme, c’est une notion du droit judiciaire germanique, surtout utilisée au Haut Moyen Age pour vous donner une période (et en espérant que je ne me plante pas), ce qui correspond grosso modo du IVème au IXème siècle. Petit à petit, il est remplacé par d’autres notions, mais Charlemagne l’avait rendu obligatoire pour éviter les bains de sang. En gros, le prix du sang est une amende monétaire à payer selon ce que vous avez tué, cette amende dépendra de la qualité sociale, de la nation, du genre de la personne (ou de l’animal d’ailleurs) qui a été tuée, et même du type de blessure. C’est sanglant, c’est meurtrier, c’est guerrier, ça se respire jusque dans la consonance du mot ^^ Si ça vous intéresse, je vous conseille de vous renseigner sur la faide, la vendetta du Moyen Age 😛
  • Palindrome, du grec pálin « en arrière », et dromos, « la course » Encore une sonorité qui me plaît, et surtout ça permet de s’amuser un peu avec la langue française. Pour ceux qui ne le savent pas, ou qui l’avaient oublié (c’est un mot qu’on oublie toujours), un palindrome désigne un mot qui peut se lire dans les deux sens, par exemple le mot « kayak ». Et pour vous coucher un peu moins idiots, sachez que le plus long palindrome de la langue française est « ressasser » :3
  • Hippopotomonstrosesquipédaliophobie : L’étymologie de ce mot est complètement farfelue, c’est un néologisme et aussi une plaisanterie, qui désigne en fait la phobie des mots trop longs ^^ C’est aussi l’un des mots les plus longs de la langue française, 35 lettres. J’ai beaucoup hésité entre celui-ci et supercalifragilisticexpidélilicieux, le mot magique de Mary Poppins 😛

Les mots que je déteste :

  • Auteure, autrice, du latin auctor qui a plusieurs signification, « le garant », « celui qui est à l’origine de », etc Je hais cette sonorité, le masculin ne me pose pas de problème, mais les deux féminins qui ont été attribués sont moches, mais moches ! Ca agresse l’oreille, c’est immonde, et comble de bonheur « autrice » a été supprimé au XVIIème siècle par Richelieu qui ne voulait pas de femmes écrivaines dans son Académie, qui viendraient le contester ou faire de l’ombre aux hommes. Tocquard…
  • Autodafé, francisation de l’expression portugaise « auto da fé », qui vient du latin « actus fidei », l’acte de foiA l’origine, ce mot désigne lors de l’Inquisition espagnole les jugements rendus. Par extension, il désigne les bûchers d’hérétiques, et les destructions publiques de livres par le feu. Ce mot me révulse, je l’exècre et l’abhorre depuis son étymologie jusqu’à son acte. Déjà un acte pour justifier sa foi, c’est illogique, la foi se ressent et s’exprime à la limite, mais ne se justifie pas car elle n’en a pas besoin. Ensuite, justifier sa foi par des MEURTRES, c’est le truc le plus con que j’ai jamais entendu. Et CRAMER DES BOUQUINS pour la prétendue gloire de sa foi, c’est accélérer la déchéance de l’espèce, qui franchement n’avait pas besoin de ça. L’autodafé est un acte de connerie notoire, de débilité profonde, et rien ni personne ne peut donner un argument valable en sa faveur.
  • Menteuse, du latin mentior qui signifie « mentir », et qui dérive de mens, « l’esprit » : J’accepte beaucoup d’insultes, et je m’efforce de toutes les ignorer, mais celle-là, c’est celle que j’accepte le moins ! Ca m’arrive de mentir, comme tout le monde, mais généralement, je veux pouvoir prétendre à la franchise totale. Et dans ce cas, je DETESTE qu’on m’accuse de mentir alors que je suis sincère, je ne supporte pas qu’on mettre en doute ma parole, ça revient à me cracher à la gueule.
  • Gibbeux, du latin gibbus, « la bosse » : C’est laid. Nan, j’accroche pas du tout, cette sonorité m’évoque une plaie purulente et dégoulinante. Vous me direz, c’est gore, c’est mon rayon, et je vous répondrais que oui. Mais c’est quand je suis tombée sur l’expression « lune gibbeuse » que j’ai vraiment pas supporté. Ca ne veut pas dire une lune qui a des bosses, c’est un sens particulier du mot relatif à l’astronomie, qui désigne la phase presque pleine de la lune. Je l’ai trouvé dans un texte de Lovecraft, et je me suis dit qu’avec une sonorité aussi moche, ça devait être un sens terrible, horrible et verdâtre, mais non, même pas. Ce mot est moche et sans âme.

Challenge d’Août #4 : Collage noir et blanc

Par défaut

Je rattrape l’article du samedi que j’ai loupé, vous avez toutes mes plus plates excuses ! J’abandonne avec cette fichue fonction de planification…

Nouvel article du challenge d’écriture sur un mois que j’ai trouvé sur le blog de Encore une connasse parisienne (fermé maintenant 😥 ), il était prévu pour juin mais j’avais mes exam en juin, et en juillet je faisais le voyage en Ecosse :/ Donc je le fais sur le mois d’août, reprenez-le si vous voulez ^^

On continue notre expérience du collage. Cette fois, le thème du collage c’est « noir et blanc », à vous de jouer ! J’ai hâte de voir vos réalisations !

Je triche un petit peu ^^ Quand j’étais petite, je faisais beaucoup de collages que je complétais avec des dessins au crayon à papier : voici un des derniers (le mieux fait du coup), que j’ai passé au filtre noir et blanc 😛 C’est tricher, je sais, mais j’avais envie de vous partager un souvenir d’enfance 🙂

Challenge d’Août #3 : Journée idéale

Par défaut

Nouvel article du challenge d’écriture sur un mois que j’ai trouvé sur le blog de Encore une connasse parisienne (fermé maintenant 😥 ), il était prévu pour juin mais j’avais mes exam en juin, et en juillet je faisais le voyage en Ecosse :/ Donc je le fais sur le mois d’août, reprenez-le si vous voulez ^^

Quelle est votre idée d’une journée idéale ? Racontez-moi ça, je suis curieuse. C’est personnel et ça peut donner des idées aux autres lecteurs 🙂 (500 mots minimum, c’est mieux)

Une journée idéale… ce serait par définition la journée où rien ne me met la pression, où je ne suis pressée ni par quelque chose, ni par quelqu’un, ni par moi surtout, je peux être et je suis invivable avec moi-même. Ce serait aussi une journée de 35 heures, parce que « tant de choses à faire et si peu de temps… »

Il faudrait que ce soit chez mes parents, parce que notre maison est grande, belle, en pierre, avec une cheminée, elle fait la lessive et le café… enfin ! Ma mère surtout ^^ Je me réveillerais dans un lit bien douillet, un peu de soleil qui filtre à travers les persiennes, la fenêtre ouverte, il ne fait ni trop chaud (n’est-ce pas…) ni trop froid, et les oiseaux gazouillent. Je pourrais rester à glandouiller dans mon plumard, à regarder à loisir ma bibliothèque juste à côté, dans les bras de mon gros nounours :3 Je ne suis pas une grosse adepte du p’tit dèj au lit, alors je finirai par me lever quand même. Je me ferais cramer du pain perdu au calme (les vrais le crament), avec max de sucre, tout en écoutant ma musique du moment (actuellement Hangover de Alestorm, un régal). Une p’tite chopine bien fraîche de jus de pomme, pas l’espèce de concentré trop doux, mais celui qui est bien relevé et acide sur la fin, le meilleur !

Ensuite ! Une douche brûlante (je ne suis pas adepte des bains), une robe décontractée, je sors le hamac gonflable et je me pose comme une belle gosse dans le jardin avec lunettes de soleil, pile de bouquin, et bol de cerises parce qu’il y a un respect à avoir ^^ J’en profite jusqu’à ce qu’il fasse trop chaud, et puis je rentre pour le déjeuner : des hauts de cuisse de poulet préparés spécialement comme ma Mamounette sait les faire, bien relevés avec la peau cRoustillante 😛 Un peu de salade pour la verdure et la bonne conscience, et ensuite je m’assois sur cette même conscience pour mieux déguster un sorbet à la framboise taille XXL ❤

Pas de sieste pour les braves, mais des jeux vidéoooooooosss !!! Je m’installe pépère avec mon ordi, ma connexion, mon clavier, et je poutre du mutant et du monstre dans des univers fantasy et post apocalyptiques steampunk ^^ Ensuite, je sors me balader avec mon casque vissé sur les oreilles et du Miracle of Sound qui pulse mes tympans : je me gorge de verdure et j’en profite pour passer à la friperie et à la librairie pour du shopping éhonté 😀 Et parce que c’est une journée idéale, je suis riche, je dépense ce que je veux ! En rentrant, on se pose dans le fauteuil de la Maîtresse de Maison (c’est celui qui a le plus de coussins), et je mate un ou deux films de Burton ou Miyasaki en dessinant des cadavres, des crânes, des monstres, et force giclées de sang ^^

Ensuite encore des livres, des jeux vidéos et des films, accompagnés de tasses de thé à la vanille et au miel, bouillant et corsé comme il faut 😛 Jusqu’à arriver à l’heure du Rêve, l’heure Romantique, l’heure de la Récompense, l’heure R comme Raclette. Après m’être pété le bide comme il se doit, une bonne partie de Munckhin ou de Zombicide avec la famille et les zamis jusqu’aux petites heures. Et enfin, le dodo :3

Challenge d’Août #2 : Lettre à la mer

Par défaut

Nouvel article du challenge d’écriture sur un mois que j’ai trouvé sur le blog de Encore une connasse parisienne (fermé maintenant 😥 ), il était prévu pour juin mais j’avais mes exam en juin, et en juillet je faisais le voyage :/ Donc je le fais sur le mois d’août, reprenez-le si vous voulez ^^

Vous vous souvenez des bouteilles à la mer ? C’est le même principe : je vous propose d’écrire 300 mots minimum à une personne inconnue qui recevrait votre bouteille à la mer. C’est l’occasion de parler de vous et de vos espoirs… Vous pouvez illustrer votre texte d’une photo, c’est comme vous voulez 🙂

A la personne qui lira cette lettre : bonjour pour commencer ? A moins que ce ne soit le soir, auquel cas bonsoir ^^ C’est compliqué de faire des salutations à une personne qu’on ne connaît pas, je ne sais même pas si tu lis le français (pardon, je te tutoie, ne le prends pas mal), si tu es un garçon ou une fille, l’âge que tu as, si tu lis ce message 3 ans, 3 mois ou 3 jours après son écriture !

J’ai hésité un trèèès long moment à mettre une affirmation à la noix du type « tu recevras 1000 dollars si tu rapportes ce message à qui de droit », puis de mettre à la fin « c’est une blague !!! », c’est tentant 😀 Et surtout j’imagine ta tête au moment où tu l’aurais lu ! A vrai dire j’hésite encore 😛

Peut-être que ce serait plus poli si je me présentais au lieu de faire l’imbécile ? Je m’appelle Juliette, j’ai 19 ans alors que j’écris ce message, je viens de rater mon concours d’histoire et de latin, et voilà maintenant que je t’écris une lettre pour répondre à un défi littéraire ^^ Oui, cette présentation n’a aucun sens, je suis entièrement d’accord ! Sinon, j’aime les roses noires et bleues, les crânes, les pommes vertes, les crêpes de ma Maman, lire, dessiner, écrire. Je suis un peu perdue dans ma tête et dans ma vie, un peu comme ce message : j’ai de grands rêves, je veux avoir une petite maison et une grande bibliothèque, je veux dessiner et écrire un livre (peut-être que tu me connais si tu l’as lu ?), je veux avoir confiance en moi pour pouvoir regarder dans les yeux les gens que j’admire, et les gens que j’aime. Ridicule pas vrai ?

Et toi, qui es-tu, que fais-tu, où vis-tu, à quoi rêves-tu ? Je sais bien que c’est idiot de demander, que tu ne pourras pas me répondre à moins d’un miracle digne d’un mauvais film du dimanche, mais je ne peux pas m’en empêcher, je suis curieuse ! J’aimerais t’encourager dans ce que tu fais, te dire que tu es une super personne, mais d’un autre côté j’ai un peu peur que cette lettre tombe sur le futur Hitler, ou autre psychopathe, je ne te connais pas après tout. Alors pour faire plus simple et le plus sincère possible, j’aimerais te rencontrer, parler avec toi. Je suis sûre que tu as des tas de choses à dire, à décrire, ou peut-être juste une grosse blague vaseuse à partager 😀

Je suis tellement impatiente d’imaginer le chemin que va faire cette lettre ! Qui va la lire, comment elle va se transmettre, et encore tu me diras, c’est sur Internet. Imagine ce que ça aurait été si ça avait été une vraie lettre dans une vraie bouteille jetée dans la vraie mer véritable ! Faudrait que j’essaye ^^ Mais toi, il faudra me raconter comment tu l’as trouvée ! Tu imagines si tu trouves les 2 lettres, celle-ci et celle que j’aurais jetée à la mer ? Achète un ticket de loto en passant, ça vaudra le coup !

Bref, j’arrête de t’embêter, tu peux chiffonner ce message, le rouler, le jeter, le cramer, en faire des papillotes pour Noël (très bon investissement), ou que sais-je encore ! Et peut-être qu’on pourra se rencontrer un jour ! Si ça se trouve tu seras mon âme soeur, mais là ce serait VRAIMENT un très mauvais téléfilm à peine regardable 😀 Des bises à toi inconnu(e), garde la pêche et bois de l’eau fraîche (il fait 38°C par ici…) !

Juliette (Manducatrix)