Archives de Catégorie: Steampunk

Le steampunk est un genre artistique à part entière, qui s’inspire de l’époque victorienne. Il peut se traduire par des costumes (dans les conventions du type Animasia ou Japan Expo, on peut croiser de très beaux cosplays) ou plus généralement des œuvres littéraires et cinématographique, par exemple Wild Wild West. Pourquoi l’époque victorienne ? Tout simplement pour sa richesse : c’est le temps des grandes découvertes scientifiques, technologiques, littéraires, géographiques, des bouleversement sociaux et culturels. Ça peut donner des uchronies (réécrire l’histoire à partir d’une date précise) ou bien des œuvres qui réutilisent simplement le contexte culturel mais en créant leur propre univers.

Les Voies d’Anubis

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien 🙂 Le travail sur le roman avance petit à petit : les illustrations sont en cours, le scénario du tome 2 est presque prêt, et j’ai désormais une super relectrice pour la cohérence historique en la personne de ma frangine ^^ Il y aura pas mal de modifications à faire, des décisions importantes que je rechignais à prendre, mais le résultat sera d’autant plus qualitatif !

Nouvelle chronique littéraire ! Vous me connaissez, j’adore le steampunk. Eh bien aujourd’hui, on s’attaque à l’un des monuments du genre, l’un des romans qui lui a donné naissance, ni plus ni moins ! Si le steampunk vous est étranger, je vous explique tout sur la page du blog intitulée : « Steampunk, qu’est-ce donc ?« . Ecrit en 1983, Les Voies d’Anubis est un roman de Tim Powers, l’un des trois à avoir donné naissance au steampunk avec Homonculus de James P. Blaylock et Morlock Night de K.W. Jeter. Pour ne rien gâcher, la maison d’édition Bragelonne l’avait réédité il y a quelques années dans une édition ma foi pas dégueu du tout 😀

Lire la suite
Publicité

La Ligue des Ecrivaines Extraordinaires

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Force à tous ceux qui sont concernés par les incendies en Gironde, j’ai la chance de pas habiter dans les coins où ca crame mais je suis les news et ca me terrifie >< Tout ces hectares de forêts brûlés alors qu’on en a terriblement besoin, ces gens qui ont tout perdu en un seul jour… Comment peut-on être con au point de déclencher des trucs pareils, et volontairement en plus dans le cas de Landiras…

Nouvelle chronique littéraire ! J’avais si hâte de vous en parler ❤ Grâce à la librairie La Zone du Dehors (R.I.P., je regretterai toujours de ne pas avoir pu y aller autant que j’aurais voulu), j’ai découvert la série La Ligue des Ecrivaines Extraordinaires, publiée chez Les Moutons Electriques. Le coup de foudre a été immédiat 😀
Pour ceux à qui le titre dirait quelque chose, c’est inspiré de la célèbre Ligue des Gentlemen Extraordinaires, une série de comics steampunk (yay ❤ ) écrite par Alan Moore qui est un grand auteur de comics. Une adaptation au cinéma de ce comics a été faite en 2003, mais si elle se regarde très bien (film de mon enfance, donc forcément j’ai du mal à ne pas aimer), elle a beaucoup déçu les fans de la série et Alan Moore s’en est complètement désintéressé. Bref ! Le principe était de rassembler dans une ligue, façon Avengers, des héros littéraires du XIXe siècle tels que l’homme invisible, le capitaine Nemo, Dr. Jekyll et son alter ego Mr. Hyde, ou encore Allan Quatermain.
Eh ben dans cette nouvelle ligue, retrouvez les meilleures auteures du XIXe siècle contre les pires créatures de la littérature de leur siècle ! J’étais obligée de craquer ❤

Lire la suite

Premières lignes… #217

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

On situe cette histoire au début du Ve siècle après la Grande-Fracture. La date exacte des évènements sera laissée à la libre imagination du lecteur, qui devra souvent faire appel à sa fantaisie s’il suit ce récit. S’il ne goûte guère l’absurde, l’impossible, l’irrationnel, l’illogisme et le fantasque, alors il lui faut abandonner ici la lecture.
Pour celui qui décide de continuer, entrons dans l’histoire sur la pointe des pieds, en ouvrant juste un peu la porte, comme l’on entre dans le boudoir d’une jeune fiancée en pleins préparatifs.

Cette fiancée s’appelait Enhilde de Fronlieu. Fille unique du dernier comte de la lignée, ses parents avaient fui les révoltes d’hiver en s’exilant dans le nord-est des îles Blanches. Ils y avaient été chaleureusement accueillis par la bonne société locale, d’autant mieux qu’ils s’y étaient tout de suite illustrés par de grandes réceptions, rappelant les fastes d’autrefois aux insulaires nostalgiques.
Quelques années après avoir posé le pied sur le sol des îles, la comtesse de Fronlieu avait miraculeusement enfanté une petite fille. Le couple ne souffrait d’aucune difficulté pour concevoir des enfants, mais encore fallait-il que monsieur et madame de Fronlieu aient été assez intimes pour que ce miracle ait lieu.
Ainsi naquit Enhilde, enfant bien portante et docile. Au fil des années, elle devint un jeune fille avec toutes les qualités requises pour être bien mariée. Ses parents lui avaient appris à cacher son insatiable tendance au bavardage, arguant que le charme discret de son visage serait davantage apprécié. A dix-sept ans, elle avait déjà eu cinq soupirants, dont trois l’avaient demandée en mariage.

Ses parents avaient porté leur choix sur lord Wistock, dont la rente et le domaine étaient assez conséquents pour faire oublier la fadeur du personnage. Lord Fenimorth Wistock avait un physique assez commun et manquait cruellement de fantaisir. Il ne se risquait jamais à un trait d’humour. D’ailleurs, il le valait peut-être mieux car il était naturellement dépourvu de ce dernier.
C’est donc au triste lord Wistock que la douce Enhilde s’apprêtait, en ce soir d’automne, à jurer fidélité et obéissance.

Les trois fantômes de Tesla

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Dans la série « j’ai trop de bouquins et pas de volonté », je voudrais la carte « achat de livres à 1€ », ce qui active la carte piège « plancher au bord du suicide »… Ouep, l’inclinaison du sol sous mes étagères est un poil flippante.

Nouvelle chronique littéraire ! Une autre BD que j’ai découverte au festival de la BD d’Angoulême 🙂 La série comportera normalement trois tomes, et le dernier doit sortir en juin 2022 : il s’agit des Trois Fantômes de Tesla, scénarisée par Richard Marazano et illustrée par Guilhem.

Lire la suite

Dreams Factory

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Weekend pour pas mal de monde, qu’avez-vous prévu de beau ? 😁

Nouvelle chronique littéraire ! Sans surprise, voici une nouvelle BD que j’ai découvert au festival de la BD d’Angoulême 😀 En vrai, ça faisait un moment qu’elle me faisait de l’oeil, donc c’était l’occasion rêvée, d’autant qu’elle ne fait que deux tomes ! Peut-être cependant qu’il ne s’agit que d’un premier cycle, mais en tout cas les deux BD se suffisent à elles-mêmes pour l’instant. Voici Dreams Factory, de Jérôme Hamon, Suheb Zako et Lena Sayaphoum ; les deux tomes sont sortis respectivement en 2018 et 2021. Pour mon plus grand plaisir, ils font partie de la collection « Métamorphose » des éditions soleil que j’aime beaucoup ^^ Et joie ! c’est une BD steampunk, vous savez comme j’adore ce genre ^^ (si vous ne le connaissez pas encore, foncez découvrir la page consacrée sur le blog pour plus d’éclaircissements 🙂 )

Lire la suite