Bienvenue lecteurs bizarres et étranges lectrices, j’espère que vous allez bien et que cette page saura vous séduire ! Steampunk : le mot est intrigant, si on le connaît on n’y fait plus attention, et si on ne le connaît pas on se demande ce que c’est que cet animal, et si des fois ça nous mordrait pas. Je ne sais même plus quand est-ce que j’ai découvert cette culture (oui, c’en est une), mais je suis très vite tombée sous le charme, au point d’en faire mon sujet de mémoire en seconde année de master ! Et je ne compte plus le nombre de fois où, en disant l’intitulé de mon sujet, les gens disaient « aaaah, ok », alors que ça se voyait façon mammouth, comme si une trompe leur poussait au milieu de la figure, que le mot « steampunk » ne faisait pas partie de leur vocabulaire. Je les compte sur les doigts d’une main ceux qui ont accepté de sortir de leur réserve polie, pour me demander ce que c’était. 

Pourquoi le mot fait aussi peur ? Parce qu’on ne connaît pas, parce que c’est de l’anglais ou un truc de geeks ou de « d’jeuns », parce que si tu fais un mémoire dessus c’est que c’est forcément un truc chiant et compliqué, ou que sais-je. Toujours est-il que je m’indigne contre ce racisme verbal envers ce pauvre mot qui n’a rien fait de mal à personne, et surtout j’adore le steampunk et j’ai envie de prêcher pour ma paroisse ^^ Il existe déjà sur ce blog une catégorie dédiée aux chroniques de romans steampunk, et des articles sur des conventions auxquelles je suis allée, mais là j’ai envie d’un truc plus complet 🙂 

Le but de cette page c’est donc de vous présenter de façon claire (et éventuellement hilarante) le steampunk, sa culture, ses livres, ses films, ses jeux, ses adeptes, et tutti quanti. Il y a beaucoup à dire, mais j’ai essayé de synthétiser le plus possible 🙂 N’hésitez pas à poser des questions ou à dire ce que vous en pensez :3 

Commençons par le commencement : ça vient d’où ton steam-truc bizarre là ? 

A la base, c’est un genre littéraire entre la science-fiction et la fantasy né dans les années 80. Il est parti d’une plaisanterie entre trois auteurs américains : Tim Powers, James P. Blaylock et K.W. Jeter. Leurs livres ont été traduits en français donc je vous encourage à les lire ^^ Ca a bien marché dans les pays anglophones, en France il faut attendre la toute fin des années 90 pour que des romanciers bien de chez nous tentent l’aventure. On peut d’ailleurs parler en France de « vaporisme » pour un terme plus franco-français, mais « steampunk » est quand même le plus utilisé aujourd’hui. Comme grosses sources d’inspiration, on trouve notamment les romans de H.G. Wells (L’homme invisible, La Machine à explorer le temps) et de Jules Verne.

De genre littéraire, le steampunk s’est étendu à plein d’autres domaines : décoration, romans, BD et mangas, cinéma, jeux vidéos, expositions, conventions, costumes, etc. J’y reviendrai plus tard, mais aujourd’hui, c’est par les costumes que vous avez le plus de chance de croiser le steampunk, visuellement c’est un genre qui marque et qui claque 😛

Concrètement, ça parle de quoi ? 

Grosso modo, le steampunk propose de réinventer le XIXème siècle en mettant l’accent sur la révolution industrielle et le bouillonnement scientifique, et en recréant la technologie de cette époque : si vous voulez reconnaître du steampunk, un bon moyen c’est de chercher les engrenages et les dirigeables, les automates et les machines bizarres. Généralement, on se base sur les machines à vapeur, c’est de la que vient le « steam » de steampunk… par contre la partie « punk » fait polémique : rebelle ou pas, à vous de vous faire votre idée !

En fait, le petit soucis, c’est que comme le genre est né d’une plaisanterie, et a perduré dans une atmosphère bon enfant, il n’y a pas de définition bien carrée. Un spécialiste du stempunk français, Etienne Barillier, propose 3 points à retenir, auquel j’ajoute un quatrième :

  • C’est une uchronie, c’est-à-dire que ça réinvente l’Histoire à partir d’un évènement donné. Ca se passe en général au XIXème siècle, pour les puristes entre 1850 et la Première Guerre Mondiale. L’intérêt de cette période, ce sont les grandes découvertes scientifiques (dans pratiquement tous les domaines, occultisme y compris), le style victorien ou Belle Epoque, etc. Mais on peut aller plus loin, puisque la plupart des conflits sociaux ou éthiques de notre XXIème siècle… ben on retrouve un peu les mêmes au XIXème siècle, et ça permet de faire des parallèles très intéressants.

 

  • Métaxtuel, un gros mot pour dire que ça s’inspire de plein de romans du XIXème siècle. Et quand je dis plein de romans, c’est vraiment PLEIN. Tout est bon à prendre, depuis Jules Verne jusqu’à Frankenstein en passant par Alice au Pays des Merveilles, Maupassant, ou encore Sherlock Holmes. Après, rassurez-vous, on ne vous demandera jamais de tout lire XD Vous pouvez même le prendre comme une porte d’entrée vers une littérature à laquelle vous ne vous êtes pas encore frotté.

  • Jules Verne et H.G. Wells, leurs maîtres à tous. Je l’ai déjà dit, mais c’est important de bien insister sur eux, parce qu’ils sont vraiment à la base de tout. Wells pour sa machine à voyager dans le temps, et Verne pour presque tout le reste. Dans quasiment tous les romans steampunk que j’ai lu il y a au moins une référence à Jules Verne, quand il ne fait pas carrément partie des personnages.

 

  • Petite précision personnelle : les trois règles précédentes peuvent être adaptées selon votre bon plaisir ! C’est pour ça que le steampunk est un peu compliqué à définir, il est en perpétuelle évolution. Auteurs et créateurs adorent s’en servir parce que le steampunk permet une grande liberté de création. Par exemple, on peut ne pas se cantonner au XIXème siècle et choisir une autre époque pour y introduire automates et engrenages : ce genre de « déviation » a donné par exemple le dieselpunk. En gros, c’est la même chose mais ça se passe dans les années 50, et le diesel a remplacé la vapeur comme source d’énergie. Autre exemple, on peut fait intervenir la fantasy avec des créatures imaginaires, ou mélanger steampunk et genre gothique ou policier. C’est sans fin ❤

J’y comprends rien, on fait comme on veut en gros ? 

Nein ! On peut adapter les règles, mais pas s’en affranchir totalement, sinon le steampunk n’aurait plus aucun sens. L’idée de base, comme pour tout bon récit en général, c’est la cohérence. Tant que tu respectes les règles de base, ou que les adaptations que tu en fais restent logique dans ton roman et ton univers steampunk, tout baigne et tu as toute liberté pour faire comme bon te semble.

Pour vous donner un exemple bien concret, prenons les costumes steampunk. Aujourd’hui, c’est LE truc steampunk à faire, créer son propre costume, voire se créer une identité steampunk, un peu comme un jeu de rôle. Si vous vous contentez de coller des engrenages un peu partout sur un haut de forme, ben… c’est pas steampunk. Par contre, si vous faites en sorte que vos engrenages imitent le fonctionnement d’une machine, et suggèrent un mécanisme (si vous êtes bricolo, vous faites un vrai mécanisme), là on cause ! L’idéal, c’est que votre costume soit logique et pas purement décoratif. En allant plus loin, vous pouvez tout à fait faire un costume de Jedi ou de Stormtrooper steampunk si ça vous chante, je l’ai déjà vu en convention : mais dans ce cas, votre costume doit être logique, le steampunk doit se voir dans toute son esthétique, et pas seulement avec trois engrenages sur le revers du manteau.

Ca peut sembler casse-pompes dit comme ça, mais ce que je veux essayer de vous montrer, c’est que le steampunk est très libre : tant que vous pouvez expliquer votre démarche, vous pouvez tout faire, c’est un énorme appel à la créativité ! Et surtout surtout : faites-vous plaisir. La majeure partie de la communauté steampunk est bon enfant, ce sont des passionnés qui adorent voir de nouvelles personnes entrer dans leur jeu, personne ne vous mettra au pilori pour un corset mis de travers ou un costume fait sur un coup de tête ^^

Le steampunk aujourd’hui c’est quoi ? 

Beaucoup, beaucoup de choses, pour mon plus grand bonheur ❤ Et une des toutes premières choses à dire, c’est qu’il ne se limite plus au trio USA-Angleterre-France : ça a touché toute l’Europe et l’Asie, avec beaucoup de succès en Belgique et au Japon (Miyasaki s’en est énormément inspiré pour ses films), et presque partout aujourd’hui, même dans des pays où on ne s’y attend pas comme le Brésil 😛 Chaque pays ou culture peut réinventer son XIXème siècle, et ouvrir de nouvelles perspectives. Je vous conseille si vous avez l’occasion de feuilleter le livre Steampunk, Visions d’un autre futur : il présente 31 artistes steampunk à travers le monde !

Plus concrètement, le steampunk s’est étendu à beaucoup de domaines, et je vais essayer d’en faire un rapide tour d’horizon :

  • Les costumes : Il suffit de faire un tour sur Internet pour en avoir des centaines d’exemples. Les éléments récurrents sont les chapeaux haut-de-forme, les lunettes d’aviateur (ou « goggles ») et les corsets pour ces dames. L’idéal est de confectionner soi-même son costume : en effet, le steampunk est très lié au concept de « D.I.Y » ou « Do It Yourself », en anglais « Faites-le vous-mêmes ». L’idée c’est qu’il est beaucoup plus gratifiant de trouver, d’assembler, de bricoler ou de coudre, et de pouvoir exhiber ensuite fièrement le fruit unique de son travail.

  • La bijouterie, les accessoires et la décoration : Découlent directement du précédent, c’est un style que beaucoup d’artisans apprécient. En cherchant un peu sur le net, vous pouvez rapidement trouver des bijoux ou des objets steampunk très sympas, mais comme toujours, le must c’est de réussir à faire soi-même un ou deux accessoires pour frimer comme il se doit ^^

  • Les films et séries : Le steampunk est visuel avant tout, et les films en sont le meilleur exemple, les effets spéciaux étant un vrai pain béni pour représenter toutes sortes de machines. Exemples divers : Wild Wild West, les deux films Sherlock Holmes avec Robert Downey Junior, Le Château dans le Ciel, ou récemment Mortal Engines.

  • Les jeux de rôle et les jeux vidéos : Directement liés à la culture geek, ce sont les jeux de rôle qui ont donné l’impulsion steampunk en France pour les romans ! Il y en a encore aujourd’hui, c’est toujours sympa à faire et on retrouve aussi le concept lorsqu’on se crée une identité steampunk (ou « steamsona »). Mais aujourd’hui, les jeux vidéos sont rois, et pour le steampunk, il y a deux titres incontournables : la trilogie Bioshock (que J’ADORE) et la duologie Dishonored.
  • La littérature : Y en a toujours et c’est pas prêt de s’arrêter ! J’ai surtout étudié le côté français en ce qui me concerne : il y a beaucoup de romans qui viennent surtout de petites maisons d’éditions comme Le Chat Noir, mais récemment on a eu la trilogie Les Mystères de Larispem qui est franchement géniale chez Gallimard, et Bragelonne republie depuis quelques années des romans steampunk aux magnifiques couvertures ! Les bandes-dessinées marchent encore mieux, grâce au visuel, le top du top et la plus connue étant Lady Mechanica de l’américain Joe Benitez, mais en France y en a plein aussi, suffit de chercher ! Les mangas ne sont pas en reste, et je ne peux que vous conseiller l’excellent City Hall, ou encore Full Metal Alchimist.

 

  • Conventions et associations : Que ce soit un évènement type Japan Expo ou spécial genres de l’imaginaire, vous avez de grandes chances de croiser des costumes steampunk. Ces conventions se multiplient en France, il ya de grandes chances qu’il y en ait au moins une qui se déroule annuellement près de chez vous. N’hésitez pas à discuter avec les steamers, ils ne mordent pas 😉 On peut également croiser des stands tenus par des associations promouvant le steampunk. Autant aux USA les associations sont très liées entre elles, autant en France c’est plus compliqué ; mais sachez que peu importe où vous vous trouvez, vous pouvez trouver une communauté steampunk à laquelle éventuellement adhérer. A Paris c’est La Société des Libellules, dans le Sud-Ouest c’est Chitra, dans la région lyonnaise c’est CLIVRA, et en Bretagne il y a la Breizh Steampunk Society, pour vous donner les plus grandes. Sinon, je vous conseille la page Facebook Amateurs de steampunk francophones, y a de belles choses à voir et plein de gens à rencontrer ^^

  • Les sports : OUI, il y en a ! Le duel de thé, le duel d’ombrelles et la course de théières, les deux premiers ont même leur propre Fédération Française, je ne déconne même pas. Mais mon p’tit préféré reste la course de théières, je rêve d’en voir une un jour 😀

Ca a l’air un peu gamin ton affaire, c’est pour les jeunes et les geeks… 

Que nenni, trois fois nenni ! Des steamers, y en a de 7 à 77 ans, et même un peu plus, j’ai croisé des dames de 60 balais en robes à tournure avec bibi assorti, et des messieurs du même kilométrage en tenue d’explorateur avec tromblon en bandoulière. Le steampunk est vraiment un genre qui peut parler à tous, et chacun peut s’y adonner de la façon qu’il souhaite ; les scientifiques apprécieront l’aspect mécanique, les littéraires le côté artistique, et même si vous n’êtes ni l’un ni l’autre il y a toujours quelque chose à faire.

En plus, passé un certain seuil, le niveau de complexité de certaines créations force l’admiration, et il faut vraiment reconnaître tout le travail et le temps passé derrière. La majeure partie des steamers en France se situe dans la tranche d’âge 25-40 ans, tout simplement parce que c’est la période où on a assez de sous pour faire de vraies belles choses, et où on peut organiser son temps.

En fait, la critique de « gamin » vient d’un ensemble de gros préjugés français qu’il est temps d’évacuer une bonne fois pour toute de la société. J’en avais déjà parlé dans un article sur la littérature jeunesse. Cette critique ne touche pas que le steampunk, mais tous les genres de l’imaginaire : sous prétexte que ce n’est pas de la littérature classique, ou que ce sont des oeuvres de pure fiction, les critiques se sont empressés de cataloguer tout ça comme une sous-littérature, une fuite de la réalité qui n’est acceptable que pour les enfants. C’est une critique que je trouve vraiment infâme, parce que tu te fais classer débile juste parce que tu aimes faire parler ton imagination ; ce sont des gens qui jugent sans savoir et c’est pire que tout, donc ne rentrez pas dans leur jeu ! C’est comme la nourriture, faut goûter avant de dire qu’on aime pas 😛

Et surtout, l’imaginaire est idéal pour critiquer la société actuelle par l’allégorie,  l’imagination est à la base de tout, y compris du réalisme. Pour rester dans l’exemple du steampunk, il y a plein de réflexions intéressantes à creuser, et les gens ne s’en privent pas : critique de la société de consommation actuelle et de la technologie qui nous dépasse, condition de la femme (pour rappel le féminisme est né vers le milieu du XIXème siècle), clivages sociaux, colonialisme et racisme, écologie… Ce sont des aspects qui émergent de plus en plus, un peu moins dans les costumes parce que les froufrous aristocrates ça plaît toujours, mais dans la littérature c’est de plus en plus abordé !

Et si on a envie d’en savoir plus ? 

Voici 4 livres clairs et très bien faits, que je vous conseille si ça vous intéresse ! Normalement, on peut les trouver facilement en libraire ou même en bibliothèque 🙂

  • La Bible du Steampunk de Jeff VanderMeer, un très beau livre des éditions Bragelonne, écrit par un spécialiste du steam américain. Le point plus, c’est qu’il présente des aspects très différents du steampunk (belles photos à la clé), et apporte une réflexion et une critique interne de cette culture.

  • Le Guide Steampunk de Etienne Barillier et Arthur Morgan, en poche aux éditions Hélios. Assez récent, il est très synthétique et clair sur le steampunk, avec plein d’exemples de romans, de BD et de films !

  • Tout le Steampunk ! de Etienne Barillier et Raphaël Colson, si vous avez envie d’un ouvrage plus pointu et complet sur l’histoire du mouvement, non seulement en France mais aussi ailleurs.

tout-le-steampunk-

  • Steampunk, visions d’un autre futur – 31 portraits d’artistes à travers le monde de Anthony Cadafalch. Je vous le remets ici, et je m’empresse de vous le reconseiller pour voir ce que peut donner le steampunk à travers le monde ^^ Après, si vous voulez quelque chose d’un peu plus français, il y a Effluvium de Didier Grafet et Xavier Mauméjan, qui est une pure merveille visuelle !

Voilà voilà ! J’espère que cette page vous a intéressés, encore une fois n’hésitez pas à donner votre avis ou à poser des questions en commentaires, je serai très contente de vous répondre 🙂 Le steampunk est vraiment une culture qui vaut la peine d’être découverte et appréciée, donc n’hésitez pas à vous renseigner, à fouiller un petit peu et à développer votre propre idée du genre et de ce que vous aimeriez en faire 😀 

Je dois soutenir mon mémoire en septembre, et ensuite j’espère pouvoir publier mon travail sur les femmes et le roman steampunk en France, et vous mettre le lien du fichier sur le blog ! Je vais chroniquer tout plein de romans steampunk aussi dans les mois qui suivent, si vous avez des conseils de titres je suis toute ouïe ^^ Je pense aussi faire une page connexe à celle-ci, où je vais faire une liste des livres (romans, BD, mangas,…) steampunk lus et de ceux qui m’intéressent, pour vous donner des idées de lecture 🙂 

"

    • Haha, j’ai essayé de faire synthétique mais c’était compliqué ^^ Merci d’avoir essayé et d’être honnête 🙂 Je suis contente que ça te plaise quand même !

  1. Super article !! En lisant ton article je me suis rendue compte que La Passe-miroir a en fait clairement des influences steampunk (la montre à gousset, les automates, les dirigeables, la jambe de fer de Thor, les chapeaux hauts de forme…), je n’y avais jamais pensé ^^’

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s