Archives de Tag: littérature jeunesse

Les beaux albums de Clotilde Perrin

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ On se retrouve pour une nouvelle découverte d’albums jeunesse et d’artistes coup de coeur : aujourd’hui, je vous propose de découvrir quelques livres de Clotilde Perrin ! N’hésitez pas à jeter un oeil sur son site Internet 🙂
J’ai découvert ses albums complètement par hasard, mais j’aurais pu y passer des heures, j’étais comme une gamine sur certains ^^ Les illustrations sont très colorées et très douces en même temps, avec un style qu’on reconnaît tout de suite !

Le voyage dans les images de Clotilde Perrin a commencé dans les Vosges, là où elle est née. Après un BTS en communication visuelle à l’école Estienne, elle a suivi les cours de l’Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg en section Illustration. Outre des collaborations occasionnelles pour la presse (AstrapiJ’aime LireLes Belles HistoiresRevue XXI…), elle a illustré une trentaine d’albums pour la jeunesse chez différents éditeurs et publié des ouvrages plus personnels aux éditions Rue du Monde. Au Seuil jeunesse, elle a publié Dessus-dessous la nature, A l’intérieur des méchants et A l’intérieur des gentils (pas si gentils…)Clotilde Perrin vit à Strasbourg.

T’es fleur ou t’es chou ? de Gwendoline Raisson et Clotilde Perrin

Cet album s’attache à balayer les frontières entre les genres et rappelle qu’en matière de jeux, les enfants, qu’ils soient nés dans une fleur ou un chou, aiment délaisser leurs jouets de fille ou de garçon pour des compositions plurielles. Nous découvrons ici Lila, Léo et Maël et leurs jeux de prédilection. Des princesses et des poneys certes, des chevaliers et des robots bien sûr, mais surtout de nouvelles combinaisons lorsqu’ils jouent ensemble. Surgissent alors les « dînette-mitraillette » ou encore le « rugby-princesse ». Gwendoline Raisson, nouvelle auteur, signe un texte pétillant et en rime. Clotilde Perrin a composé des illustrations foisonnantes et emplies de mille et un détails pour parler de ce sujet avec humour. Un album joyeusement fantaisiste qui s’amuse à dépasser les mises en boîte un peu figées et les « Dis-moi comment tu t’appelles et je te dirai à quoi tu joues ».

Clotilde Perrin a fait la partie illustration de ce très joli livre, que j’aime beaucoup ^^ Fleur ou chou, rose ou bleu, poupée ou camion, pourquoi choisir ? Si vous cherchez à casser les stéréotypes de genre avec votre enfant, c’est une super lecture avec une conclusion très rigolote !

Ici et là, les maisons d’Akira, de Claire Ubac et Clotilde Perrin

Depuis sa première demeure à jamais perdue (le ventre de sa mère), Akira parcourt le monde. Le temps passe, Akira grandit, part à l’aventure, rencontre l’amour, fonde une famille… passant ainsi d’une maison à l’autre. La hutte de pêcheur de son enfance, détruite par la tempête, fera bientôt place à une maison aux murs chauffés par le soleil. Quand celle-ci devient trop étroite, le ciel étoilé fera un temps office de maison pour Akira, ivre de liberté – mais attention, il est des maisons que personne ne souhaite…
Au fil du temps, Akira croît en sagesse. Sagesse qui lui fournira la ruse idéale pour trouver un abri astucieux, et éternel… Là où même la Mort ne viendra pas les chercher.

Un très joli album que j’ai vraiment adoré, avec une portée philosophique : Akira va connaître plusieurs maisons au cours de sa vie, ainsi que plusieurs émotions. L’ennui, la tristesse, le deuil, mais aussi la joie, la découverte, le plaisir de faire des rencontres,… A chaque fois notre héros croit avoir trouvé son petit coin de Paradis, mais à chaque fois l’aventure vient le tirer de son nid. Les couleurs en particulier m’ont énormément plu ! A découvrir et à relire, pour les enfants mais aussi pour les parents ❤

A l’intérieur de mes émotions, de Clotilde Perrin

Saviez-vous que la peur aimait le bouillon de poule mouillée ?
Que la joie est une véritable rockstar de la chanson sous la douche ?
Colère, tristesse, joie, peur et dégoût, cinq émotions fondamentales à découvrir sous toutes les coutures et en s’amusant afin de mieux les comprendre et les exprimer !

Un super livre avec plein de volets à soulever ou à tirer pour révéler les secrets des différentes émotions ! Les cachettes et les petits détails sont légion pour le plus grand bonheur de la lecture. Les couleurs et les illustrations sont très parlants, pour mieux comprendre ce qui est à l’oeuvre quand on ressent telle ou telle émotion : la colère explose, la tristesse écoute du blues, le dégoût a le coeur retourné, la peur se cache et la joie déborde de vie ^^ A découvrir !

Dans sa valise, de Clotilde Perrin

Il était une fois, derrière des collines, une petite maison habitée par un petit homme qui préparait sa valise pour partir en voyage. Navigant sur des océans, gravissant des montagnes, plongeant dans les profondeurs de la mer, le petit homme (et le lecteur avec lui !) va aller de surprises en surprises et de découvertes en découvertes. On avance dans ce livre en soulevant des flaps (plus de 35 !) qui sont comme autant d’obstacles à soulever pour permettre à notre petit homme de poursuivre sa route. Au fil de ces aventures, au fil des pages, celui-ci va avoir besoin de ce qu’il a mis dans sa valise pour avancer, mais aussi trouver des objets qu’il va y ranger. Au lecteur d’être attentif : que reste-t-il à la fin de ce voyage dans la valise ?!

Sans hésiter mon préféré jusqu’ici ! Cet album aussi fait la part belle aux volets à soulever et aux petits détails à découvrir, un vrai régal 😀 L’histoire est pleine de surprise et de rebondissements autour de cette mystérieuse valise : que contient-elle ? Quel objet va servir au héros ? Et à la fin, saura-t-on quel était le but de ce voyage ? Une très belle lecture que j’ai beaucoup aimé ❤

J’espère vous avoir donné envie de découvrir les albums de Clotilde Perrin, je ne les connais malheureusement pas tous mais à chaque fois que j’en lis un, c’est comme une addiction : je veux absolument (re)lire tous les autres 😀 Et vous, la connaissiez-vous ?

Publicité

La nuit des Yokaï // Le Pays Incroyable // Les mystères de Harris Burdick

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Encore une fois, je vais vous bassiner avec mes albums jeunesse favoris ^^ J’en ai encore trois à vous montrer, trois beaux livres, trois histoires très particulières…

La Nuit des Yokaï de Romain Tasek

Jeune habitant de Tokyo aux lunettes cerclées de vert, Tanaka n’aime pas vraiment son travail. Sa véritable passion : trouver des yōkai, des esprits farceurs dont il est convaincu de la présence parmi nous. Une légende prétend que les yōkai se montrent à ceux qui souhaitent les voir lors de la « nuit de feu » : Tanaka se met alors en tête de passer cette nuit spéciale dans un temple au sommet du mont Kentoku. La porte du sanctuaire passée, exécutant les gestes traditionnels de respect que demande ce lieu de recueillement, il prononce son vœu d’apercevoir les esprits farceurs. Son souhait sera-t-il enfin exaucé ?
Tout au long de ce très chouette album, l’enfant poursuit la lecture avec la possibilité de poser sur son nez les mêmes lunettes vertes que porte le héros. Rattaché au livre par un ruban rouge, l’accessoire « magique » a la particularité d’avoir des verres rouges, petite subtilité qui permet de faire ressortir les yōkai cachés tout au long des pages. Les verres des lunettes de Tanaka étant transparents, il passe malheureusement à côté des esprits farceurs pourtant proches de lui… mais comme ces derniers sont visibles pour le lecteur, cela apporte une touche rigolote au scénario. Le lecteur possède ainsi une clé qui manque à ce pauvre Tanaka.
En plus d’être une histoire originale, La nuit des yōkai nous plonge dans un folklore japonais peuplé de créatures étranges comme le Kasa-Obake, un yōkai cyclope en forme de parapluie. Avec une prédominance de couleurs primaires contrastées, les illustrations s’étalent sur de belles doubles-pages, l’auteur-illustrateur maîtrisant autant les ambiances de Tokyo chargées de détails que la mise en scène de décors plus minimalistes. Cette aventure nipponne est une jolie réussite qui mérite le détour !  

Fan du Japon devant l’éternel, et surtout de son folklore, j’ai sauté sur cet album dès que je l’ai vu ! L’histoire est celle d’un jeune garçon qui veut à tout prix voir des yokai, des esprits et entités fantastiques japonais ; ni bons ni mauvais, leurs apparences sont des plus farfelues et il vaut mieux les connaître et savoir comment les aborder. Dans un livre pour enfant, ce soucis transparaît moins, car Tanaka se jette à coeur joie dans ses recherches : mais où qu’il aille, il ne voit rien ! Alors que le lecteur, en revanche, muni d’une pair de lunettes rouges (fournies avec le livre), peut voir ces fameuses créatures, bien cachées dans les illustrations. Un petit lexique à la fin permet de découvrir les noms et les particularités des différents yokaï que l’on découvre dans le livre : je les connaissais déjà pour ma part, mais cet album a été une très jolie surprise. Si vous voulez faire découvrir une facette originale du Japon à votre enfant, je vous le recommande !

Le Pays Incroyable de Norman Messenger

Résumé : Alors qu’il est en mer, l’auteur aperçoit une terre étrange, qu’il n’a jamais vue. Surpris et fasciné, il accoste pour en savoir plus…
« A peine avais-je posé le pied sur l’île que je tombai immédiatement sous son charme. Aucun endroit au monde ne ressemblait à celui-ci. Les arbres, les plantes, les créatures et les gens étranges qui la peuplaient défiaient l’entendement. Il fallait sans délai que j’explore et étudie cet endroit incroyable et que j’en consigne les particularités. »
A sa grande stupeur, Norman Messenger va croiser des habitants pas plus hauts que des poupées, des arbres à voile qui ne poussent que sur de petites barques en bois ou encore des oiseaux qui portent d’immenses cuissardes pour ne pas se mouiller les pieds.
Ce livre se compose d’une carte de l’île et de planches thématiques décrivant les habitants et les animaux qui peuplent ses contrées, ainsi que ses végétaux, ses montagnes et ses incroyables paysages. Certaines double-pages comportent des rabats et ménagent des jeux graphiques chers à Norman Messenger.

Je connaissais déjà Norman Messanger grâce à son album Imagine, que j’aimais beaucoup mais qui me faisait un peu peur aussi ^^’ J’ai découvert cet autre album avec beaucoup de plaisir : les mélanges entre les plantes, les animaux, les objets ou même le paysage sont complètement délirants ; la présentation, à base de petits textes et de rabats, fait beaucoup penser aux albums documentaires de la collection Gallimard (vous connaissez forcément, même si vous ne voyez pas tout de suite de quoi il s’agit). Bref, un documentaire très sérieux sur un pays totalement fou, à découvrir absolument ^^

Les mystères de Harris Burdick, de Chris Van Allsburg

Il y a plus de vingt ans paraissait un livre étonnant: un recueil de quatorze dessins découvert par Chris Van Allsburg chez un éditeur de livres pour enfants. L’auteur les avait publiés sans les textes correspondants. Il avait disparu. Seuls un titre et une phrase permettaient à l’imagination de reconstituer les histoires… ou d’en créer d’autres. Voici ces dessins dans une nouvelle présentation, accompagnés d’une préface inédite de Chris Van Allsburg, et surtout… augmentés d’une quinzième planche, et non la moindre, mystérieusement retrouvée…

Cet album a été un vrai coup de coeur et m’a complètement retourné le cerveau ❤ Il s’agit d’un ensemble de 14 dessins, tous destinés à illustrer une histoire… mais sans l’histoire ! De chaque récit, il n’y a que la première phrase. Les illustrations sont magnifiques, toutes représentent des scènes étranges, improbables ou fantastiques. On meurt d’envie d’inventer la suite, et c’est justement ce qu’ont fait plusieurs auteurs dans un recueil intitulé Les Chroniques de Harris Burdick : même Stephen King s’est prêté au jeu. Bien entendu, je veux absolument m’offrir l’album, le recueil, et me frotter à ces fameux dessins moi aussi :3

Ces présentations vous ont-elles plu ? Avez-vous envie de lire ces albums ? Dites-moi tout en commentaire 🙂

Une histoire sombre, très sombre // Le Loup dans la Lune // Zhinü

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Halloween approche, c’est une de mes périodes préférées de toute l’année 😀 Pour fêter ça, et préparer dignement vos enfants à inspirer la peur plutôt qu’à la ressentir (quoique, une classe d’enfants qui débarque me fait déjà peur dans n’importe quel contexte 😛 ), voici trois albums que j’ai découverts et adorés !

Une histoire sombre, très sombre, de Ruth Brown

Résumé : Dans ce pays, il y a un bois sombre, très sombre. Dans cette histoire, il y a un chat noir, très noir. Et à ce conte pour ceux qui aiment se faire peur, très peur… il y a une fin drôle, très drôle ! Découvrez ou redécouvrez ce célèbre album de Ruth Brown, qui a également créé Crapaud, Boule de Noël, Dix petites graines et Le voyage de l’escargot.

Mon avis :

Il s’agit d’une histoire randonnée, c’est-à-dire une histoire qui fonctionne comme une ritournelle (type « Gentille Alouette » ou « Mon âne »), avec des actions qui se suivent sur le même schéma narratif. Moi qui aime les histoires sombres, le titre a suffi pour m’intriguer, malgré une couverture pas hyper attirante, disons-le. Mais à l’intérieur, c’est un régal ! Des illustrations comme j’aime, qui nous font avancer peu à peu, toujours plus profond dans un décor sombre, très sombre… Un vrai décor de maison hantée ^^ Comme une poupée russe, chaque page dévoile un autre mystère, jusqu’à la chute de l’histoire, à la fois drôle et très mignonne. A découvrir 🙂

Le Loup dans la Lune de Hernan Smicht et Pamela Wehrhahne

Résumé : Il est une histoire très ancienne qui raconte qu’un loup féroce et implacable veille depuis la nuit des temps sur la lune, qui renferme en son sein toutes les terreurs du monde… Mais qu’arriverait-il si leur gardien manquait à sa mission ? Une fable moderne qui évoque, à travers un mythe animal, les principaux thèmes de l’histoire de l’humanité : la peur, l’espoir, l’imagination…

Mon avis :

Ohlala. Ohlalalalalala ❤ Coup de coeur. Amour. Bouya. Rien que pour les illustrations, je suis amoureuse. Noir, blanc et rouge, un jeu de contrastes magnifique, des images certes angoissantes mais surtout sublimes. L’histoire est un peu plus complexe que l’album précédent, plus abordable à mon avis à partir de 6 ou 7 ans, mais je l’ai adorée du début à la fin. Je ne vous dis rien pour ne pas vous gâcher la surprise, mais c’est un album que j’adorerais avoir pour moi. C’est une légende de monstres et de cauchemars, une légende sur la lune et la nuit, une belle histoire sur le fait de combattre ses peurs. Et comment ne pas s’attacher au loup, héros de l’histoire ? Dangereux, mais aussi protecteur, dévoué à sa cause. Bref, ne passez surtout pas à côté de cette petite merveille 🙂

Zhinü, de Pog et Stéphanie Léon

Résumé : Le coucher est le pire moment de la journée ? Heureusement, Zhinü veille. Zhinü, c’est une lumière qui brille au milieu de la nuit. Il y a également Puck, une peluche cousue de fil d’or et d’argent. Comme chaque nuit, Zhinü et Puck combattent les créatures tapies sous le lit. Mais ce soir, la bataille sera plus grande. Adieu monstres et croquemitaines !

Mon avis :

L’album précédent vous a donné des frissons ? Très bien, alors passons à un joli moment de noirceur et de douceur ^^ Ici, les couleurs dominantes sont le noir, le bleu sombre et le rose lumineux. Une petite fille terrorisée dans son lit tente de combattre les monstres de la nuit, bien protégée par sa veilleuse et sa peluche qui ont pris vie. Petit à petit, elle se sent chez elle dans la nuit. Et quand revient la lumière… c’est presque trop triste ! Alors vivement la prochaine nuit, pour jouer à nouveau parmi les lueurs et les ombres. Les illustrations sont aussi jolies que trognonnes, et j’ai adoré la chute de l’histoire ❤ Si vous connaissez un enfant qui a peur du noir, c’est l’album idéal !

J’espère que vous avez aimé cette nouvelle présentation, personnellement j’adore vous présenter ces pépites et ces heureux hasards ^^ Connaissiez-vous ces livres ? Avez-vous envie de les lire ? Dites-moi tout en commentaire !

La fleur qui me ressemble // Frida // Je suis Camille

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Je vous propose à nouveau un article sur les petites pépites que j’ai trouvées, parmi les albums jeunesse de la bibliothèque où je travaille ^^ Je suis toujours plus fascinée par la créativité des certains de ces ouvrages ; et du coup, je trouve d’autant plus dommage qu’on les réserve aux enfants, qu’une fois adulte on doive s’en détacher à moins de travailler dans le milieu. Bref, lisez des albums 😀

La Fleur qui me ressemble, de Thomas Scotto et Nicolas Lacombe

Résumé : Ce soir, il y aura une foule d’invités.
Il faudra encore être polie et ne pas faire la tête.
Louise préférerait rester seule, seule ou juste avec les fleurs qu’elle aime.
Mais ce soir, une autre fille est là… Mary.
Louise et Mary savent toutes les deux qu’elles devront passer la soirée ensemble. Comme tout le reste, c’est toujours décidé comme ça. Mais tombe cette question inattendue :
— Dis, Louise, tu ne trouves pas ça bizarre que les autres n’entendent pas ce que les murs chantent ?

La soirée qui s’annonçait maussade bascule dans la fête. Louise montre à Mary ses fleurs secrètes cachées derrière sa bibliothèque. Tous ses dessins de vent et d’imagination. Les deux jeunes filles s’emparent des draps du lit et leur donnent vie. Elles dansent, tournent, tournoient, font s’envoler la lumière… La danse de Loïe Fuller est née. Mary et Louise se sont trouvées.

Mon avis : Avec ce bel album j’ai découvert à la fois des illustrations magnifiques, une histoire fabuleuse, et une artiste dont j’ignorais tout. Le livre est un hommage au travail de Loïe Fuller, de son vrai nom Mary Louise Fuller. Incroyablement inventive et créative, elle fut l’une des artistes les plus importantes et les mieux payées du monde du spectacle ; on la connaît surtout pour ses danses fabuleuses, où elle fait tournoie avec des voiles et vêtements d’une amplitude démesurée, évoquant une fleur, un papillon,… Avec l’arrivée de l’éclairage électrique, la lumière joue un grand rôle dans ses représentations. Bref, un album à lire et une belle oeuvre à connaître !

Frida, de Sébastien Pérez et Benjamin Lacombe

Résumé : L’une des plus grandes figures de l’art mexicain du XXe siècle inspire Benjamin Lacombe et Sébastien Perez pour leur nouvelle collaboration. Pour lui rendre hommage, Benjamin Lacombe propose une immersion inédite dans le processus créatif de l’artiste. Une succession de pages découpées et un texte poétique nous entraînent dans les profondeurs de l’âme de Frida Kahlo. À la manière d’un recueil de pensées, le livre explore les thématiques qui sont chères à Frida : l’amour, la mort, la terre, les animaux… Sébastien Perez insère dans son texte des phrases extraites des correspondances de Frida pour restituer de la façon la plus sincère et vraie ce que l’artiste ressentait « par-devers elle et face à elle ».

Mon avis : Sébastien Pérez et Benjamin Lacombe, mes chouchous de toujours ❤ Et comme d’habitude, je me régale avec cette merveille ! Hommage à la grande artiste peintre mexicaine Frida Kahlo, l’objet-livre est tout simplement ma-gni-fique. Pages découpées, progression des illustrations inspirés des tableaux de l’artiste, des couleurs vibrantes et des scènes qui marquent l’esprit. Comment ne pas tomber amoureux ? Le texte est également inspiré des écrits de Frida ; je ne connaissais rien sur elle, ce fut l’occasion d’apprendre et de me passionner pour le personnage. Quelle femme ! Quelle vie ! Et quel livre ❤

Je suis Camille, de Jean-Loup Felicioli

Résumé : L’histoire d’une petite fille née avec un corps de garçon. Un album émouvant et nécessaire.
Cette rentrée est très importante pour Camille. Rejetée par ses anciens camarades d’école qui n’acceptaient pas sa différence, elle espère se faire de nouveaux amis. Heureusement, elle devient rapidement copine avec Zoé, une fille débordant d’énergie. Mais Camille hésite à lui confier son secret…

Mon avis : Un album idéal pour parler aux enfants d’un sujet complexe : l’identité de genre, à ne pas confondre avec l’expression de genre (= comment la personne exprime son genre), et encore moins avec l’orientation sexuelle (= le ou les genres qui nous attirent). Camille est donc une fille trans, c’est-à-dire qu’elle est née garçon, mais se sent fille et veut être désignée comme telle. L’histoire va aborder plusieurs moments délicats pour la jeune fille : son coming out auprès de son amie, les émois amoureux lorsqu’un garçon s’intéresse à elle,… Heureusement, elle est soutenue par ses parents qui comprennent et acceptent le choix de leur fille. Le dessin est très agréable et sert à merveille le récit. A découvrir !

C’est tout pour aujourd’hui, j’espère que les albums vous ont plu et inspirés 🙂 Y en a-t-il un que vous préférez ? Ou un que vous souhaiteriez recommander ? N’hésitez pas à tout me dire en commentaire !

Les mésaventures de Frédéric // Virginia Wolf // Lotte, fille pirate // Passion et Patience

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ On se retrouve pour un nouvel article où je vous présente des albums jeunesse qui m’ont fait craquer, j’espère que vous aurez envie de les lire vous aussi 😀

Les mésaventures de Frédéric, de Ben Manley et Emma Chichester Clark

Résumé : Dans un grand manoir perdu au milieu d’une forêt, Frédéric vit reclus dans sa chambre. Allongé sur son lit, il s’ennuie. C’est alors qu’un avion en papier lui parvient : Emily, une petite fille qui n’a pas froid aux yeux, lui propose de sortir jouer ! Mais le jeune garçon est inquiet : et s’il attrapait froid ? Et s’il se cassait une jambe ? D’un avion en papier à l’autre, Emily fait tout pour le convaincre de la rejoindre…

J’ai adoré ! L’écriture de l’album m’a captivée : Frédéric et Emily vont échanger des lettres par la fenêtre, mais chacun a son style bien à lui ! Emily envoie des avions en papier avec des mots simples et joyeux, pleins de couleurs ; Frédéric lui répond par des lettres bien soignées, ampoulées, où il témoigne autant de sa bonne éducation que du fait qu’il a une enfance très (trop) protégée. La fin m’a beaucoup fait rire, et les illustrations ne sont pas en reste ! Un bel album qui nous rappelle qu’il est important (enfant ou adulte ?) d’oser s’amuser.

Virginia Wolf de Kyo Maclear et Isabelle Arsenault

Résumé : Virginia, la soeur de Vanessa, est d’humeur féroce – elle grogne, elle hurle à la lune et elle fait des choses très étranges. Elle est prise d’un cafard si intense que toute la maison semble sens dessus dessous. Vanessa fait tout ce qu’elle peut pour lui remonter le moral, mais rien n’y fait. Jusqu’à ce que Virginia parle à Vanessa d’un lieu imaginaire, un endroit merveilleux nommé Bloomsberry…

Avant de lire cet album et de me renseigner dessus, je ne connaissais l’auteure Virginia Woolf que de nom et de renommée. J’ai quelques uns de ses livres dans ma (très ingérable) PAL. Précisons donc que cet album fait implicitement référence à Virginia Woolf, une grande écrivaine féministe, qui a souffert de dépression au cours de sa vie au point de se suicide par la noyade ; elle était cependant très proche de sa soeur peintre, Vanessa.
On retrouve dans l’album, très joliment illustré, le lien complice et tendre qui unit deux soeurs, ainsi que le thème de la dépression, qui peut toucher aussi bien les adultes que les enfants. Quant à Bloomsberry, c’est une référence au Bloomsburry Group, un cercle d’artistes dont Virginia et Vanessa étaient membres. Pour moi, en même temps qu’un bel hommage, l’album nous montre que la créativité est un moyen idéal de s’exprimer, de communiquer, et même de guérir les sombres pensées…

Lotte, fille pirate de Sandrine Bonini et Audrey Spiry

Résumé : Lotte n’est pas une fille comme les autres : dès qu’elle met un pied hors de la ferme de ses parents, en pleine savane africaine, elle file dans son repaire secret retrouver son ami le toucan, Igor l’oiseau de feu – grand danseur de son état. Elle n’a peur de rien, Lotte : ni d’Achille le lion ni d’Horace l’énorme éléphant. Avec eux, elle mène une existence de pirate entre réel et imaginaire, explorations magiques et collections de trésors trouvés dans la nature.
Jusqu’au jour où la rivière, la vraie, déborde encore plus que son imagination… Un album coloré à la gloire de l’imaginaire échevelé des enfants, une belle amitié entre un toucan et une enfant sauvage de la jungle, une aventure à suspense qui culmine dans une émotion magnifique.

Gros coup de coeur pour les illustrations de cet album : colorées et sauvages, elles vous bondissent littéralement aux yeux. J’ai été captivée et encore aujourd’hui je le re-feuillette quand je peux, tellement les images sont vives. Lotte, la petite fille de l’histoire, est le reflet de cette vie qui jaillit, danse et tournoie.

Passion et Patience de Rémi Courgeon

Résumé : Gustave est un ingénieur, il passe son temps à dessiner, crayonner, façonner des structures. Il commence dès le plus jeune âge, en construisant un pont reliant sa maison à celle de ses deux voisines jumelles : Passion et Patience. Tout au long de sa vie et de ses créations, c’est à elles qu’il se confie. Mais si l’une, Passion, n’est qu’emballement et tourbillon, et pousse Gustave à créer toujours plus, la seconde, Patience, est posée, et calme les affres du créateur en lui apportant de la sérénité…

On retourne dans les références historiques avec ici un album en hommage à Gustave Eiffel… même si au début de la lecture on ne s’en doute pas ! L’album se concentrera surtout sur deux héroïnes, et pas des moindres. Passion et Patience sont deux soeurs aussi liées que différentes ; elles sont également l’allégorie des deux sentiments contradictoires qui guideront et présideront à la réalisation de la célèbre tour. L’histoire et les illustrations sont très jolies, et les jumelles captivent très vite 🙂

Voilà pour ce nouveau petit tour d’horizon de mes coups de coeur jeunesse, j’espère qu’ils vous ont plu ^^ N’hésitez pas à m’en conseiller d’autre, je développe une vraie passion pour les albums 😀