Archives de Catégorie: Tags

Petits challenge, questions en tout genre et exercices d’écritures ^^

Tag : Si vous étiez dans un manoir hanté

Par défaut

Salutations bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Ca faisait longtemps, et enfin voici venue l’heure d’un nouveau TAG « Si vous étiez… » ^^ Je vous avoue que j’adore de plus en plus faire ces petits challenges sauce jdr ! Et comme j’adore aussi les histoires de maisons hantées, et qu’il faut que je rééquilibre ma balance émotionnelle après les répugnantes joyeusetés de Noël, je vous propose de partir sur un petit scénario d’épouvante comme je les aime 😛 

Le principe est toujours le même : je vous pose 20 questions pour vous mettre dans la peau du personnage que vous inventerez, un peu à la manière d’un jeu de rôle. Vous pouvez y répondre en restant vous-même ou pas, mais l’idéal c’est encore d’être aussi inventif et créatif que possible ! Vos réponses ne sont pas obligées de tenir compte de la réalité ou des lois physiques 😉 

C’est notre quatrième tag, mais je tiens encore ici à rendre hommage à ceux qui ont accepté de répondre aux précédentes éditions : Marion nous a régalés avec sa bibliothèque idéale, Benjamin a été un lecteur fantabuleux, Anne-Cécile nous a fait pleurer de rire en se glissant dans la peau d’une héroïne de comédie romantique, je vous demande maintenant d’accueillir Luc ! Alias Luxy, alias « meilleur bogosse du monde » pour les intimes. Grand pourvoyeur de jeux de société de qualité, illustre descendant d’un authentique Viking qui ressemble à un mélange entre Gandalf et Hagrid, un vrai pote comme on n’en fait plus, s’il n’existait pas il aurait fallu l’inventer u.u Pour couronner le tout, il écrit, et bien en plus ! Je ne doutais pas de lire un chef d’oeuvre, mais il m’a prouvé qu’il pouvait faire encore mieux : j’ai ri, mais j’ai ri XD 

1) Vous voilà devant votre nouvelle maison, c’est un beau et grand manoir à l’architecture gothique victorienne, avec plein de recoins secrets et même un cimetière privé, construit par-dessus des vieilles catacombes mayas. Ah, et tous les anciens proprios sont décédés dans des circonstances inexplicables. Qu’est-ce qui pourrait mal se passer, je vous le demande (non, c’est trop tard pour changer, c’est votre maison). Alors, vos impressions ?

Ma foi c’est fort grand, il faut bien se l’admettre… Niveau ménage, ça va être l’angoisse chaque semaine, mais niveau cache-cache, quel luxe ! Si seulement j’avais encore 6 ans… Oh well, c’était pas cher, l’ancien proprio semblait excité (ou soulagé ?) de me la refiler et les murs ne suintent quasiment pas ; ça devrait convenir à tout le monde ici, non ?

2) L’ancien proprio a l’air d’onduler sévèrement de la toiture. Il vous donne toute une liste de recommandations : ne pas oublier de saluer le tableau au-dessus de l’escalier principal, donner à manger à la poupée, ne jamais aller dans la petite pièce de l’appartement bas, une prière tous les vendredis à 16h53 en sacrifiant un melon,… vous les suivez ?

Ma foi, tout le monde a ses petites lubies, y en a bien qui font du feng shui, du cosplay ou qui écrivent encore des blogs non ? J’écoute d’une oreille un peu distraite. J’ai toujours été fort pour ça. J’faisais parti des connards en classe qui pouvaient se permettre de regarder ailleurs mais de quand même retenir tout ce que le prof disait (oui, celui-là même, ça vous énerve hein ?). Je ferai ce qu’il demande la 1ère semaine, pour m’amuser et au cas où il reviendrait à l’improviste et résilierait mon bail, voyant que poupée n’a pas eu ses Whiskas… J’en profite pour rencontrer mes voisins qui couchent dans leurs sous-sols privatisés : M. de Nostradamus, G. Raspoutine, E.A. Poe, A Hitler… Que des noms à coucher dehors… Ben ils dorment dehors tiens ! En parlant de tiens, c’est pas le nom de mon proprio ça ?

3) On retrousse ses manches, c’est le moment de poser les meubles ! Seulement, vous manquez de place avec tout ce que les anciens propriétaires ont laissé sur place. Y a tout un tas de vieilleries sous des draps blancs, et ptet quelques draps qui bougent. Que faites-vous ?

Roaaaah flemme.

4) Dans un vieux meuble planqué dans une pièce fermée à clé, puant la poussière et le cadavre de rat fermenté, vous trouvez une relique qui a appartenu aux tout premiers propriétaires du manoir. Qu’est-ce que c’est ?

J’ai jamais vu une statuette aussi moche…

5) La porte du grenier s’ouvre en grinçant mélodieusement à chaque fois que vous passez devant, et vous ne voyez qu’un trou de ténèbres derrière. Ca a l’air très engageant ! Vous entrez ? Si oui, que trouvez-vous ?

Pourquoi pas, allons chercher une échelle pour monter… Ah mais ça veut dire aller chercher l’échelle dans le jardin. Et s’il n’y a pas de lumière, c’est que l’ampoule est pétée. Va falloir refaire l’éclairage. Et puis vu comment le salon est gavé à ras bord de saloperies, le grenier ça doit être le Vietnam…

Roaaaah flemme.

6) La nuit, des gémissements et des murmures vous réveillent en sursaut. Le geste ferme et le pied trébuchant, la voix bien empâtée et l’oeil vitreux, dites-nous votre réaction.

Je prends ma meilleure arme à portée (mon smartphone) d’un geste ferme, je tente d’hurler mais mon pied trébuchant je me cogne le genou sur le lit, donc finalement je hurle. J’arrive à reprendre mon souffle entre deux jurons slaves et, la voix empâtée, prononce très poétiquement : « NiiiéééééKKSSSEcéééé ksebrroOOOooDEL ?! » (ou quelque chose y ressemblant).

Ah oui et j’y vois rien parce que j’ai l’œil vitreux (pour faire plaisir au conteur).

7) Bon, vous ne vous sentez étrangement pas très à l’aise dans votre superbe manoir hanté, et vous décidez de prendre quelques précautions pour vous rassurer. Quelles sont-elles ?

Déjà, je fais installer une alarme Verisure(c), car elle me protège des agresseurs extérieurs et intérieurs, grâce à son système de caméra thermosensible réversible pouvant autant détecter la fougue débridée d’un tueur en série que la fraicheur printanière du souffle d’une banshee !

Ensuite, je cours chez Cash Converter(c) pour convertir mes bijoux en or (et ceux des anciens proprios, parce que bon maintenant c’est à moi aussi hein, y a pas que les emmerdements dans le contrat d’habitation) pour les convertir en argent ; et ainsi créer des balles en argent !

Je vérifie mes stocks de La Baleine(c) également. J’investis massivement !

Mmmmh… et j’hésite à installer un monte-escalier Stannah(c), parce qu’une chute mortelle est si vite arrivée…

8) Vous croisez enfin votre premier fantôme ! A quoi ressemble-t-il ?

 

Ridicule…

9) Catastrophe, il vous poursuit. Ca fait des années que votre seule activité sportive est de vous lever le matin (et vous trouvez qu’on ne vous félicite pas assez pour ça d’ailleurs), et ça se sent. Si vous ne voulez pas vous faire rattraper comme une pauvre pucelle effarouchée, il va falloir vous planquer ! Heureusement, ce ne sont pas les recoins qui manquent. Où vous cachez-vous ?

Pff pff… raaaah, j’aurais p’t’être dû faire le ménage finalement, ça m’aurait fait rebosser un peu mon cardio… Faites que mes années de cache-cache me servent à quelque chose…

L’escalier sous l’escalier ? La bibliothèque cachée ? Le passage secret ? AH ! Trouvé ! Sous le drap du meuble que je n’ai pas déplacé ! Je savais que j’ai bien fait de ne pas faire le ménage !

10) Vous êtes terrorisé désormais. Tableaux qui bougent, fantômes qui parlent, reflets dans le miroir, empilement improbable de meubles, trop, c’est trop. Et par-dessus tout le reste, il y a cette chose, cette horreur infâme qui vous donne envie de hurler rien qu’à l’imaginer, celle qui vous fait trembler dans votre slip. Vous osez à peine en parler, mais vous allez devoir nous la décrire.

J’ai cru apercevoir l’ombre d’un cauchemar. Une informité nauséabonde, hurlant ses psalmodiements incohérents et stridents contre les murs tremblants de la maison. Aussi rapide et insidieuse qu’un crotale rancunier. Aussi putride et attirante qu’un égout mal évacué.

Mon ancienne belle-doche…

11) Pas de téléphone, pas d’Internet, la voiture ne démarre pas, les policiers se sont copieusement gaussés de votre histoire à dormir debout. Quand vous rentrez, les murs sont badigeonnés de sang et tous vos cookies ont disparu. Ca va, vous le vivez bien ?

Je commence à me dire que ce n’était peut-être pas une si bonne affaire que ça… Je pensais que les murs pouvaient attendre ; mais ce saligaud de proprio s’était bien gardé de me montrer l’arrière-boutique !

Et en plus j’ai plus de quoi racheter des cookies, après avoir tout dépensé dans La Baleine(c)…

12) Seul vous n’y arriverez jamais, faut vous rendre à l’évidence. Vous invitez donc un ou plusieurs amis à sacri… heu pour vous aider ! Décrivez-nous un peu la troupe.

J’ai pris le haut du panier et le bas du plafond à la fois ! Fred, le blondinet endimanché toujours tout sourire et positif. Insupportable en somme.

Daphné, la rouquine débile plus occupée à se poudrer le nez qu’elle a collé sur le miroir de mon entrée qu’à apprendre l’orthographe de « Coucou ».

Véra, la p’tite boulote avec son énorme paire de lunettes, toujours à critiquer quoi que soit et tout ce que le monde entreprend. Si elle avait assisté à la genèse, et que Dieu lui avait dit : « Et la lumière fut ! » ; elle lui aurait répondu : « Et elle est de quelle couleur d’abord je vous prie, mmph ? ».

Et enfin le clou du zoo. L’autre grand dadais qui a comme seul exploit d’avoir réussi à combiner le côté mou du hippie et le côté chiant du punk à chien, c’est-à-dire le chien… qui est déjà en train de finir mon frigo…

13) Vous l’attendiez, vous la deviniez, c’est notre star à tous, la Table de Oui-Ja ! Alors, cette séance, ça a donné quels mots ?

Pas bien compris… Ca a donné des lettres comme C, O, N, N, A, R, D ou F, D, P… 

14) Comme vous manquez de détails sur votre affaire, vous allez également consulter un spécialiste. Pas d’universitaire ès occulte ni de médium patenté dans le coin, donc on fera avec les moyens du bord : la vieille folle que vous avez vu sur le bord du trottoir en rentrant de vos courses et qui braille à qui veut l’entendre qu’elle a vu des gens morts fera l’affaire. Que vous révèle-t-elle ?

Elle semble terriblement perdue, et me déblatère des histoires de fantômes c… touliens (’’est dur à dire et encore plus à entendre), de malédiction millénaire et de damnation éternelle sur mon éternité éthérée mêlée à des histoires de tarte aux quetsches… dont elle me procure la recette. Enfin, si ce sont elles qui lui procurent cette haleine, pas sûr de vouloir essayer tout de suite.

15) Dans le doute, et même si vous êtes un mécréant de la pire espèce, vous tentez un p’tit exorcisme avec le prêtre du coin. Ca marche ?

Même si je ne suis pas croyant, je me prépare avec le plus grand sérieux qui soit. J’investis dans des crucifix et des sels consacrés, de l’eau bénite et apprend par chœur tous les versets appropriés, dans les différents cultes au cas où.

Je prépare le rituel et me met en place. Je commence. Tous se passe selon les textes. Je danse et chante dans ce monument maudit à la gloire de forces dont nous ne comprenons pas l’ampleur. J’entre en transe. Accélère ! Le temps ne fait plus sens pour moi, plus rien ne fait sens ! Et je finis par m’écrouler, à genou, la respiration haletante et les poings serrés dans une moiteur dégoulinante.

Mais rien n’y fait : je n’ai pas réussi à exorciser le prêtre du coin. Il me renvoie, l’air légèrement énervé, de son église dont le sol est pavé de sel, de sueurs et d’espoirs vains…

16) Vous savez enfin qui est la présence maléfique qui hante la maison et est à l’origine de tous vos tourments : Satan, un fantôme démoniaque, une explication rationnelle, les Illuminatis, une vieille lasagne oubliée dans le frigo qui a muté, dites-nous tout.

C’est pire que ce que tout ce que j’imaginais. J’en perd m’on français. Ce que je croyais n’être finalement qu’une peur tacite ancrée au plus profond de moi, comme un appel à la survie (par pur déni surement), était en fait pure réalité. Et pure folie.

Mon ancienne belle-doche est revenue…

17) Toute histoire d’horreur se doit d’avoir une victime. Votre ami si dévoué (et à qui vous aviez honteusement forcé la main) a trouvé la mort en vous aidant à lutter contre le mal, tout ça grâce à une décision stupide digne des plus grands clichés. Comment est-ce arrivé ?

Oh bah Fred, toujours aussi souriant et assuré, a proposé de tendre un piège au fantôme de ma belle-mère pour que nous l’attrapions et que nous rions tous ensemble de son infortunée situation. Le problème étant que ma belle-doche étant bel et bien morte (ne me demandez pas comment je peux en être aussi sûr), le filet qu’il s’était donné tant de mal à tricoter n’a été d’aucune utilité face à un esprit intangible… et il s’est fait éviscérer séance tenante par ma belle-mère irritée, sous les yeux incrédules de Véra (pas de Daphné, elle se repoudrait le nez).

Ah oui, et le hippie et le chien aussi sont morts. Ils servaient d’appât.

18) Le temps est venu de vous débarrasser à tout jamais de cette chose infâme qui hante votre manoir. Quel est votre plan d’action et avec quelles armes ?

On va finir comme ça avait fini la dernière fois : je vais me permettre un reproche sur son fifils bien-aimé, elle va se précipiter vers moi et va malencontreusement par un malheureux hasard fort dommage et ohlala que c’est terrible, affreux et triste tomber dans l’escalier dont elle n’aurait jamais dû remonter.

19) [FIN ALTERNATIVE 1] Vous êtes mort comme un gros sac, le manoir se rit de votre cadavre avec une musique angoissante et dramatique en fond. Comment diable en êtes-vous arrivé là ?

Ben j’avais oublié qu’elle était intangible, du coup mon pied l’a traversée… Mais elle a chuté quand même, par réflexe conditionné j’imagine ; mais elle s’est réceptionnée sur le monte escalier Stannah(c)… Je savais que j’aurais pas dû investir…

20) [FIN ALTERNATIVE 2] Le soleil couchant couronne votre exploit. Vous imaginez un avenir radieux, car tout est fini… n’est-ce pas ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bah oui c’est fini !

Vous vous attendiez à quoi ? Une conclusion ?

Roaaaah flemme.

 

Alors, que pensez-vous de ce petit TAG spécial maison hantée ? ^^ Je remercie encore Luc d’avoir accepté de répondre à mes questions, ça a été un grand moment ! Je crois que c’est à partir de l’exorcisme du prêtre que j’ai commencé à pleurer de rire XD

N’hésitez pas à donner votre avis en commentaire, ou à reprendre les questions pour essayer de raconter votre propre expérience terrifiante 🙂 Mais je vais tout de même désigner quelques victimes rituelles (mouahahahahahahah) : Sorbet-Kiwi, Vampilou fait son cinéma, Prête-moi ta plume et Temps de mots, éblouissez-moi 😛 

 

Tag : Si vous étiez une héroïne de comédie romantique…

Par défaut

Salutations bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Et voici le retour de mes petits tag spécial JDR ^^ Je vous avais déjà proposé « Si vous étiez bibliothécaire » et « Si vous étiez lecteur« , maintenant j’ai envie de corser un peu la donne ! Vous savez, je suis très difficile en matière de romances et de comédies romantiques, au point de les fuir quand j’en vois trop d’affilée ; elles finissent par toutes se ressembler et je finis par compter les clichés. Alors autant en rire 😀

Le principe est toujours le même : je vous pose 20 questions pour vous mettre dans la peau du personnage que vous inventerez, un peu à la manière d’un jeu de rôle. Vous pouvez y répondre en restant vous-même ou pas, mais l’idéal c’est encore d’être aussi inventif et créatif que possible ! Vos réponses ne sont pas obligées de tenir compte de la réalité ou des lois physiques 😉 

Comme pour les autres tags, j’ai demandé à une amie d’être ma victime sacrificielle, et de jouer le jeu en répondant à mes questions ^^ Marion avait fait une bibliothécaire formidable, Benjamin nous avait montré quel lecteur fantabuleux il est, cette fois-ci je vous présente Anne-Cécile ! Grâce et Elégance se sont penchées sur le berceau de cette jolie brune, qui est impeccable en toute circonstance, et tellement brillante qu’elle a réussi le terrible concours de l’Ecole des Chartes. Le Coronavirus provoquera l’Apocalypse et la Troisième Guerre Mondiale, mais Anne-Cécile sera toujours parfaite et adorable, elle nous sauvera et deviendra notre nouvelle déesse. Attention toutefois à ne pas abuser de sa bienveillance, sous peine de subir une répartie si cinglante que vous en deviendrez muet à vie. Ou au moins le temps de trouver une bonne réplique, ce qui est pratiquement impossible. Et j’ai ri comme une bossue en lisant ses réponses à mes questions XD

Te voilà transportée sans pitié dans le monde des cœurs, des émois, et de la nunucherie assumée. Quelle est ta réaction ?

Un peu de douceur et d’amour, ces temps-ci, ne peut nous faire que du bien !

  • Bon, je vais être magnanime et te laisser le choix de l’époque : quand donc se déroulera ta fantastique et merveilleuse histoire d’amour, tellement belle que tu en pleures des paillettes ? 

Les années 1900. L’époque où l’homme avait une foi aveugle dans le progrès et où les catastrophes n’étaient pas encore venues lui donner tort. Où pour séduire une femme, on notait un nom dans un carnet de bal. Où l’élégance et l’esthétisme étaient tellement présents… Je m’arrête. Je pleure, non pas des paillettes, mais des larmes de nostalgie.

  • Revoyons d’abord ton uniforme : décrit ta tenue et ses nuances de rose ! (couleur non optionnelle)

Un cardigan en mohair rose clair, un nœud en velours fuchsia, un camée et un béret ro… ah, on me dit dans l’oreillette que ces vêtements ont déjà été portés par Dolores Ombrage. Comment ça, maintenant que c’est choisi je ne peux pas en changer ? Attendez, je ne vais pas rester avec ça toute ma vie quand même ? Donnez-moi au moins la baguette magique !

  • Parce que tu t’ennuies dans ta petite vie monotone et sans intérêt, tu t’occupes en chantant, telle une héroïne Disney. Quelle chanson vas-tu chanter, et pour quelle activité ?

Comment chanter autre chose que Love Story de Taylor Swift, incarnation chantée du rose et de la paillette ? Quant à l’activité, ce sera probablement le ménage : il paraît que c’est moins insupportable quand on l’accompagne d’une chanson cucul, alors autant en profiter. Et ça me fera encore plus ressembler à une princesse Disney. Je fais attention à rester dans le thème, t’as vu.

  • Tu lis aussi, beaucoup, et que des romans à l’eau de rose (romanception) ou à la rigueur des guides pour atteindre la paix intérieure : quels sont leurs titres ?

Calme et attentif comme une grenouille. C’est un livre de yoga pour enfants dont j’ai vu la publicité dans le métro. Question paix intérieure, je me pose là.

  • Tout le monde te trouve bizarre, et ils n’ont pas tout à fait tort : ces deux raisons font que tes seuls brins de causette se font surtout avec des animaux. Mais lesquels ? (moineau, licorne, chat à pois roses ?)

Bruni, de La Reine des Neiges II. Non mais sans rire. Il est chou. En plus il est rose quand il se met en colère.

  • C’est jour de marché, tu t’y rends (en dansant), et entre un bocal d’oeufs au vinaigre et la cage d’un coq en fin de vie, tu as un coup de foudre. Peu importe qu’il soit aussi commun qu’une tranche de pain de mie, tu sais que c’est l’amour de ta vie : décris ta réaction et tes tentatives d’approche énamourées.

Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ; un trouble s’éleva dans mon âme éperdue… Tiens, c’est pas mal cette phrase. Faudrait peut-être en faire un poème à l’occasion… Ou une pièce de théâtre. Mais reprenons nos esprits. La dernière fois que j’ai dû courir après quelqu’un, c’était après le chat de ma voisine et je l’avais appâté à coups de boîtes de sardines le menant droit jusqu’à la maison. Mon instinct féminin infaillible m’avertit néanmoins que l’objet de mon affection n’est pas un chat mal élevé, mais un beau brun ténébreux. Je remplace donc les sardines par des muffins à la myrtille.

  • Tu ne sais pas trop comment, mais tu as réussi à obtenir le nom de ton âme soeur. Quel est-il ?

Carloman-Théobald. Ses parents ont l’air d’aimer le haut Moyen Age. On fera avec…

  • Le soir même, tu racontes tout à ta meilleure amie, avec beaucoup de détails qui n’ont jamais existé. Décris cette meilleure amie.

C’est la confidente parfaite des tragédies classiques : elle parle peu, me laisse les plus belles répliques et débrouille toujours les situations compliquées sans rien me demander en échange. Non, vraiment, je l’ai bien choisie…

  • Ta meilleure amie t’a donné des astuces et recettes in-croy-âââbles ma chérie pour te rendre belle des oreilles aux orteils : donne-nous en un ou deux exemples !

Pour rendre les cheveux blonds, il faut prendre des lézards verts, en retirer la queue et la tête et les faire cuire dans de l’huile qu’on appliquera ensuite sur les cheveux. Recette authentique trouvée chez Roger Bacon, un savant du XIIIe siècle. Si ce sont les Anciens qui le disent…

  • Vous passez des heures ensemble ton Jules et toi, à soupirer de concert et à vous effleurer le bout des doigts. Cependant, il a un petit défaut qui te perturbe tout de même : quel est-il ?

Il a un goût vestimentaire déplorable. Soit les couleurs jurent, soit les motifs sont dépareillés… « C’est vraiment pas possible ma chérie ! »

  • Mais tout s’explique, et ton coeur fond de nouveau devant cet homme si viril et sensible à la fois, un sombre traumatisme qui lui vient de son passé, et que toi seule saura apaiser par la force de ton amour : raconte-nous tout.

A l’âge de cinq ans, il a perdu sa mère entre deux rayons de chez Desigual et est resté une demi-heure entière parmi les manteaux tous plus improbables les uns que les autres. D’où sa haine des magasins de vêtements, et une incapacité totale à assortir les couleurs.

  • Ton coeur saigne et l’univers s’écroule… Il était avec une autre fille. Comment réagis-tu ?

Je tourne un clip musical déchirant sur la situation, c’est ce que font toutes les pop stars, non ? Tiens, Angel Eyes d’Abba dans Mamma Mia 2 me semble parfaitement approprié !

  • Retournement surprise au bon goût de trahison, cette vile gourgandine n’était autre que ta meilleure amie. Imagine une vengeance à la hauteur de cette infamie.

Je la bannis de mon groupe d’amis ultra-sélect’ ! Elle fera moins la fière, quand elle n’aura plus l’immense privilège de me voir et de me parler tous les jours ! (insérer ici un mouvement dramatique de la tête, faisant danser mes merveilleux cheveux blondis grâce à ses conseils)

  • Tu t’empares de la balle et c’est le but ! Premier baiser, félicitation, tu as des papillons dans le ventre, tu ne sais absolument pas dans quel sens faire tourner ta langue et tu te demandes si le filet de bave au coin de vos lèvres est bien normal. Comment se finit la nuit ? (clin d’oeil clin d’oeil)

Un shopping pour renouveler sa garde-robe, parce que, vraiment, c’est plus possible.

  • Catastrophe, enfer, désespoir, chaussette sale : tes parents n’approuvent pas cette passion ô combien scan-da-leuse, et veulent t’empêcher de voir ton grand amour. Que faire ?

Je fuis avec lui ! Comme Rose prévoyait de le faire avec Jack à l’arrivée du Titanic en Amérique ! Mais moi, j’emporte le cœur de l’Océan dans mes bagages.

  • Suite à un quiproquo aussi ridicule qu’improbable, ton bel amant ne peut plus te voir en peinture : quel est ton plan pour le reconquérir ?

Une dissertation en trois parties, trois sous-parties, avec une problématique (« pourquoi tu devrais me laisser une chance ? »), des transitions soignées, un exemple en début d’introduction et un autre en ouverture de conclusion. Qui ne cèderait pas face à quelque chose d’aussi parfait ?

  • C’est le moment de la course-poursuite, alors que Roméo s’apprête à prendre insérer moyen de transport ici (son attelage de dauphins) pour aller dans la lointaine contrée du Bourg de la Tronchenbiais. Des obstacles absolument terrifiants et insurmontables se dressent sur ton chemin, quels sont-ils ?

Ma meilleure amie. Enfin, mon ex-meilleure amie. Visiblement, la bannir de mon groupe ne l’a pas intimidée autant que je le croyais. Elle est vraiment très forte ! Je la ralentis en lui jetant à la figure l’intégralité de l’ancienne garde-robe de Carloman-Théobald, telle des peaux de banane dans Mario Kart.

  • Comme dans toute bonne comédie romantique cucul qui se respecte, vous organisez un mariage puant le luxe et la bourgeoisie, avec assez de monde pour remplir le Titanic (par contre vous n’avez aucune idée de leurs noms, faut pas trop vous en demander non plus) : décris-nous un peu ce mariage de rêve.

Mon ex-meilleure amie sert le champagne à tous les invités sans avoir le droit d’en boire une goutte : douce vengeance qui rend dérisoires toutes les autres beautés de la cérémonie…

  • Te voilà casée, mariée et bien mariée, ta joie déborde telle une bouche d’égout un jour de pluie. Tu rougis quand ton cher et tendre vient s’allonger à tes côtés, et avant même que tu ne te rendes compte qu’il vient de flatuler sous les draps, vient la fatale question : « Alors, heureuse ? »

La baguette magique de Dolores Ombrage est toujours dans la poche de mon cardigan. Je me rue dessus, transforme Carloman-Théobald en crapaud et le jette dans la mare la plus proche. Il n’a qu’à chercher une princesse de conte de fées pour le délivrer !

Alors, est-ce que cette romance vous a plu ? ^^ Dites-nous tout ! Et comme ce serait trop bête de ne pas faire tourner, je vais taguer de nouvelles futures héroïnes de romance pour voir comment elles vont s’en sortir, mouahahah 😀 Sorbet-Kiwi, Vampilou fait son cinéma, Mon Paradis des Livres, The Teapot Library, Kimysmile et Temps de Mots, est-ce que vous relevez le défi ? 🙂 Bien sûr, si vous n’êtes pas cité mais que le tag vous branche, reprenez-le, c’est cadeau !  

Tag : Si vous étiez lecteur…

Par défaut

Salutation bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Le dernier tag que j’avais fait, « Si vous étiez bibliothécaire », a l’air de vous avoir beaucoup plu, du coup j’ai décidé de retenter l’expérience avec un nouveau sujet, histoire de finir l’année en beauté ^^ Il sera plus classique, mais je vous promets plus d’originalité pour le prochain sujet, mouahahah 😉

Le principe est le même : 20 questions sont posées pour vous mettre dans la peau du personnage que vous inventerez, un peu à la manière d’un jeu de rôle. Vous pouvez y répondre en restant vous-même ou pas, mais l’idéal c’est encore d’être aussi inventif et créatif que possible ! Vos réponses ne sont pas obligées de tenir compte de la réalité : si par exemple vous décidez de ranger vos livres par télékinésie, ou si vous voulez vous inventer une nouvelle personnalité psychopathe qui répondra à votre place, c’est vous qui voyez ^^

Comme pour le dernier tag, j’ai choisi de proposer à un ami de répondre aux questions. Pour le premier tag, Marion avait été une bibliothécaire épatante, avec des réponses qui m’ont fait rire aux larmes, et je la remercie encore d’avoir participé ^^ Pour ce deuxième tag, j’ai proposé à Benjamin : le Benjamin est un grand animal rêveur et malicieux à quat’zyeux, que vous pouvez dénicher éventuellement devant son ordi ou dans l’univers parallèle que dissimule le rangement très personnel de sa chambre 😉 Pour l’attirer, imiter le cri du Pingu. Ses réponses sont imprévisibles et juste excellentes, moi je dis qu’on a un futur écrivain de talent 😀

  • Commençons par le commencement, que préférez-vous lire ? (romans, lignes de la main, dos des paquets de céréales,…) 

Je suis un polylecteur revendiqué, romans, comics, encyclopédies, si c’est écrit ça se lit ^^ mon péché mignon quand même je pense que ce sont les pages wikipédia ! Parfois bourrées de fautes d’orthographe et incomplètes, parfois aussi détaillées et plus denses qu’un lingot d’or, c’est un peu comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.

  • Pourquoi lisez-vous ? 

Quand ce sont de nouveaux livres, principalement par curiosité, pour découvrir le nouveau monde en miniature coincé dans les pages et entre les lignes de tout les bouquins jamais imprimés. Quand c’est le même bouquin que j’ai emprunté 18 fois en un an et que le bibliothécaire connait le code du livre avec lequel je vais repartir avant même d’être entré dans la bibliothèque, je me l’explique pas trop. Ah ça y’est, j’viens de comprendre à quoi ça sert le bouquin que j’ai déjà lu 18 fois. En fait ça sert à rien… Du coup ça nous renvoie à notre propre utilité : l’Homme face à l’Absurde !

  • Comment lisez-vous ? (assis sur une branche, en faisant le poirier, en récitant l’alphabet russe,…) 

Mon spot de lecture préféré, ce doit être la plage. C’est tout un art de lire à la plage, entre l’eau, le sable qui vient se coincer entre les pages, le vent, le soleil qui se reflète sur les pages blanches… et en même temps, quand on a trouvé le coin parfait, sans autre bruit que les vagues qui caressent la plage, avec un chapeau de paille et le spectre d’une sieste tellement agréable qui vous guette, c’est ce moment qui me fait me sentir seul au monde : j’ai l’impression de faire partie d’un tout, moi, le bouquin que j’ai emprunté 18 fois, le sable, la mer, le ciel, c’est entier, vous comprenez ? C’est bien fini. C’est pour ça, moi je me dis, c’est dans ces moments-là qu’on peut bien comprendre des trucs. Vous me prenez pour un con, non ?

  • Lecteur devant l’éternel et fier de l’être, comment manifestez-vous cette fierté devant le monde ? 

Pas très compliqué, il suffit de sortir un bouquin dans le RER pour avoir l’air 90% plus intelligent que n’importe qui d’autre dans la rame. À part ça, moi qui suis bordélique, les bouquins sont sans doute un des seuls trucs que je prends la peine de ranger dans ma chambre.

  • Un impudent se met en tête de critiquer vos goûts littéraires : comment réagissez-vous ?  

Chacun ses goûts, mais en même temps si tu commences à faire ta tête de cochon en mode « gnieu gnieu mais ça a l’air super nul ce que tu lis » ou « gnieu gnieu mais 100 de solitude c’est chiant je me suis endormi quand j’ai essayé de le lire gnieu » ben je dis juste qu’il y a des coups de fusil qui se perdent, et que tu ressembles encore plus à un sanglier qu’un malheureux cycliste sur une piste en forêt.

  • Comment ferez-vous pour convertir les pauvres païens qui ne connaissent pas les joies de l’imprimé ?

Je pense que les modèles historique nous en disent beaucoup sur les façons de gérer les païens, et qu’on pourrait s’en inspirer pour ces mécréants contemporains. J’hésite entre l’exemple de Charlemagne et des saxons, du royaume d’Espagne au XVème siècle, ou de Louis XIV et des protestants.

  • A quoi ressemble votre marque-page favori ? (une feuille morte, une facture dorée à l’or fin d’un truc très très cher, la main coupé d’un ennemi vaincu,…) 

Mon marque-page préféré, c’est celui que je peux oublier pendant des années entre les pages d’un bouquin, et retrouver en me disant, « ah mais oui c’est vrai, je me souviens de ce sacré bout de carton, ça alors, quels souvenirs ». Donc il faut qu’il ne soit pas trop cher, mais plein de couleurs, de préférence qui jurent bien, pour être imprimé dans ma rétine.

  • Comment rangez-vous (ou pas) vos livres ? 

Par ordre d’épaisseur. Si ce sont mes livres, je sais quel est leur sujet, donc pas besoin d’un système trop compliqué.

  • … En fait, même si vous les rangez à la perfection, il se passe parfois des choses étranges, comme un livre qui disparaît mystérieusement. Où est-il du coup ? 

Il est en train de voyager à travers le monde, il aime beaucoup la musique techno et passe tous ses étés à Ibiza. Un jour il rencontrera le magazine de ses rêves, mais se rendra compte que ce n’est qu’un chiffon superficiel, alors il retournera auprès de son grand amour de toujours, le livre à côté de qui je l’avais rangé pour la première fois.

  • Pour marquer votre bétail livresque, rien ne vaut un ex-libris à votre nom, et éventuellement avec un titre de noblesse bien ronflant parce que vous ne vous refusez rien : décrivez cet ex-libris.  

Une bonne vieille citation latine bien entendu : nulla dies sine linea comme dirait Pline l’Ancien. Écrite sur une feuille de parchemin posée sur une table à côté d’un bon gros fauteuil.

  • Vous tombez par hasard sur un livre abandonné comme un chien au mois de juillet, est-ce que vous l’adoptez ?

Tout les livres étant créés libres et égaux en droit, je l’adopte, je le lis en diagonale pour voir de quoi qu’il s’agit, et je le range au chaud sur une étagère.

  • Quelle est votre pire crainte de lecteur, celle qui vous donne des frissons, celle qui vous empêche de dormir la nuit ? 

Les gens qui cornent les pages des livres, c’est mon pire cauchemar.

  • Une boîte à livres est mise en place juste en bas de chez vous : combien de temps survit-elle à vos assauts ? 

On va dire le temps que je la remarque, ce qui peut prendre quelques semaines me connaissant !

  • Quelles sont les termes du contrat (très très pointilleux) pour permettre à un humble mortel d’emprunter l’un de vos ouvrages ?

Si t’ose corner les pages je te corne la nuque pareil, si tu m’empruntes un livre, tu es aussi obligé de l’apprécier. À part ça le plaisir de la lecture est désormais tiens.

  • Haro sur lui, il ne l’a pas rendu ! Que faites-vous ? 

Non mais en fait, s’il arrive à me voler un livre, c’est qu’en fait le livre voulait être volé, et donc voler des livres c’est beaucoup plus prestigieux que les acheter comme un vulgaire marchand, m’voyez ?

  • Si un… importun dirons-nous pour être poli… non sincèrement, si une petite raclure de bidet vous empêche de lire, quel sera son châtiment ?

Il doit photocopier l’intégrale du seigneur des anneaux, et ensuite il doit agrafer le résultat.

  • Passage obligé n°1 : la librairie (en ligne ou non), avec son incontournable frustration de ne pas pouvoir acheter tous les rayonnages. Comment surmontez-vous cela ? 

Simple et direct, je fonde mon parti politique, devient ministre de la culture, boom, j’ai accès gratuit et illimité à tout les livres jamais sorti en France, et j’organise un programme d’échange avec des bouquins étrangers pour que la France devienne une utopie littéraire accueillant les dernières sorties en Swahili ou en Télougou.

  • Passage obligé n°2 : la bibliothèque… Mais le ou la bibliothécaire est une personne qui méprise totalement vos goûts littéraires. Que faire ? 

Je deviens ministre de la culture et je lui offre des subventions illimités mais en échange je peux choisir 25% des bouquins qui viennent enrichir le fond. Plus sérieusement je l’emmerde et je change de bibliothèque, bibliothécaire c’est un métier comme arbitre, l’impartialité est de mise.

  • Passage obligé n°3 : le vide-grenier (ou tout autre endroit pour acheter des livres d’occasion). En tant que fin connaisseur, vous savez la valeur des choses. Mais en tant que fauché, votre banquier vous surveille tel le fantôme d’un vendeur d’assurances. Approche faussement indifférente, négociation, décrivez votre stratégie auprès du vendeur. 

Les livres d’occase : les gens veulent s’en débarasser, donc en général c’est plutôt facile. Moi ma technique de fourbe c’est juste : « Il est à combien ce livre ? Ah zut je n’ai que X € sur moi. Ah bon vous me le faites à ce prix ? Ah c’est vraiment gentil ».

  • Et enfin, parce que tout lecteur a la tentation de l’écrivain, tel le cycle de la poule et de l’oeuf, vous sentez naître en vous l’appel de la plume. Qu’écrivez-vous ? 

Le scénario d’une super série à la Game of Thrones, mais au lieu de Westeros, on est en France au Haut Moyen Age, et on suit les aventures des mérovingiens, des pippinides, des vikings, des pirates sarrasins, de Grifon la grosse tête à claque, Gontran le gars sûr, Brunehaut la vieille peau et Frédégonde la traitresse. Ce serait génial.

Alors, qu’en pensez-vous ? ^^ Débatez dans les commentaires, reprenez-le si vous voulez, pendant ce temps j’en profite pour taguer quelques innocents : Sorbet-Kiwi, Vampilou fait son cinéma, Klolianebooks, Les lectures de la Diablotine et Satine’s books 🙂 

Tag : Si vous étiez bibliothécaire…

Par défaut

Bien le bonjour tout le monde ! J’espère que vous allez bien ? Vous savez, je vois passer tout plein de tag en tant que blogueuse littéraire, et j’en ai fait beaucoup : la raison officielle, c’est que j’aime bien répondre aux questions, et la version officieuse, c’est aussi que c’est le genre d’article facile à écrire et rapide à poster ^^’ Mais au bout d’un moment, je me suis rendue compte que ce sont toujours les mêmes questions qui reviennent encore et encore et encore. Quels livres sur une île déserte ? Classique, et tout le monde déteste cette question (en tout cas moi je la déteste). Quelles habitudes de lecture ? Archi-classique, et c’est pas comme si quelqu’un allait répondre qu’il lisait en faisant le poirier et en fredonnant en mandarin. Liseuse ou pas ? Fausse question moderne, et au passage l’argument écologique ne tient pas puisque la fabrication d’une liseuse est un gouffre de matières premières et de métaux rares. Bref, vous voyez le topo.

Alors j’ai envie de tester et de créer un p’tit tag. Il ne sera pas forcément très innovant, mais j’ai jamais fait ça et j’en ai marre de reprendre les mêmes questions. Il ne marchera peut-être pas non plus, mais c’est le risque à courir. Alors je vais la jouer façon jeu de rôle sur table : je m’improvise maître du jeu, et vais choisir la victime qui répondra à mes questions 😀 J’ai demandé à super amie de prépa et elle a dit oui, alors roulement de tambour pour Marion ❤ La Marion est un petit être à cheveux courts, plein de ressources, avec un fort répondant et une plume féérique ; son habitat naturel se trouve entre les étagères des archives ou des bibliothèques, mais vous pouvez peut-être la débusquer avec un koala câlineur comme appât (c’est son doudou naturel). Vous avez hâte de lire ses réponses, et moi aussiiiii :3

Glissez-vous dans la peau d’un ou d’une bibliothécaire. Pas besoin d’avoir les connaissances requises au concours (moi-même je ne pense pas les avoir…), juste d’un peu d’imagination. Pas de restrictions de budget ni de nécessité réaliste, dites ce qui vous passe par la tête ! Vous pouvez répondre par des phrases et/ou une image, selon ce qui vous semble le plus intéressant ^^ Une seule consigne, soyez inventifs ! 

  • Quelle est la chose la plus importante selon vous dans votre bibliothèque ? (le rangement, la lumière, la fontaine à chocolat chaud planquée sous votre bureau ?) 

Le radar à Gremlins, pour préserver le rangement et le calme.

  • Comment rangeriez-vous les livres ?

Si je pouvais, selon un mode de classement fou qui combinerait par ordre alphabétique / date / genre / qualité, que je mettrais ma vie à concevoir et potentiellement qui nécessiterait un petit pacte avec le diable.

  • Décrivez un peu la décoration (chaînes au plafond, licornes qui broutent la moquette ?)

Vous voyez la bibliothèque de Harry Potter? Vous voyez un trou de Hobbit ? Mixez et laissez au frais jusqu’à ce que le mélange atteigne la consistance souhaitée.

  • Quels sont vos horaires d’ouverture ?

Tout le temps. Mais quand je dors (sur place évidemment), soyez autonomes les enfants.

  • Quel serait votre rayonnage préféré, et comment le mettriez-vous en valeur ? (spots lumineux, promo du style un livre emprunté le deuxième offert ?) 

Romans, romans, ROMANS ❤ que je ne mettrais pas en valeur : seuls les élus pourraient y accéder au prix d’une observation fine et du renoncement au clinquant que je pourrais installer par ailleurs.

  • Citez une chose que toutes les autres bibliothèques n’auraient pas, parce que la vôtre est la meilleure de tout le monde de l’univers.

(Ice) tea/chocolate time tous les jours de l’année !

  • Quelle punition réservez-vous à ceux qui ne rangent pas correctement les livres et mettent le bazar sur vos belles étagères ? 

Un lancer de Gaffiot ou tout autre pavé, 50 points si le petit orteil est touché.

  • Quel est le prix à payer pour un livre rendu en retard ? 

Ton âme.

  • Tant qu’on y est, parce que vous ne vous refusez rien, votre bibliothèque a un blason et une devise : quels sont-ils ? 

Pour le blason, un livre ouvert sur lequel se croisent une plume et un stylo ; pour la devise… lis, relis, recommence.

  • Quel est votre catégorie de lecteur préférée ? 

Les lecteurs. Parce que c’est déjà bien !

  • Le silence est-il d’or, ou bien y a-t-il une musique d’ambiance ?

Casques insonorisés pour tous, et chacun choisit d’y intégrer de la musique ou non !

  • Pour faire honneur à votre profession, avez-vous un uniforme ? Si oui, comment est-il ?

Non, parce que le changement, c’est maintenant !

  • Vous allez faire une exposition des livres que vous possédez : quel en sera le sujet, et comment sera-t-elle organisée ?

« Au fil des pages », et j’essaierais de présenter des livres ouverts les uns à la suite des autres un peu en mode cadavre exquis, ce qui permettrait de présenter les différences de mise en page, de style d’écriture, etc.

  • ATTENTION ! Catastrophe ambulante, le cauchemar de votre havre de paix : des enfants turbulents. Comment réagissez-vous ?

*Pointe la porte de sortie du doigt* : « Là-bas, un télétubbies ! »

  • Vous devez faire de la pub pour votre bibliothèque pour attirer du monde, que faites-vous ? 

De la pub ? Ma réputation me précède, allons !

  • Acceptez-vous la diversité d’opinions littéraires, ou telle une parfaite dictature, régnez-vous en maître sur l’esprit de vos sujets abonnés ? 

Le premier qui ramène un roman Harlequin, je lui fais bouffer par un orifice non prévu à cet effet.

  • N’importe qui dirait que vous travaillez assidûment sur votre ordinateur, lunettes sur le nez et souris en main. En réalité, est-ce le cas ? 

*scroll, scroll, scroll…* « hein? quoi? »

  • Le droit de cuissage livresque : lisez-vous vos nouvelles acquisitions avant tout le monde quitte à les mettre en retard sur le rayon, ou acceptez-vous que vos lecteurs se l’arrachent avant vous ?

Chasse au trésor géante à chaque nouvel arrivage, et que le meilleur gagne.

  • C’est l’heure du conte : comment allez-vous l’organiser ? 

Encens, petit somnifère dans le verre des gosses, et calinothérapie avec les parents.

  • Vous allez faire intervenir un auteur : qui, pourquoi, dédicaces autorisées ? 

Dieu, pour qu’il nous explique pourquoi 42. Dédicaces sur tables de pierre uniquement.

  • Voici le couronnement de votre carrière, la réalisation de votre Grand Oeuvre : vous avez publié un livre. Que deviendra-t-il dans votre bibliothèque ? 

Je l’éditerais sous forme de rouleau pour le faire courir sur les murs de la bibliothèque. Oui, même aux toilettes.

Alors, que pensez-vous de mes questions et des réponses de Marion ? :3 En tout cas, on a beaucoup aimé faire ce tag, et personnellement j’ai adoré ce que Marion a écrit, peut-être que j’en referai un autre sur un thème différent ! Mais pour l’instant, j’ai bien envie de connaître d’autres réponses, alors je vais taguer Sorbet-Kiwi, Ma Lecturothèque, Lilylit, Alice Neverland, Grâce Minlibe et Rattus Bibliotecus 🙂 Si vous n’êtes pas tagué mais que vous voulez quand même faire les questions, foncez ^^ 

Tag : Nos petites habitudes littéraires

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, aujourd’hui je vous propose un tag sur les pratiques de lecture, trouvé sur le blog de Minimouth Lit (que je vous conseille doublement si vous n’y êtes jamais allés), qui l’a elle-même trouvé sur le blog d’Angelakoala ^^ Si après avoir vu ces deux blogs vous avez encore du temps, je vous propose de passer sans au tag : ce n’est pas la première fois que je vous parle de mes habitudes de lecture, mais avec l’installation à Lyon, le master et la cohabitation avec un énergumène de type masculin, variété « copain », lesdites habitudes ont la vie dure ^^’

Est ce que tu as un endroit préféré chez toi pour lire ?

Eh bien c’est le premier point qui me rend triste : pas vraiment ! Autant chez mes parents j’avais un bon gros fauteuil ou à défaut le canapé avec une latte cassée qui le rend deux fois plus confortable (ça fait un creux pile de la taille de mon postérieur), autant sur Lyon adieu le fauteuil confortable et bonjour le lit avec une barre au milieu, ainsi que la chaise infernale où chaque position est un degré supérieur de torture…

 

Marque-page ou n’importe quel morceau de papier ?

Marque-page… quand j’y pense ! J’adore les marque-pages, mais quand je ne les oublie pas dans mes livres, j’oublie tout simplement d’en mettre ^^’ A croire que mes marques-pages sont en fait des extra-terrestres du MIB

 

Est-ce que tu peux t’arrêter de lire n’importe où dans le livre ou dois-tu attendre la fin d’un chapitre ? 

Je préfère attendre la fin du chapitre, mais si nécessité fait loi et que c’est la fin du monde sauf si j’interviens, je peux exceptionnellement consentir à m’arrêter en fin de paragraphe.

Est-ce que tu manges ou bois quand tu lis ?

Yep ! Du chocolat chaud surtout :3

 

Multitâches : musique ou télévision en lisant ?

J’ai beaucoup de mal :/ Pour moi, la lecture est une activité exclusive, s’il y a du son à côté ça me gêne et je finis par avoir mal au crâne.

Un livre à la fois ou plusieurs ?

Un livre à la fois, sauf cas de lecture pour le travail, dans ce cas je peux faire plusieurs en même temps. Mais si c’est juste pour moi, je ne suis fidèle qu’à un seul et unique livre à la fois u.u

 

Lire à la maison ou ailleurs ?

La maison, celle des autres, les transports, le cinéma, par-tout !

 

Est-ce qu’il t’arrive de sauter des pages ou même de jeter un coup d’œil plus loin dans le livre ?

Oui m’sieurs-dames, c’est même parfois un réflexe ^^’ Je saute surtout des pages si je vois un triangle amoureux : je déteste ce genre de truc scénaristique, alors je saute des pages pour savoir comment le triangle amoureux va tourner, comme ça je peux me concentrer uniquement sur l’histoire quand je reprends ma lecture. Mais parfois, juste quand je tourne la page je zieute la page d’en face, du coup j’attrape quelques mots au vol et je poursuis la lecture par réflexe XD

 

Casser la tranche ou la garder intacte ?

Je faisais beaucoup ça quand j’étais petite, parce que je voulais lire à table mais que les gros livres étaient durs à garder en place. Maintenant, je ne le fais plus du tout : mes parents ne sont plus susceptibles de m’engueuler, donc je peux faire n’importe quoi à côté de l’assiette, et faire des constructions improbables pour garder mon livre ouvert sans l’abîmer 😀

 

Est-ce que tu écris dans tes livres ?

Jamais au grand jamais !

C’est la fin de ce tag, j’espère qu’il vous a plu, n’hésitez pas à le reprendre s’il vous intéresse et mettez-moi un p’tit lien vers les réponses, ça m’intéresse toujours ^^ Je vous fais de grosses bises et je vous dis à demain pour les premières lignes d’un nouveau livre 🙂