Archives de Tag: folie

Lud-En-Brume

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Après ce samedi, je suis en congés pour une semaine, je vous dis pas comme je compte les jours ! J’ai hâte de me poser enfin, de réussir à ne plus penser boulot sur plus de 24h (ça c’est pas dit, mais on va essayer) !

Nouvelle chronique littéraire ! Aujourd’hui je vous propose de découvrir un roman un peu particulier : ni plus ni moins qu’un précurseur de la fantasy, et écrit par une femme en plus ❤ Je l’ai découvert totalement par hasard en bibliothèque, ça fait partie de ces petites pépites dont je me souviendrai longtemps ^^ Il s’agit de Lud-en-Brume, paru pour la première fois en 1926. C’est le roman le plus connu de l’autrice anglaise Hope Mireless (1887-1978). Cerise sur le gâteau, le livre a bénéficié d’une belle réédition en 2015, avec des illustrations de Hugo de Faucompret (dont vous pouvez retrouver le travail sur sa page Instagram).

Résumé : Aux frontières de la Faërie, Lud-en-Brume est une cité prospère et paisible. Mais les secrets hérités du royaume voisin ne sauraient rester indéfiniment dans l’ombre. Les fruits féeriques, drogue nocive et bannie de la société luddite, circulent dans la région. Ranulph semble en être victime, et son père, le Maire Nathaniel Chantecler, qui faisait jusqu’à maintenant régner la Loi d’une poigne molle et tranquille, se doit bientôt de faire l’impensable pour sauver son fils et sa cité. Mais heureusement pour Lud-en-Brume, Nathaniel est doté d’un esprit des plus pragmatiques… et d’une tête dans la lune.

Mon avis :

Un bon roman de fantasy, c’est bien. Un bon roman illustré de fantasy, c’est mieux ! Et j’ai été totalement charmée par les illustrations de Hugo de Faucompret : il y en a peu, mais chacune nous dépayse un peu plus. En effet, on s’attend à un récit plutôt victorien, étant donné la description qui est faite de la bonne société de Lud-en-Brume ; et pourtant, les illustrations nous montrent des personnages plus proches d’une espèce de medieval fantasy asiatique ou orientale. Bref, j’adore ! A l’instar des protagonistes, nos certitudes sont bousculées pour mieux nous entraîner dans un monde onirique ^^

L’écriture de Hope Mireless est très agréable, complexe mais aussi entraînante, elle convient parfaitement à ce genre de récit où la féérie se devine et joue avec nos perceptions, plutôt que de se dévoiler crument. L’histoire est celle de la ville de Lud-en-Brume, gouvernée par une élite hypocrite et rationnelle jusqu’au ridicule ; sans surprise, il y a une critique sociale en sous-texte. De l’autre côté des montagnes qui forment une frontière naturelle à la région, il y a la Faërie, avec laquelle Lud-en-Brume partageait autrefois des liens très forts ; la Faërie, un pays étrange, aussi farfelu et bizarre que ses voisins se veulent sérieux et bourgeois. Les fruits féériques provoquent des hallucinations, déconnectent complètement de la réalité et des conventions : autant dire que c’est le mal à l’état brut pour les luddites, qui vont jusqu’à nier l’existence de ces fruits, comme pour mieux les cacher sous le tapis. Aussi, lorsque le trafic de ces fruits prend de plus en plus d’ampleur, les respectables notables de la ville sont complètement désemparés… encore plus lorsque leurs propres enfants y goûtent et apportent la honte sur leur famille.

J’adore ce genre de récit qui oppose les conventions, la société, et la nécessaire part de folie, de chaos qui peut et doit exister en chacun de nous. Les personnages peuvent paraître cliché pour certains, mais ça me fascine de voir leurs réactions face à la révolution qui s’annonce, leurs machinations, leurs prises de consciences,… Ceci dit, Nathaniel Hawthorne est à part dans cette ménagerie : sous le vernis bien pensant, c’est un homme tourmenté par un son étrange, un rêveur et un esprit espiègle. C’est aussi un père aimant, quoiqu’on voit vite qu’il tient plus à son fils, son héritier, qu’à sa fille. Mais je suppose qu’ici, ce sont le contexte du récit et le contexte d’écriture qui jouent.
L’intrigue a quelque chose de machiavélique, on voit moins la propagation des fruits féériques que leurs effets surprenants et un peu inquiétants sur ceux qui les mangent ; c’est aussi une enquête pour trouver qui est responsable, et empêcher qu’il ne fasse disparaître plus de victimes. La folie progresse dans Lud-en-Brume de façon inexorable ; Nathaniel lutte au départ, pourtant cette folie trouve un certain écho en lui. C’est aussi son courage et sa ténacité qui se révèlent, longtemps endormis sous la couche des convenances. A son contact ou poussés par la situation, les autres personnages aussi révèlent des facettes inattendues d’eux-mêmes.

Un conte merveilleux pour adulte, une enquête aux accents de fantasy, il y a tout pour me plaire ❤ Quelque part ce roman me rappelle beaucoup Délius : Une chanson d’été de Sabrina Calvo, que je vous conseille tout autant ! Je suis heureuse d’avoir découvert ce titre, encore plus de l’avoir trouvé totalement par hasard ^^

Publicité

Premières lignes… #216

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Le 22 septembre 1887, le World me donna pour mission de me faire interner dans l’un des asiles de fous de New York. Mon rédacteur en chef, Joseph Pulitzer, souhaitait que je décrive en termes simples et directs les soins apportés aux patientes, les méthodes de la direction, ect. Mais avais-je les nerfs suffisamment solides pour supporter pareille épreuve ? Serais-je capable de me faire passer pour folle auprès des médecins ? D’évoluer une semaine entière au milieu de malades mentales sans que les autorités découvrent que je ne suis qu’une « moins que rien armée d’un calepin » ? Oui, j’avais foi en mes talents d’actrice et me pensais de taille à feindre la démence d’un bout à l’autre de mon séjour. Pourrais-je passer sept jours à l’asile d’aliénées de Blackwell’s ISland ? J’en étais convaincue. Et j’ai tenu parole.
Je reçus pour seule instruction de me mettre au travail dès que je me sentirais prête. On me demandait d’enquêter sur cette institution, si bien protégée du monde extérieur par des fenêtres à barreaux, des portes verrouillées et une armée d’infirmières à coiffe blanche.
« Nous n’attendons rien de sensationnel, mais un récit honnête des faits. Distribuez les blâmes et les louanges comme bon vous semble, du moment que vous vous en tenez à la vérité. Et prenez garde à ce sourire que vous affichez en permanence, ajouta mon rédacteur en chef.
– Je m’en départirai », lui promis-je avant de sortir de son bureau.
Dans mon esprit, si je réussissais à franchir les portes de l’asile – ce qui me semblait un exploit en soi -, ce serait pour vivre la paisible routine d’un hôpital psychiatrique. Comment pouvais-je imaginer qu’une telle institution soit dirigée en dépit du bon sens et tyrannise ses propres pensionnaires ? Les maisons de fous m’avaient toujours intriguée ; j’espérais au fond de moi que ces créatures vulnérables y recevaient les meilleurs soins. Je refusais de croire les histoires de maltraitance lues ici ou là, tout en éprouvant le désir secret de les élucider.
Je pensais avec effroi à la totale sujétion des aliénés en face de leurs gardiens. Rien ne leur servait d’implorer leur libération si ces derniers en avaient décidé autrement.
« Une fois ma mission accomplie, comment comptez-vous me faire sortir ? avais-je demandé à mon interlocuteur.
– Je ne sais pas encore. Je suppose qu’il nous suffira de révéler votre identité et les motifs de votre internement – mais tentez déjà d’y entrer. »

Asylum

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Depuis que j’écris sur Wattpad, j’y lis aussi beaucoup d’histoires : d’abord parce que c’est le seul moyen de faire connaître son propre travail de façon efficace (et c’est un gouffre à temps) ; mais de plus en plus parce que je découvre de supers textes et des auteurs avec qui c’est un vrai plaisir d’échanger ❤ Je vous en parlerais bientôt 🙂

Nouvelle chronique littéraire ! Ca faisait un bon moment que ce roman me faisait de l’oeil, j’avais si hâte de le découvrir :3 Faut dire que les thèmes, le résumé et la couverture avaient tout pour me plaire. Et soudain je le découvre dans une librairie sans même le chercher, perché et mal aimé sur la plus haute étagère du plus indifférent libraire. Un achat plus tard, il est à moi 😛 Voici Asylum de Emily Autumn, chanteuse et musicienne américaine. Son style musical est au croisement de plusieurs inspirations, notamment le glam rock et un genre qu’elle appelle le « violindustrial », très inspiré de la période victorienne. Le roman reprend l’univers de ses clips, tout en s’inspirant de sa propre expérience en hôpital psychiatrique. Elle a également écrit de la poésie, bref c’est une artiste touche à tout avec un univers bien à elle 🙂 J’avoue ne pas être particulièrement fan de sa musique, mais n’hésitez pas à la découvrir si le coeur vous en dit ^^

Lire la suite

Découvrez mon roman sur Wattpad : In Memoriam

Par défaut

Je vous en avais un peu parlé mercredi, voilà désormais la nouvelle en grand, en beau, en beaucoup d’émotions même si quelques jours ont passé pour moi : je commence à publier mon roman sur Wattpad, sous le pseudo de Manducatrix !
Il s’intitule In Memoriam, c’est un roman gothique sur ambiance de XIXe siècle, avec pour thèmes la folie, les fantômes et les lieux hantés. L’écriture est presque terminée dans les faits, mais je commence tout juste à publier, un chapitre par semaine !

Commencez à lire en cliquant ici

Résumé : Alice et Calie Collins sont jumelles, soeurs jusque dans leurs âmes et inséparables. Mais deux filles, quelle calamité : la dot (d’ailleurs il faudra bientôt songer à les marier, presque 17 ans tout de même), les bonnes manières, alors qu’on a besoin d’un héritier ! Heureusement, leur mère attend enfin un autre enfant. Pour qu’elle se repose jusqu’à l’accouchement, toute la famille prend calèche et bagages pour se rendre dans un vieux manoir, un héritage étrangement découvert au moment propice. L’endroit est isolé, mais on s’en contentera…
Le séjour vire au cauchemar dès la première nuit. Des voix, des tableaux glaçants, des visions et des rêves sanglants laissent les jumelles terrifiées et au bord de la folie. Si elles en parlent, on les enfermera à l’asile et on jettera la clé. A elles de découvrir quel secret cache le manoir… et qui s’en prend à leur famille.

Vos avis 😉

Car oui, c’est de vos avis dont je vais avoir besoin 🙂 Si j’ai commencé à publier sur Wattpad, c’est que je veux essayer d’avoir un maximum de retours tant que je suis encore dans le processus d’écriture et de peaufinage, avant de passer aux illustrations. J’ai déjà eu un retour plus que favorable de Pepparshoes du compte Bookstagram Sorbet-Kiwi, et j’espère que ça vous plaira à vous aussi !

N’hésitez donc pas à mettre votre grain de sel et à commenter tout ce qui vous chiffonne ! Que ce soit des questions, des remarques pointues ou plus générales, un personnage qui fait n’importe quoi, une situation complètement incohérente ou un truc qui casse l’ambiance, je prends tout ce qui vous vient à l’esprit.
Et surtout, il arrive, comme n’importe qui, que je parle de choses que je n’ai pas expérimenté personnellement, par exemple le fait d’avoir une soeur jumelle ou la gemellité de manière générale : donc si quelque chose vous semble mal à propos voire blessant, surtout faites-le moi savoir et croyez bien que c’était tout sauf volontaire.

Bien entendu, si vous aimez, je vous serai plus que reconnaissante si vous me le disiez aussi, si vous mettiez des étoiles sur Wattpad et si vous parliez du roman autour de vous 🙂 Je suis bien consciente que même si mon roman est bon, ça ne le rendra pas automatiquement visible, or j’aimerais beaucoup pouvoir passer par une maison d’édition un jour. J’ai donc doublement besoin de vous !

Sur ce, je vous fait plein de bises et j’espère que le roman vous fait envie et que vous l’aimerez si vous le lisez ❤

Premières lignes… #201

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.
Cette fois, je vous ai choisi un livre qui m’a énormément marquée, je vous invite à découvrir ma chronique sur ce lien, et surtout à le découvrir !

Avant ce soir, Pue-la-Viande mangerait la terre. Il le savait d’avance, le sentait.
Il en avait une si grande envie qu’elle en était douloureuse. Comme une fièvre dans ce qui lui servait de nerfs ; dans ses tendons d’acier vrillé, ses tresses de câbles fins comme des cheveux, impossibles à casser. Ils en tremblaient presque.
Manger la terre.
Pas exactement. Pue-la-Viande la fourrerait dans sa bouche, à grandes pelletées de ses mains cassées. Ses doigts tenaient encore ; l’ossature métallique, les rouages des articulations. Mais la céramique cuite, tout autour, était fendillée, craquelée comme la coquille d’un oeuf dur tombé par terre. Ca grinçait. Des os dans une fracture ouverte.
Parfois, il ne sentait rien avant de chasser. Aucun tremblement. Aucune envie. Parfois, il n’était pas sûr. De lui, de ses coups, du résultat à venir. Mais là, aujourd’hui, il n’hésitait même pas. Il en aurait eu des vertiges s’il avait été humain.
Le golem ne pouvait pas avaler, ingérer le sable et les blocs de terre, les caillots agglomérés par les fausses pluies de dix-sept heures neuf – toujours la même heure, toujours la même pluie.
Son gosier était là en trompe-l’oeil. Il parlait, criait, grondait, mais ne pouvait rien avaler. Sauf les perles, bien entendu, et les rares souvenirs glauques qu’elles libéraient une fois mangées. Souvenirs d’autres golems, d’autres époques, d’autres maîtres. Des souvenirs douloureux, acides comme des citrons verts.