Archives de Tag: religion

Quand Dieu apprenait le dessin

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien, et que vous avez passé un merveilleux Noël ! Le mien a eu ses hauts et ses bas : tout le monde ou presque est tombé malade à la chaîne, avec une fièvre de cheval. Une pensée à ma p’tite nièce Lily, à peine 2 ans et elle en paraît 1, qui avait 39 de fièvre hier soir >< Ses parents s’occupent bien d’elle, et avec un peu de chance elle rejouera très bientôt avec sa princesse playmobil géante rose… que j’ai complétée par une hache en mousse, parce que les princesses aussi chassent le dragon. Même les roses. Voilà. Force et honneur ma nièce, tu triompheras de la fièvre !

Nouvelle chronique littéraire ! Un livre que m’a offert ma p’tite Maman, à qui je fais un gros bisou ! On a tous besoin d’une p’tite Maman qui vous offre des livres que vous n’iriez jamais chercher autrement XD Le seul inconvénient, c’est que même s’ils sont bien et ont reçu des prix, je mets un temps fou à les lire ! Je me suis finalement lancée pour lire Quand Dieu apprenait le dessin, publié en 2018 par Patrick Rambaud ; un livre tout récent donc, mais je pense que vous aurez besoin de le commander si par hasard, miracle ou mégarde, vous souhaitez le lire. Je préfère vous prévenir tout de suite, la chronique à été rédigée à pire que froid, à glacial au moins ! Je tenais tout de même à vous présenter le livre. Mais quelque part, je crois qu’il vaut mieux se réserver personnellement la découverte de ce genre de livre.

Résumé : Au début du IXe siècle, « nous étions à l’âge des ténèbres. Le palais des doges n’avait pas encore remplacé la lourde forteresse où s’enfermaient les ducs. Les Vénitiens étaient ce peuple de marchands réfugiés dans les lagunes, pour se protéger des barbares. Ils ne voulaient pas affronter des ennemis mais cherchaient des clients : aux uns, ils vendaient des esclaves, aux autres du poivre ou de la soie. Leur force, c’étaient les bateaux – dans une Europe encore aux mains des évêques et des Papes. »

Venise la récalcitrante excite les convoitises et s’exaspère du pouvoir de Rome. Le 31 janvier 828, le doge de Rialto envoie deux tribuns en mission à Alexandrie pour ramener par tous les moyens la dépouille momifiée de saint Marc… Sous la protection d’un évangéliste de cette renommée, Venise pourra traiter d’égale à égale avec Rome et fonder ainsi une république de mille ans… Le roman d’une époque méconnue, racontée avec brio et ironie par Patrick Rambaud.

Mon avis :

J’ai beaucoup de mal avec les couvertures sobres, sans illustrations. C’est un usage ancien d’après mes professeurs, qui remonte à l’imprimerie et à la révolution industrielle, que des maisons d’édition ont choisi de conserver par rapport à leur ligne éditoriale. Mais je n’aime vraiment pas cet usage, c’est élitiste, sans parler du fait que ça ne donne vraiment pas envie de lire le livre à première vue. Heureusement qu’il y a la jaquette pour redonner un peu de peps à ce livre, qui pourtant en est rempli !

Ca contraste tellement avec le livre, qui lui dépeint des scènes pleines de couleurs, des évènements et des descriptions suffisamment riches pour vous replonger dans une époque, sans pour autant être ennuyeux. Et honnêtement, j’ai adoré l’idée de base du livre, ça permet de vulgariser un peu l’histoire des reliques chrétiennes, qu’on connaît peu mais qui regorge de pépites, c’est l’historienne qui vous le dit ^^ (oui, on m’a dit que je peux prétendre à ce titre après mes trois ans de prépa, alors permettez que je me la pète !). L’histoire de la relique de St Marc est un bon exemple, et je trouve ça incroyable de voir les rouages politiques s’approprier le religieux de cette façon. C’est dire le pouvoir des symboles. J’aime beaucoup d’ailleurs le titre du livre, il a un petit côté poétique, c’est une jolie métaphore :3

Cela dit, le récit ne se concentre pas sur la relique, loin de là. Il s’agirait plutôt d’une fresque médiévale, de différents tableaux pour reproduire un petit bout de cette époque ô combien lointaine et encore si méconnue. Depuis les savoirs médicaux jusqu’aux mentalités en passant par le commerce, les descriptions sont vraiment bien faites, et quand bien même l’histoire peut déranger par certains faits, ou car elle est un peu confuse quant aux motivations de certains actes, on se laisse entraîner comme un voyageur du temps.

L’histoire est également rocambolesque, peut-être pas à la manière d’un Rabelais, mais d’une façon plus nuancée : toute l’aventure pour récupérer la relique est à double point de vue. C’est un sérieux qui s’étend jusqu’à la limite du loufoque, du moins pour nous autres de l’époque contemporaine. Quoique pas si loufoque, c’est après tout une partie du jeu politique, comme il en a toujours été.

Mais ce sont surtout les personnages qui contribuent à donner vie à ce tableau médiéval ; on a même un moine pas si pieux que ça, mais plein de bon sens et de philosophie, Thodoald. Je n’ai pas dit qu’il était bienveillant non plus, mais il mérite le détour pour son originalité. Le personnage de Torcello paraît un peu fade à côté, mais il donne une attache rassurante, un côté humain à toute cette entreprise de taille internationale et aux allures de croisade.

Pour résumer, un livre assez intéressant, même s’il n’est pas non plus une révélation ou un coup de cœur. Je vous le conseille si vous souhaitez en découvrir un peu plus sur le Moyen Age, une époque tellement riche qu’un millénaire ne suffirait pas à en restituer la totalité. A vous de voir 😛

Publicités

Dark Shadows (Lara Parker)

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien 🙂 Je commence à prendre la pleine mesure de ce que peut être le stress, quand ça vous empêche de manger et de dormir, quand ça vous empêche de vous occuper de vous, alors que c’est justement ce qui vous ferait le plus de bien, quand ça vous empêche même d’apprécier d’être chez soi. Si vous avez une méthode radicale pour se détendre, qui n’implique ni drogue ni coup sur le crâne, je prends ><

Nouvelle chronique littéraire, celle d’une trilogie car je n’ai pas eu le temps de noter mes idées pour chaque tome, mais je me suis assurée de rédiger un avis qui ne vous spoile rien si vous décidez de lire les livres ^^ Je vous en ai très souvent parlé, pour me plaindre de la difficulté à trouver le troisième ! Il s’agit de la trilogie qui a inspiré Tim Burton, Dark Shadows de Lara Parker 🙂 J’ai trouvé le premier tome lors d’un passage à Easycash, et je ne connaissais pas du tout l’existence de la série, alors vous pensez bien que j’ai sauté dessus ; et lors d’un second passage au même magasin, voilà que je trouve le second tome ! J’y suis repassée plusieurs fois, on dit bien « jamais deux sans trois », mais le temps a fait mentir le proverbe. En fait, si jamais vous souhaitez continuer la série, je vous conseille de vous accrocher, parce que si le tome 3 existe bel et bien en français, il est quasiment introuvable, et j’ai dû me le procurer en anglais sur Priceminister ^^’
Pour que vous vous rendiez bien compte de l’ampleur de la difficulté, le troisième tome (français ou anglais) est même introuvable sur le site du Sudoc : pour ceux qui ne connaissent pas, le Sudoc est un site internet très pratique pour trouver des références littéraires ou documentaires en France, et savoir dans quelles bibliothèques les chercher ; et le livre n’est pas sur le Sudoc, donc ni dans une bibliothèque universitaire (ce qui est compréhensible), ni dans une grande bibliothèque municipale (ce qui est plus frustrant). J’ai essayé sur Worldcat, qui est l’équivalent du Sudoc pour le monde entier… et je ne l’ai trouvé que dans une bibliothèque en Nouvelle Zélande ! Bref, il vaudra mieux le commander ^^’ Lire la suite

Le goût du bonheur #1 : Gabrielle

Par défaut

Bien le bonjour chers gens ! J’écris cet article en regardant pour la énième fois Blanche-neige et le chasseur, et je suis toujours mitigée à cause du contraste entre deux acteurs : Kristen Stewart que je n’aime pas beaucoup parce que je trouve qu’elle manque de pêche, on dirait un fantôme ambulant, et Chris Hemsworth qui est… Argh ❤ ❤ ❤

Nouvelle chronique littéraire ! S’il y a bien une seule chose que j’aie adoré sur Paris, c’était le fait d’être à quelques minutes de marches de Gibert et Boulinier ^^ C’est dans ce dernier magasin que je suis tombée par hasard sur une trilogie complète, que j’avais déjà vue en magasin. Elle m’avait tapé dans l’œil, donc je l’ai prise : en plus, une trilogie complète de plus de 2000 pages à 6 euros, c’est rare 😀 Il s’agit d’une trilogie intitulée Le goût du bonheur, écrite par une romancière dramaturge et metteuse en scène québecquoise, Marie Laberge. En France, on connaît mieux son travail théâtral, mais au Québec, c’est pour ses romans qu’elle est célèbre. Le premier tome de cette trilogie, Gabrielle, a été publié en 2000, et il est celui dont je vais vous parler aujourd’hui. Lire la suite

Le château d’Otrante

Par défaut

Salutations jeunes damoiseaux et damoiselles, comment vous portez-vous ? Je vous écris actuellement avec ma panoplie complète de demoiselle distinguée, à savoir un vieux pyjama, une polaire XXL, et mes chaussons avec une tête de gorille. Jugez de mon bon goût XD Mais passons aux choses sérieuses !

Nouveau mercredi, nouvelle chronique littéraire ! Je vous présente un livre dont j’avais beaucoup entendu parlé, et finalement j’ai dû le lire dans sa version originale pour mes cours d’anglais 🙂 C’est un livre que l’on considère comme le premier roman gothique, Le Château d’Otrante d’Horace Walpole, publié en 1764. Il devient rapidement très populaire en Europe, et est toujours un classique aujourd’hui. Le roman se base sur des éléments historiques réels du XIIème siècle dans le royaume de Sicile, en y ajoutant une dose de surnaturel grâce à une mystérieuse prophétie. Alors pourquoi la Sicile, je suppose que c’est parce qu’elle est considérée comme terre de mystère et de héros braves et courageux, je ne sais que dire et si vous avez une réponse, je suis toute ouïe ! J’ai un peu galéré à vous trouver un résumé, tout simplement parce que tous ceux que j’ai trouvé sont de violents spoils ; et je trouve ça un peu dommage d’appréhender un classique sans se laisser au moins la découverte de la fin. Donc, je vous ai repris les premières lignes du livre qui brossent assez rapidement la situation initiale.  Lire la suite

Solomon Kane

Par défaut

Bien le bonsoir bande de gens ! J’ai pris une petite pause pour les fêtes, j’espère que vous en avez passées de super :3 Sans surprise, j’ai eu pas mal de livres à Noël 😀

Nouvelle chronique littéraire :3 Vous connaissez ma passion pour les éditions spéciales 10 euros intégrales de Bragelonne. Cette fois-ci, je suis tombée sur celle des aventures de Solomon Kane, un personnage créé par Robert E. Howard, apparu pour la première fois en 1928, donc ça remonte ! Si le nom de l’auteur vous dit quelque chose, il est aussi à l’origine du personnage de Conan le Barbare, un héros déjà plus connu même si on ne l’a jamais lu. Avec Tolkien et Lovecraft, Howard est considéré comme l’un des pères de la littérature fantastique moderne. Avouez que ça en impose ^^ Le nom de son personnage fait directement référence à la sagesse du Roi Salomon et à la malédiction de Caïn, coupable d’avoir tué son frère Abel et chassé de l’Eden par Dieu. L’intégrale rassemble les récits des aventures de Solomon Kane, qui sont surtout des nouvelles, et parfois des poèmes, avec en annexe des récits laissés inachevés par l’auteur. Un film a été fait en 2009, pas très bien noté, mais comme il est souvent comparé à Van Helsing, je pense que sans être brillant, il fait le taf 🙂 Lire la suite