Archives de Tag: pouvoirs

Miss Pérégrine et les Enfants Particuliers #6 : Les désolations de l’Arpent du Diable

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens ! Eh oui, les chroniques rédigées par bibi reprennent enfin ❤ Mes poignets sont quasi remis : en fait, c’était même pas une tendinite, juste une grosse fatigue musculaire à force de passer mon temps au clavier au boulot et à la maison. Je me tue à la tâche pour vous, vous voyez ? Remerciez-moi, allez. Bref ! Je vous demande pardon, j’ai un peu lâché le rythme sur la dernière semaine, beaucoup de choses se sont passées : démission, nouvel emploi qui commence bientôt, festival de la BD d’Angoulême, visite familiale, la totale ! Je vous en dis plus samedi, j’ai plein de chose à vous montrer et plein d’idées à partager 😀 Juju is back !

Nouvelle chronique littéraire ! On y est, je le tiens dans mes mains, le dernier volume de la série des aventures de Miss Pérégrine et les enfants particuliers, écrite par Ransom Riggs ^^ Il est récent mine de rien, février 2021 ! Ce sixième tome s’intitule Les Désolations de l’Arpent du Diable, tout un programme qui nous fait frissonner d’aise avant même de lire la première page 😛 Pour rappel, il conclut à la fois la série et le deuxième cycle, puisqu’on peut diviser la série en deux trilogies. N’hésitez pas à lire mes chroniques des précédents tomes si ce n’est pas déjà fait !

Lire la suite

Miss Pérégrine et les Enfants Particuliers #5 : La Conférence des Oiseaux

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Il est possible que je doive bientôt refaire une pause dans les articles, mon poignet recommence à me faire mal… Je vous jure que ça m’énerve, mais alors bien comme il faut. Je vous tiens au jus !

Nouvelle chronique littéraire ! On continue la série Miss Pérégrine et les Enfants Particuliers de Ransom Riggs avec le cinquième volume : La Conférence des Oiseaux ! La nouvelle aventure entamée par le tome 4 m’avait beaucoup plu, c’est une toute nouvelle dimension du monde des particuliers qui s’ouvre à nous et j’ai hâte de voir où ça nous mènera ^^ N’hésitez pas à lire mes chroniques des tomes précédents, et à découvrir la série si ce n’est pas encore fait 🙂

Lire la suite

Miss Pérégrine et les Enfants Particuliers #4 : La Carte des Jours

Par défaut

Back in the game ! Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Mon poignet va beaucoup mieux et j’ai acquis un nouveau clavier qui devrait m’aider à ne plus avoir ce genre de problème. J’ai hâte de reprendre mes projets écriture et dessin, une semaine de pause forcée c’est tellement frustrant que j’avais envie de me taper la tête contre les murs ><

Nouvelle chronique littéraire ! J’avais hâte de passer à la suite des aventures de Miss Pérégrine et les Enfants Particuliers en découvrant cette nouvelle trilogie, c’est chose faite… ou du moins entamée 😀 Ce quatrième tome est sorti en 2019, de manière un peu surprenante car la fin du tome 3 n’appelait pas forcément de suite. J’avais un peu peur du résultat, mais avec le temps et les retours positifs d’autres lecteurs, je mourais d’envie de me lancer à mon tour ! Je vous invite à découvrir mes chroniques des tomes précédents, les deux premiers datent un peu mais j’espère que ça vous donnera envie de lire la série si ce n’est pas déjà fait 🙂

Résumé : Jacob Portman est de retour chez lui, en Floride, là où tout a commencé. Et cette fois, son rêve est devenu réalité : Miss Peregrine et les enfants particuliers sont à ses côtés. Ces derniers découvrent, fascinés, le monde moderne. Afin de faciliter leur intégration, Jacob est chargé de leur donner des cours de normalité. Au programme : plage, baignade, et leçons particulières…
Mais la découverte d’un mystérieux bunker dans la maison de son grand-père va tout changer.
Persuadé qu’Abe lui a laissé des indices pour sauver des enfants particuliers isolés, Jacob entraîne ses amis sur les routes. C’est le début d’un jeu de piste dangereux, à travers un long périple dans l’Amérique d’aujourd’hui, territoire étrange, aux espaces parallèles peuplés de créatures d’un autre temps.

Mon avis :

Avant même de lire l’histoire, j’étais déjà conquise par le fait d’avoir de nouveau un bel objet livre, avec de nouvelle photos désuètes et étranges à regarder 🙂 L’atmosphère générale n’est toutefois plus la même, puisqu’on ne se balade plus dans le passé : la transition vers le monde fantastique des particuliers s’est achevée dans le tome 3, c’est donc un tout nouvel univers qu’on va explorer !

L’histoire reprend pile au moment où on avait laissé les héros dans le tome 3, à savoir les enfants particuliers qui débarquent dans le monde moderne et normal de Jacob. La confrontation avec la famille de Jacob, qui ne savait rien et croyait juste qu’il était fou, ne se fait pas sans heurts. Dire qu’ils vont agir comme des véritables c*nards serait en-dessous de la vérité ! Autant la première trilogie faisait beaucoup référence à la Seconde Guerre Mondiale et à la persécution des Juifs, autant j’ai trouvé que ce passage du tome 4 pouvait parfaitement s’appliquer aux enfants chassés par leurs parents parce qu’ils sont homosexuels ; on retrouve bien l’idée de se faire rejeter par les siens à cause de ce qu’on est et pas pour un simple choix. Bref, la famille de Jacob = une belle brochette de sales bonhommes ! D’ailleurs, un peu plus tard dans ce même tome, on aura une nouvelle allusion au racisme, mais cette fois avec la communauté noire.

On retrouve toute la troupe des enfants particuliers pour mon plus grand bonheur ^^ Tous sont encore un peu coincés entre leur âge réel (environ 80 balais pour les plus jeunes), l’expérience de leurs précédentes aventures qui les a fait murir, leur apparence d’enfants et le fait qu’ils sont toujours sous la coupe de leur tutrice et mère Miss Pérégrine. Ces différents aspects de leur personnalité vont se confronter et les faire un peu plus évoluer ; ce ne sera pas forcément flagrant cependant car on les considère plus comme un groupe qu’en tant qu’individus. Après, l’évolution ne se fait pas toujours dans le bon sens, la fin du tome laisse vraiment un goût amer dans la bouche >< Les Ombrunes et leur autorité commencent aussi à être remises en cause : les particuliers ne veulent plus vivre sous tutelle, cachés dans des boucles temporelles ! Quant à Jacob, son conflit intérieur va se jouer entre lui-même et le souvenir de son grand-père : à force de s’identifier à Abe Portman et de poursuivre son fantôme pour essayer de lui ressembler, Jacob risque de se perdre.

Enfin, comme je le disais plus haut, on découvre un peu plus le monde des particuliers avec, évidemment, de nouveaux pouvoirs, mais surtout toute la civilisation américaine des particuliers. En effet, les particuliers d’Amérique (à moins qu’il ne faille dire « des Etats-Unis » puisque dans les faits on est resté dans cette zone) sont longtemps restés isolés de la communauté européenne et ont développé leurs propres règles. Jacob et ses amis vont l’apprendre à la dure, quitte à se mettre dans un beau merdier. De fait, aux Etats-Unis, diverses mafias de particuliers s’entre-déchirent dans des luttes de territoire et de pouvoir, en forçant les particuliers de leur zone à combattre ou payer un tribut. Toutefois, en voulant sauver une jeune particulière, Noor, des griffes d’un de ces clans, Jacob découvre également que quelque chose d’autre se trame. Noor pourrait bien être plus importante que ce que tous imaginent, vitale même.

Bref ! Un quatrième tome qui apporte beaucoup de nouveaux éléments, ça fait beaucoup à encaisser d’un coup mais d’un autre côté c’est super enthousiasmant ^^ J’ai hâte de voir ce que ça va donner dans les prochains tomes 🙂

Miss Pérégrine et les enfants particuliers #3 : La Bibliothèque des Âmes

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ J’ai reçu le cadeau d’anniversaire pour mes 22 ans ! Avec un peu plus de 2 ans d’attente vu que j’en ai 24, mais c’est le jeu du finacement participatif et de ses aléas, que voulez-vous XD J’espère pouvoir bientôt vous faire une chronique dessus, c’est un album de toute bôôté, fait par une artiste que j’adore un peu plus à chaque page ❤

Nouvelle chronique littéraire ! J’ai enfin pu mettre la main sur le sixième et dernier tome de la série Miss Pérégrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs ❤ J’avais lu les trois premiers tomes, et comme le troisième se terminait sur une fin plutôt fermée, j’étais un peu hésitante quand le quatrième tome est sorti en amorçant donc de nouvelles aventures. Mais les avis étaient tellement positifs ! J’ai pris les tomes suivants, jusqu’au sixième, mais en attendant de tout avoir pour tout relire d’une traite ou presque 😀 Il y a eu aussi le film, mais comme il est très adapté, ce n’est plus la même histoire. Et dans la foulée, je me suis aperçue que je n’avais pas fait sur le blog ma chronique du troisième tome, alors je répare cet oubli, promis sans spoil ^^

Lire la suite

Venom 2 : Let there be Carnage

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ En route pour les vacances de mon côté, ca faisait un moment que j’avais plus vu de montagnes enneigées ❤ Actuellement sur la route à regarder des champs givrés qui défilent ^^ Et vous, vous seriez plutôt Noël à la neige ou Noël à la plage ? 😁

Nouvelle chronique de film ! Avec mon copain, on avait beaucoup aimé le premier film Venom, et on avait très envie de voir le second opus, sorti en 2021 et réalisé par Andy Serkis. Comme on a mis le temps, on a vu aussi qu’il était pas très apprécié de la critique, mais on s’est dit : « c’est Venom, on va quand même se marrer même si c’est un nanard »… Sauf que même en se disant qu’on allait voir un nanard, la pilule a eu du mal à passer !

Résumé : Après avoir choisi le journaliste d’enquête Eddie Brock comme hôte, le symbiote extraterrestre Venom doit affronter un nouvel ennemi du nom de Carnage, qui se trouve être l’alter ego du tueur en série Cletus Kasady.

Mon avis :

Après les évènements du premier opus, Venom et Eddie tentent de composer l’un avec l’autre. Seulement, le premier est un prédateur qui a besoin d’action et accessoirement de cerveaux humains, le deuxième recherche la tranquillité avant tout : sans surprise, les deux ont du mal à s’accorder. En parallèle de ces tensions naissantes, il y a le serial killer Cletus Kasady, condamné à mort grâce à Eddie et Venom qui ont trouvé l’endroit où étaient cachés les corps de ses dernières victimes. Ce qu’ils n’aurais pu deviner en revanche, c’est que Cletus allait lui aussi devenir l’hôte d’un nouveau symbiote, Carnage. Plus violent, plus meurtrier, plus diabolique.

Commençons par les points positifs : visuellement, le film est super. Les plans, les effets spéciaux, les symbiotes, les bastons qui sont franchement impressionnantes (bouya ❤ ), sans oublier les petites animations utilisées pour raconter l’enfance de Cletus, que du bon de ce côté là ! Et surtout, ce plan avec Carnage devant la rosace de l’église, c’était majestueux ^^
Autre point que j’ai bien aimé, le personnage de Cletus. C’est un méchant très sympa : il est fou, il est cruel, il est déjanté, et à partir du moment où il a son symbiote, c’est un régal de le voir se déchaîner.

Seulement, ce sont les seuls points que j’ai apprécié dans le film, et pourtant j’ai essayé ! En fait, le traitement des personnages est un peu à côté de la plaque. Ca commence avec la petite amie de Cletus, Frances Barrisson : on sait seulement qu’ils ont partagé leur enfance ensemble, qu’elle a été enfermée pendant presque toute sa vie, qu’elle aime autant le chaos que lui. Ah oui, et accessoirement, elle a un super pouvoir qui lui permet de crier assez fort pour démolir un mur. D’où ça lui vient, qui l’a emmenée pour l’enfermer, si vous vouliez les réponses à votre question, vous pouvez vous asseoir dessus. Et n’espérez pas les avoir dans un autre film. Je trouve ça vraiment dommage, Frances est un perso qui en jette carrément et j’aurais aimé en savoir un peu plus sur elle.

Mais là où on a vraiment râlé, c’était les personnages principaux. Eddie et Venom ont du mal à s’accorder, ce qui est plutôt logique : vivre avec un extraterrestre à tendance violente et qui doit bouffer du cervelet pour survivre, c’est sûr que ça complique un peu le quotidien. Eddie rame pour trouver un équilibre entre les exigences de son symbiote et le fait que son grand amour va en épouser un autre. L’affaire avec Cletus lui permet de booster à nouveau sa carrière, mais le FBI commence à se demander pourquoi il est au coeur d’autant d’évènements étranges. Seulement, Eddie a l’air un peu fade comme personnage ; au lieu d’un duo, on voit surtout ressortir Venom. Hélas.

Parce que oui, le pire des deux ça reste Venom. Au début, il est assez impressionnant, c’est un atout incroyable pour Eddie dans son travail de reporter, et pas seulement parce qu’il peut casser des gueules. Et après… qu’est-ce qui s’est passé ?? Venom n’est pas un perso compliqué : il veut s’éclater et profiter de sa puissance, bouffer des cerveaux, bref c’est pas le genre de perso qui se prend la tête. La seule contrainte imposée, c’est que dans le comic, il ne veut pas attaquer les gens qu’il considère comme innocents ; dans le film, c’est Eddie qui le lui impose, mais ça revient au même, et surtout c’est ce qui le différencie de Carnage.
Alors grands dieux, pourquoi ? Pourquoi lui faire sortir des réponses dignes d’un psy empathique quand Eddie est triste d’avoir perdu son grand amour ? Pourquoi lui faire faire un discours limite hippie sur le fait que tout le monde a sa place sur Terre et se réjouir que tout le monde l’aime ? Et en plus vous lui faites présenter des excuses ? Sincèrement ? Et à deux reprises en plus ?! Il a une gueule qui déborde de crocs, des yeux flippants, un corps et un caractère taillés pour faire régner aussi bien la justice que le chaos, c’est un antihéros, c’est pour ça qu’on l’aime, pas pour des actions bisounours qui ne collent absolument pas avec le personnage. Je veux bien comprendre que Venom souffre si son hôte souffre moralement, qu’il ait un semblant d’affection pour son hôte, mais ce n’est pas un sentimental : plutôt que de consoler Eddie, il aurait plutôt cherché à lui remonter le moral à coups de pied au cul ; quand à se faire aimer de la Terre entière, je ne pense pas que ça rentre dans ses priorités tant qu’il peut s’éclater comme il l’entend.

Bref, le film était beau à voir, mais je n’ai pas retrouvé ce que j’aimais dans le premier film et dans le duo Eddie-Venom. La scène post-crédit indique qu’ils vont débarquer dans l’univers de Spider-Man pour le prochain film Marvel, je croise les doigts pour qu’ils aient plus de pêche à ce moment-là !