Archives de Catégorie: Livres

Les livres c’est la vie. Pas besoin d’en dire plus :D
Romans, mangas, BD, albums, tout y passe pour mon plus grand bonheur !

XXX Holic

Par défaut

Bien le bonjour, bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Savez-vous que je me désespère (à nouveau) ? Les romans m’aident, normalement à me détendre, et c’est trèèèès important pour moi qui suit une angoissée de première, toujours prête à me mettre la pression, surtout quand il n’y a aucune raison. Mais j’en suis arrivée à un point où j’ai tellement de livres à lire et plus de place où les ranger, que je me mets littéralement la pression pour les lire plus vite. Du coup, j’ai encore plus de chroniques à faire sur le blog. Et encore moins de temps. Admirez la quiche que je suis. On devrait me mettre dans un musée.

Nouvelle chronique littéraire ! Mon compagnon m’a fait découvrir il y a quelques années les manga de CLAMP, un collectif d’auteures mangaka, constitué de Nanase Okawa, Mokona, Tsubaki Nekoi et Satsuki Igarashi. Leur groupe est né à la fin des années 90 et on leur doit de très nombreux mangas, tous de très bonne qualité, avec des personnages aux caractères complexes et une réflexion sur la notion de destin. L’un des plus connus est Sakura Card Captor 😉
Coup de chance, à la bibliothèque j’ai pu trouver, en intégrale s’il vous plaît, un autre de leur manga : XXXHolic. Publié entre 2003 et 2011, il compte 19 volumes. Il a également été adapté en anime en 2006, mais d’après les commentaires que j’ai pu lire, le manga est mieux ^^

Lire la suite
Publicité

La vengeance des mères

Par défaut

Bien le bonjour, bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Depuis quelques temps, je me découvre une passion pour le vernis à ongles. Pourtant, je déteste le maquillage. Mais là, c’est différent : c’est comme du coloriage, et j’adore le coloriage 😀 (cherchez pas, j’ai renoncé à me comprendre moi-même). En quelques semaines, je me suis constitué une palette de couleurs sans queue ni tête. Par contre, je suis toujours aussi incapable de faire ma p’tite peinture sans déborder !

Nouvelle chronique littéraire ! On continue notre petite trilogie de Jim Fergus : après Mille Femmes Blanches (1998), l’auteur ne souhaitait pas écrire de suite, mais plusieurs années plus tard et quelques voyages dans le lot, l’envie d’écrire s’est réveillée. Voici donc La Vengeance des mères ! J’avais beaucoup aimé le premier volume, mais j’ai mis du temps à me décider à lire la suite : c’est désormais chose faite 🙂

Lire la suite

D’or et d’oreillers

Par défaut

Bien le bonjour, bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Et sans intro ni transition, on attaque tout de suite parce que… flemme 😛

Nouvelle chronique littéraire ! On peut dire que celui-ci m’aura tellement fait de l’oeil que c’est limite s’il ne m’a pas fait du pied. La couverture puis le résumé m’ont conquise en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Voici donc D’Or et d’Oreillers de Flore Vesco, une auteure plusieurs fois récompensée ; d’ailleurs, ce roman a reçu le Prix Sorcières de 2022.
Une petite mise en bouche ? Attention les yeux, vous aimez les fins jeux de mots, la belle littérature et les contes ? Say no more, ce roman est fait pour vous !

Résumé : C’est un lit vertigineux, sur lequel on a empilé une dizaine de matelas. Il trône au centre de la chambre qui accueille les prétendantes de Lord Handerson. Le riche héritier a conçu un test pour choisir au mieux sa future épouse : chaque candidate est invitée à passer une nuit chez lui, à Blenkinsop Castle, dans ce lit d’une hauteur invraisemblable. Dormir chez un inconnu, sans parent ni chaperon ! Quoi de plus scandaleux pour une jeune fille de bonne famille ?
Malgré tout, Mrs Warkins y envoie ses trois filles, accompagnées d’une femme de chambre. Elles se rendent en tremblant au château. Seule l’une d’entre elles retiendra l’attention du lord… Cette dernière, pourtant, n’a rien d’une princesse au petit pois ! Et c’est tant mieux, car nous ne sommes pas dans un conte de fées mais dans une histoire d’amour et de sorcellerie où l’on apprend ce que les jeunes filles font en secret, la nuit, dans leur lit…

Mon avis : Coup de ❤

Tout d’abord, saluons la couverture réalisée par Mayalen Goust ; et je ne pense pas me tromper en y voyant une inspiration des peintures de Klimt ^^ La sensualité des oeuvres du peintre se marie à merveille avec celle que l’on retrouvera dans le roman, et ce beau choix me laisse rêveuse… L’illustratrice travaille d’ailleurs à l’adaptation en BD de la série Les Colombes du Roi Soleil, si cela vous intéresse !

Flore Vesco a fasciné par sa plume, et force est de constater que c’est entièrement mérité : juste wouaw ❤ Le récit est ciselé, taillé comme une véritable pierre précieuse. L’auteure adore les jeux de mots, les palindromes, les petits poèmes et autres clins d’oeil, c’est un vrai bonheur à lire pour un amoureux des lettres ! Ajoutons à ça le fait que le roman est une adaptation de conte, celui de la Princesse au Petit Pois de Andersen ; cependant, on y retrouvera aussi une foule de références à d’autres contes, voire même quelques récits mythologiques si je ne me suis pas trompée dans mes références. Autant vous dire que c’était comme Noël pour moi, un festival de bons souvenirs accompagné d’une douce nostalgie.

Et pour ne rien gâcher, l’histoire est excellente, à la fois surprenante et sensuelle. La romance entre notre « princesse » et Lord Handerson s’installe doucement mais sûrement, et on savoure chaque moment qu’ils passeront ensemble comme de douces friandises. Mais là où on se régale encore plus, c’est que le jeune Lord n’est pas le seul à avoir quelques secrets dans son sac : notre héroïne aussi réserve quelques surprises de taille. L’émancipation féminine va être un thème très important.
Tous deux vont devoir apprendre à se connaître, avec leurs complexes et leurs histoires. Moi qui ne suis pas très fan des romances d’ordinaire, j’ai trouvé dans ce roman un récit et des personnages qui m’ont fascinée, intriguée… et même émoustillée, parce que là, je salue aussi un texte qui non seulement est excitant, mais qui se paye en plus le luxe de l’être sans la moindre vulgarité, avec une sensibilité, un respect de soi et de l’autre, qui font du bien.

Et n’oublions pas que c’est aussi un roman de fantasy, car la magie, les merveilles et les sombres arcanes occuperont une place de choix dans l’intrigue. Cette irruption du surnaturel se fait toute en douceur, elle arrive sans se presser, et pourtant on la soupçonne dès le départ, comme une silhouette en ombre chinoise.

Bref ! Un roman que j’ai envie de relire à peine après l’avoir posé, un vrai et profond coup de coeur que je vous recommande absolument ❤

Premières lignes… #242

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

– Anna !
Axel s’égosilla pour la quatrième fois, sans succès. Son sens de l’orientation lui faisait défaut et cela n’arrangeait en rien sa morosité : toutes ces allées de marbre blanc étincelant allait finir par le rendre fou. Quant à ce soleil ! Jamais il n’aurait cru qu’un jour il en viendrait à regretter ses promenades dans les Affres.
– Anna !
Axel tourna sur lui-même, parvenu à un embranchement dépourvu d’indications. Ses doigts tirèrent sur les racines de ses cheveux blonds afin de ménager son impatience. C’est qu’il s’agissait à présent de la jouer stratégique s’il ne voulait pas perdre les dernières gouttes de sang froid qu’il conservait avec difficulté.
– sdhgs jdgks,ù dmg;ss qouihrpaijz !?
Axel n’avait rien compris à ce que cet homme vêtu d’une tunique d’un autre siècle lui avait beuglé depuis sa pelouse, et il ne chercha pas à s’étendre sur le sujet. Au loin, discernable entre deux saules pleureurs balayés par le vent, se tenait la bâtisse qu’il avait si longuement cherchée au cours de sa promenade agitée.
Avec ses tourelles taillées dans la roche saillante d’une falaise, la demeure en question était pourtant la plus originale des environs, ce qui n’était pas peu dire lorsqu’on avait l’occasion de jeter un coup d’oeil au voisinage. Seulement voilà, le refuge d’Anna brillait de par son intolérable provocation, si bien qu’aucun Ange Gardien n’avait accepté d’indiquer le chemin à Axel.
– Bon sang, tu pourrais répondre quand je t’appelle ! J’ai cru que je ne te retrouverai jamais.
Axel se figea aux côtés de son amie. Immobile et le bras tendu, Anna gardait les yeux rivés sur un dolmen de pierre, où reposait sa paume de main, et ne semblait pas s’être aperçue de sa présence.
– Allô la Terre, tu es parmi nous ?

Les beaux albums d’Isabelle Simler

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Aujourd’hui, je vous propose de découvrir une nouvelle fois un artiste de littérature jeunesse que j’adore ! Comme pour la majorité d’entre eux/elles, c’est la bibliothèque où je travaille qui a fait mon éducation. Ouvrez grand vos mirettes pour Isabelle Simler, une illustratrice qui m’a fascinée dès le premier aperçu. Son style de dessin est très coloré et d’une grande finesse, on dirait que tout a été dessiné avec des centaines de stylos de couleurs différentes !

Diplômée des Arts décoratifs de Strasbourg, Isabelle Simler est auteure/illustratrice pour l’édition et la presse. Après avoir travaillé plusieurs années dans le domaine de l’animation, en tant que réalisatrice, scénariste et illustratrice, elle se consacre depuis 2012 plus particulièrement à la littérature jeunesse. Voici quelques uns des albums qu’elle a illustrés et dont je suis tombée amoureuse ❤

L’Heure Bleue

Résumé : Le jour s’éloigne… la nuit vient. Entre les deux, c’est l’heure bleue. Isabelle Simler donne à ces pages la beauté d’une symphonie en bleus. Ceux du ciel, du vent, des feuillages, des plumes, des fourrures.
Un instantané qui réussit à capter ce moment fugace et évanescent : la rencontre du jour et de la nuit.

On commence tout de suite avec mon préféré, celui qui me fait littéralement baver tant il est beau et riche ❤ L’Heure Bleue est un album magnifique sur la couleur bleue, la nature et la nuit. Les nuances de bleu y sont variées, profondes et toujours relevées par des petites touches d’autres couleurs. Véritable poésie aux mille nuances, je pourrais m’y plonger et le contempler pendant des heures ! A découvrir absolument !

Dans les poches d’Alice, Pinocchio, Cendrillon et les autres…

Résumé : Alice, Pinocchio, Cendrillon et les autres… Nous connaissons leurs aventures. Mais une question se pose : que cachent nos personnages préférés au fond de leurs poches ?

Un album tout mignon et dont j’ai adoré le principe : chaque double page nous présente divers objets, comme une petite liste de course dessinée et tombée des poches d’un personnage de conte de fée. A nous de deviner de qui il s’agit ! Certains seront évidents, d’autres vous demanderont un peu de réflexion, mais pas de panique, il y a les solutions à la fin du livre 😉 Idéal pour les petits et les grands amoureux des contes et du merveilleux 😀

Royaumes minuscules

Résumé : Partez à la rencontre des insectes sociaux, des fourmis aux termites en passant par les abeilles, les guêpes et les frelons.
Un très beau documentaire animé pour aiguiser le sens de l’observation des plus jeunes et les sensibiliser à la protection de ces insectes si petits mais si précieux.

Un très joli documentaire sur les insectes que je vous recommande chaudement ! Détaillé, avec des petits volets à soulever, c’est une vraie pépite pour qui veut en apprendre plus sur les petites bêtes. Sans parler des dessins : le style d’Isabelle Simler s’accorde à merveille avec les antennes et les minuscules pattes de ces surprenantes créatures.

Vertige

Résumé : Dans la campagne verdoyante, la coccinelle cherche un lieu sûr où pondre ses petits… Mais partout de drôles d’insectes ont déjà fait leur nid. Ouste ! La place est prise !
Isabelle Simler nous emmène dans des paysages fabuleux à la découverte de mille trésors cachés. Un album trompe-l’œil époustouflant !

On poursuit dans le monde des insectes avec ce superbe album consacrée aux plus belles des demoiselles, nos amies les coccinelles ❤ Ici, on suit une petite coccinelle qui chercher un endroit sûr pour pondre ses oeufs… mais où qu’elle cherche, d’autres insectes se sont déjà installés et chassent l’intruse. La pauvre s’épuise : trouvera-t-elle enfin un endroit pour que ses petits puissent éclore tranquillement ?

Bref, chaque album d’Isabelle Simler est une vraie merveille pour les yeux, et très souvent une ode à la nature. Si comme moi, vous avez craqué pour ses graphismes, je vous conseille de jeter un oeil à son site, où vous pourrez notamment avoir un aperçu de son dernier album, Maison 😀