Archives de Tag: esclavage

Les Guerriers du silence #3 : La citadelle Hyponéros

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Bientôt finiii la rédactiooooon de mon mémoooooiiiire et pour une raison que j’ignOOOOre ça me met sur les neeeeerfs >< Au secours, je veux rentrer maison et ne plus avoir de deadline, je veux juste me mettre au lit avec un bouquin et ma couverture cocon T.T Je me sens tellement triste pour Notre-Dame, c’était l’une des rares choses qui ont fait que je n’ai pas complètement détesté Paris pendant mes 3 ans de prépa… Un grand merci aux pompiers qui ont fait un travail formidable, et une petite pensée à Victor Hugo et son adaptation Disney. La vie continue, on n’a plus Notre-Dame mais on a tout le reste et c’est ce qui compte.

Nouvelle chronique littéraire messieurs-dames et gens binaires, je propose de vous présenter ici le dernier tome d’une trilogie de Pierre Bordage, Les Guerriers du silence ; pour retrouver les chroniques des tomes précédents, je vous laisse cliquer sur les liens suivants pour le tome 1, Les Guerriers du silence, et le tome 2, Terra Mater. Alors, ce que je n’avais pas précisé dans les chroniques précédentes (décidément le travail est mal fait c’est honteux), outre le fait que Pierre Bordage est décidément un grand monsieur de la SF française, c’est qu’il a reçu le prix Julia-Verlanger et le Grand Prix de l’Imaginaire pour cette trilogie ; ou du moins pour les deux premiers tomes, puisque le dernier, La citadelle Hyponéros, est sorti un an après l’obtention des prix, soit en 1995. Ce dernier tome fut quant à lui récompensé par le prix Cosmos 2000 (décerné par les lecteurs d’une librairie parisienne, laquelle a fermé en 1996). La trilogie peut faire peur à regarder en librairie, les trois tomes font quand même près de 600 pages chacun, mais ça se lit très vite mine de rien 🙂 Lire la suite

Publicités

Dark Shadows (Lara Parker)

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien 🙂 Je commence à prendre la pleine mesure de ce que peut être le stress, quand ça vous empêche de manger et de dormir, quand ça vous empêche de vous occuper de vous, alors que c’est justement ce qui vous ferait le plus de bien, quand ça vous empêche même d’apprécier d’être chez soi. Si vous avez une méthode radicale pour se détendre, qui n’implique ni drogue ni coup sur le crâne, je prends ><

Nouvelle chronique littéraire, celle d’une trilogie car je n’ai pas eu le temps de noter mes idées pour chaque tome, mais je me suis assurée de rédiger un avis qui ne vous spoile rien si vous décidez de lire les livres ^^ Je vous en ai très souvent parlé, pour me plaindre de la difficulté à trouver le troisième ! Il s’agit de la trilogie qui a inspiré Tim Burton, Dark Shadows de Lara Parker 🙂 J’ai trouvé le premier tome lors d’un passage à Easycash, et je ne connaissais pas du tout l’existence de la série, alors vous pensez bien que j’ai sauté dessus ; et lors d’un second passage au même magasin, voilà que je trouve le second tome ! J’y suis repassée plusieurs fois, on dit bien « jamais deux sans trois », mais le temps a fait mentir le proverbe. En fait, si jamais vous souhaitez continuer la série, je vous conseille de vous accrocher, parce que si le tome 3 existe bel et bien en français, il est quasiment introuvable, et j’ai dû me le procurer en anglais sur Priceminister ^^’
Pour que vous vous rendiez bien compte de l’ampleur de la difficulté, le troisième tome (français ou anglais) est même introuvable sur le site du Sudoc : pour ceux qui ne connaissent pas, le Sudoc est un site internet très pratique pour trouver des références littéraires ou documentaires en France, et savoir dans quelles bibliothèques les chercher ; et le livre n’est pas sur le Sudoc, donc ni dans une bibliothèque universitaire (ce qui est compréhensible), ni dans une grande bibliothèque municipale (ce qui est plus frustrant). J’ai essayé sur Worldcat, qui est l’équivalent du Sudoc pour le monde entier… et je ne l’ai trouvé que dans une bibliothèque en Nouvelle Zélande ! Bref, il vaudra mieux le commander ^^’ Lire la suite

L’échiquier du mal #1

Par défaut

Bien le bonsoir bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Levée à 5h30 aujourd’hui, je renoue avec les bonnes vieilles habitudes du lycée (enfin bonnes, bonnes…), quand les lieux où se déroulent les cours sont trop loin pour y aller à pattes. Ce qui est assez comique en fait (haha), c’est que je suis installée pas loin de l’ENSSIB, mais que la majeure partie des cours ne s’y déroule pas ! La douce joie des transports en commun m’étreint alors… au sens propre ><

Nouvelle chronique littéraire ! Un premier tome d’une série de 4 livres que j’ai récupéré chez une amie qui s’en débarrassait… et je comprends mieux pourquoi maintenant. Il s’agit d’une série écrite par Dan Simmons, L’échiquier du mal, publiée en France à partir de 1989. D’après l’éditeur, un rival pour Stephen King. Ouep, probablement, mais je préfère quand même Stephen King et de loin. Je fais ici un petit coucou à Ma Lecturothèque (un blog formidable, courez-y), qui m’a dit qu’elle voulait découvrir l’auteur, et dont j’espère que son expérience sera mieux que la mienne ^^’  Lire la suite

Le siècle mécanique #2 – Clémentine

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens ! J’espère que vous allez bien ^^ A l’heure où j’écris ces lignes, je ne suis pas encore sur Lyon (ce sera le cas quand vous les lirez en revanche), mais j’y serai dans 2 jours et c’est assez excitant ! C’est surtout l’entrée en Master qui m’angoisse, je ne connais rien à l’univers de l’université !

Nouvelle chronique littéraire aujourd’hui, je continue une série que j’ai entamée il y a un petit moment maintenant, celle du Siècle Mécanique écrite par Cherie Priest ! J’avais déjà chroniqué le tome 1 intitulé Boneshaker (cliquez ici pour lire la chronique si elle vous intéresse), et maintenant c’est au tour du tome 2, Clémentine ! Un tome étonnamment plus court que le précédent, et qui s’est avéré au fil de ma lecture très différent du premier sur bien d’autres points ! Lire la suite

Premières lignes… #25

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Je suis né libre. Pendant plus de trente ans, j’ai goûté aux joies de cette liberté dans un Etat libre. J’ai ensuite été enlevé et vendu comme esclave, demeurant dans cette condition d’asservissement jusqu’à ce que l’on vienne me secourir en janvier 1853, après douze ans de captivité. On m’a alors suggéré de faire le récit de ma vie et de ses aléas, qui ne devraient pas laisser le public insensible.
Depuis ma libération, je n’ai pu m’empêcher de noter la curiosité croissante, à travers les Etats du Nord, pour la question de l’esclavage. Des oeuvres de fiction, qu’elles cherchent à en décrire les aspects les plus plaisants ou les plus répugnants, on connu une diffusion sans précédent et ont, je crois, donné lieu à de nombreux débats et commentaires.
Je ne peux parler de l’esclavage que dans les limites de mon expérience personnelle. Mon objectif est d’en faire un exposé sincère et fidèle, raconter l’histoire de ma vie, sans exagération, laissant aux autres le soin de décider ce qui, de la fiction ou de la réalité, donne l’image de l’injustice la plus cruelle ou de l’aliénation la plus sévère.
Aussi loin que je puisse remonter avec certitude, mes ancêtres paternels étaient esclaves dans le Rhode Island. Ils appartenaient à une famille du nom de Northup. L’un d’entre eux vint s’installer dans l’Etat de New York, à Hoosick, ville du comté de Rensselaer et emmena avec lui Mintus Northup, mon père. A la mort de son maître, il y a une cinquantaine d’années, mon père fut affranchi par clause testamentaire et devint un homme libre.
Le sieur Henry B. Northup, juriste renommé de Sandy Hill, l’homme à qui je dois, avec Dieu, ma présente liberté et mon retour auprès des miens, est donc un parent de la famille pour laquelle travaillaient mes ancêtres. C’est à elle qu’ils ont emprunté le nom que je porte. Cela explique sans doute l’attention constante que cet homme m’a portée.

La Septième Epée

Par défaut

Bien le bonsoir bande de gens, comment allez-vous ? Un peu claquée, mais j’arrive à me trouver du temps pour écrire et dessiner :3 J’ai ENCORE loupé l’article du samedi, ma faute, je n’avais pas du tout d’idée 😦 Mais je crois avoir trouvé quelque chose, donc normalement, vous aurez un article à vous mettre sous la dent samedi, promis !

Nouvelle chronique littéraire, aujourd’hui un nouveau Précieux de chez Bragelonne ^^ Il s’agit de l’intégrale d’une trilogie, La Septième Epée, de Dave Duncan. Cet auteur canadien est très connu pour ses romans de fantasy (une trentaine à son actif), et pour le soin qu’il apporte à ses personnages et à ses univers. Personnellement, je ne le connaissais pas avant de finir ce livre, j’avoue avoir pris le bouquin sur un coup de tête… et aussi parce qu’une intégrale à 10 euros, je craque 😛 Lire la suite

The Ancient Magus Bride

Par défaut

Bien le bonjour messieurs dames ! J’espère que vous allez bien ! Toutes mes excuses pour la chronique loupée de samedi, j’essaierai d’en faire 2 ce samedi pour me rattraper ^^’ Simplement samedi dernier j’avais une épreuve de 6 heures, et quand j’en suis sortie j’avais envie d’aller m’enterrer sous une montagne de couvertures et de chocolat -.-‘

Nouvelle chronique littéraire, aujourd’hui un manga que j’ai découvert totalement au hasard ! A vrai dire je ne sais même plus dans quelles circonstances je suis tombée dessus, mais je me rappelle bien les heures que j’ai passées à lire les premiers tomes ^^Il s’agit de The Ancient Magus Bride, de Kore Yamasaki, édité en France depuis 2015. La série est en cours avec 7 ou 8 tomes si je ne me trompe pas. Je n’ai pas encore pu les acheter, mais je compte bien le faire 😛  Lire la suite