Alice au Pays des Morts-Vivants

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Je suis en train de planifier les cadeaux de Noël famille, belle-famille et amis, je vous dis pas la galère ^^’ Et oui, il me faut plusieurs mois pour étaler les dépenses (y a environ 30 cadeaux, et je mets un point d’honneur à trouver THE kado) et surtout, SURTOUT, éviter la galère des courses au mois de décembre XD Comment vous vous organisez, vous ?

Nouvelle chronique littéraire ! Ceux qui me connaissent bien vont rigoler en voyant le titre et dire que c’est du moi tout craché, fan d’Alice au Pays des Merveilles et de trucs bizarres devant l’éternel. J’ai craqué devant le titre, sans même remarquer qu’il s’agit d’un tome 1, mais heureusement je devrais pouvoir facilement trouver le tome 2… et la préquelle XD Voici Alice au Pays des Morts-Vivants de Mainak Dhar, publié en 2016 aux éditions Fleuve. J’avoue que, n’ayant pas lu beaucoup d’auteurs indiens, la nationalité du Monsieur m’intriguait autant que le titre du roman 😀 A votre avis, que se passe-t-il quand le Pays des Merveilles rencontre une apocalypse zombie ?

Résumé : Pays des Morts, Inde. Du monde d’hier, il ne reste rien, juste les armes, nécessaires à la survie. Depuis qu’un virus a réduit la quasi-totalité de l’humanité à l’état de zombies, le Comité Central règne sur cette partie du globe. L’instrument de son pouvoir : son armée, Zeus.
Alice, quinze ans, vit dans une communauté restée indépendante et libre. Pour toute école, elle n’a connu que celle du combat. Mais elle y excelle. Lors d’une patrouille, elle surprend un mort-vivant portant des oreilles de lapin roses qui sort subitement de terre, puis qui disparaît. Des rumeurs parlent d’un réseau souterrain où les Mordeurs se réfugient.
Sans l’ombre d’une hésitation, elle s’engouffre à sa suite. Et chute…

Mon avis : 

A mon grand regret je n’ai pas réussi à trouver les crédits pour l’illustration de couverture, même sur le site Internet de l’éditeur. C’est dommage, parce que j’aurais vraiment aimé pouvoir vous citer le nom de l’artiste, j’aime énormément les dessins, noir et blanc avec une touche de couleur, plutôt bien détaillés et très intrigants ! Même si l’histoire va devoir s’attarder davantage sur l’Apocalypse zombie que sur le récit à proprement parler de Lewis Carroll. 

Le Grand Réveil, c’est comme ça qu’on appelle l’Apocalypse zombie dans l’Inde devenue le Pays des Morts. Née de parents occidentaux, Alice est la seule blondinette dans sa communauté de survivants. A 15 ans, elle fait déjà preuve de dons stupéfiants pour le combat : elle est un atout précieux dans la lutte quotidienne de la survie de son groupe. Mais elle est aussi très intrépide et lorsqu’elle voit un Mordeur avec des oreilles de lapins plonger dans un trou dans le sol, elle n’hésite pas et court à sa poursuite. Peut-être pourra-t-elle débusquer l’un des repaires de ces zombies, qui vivent cachés sous le sol.
Bien entendu, c’est trop tard qu’elle se rend compte du danger, bien trop tard. Mais elle ne se fait pas dévorer, étrangement : Grandes Oreilles la capture avec l’aide d’un autre zombie portant un grand haut-de-forme et l’emmène devant la Reine des Mordeurs. Les révélations qu’elle fait à Alice changent complètement sa façon de voir les choses, mais peut-elle vraiment lui faire confiance ? Car pour elle, Alice est l’instrument d’une prophétie complètement folle visant à libérer les Mordeurs de la haine des humains. La source de cette prophétie ? Le seul livre qui a survécu à la fin des temps : Alice au Pays des Merveilles… 

L’histoire se laisse dévorer sans hésiter, le côté « Alice » me permet d’oublier un peu la peur que j’ai parfois des apocalypses zombies (autant j’adore les films d’épouvante, autant les histoires de zombies peuvent me terrifier). Entre rebondissements et péripéties, on n’a pas le temps de s’ennuyer et l’intrigue est très bien construite. Pas de raccourcis scénaristique, on ne se contente pas d’opposer les Mordeurs et les humains, avec éventuellement quelques humains prédateurs au milieu. Le monde a conservé un semblant d’ordre grâce aux troupes de Zeus, des commandos sous l’ordre des Gardes Rouges chinois ; mais si Zeus est redoutablement efficace et lourdement armé, ils s’efforcent de faire tomber les campements humains libres sous leur emprise, n’offrant leur protection qu’en échange d’un tribut en soldats et en nourriture. Côté Mordeurs, Alice comprend qu’il y a plus que de simples monstres assoiffés de chair. Mais humains et Mordeurs peuvent-ils cohabiter ? Plus facile à dire qu’à faire. Pour commencer, il faut se débarrasser des humains qui, selon la Reine, ont tout orchestré du Grand Réveil afin d’étendre leur domination sur toute l’humanité… quitte à en décimer la plus grande partie. 

J’ai beaucoup aimé cette apocalypse un peu déjantée mais tout à fait sérieuse et cohérente : stratégies de bataille et de survie, actions et péripéties, intrigues politiques, tactique aussi bien militaire que verbale car il ne s’agir pas seulement de combattre avec les armes. Il faut compter aussi avec les différences de contexte : notre héroïne sait à peine lire, car il n’y a plus de livres ; elle a les cheveux courts (contrairement à la couverture) car la coquetterie n’a plus de sens lorsqu’on doit se contenter de survivre. Alice est une jeune fille à laquelle on s’attache très vite. Même si elle est très douée au combat, elle n’est pas encore une adulte. Elle va devoir devenir mature à marche forcée, car très vite la communauté entière va se reposer sur elle. Elle va s’entourer de combattants et d’alliés précieux, la plus étrange étant la Reine Rouge. J’ai énormément aimé le concept qui est à la base du personnage et j’ai vraiment hâte de voir ce que ça va donner dans le tome 2 :3 

Bref, une petite lecture très sympathique, très prenante aussi ! Peut-être pas une lecture d’exception, mais un concept marrant et une histoire dont je veux vraiment savoir la suite ^^ Déjà pour voir où tout va nous mener, mais surtout parce que qu’on a la Reine, le Lapin, le Chapelier, mais toujours pas le Chat de Cheshire ; or toute adaptation digne de ce nom d’Alice au Pays des Merveilles doit ab-so-lu-ment avoir un Chat de Cheshire 😛 

Publicité

"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s