Célestopol

Par défaut

Salutations bande de gens, j’espère que vous allez bien ! J’avance peu à peu dans mon mémoire, vu qu’avec le confinement j’ai du temps libre et plus aucune excuse XD J’essaie aussi de lire des livres pour préparer le concours B de bibliothécaire mais… est-ce que c’est moi ou est-ce que ces livres ne sont en fait que de vastes listes de normes et de sigles incompréhensibles ? Quand j’en finis un, ce que j’en comprends et retiens pourrait tenir sur une feuille A5…

Nouvelle chronique littéraire du dimanche ! Un nouveau roman steampunk, plus exactement un recueil de nouvelles qui se passent toutes dans un univers lunaire, fourmillant de vie, de complots et de merveilles. Roulement de tambour pour Célestopol d’Emmanuel Chastellière, publié en 2019 ! J’ai même pu prendre contact avec l’auteur pour lui poser des questions dans le cadre de mon mémoire, il est très sympa ^^ Et comme toujours, si vous ne savez pas ce qu’est le steampunk, n’hésitez pas à regarder la page consacrée sur le blog 🙂

Résumé : Célestopol, cité lunaire de l’empire de Russie, est la ville de toutes les magnificences et de toutes les démesures. Dominée par un duc lui-même extravagant, mégalomane et ambitieux, elle représente, face à une Terre en pleine décadence, le renouveau des arts et la pointe du progrès technologique. On y suit des habitants en quête d’émancipation, rebelles, insoumis – à l’image de la métropole –, qui portent en eux des colères intimes et des fêlures profondes. Dans ce volume de fantasy d’influence steampunk, l’auteur nous livre un hommage décalé et ambitieux au romantisme slave.

Mon avis : 

Une couverture qui rappelle de vieilles gravures de romans de Jules Verne, et pour cause puisque De la Terre à la Lune est une inspiration majeure ^^ La façon dont c’est coloré me rappelle aussi pas mal ce film de Georges Méliès, et l’illustration de la Lune qui se prend un missile dans l’oeil !

Le livre est composé de quinze nouvelles qui se déroulent toutes dans la cité lunaire de Célestopol, protégée de l’espace par un dôme emprisonnant l’oxygène. Si le fil conducteur est l’histoire de la cité sur plusieurs années, toutes les nouvelles se concentrent sur des histoires différentes. Certains personnages sont récurrents, comme la mercenaire Arnrùn et son compagnon ours Wojtek, ou le duc Nikolaï. Célestopol est le fleuron de l’empire russe, mais Nikolaï s’emploie à se libérer de la tutelle de la tsarine pour se rendre totalement maître de la Lune et de ses ressources en sélénium, exploitées par des ouvriers automates. Les nouvelles illustrent différents aspects de la ville : les lieux de débauche (comme le bordel Chez Hécate où les prostituées sont des automates), les carrières, les merveilles de la ville qui en font une attraction sans pareille, les clivages sociaux entre nobles et ouvriers, humains et automates,… Sans oublier bien sûr les innovations technologiques, accompagnées d’un soupçon de surnaturel de la plus belle eau ❤

Tout ça pour dire qu’on a pas le temps de s’ennuyer ! Les sources d’inspiration sont multiples et cosmopolites, et la plume d’Emmanuel Chastellière est un vrai régal ^^ Le travail sur les personnages est visible, tous sont différents et attachants à la fois, j’aurais bien du mal si je ne devais en choisir qu’un seul pour vous dire mon préféré ! Certains ne font que des apparitions hélas trop fugaces, d’autres reviennent en tant que personnages principaux ou secondaires d’une autre nouvelle. Le duc Nikolaï est bien sûr au centre de tout, fou ou génie, voire les deux, mais en tout cas une aura équivalente à celle du Roi-Soleil. Si je devais retenir un autre personnage, ce serait cependant l’automate Amélia, sans hésiter. Elle a… elle est spéciale, elle a comme une sorte de destinée, et je la trouve fascinante ! J’espère que l’auteur ne m’en voudra pas, mais pour citer ce qu’il m’a dit sur elle, « elle incarne sans doute Célestopol, son « avenir », ses forces et ses limites. Elle rêve, mais ne peut que toucher ses rêves du doigt, au risque de les briser. »

Je ne saurai vous dire exactement quelle nouvelle j’ai préférée, toutes m’ont transportée mais pas de la même façon ! Je vous encourage vraiment à sauter sur ce livre, lisez-le, dévorez-le, mais surtout ne ratez pas une si belle occasion de vous émerveiller 😀

"

  1. Ca fait longtemps que je n’ai pas lu de Steampunk mais je dois être bien posée et concentrée pour ce genre d’univers que j’adore. Je le garde pour plus tard du coup :p

  2. Pingback: Ecologie et folie technologique | Coeur d'encre 595

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s