Les Mystères de Larispem #2 : Les jeux du siècle

Par défaut

Salutations bande de gens, j’espère que vous allez bien ! J’ai repris le tricot, Noël approchant et ayant beaucoup trop de laine à défaut d’idées cadeaux 😀 Du coup, tous les soirs devant un petit film clic-clic-clic, au moins ça m’occupe les mains et mon copain ne râle plus en disant que je suis incapable de rester immobile plus de 5mn devant un film ^^’

Nouvelle chronique littéraire ! D’habitude, j’essaie d’alterner pour ne pas me concentrer sur une série, et ne pas vous parler que d’un seul ensemble de livres. Ceci dit, pour cette fois j’ai dû tout lire assez rapidement, en prenant juste le temps qu’il faut pour quand même apprécier ma lecture (y a un respect tout de même), du coup j’ai sifflé toute la série sans alterner avec d’autres lectures ^^’ Voici donc le tome 2 de la série Les Mystères de Larispem, intitulé Les jeux du siècle et écrit par Lucie Pierrat-Pajot en 2017 (attendez-vous à voir la chronique du dernier tome la semaine prochaine 😛 ). On continue la lancée sur une série steampunk comme on les aime, et française pour ne rien gâcher ! Je vous laisse cliquer sur le lien ici pour lire la chronique du premier tome si ce n’est pas déjà fait 🙂

Résumé : Au début du XXe siècle, les grands jeux de Larispem sont organisés. Carmine, Louchébem et Nathanaël forment l’une des six équipes. Mais ils font aussi face à la redoutable comtesse Vérité, qui manoeuvre en secret pour s’emparer de la Cité-Etat. Ils doivent pour cela déchiffrer le livre de Louis d’Ombreville.

Mon avis : 

Comme le tome précédent, j’aime beaucoup cette couverture :3 Le style graphique est vraiment classe et évoque terriblement bien le smog de Larispem, tout en donnant des petits indices sur ce qu’on va pouvoir croiser dans ce nouveau tomes. Des hommes inquiétants armés de couteaux (les louchébems), une escalade périlleuse sur les toits, une voiture rétro-futuriste (qui me fait penser à un énorme suppositoire à vapeur ou à une sorte de torpille, m’enfin passons), et ma préférée, une énorme machine menaçante au beau milieu d’un cimetière ! Si ça ça ne vous met pas l’eau à la bouche, je ne sais vraiment pas ce qu’il vous faut.

La plume de l’auteure est toujours aussi agréable, et c’est sans rechigner qu’on se laisse emporter dans la suite des aventures de Carmine, Liberté et Nathanaël. L’univers de Larispem me séduit toujours autant avec son argot louchébem, son ambiance rétro-futuriste et révolutionnaire, et surtout des pouvoirs inquiétants et très intéressants 😛 Tout cela mais aussi de nouveaux gadgets technologiques, de quoi se sentir comme James Bond lorsqu’il descend dans le labo de Q pour avoir ses nouveaux joujoux ! Par rapport au premier tome, on a également une petite touche dramatique qui vient se rajouter avec une (deux ?) petite intrigue amoureuse, et du drama à souhait. Je ne peux pas trop vous en dire, c’est vraiment compliqué de chroniquer un deuxième tome sans trop révéler l’intrigue principale à ceux qui n’en sont qu’au premier tome !

Les personnages sont toujours aussi géniaux, et surtout Nathanaël que je trouve de plus en plus attachant : il mature et prend du poil de la bête, toujours sans avoir recours à ses pouvoirs ce qui est assez impressionnant, une fois qu’on comprend à quel point cela lui serait facile. J’aime beaucoup la romance qui se développe tout doucement entre lui et Carmine ; ça nous permet aussi de voir un côté un peu plus fragile et tendre de la jeune fille, histoire de tempérer un peu son côté bourrin. Liberté aussi devient un personnage assez impressionnant : on a l’impression qu’elle laisse toutes ses appréhensions de côté, mais sans trouver encore le juste milieu entre l’impulsivité et la prudence, alors qu’elle découvre tout ce que lui offre son nouveau pouvoir. Cependant, elle reste assez naïve par rapport à Cinabre et c’est un peu dommage. La comtesse Vérité est toujours aussi géniale dans son rôle de méchante, mais l’assaisonnement est redoublé par l’opposition entre Gustave Fiori et Michelle Lancien, entre le louchébem fonceur, borné et avide de pouvoir (vous allez adorer le détester), et la dirigeante pleine de charisme, de calme et de jugeote.

J’ai beaucoup aimé le petit clin d’oeil fait à un moment à l’esthétique steampunk, lorsque Liberté doit s’habiller de manière totalement indécente selon elle, avec un costume qui ne déparerait pas dans un concours de cosplay steampunk 😀 Par contre, je crois avoir repéré une petite incohérence qui me chiffonne, passez au paragraphe suivant pour éviter d’être trop spoilés au cas où. Ceux qui ont le pouvoir du sang peuvent donc marquer les gens, et leur imposer leur volonté, voire s’infiltrer dans leur esprit et maintenir une sorte de lien mental tangible. Mais ! Dans ce tome, on découvre aussi qu’il est possible pour n’importe qui de contrôler quelqu’un, à condition d’avoir le sang d’un Héritier à disposition pour marquer la victime. Mais est-ce que le lien mental aussi est présent ? A moins qu’ils ne puissent donner que des ordres oralement, et dans ce cas le problème du lien mental est résolu. Mais ! Dans le cas d’Alcide, qui est d’abord marqué par la comtesse puis constamment marqué ensuite avec le sang d’autres Héritiers, c’est toujours la comtesse qui garde le contrôle, alors même que c’est une machine qui applique régulièrement le sang sur Alcide. Alors comment ça marche au final ? Est-ce que c’est valable parce que la comtesse a apposé sa marque la première ? Je trouve ça un peu dommage, l’idée du pouvoir des Frères du Sang est très bien trouvée, mais utilisée à tort et à travers en laissant un peu de côté la cohérence, ou alors c’est moi qui ai mal compris… :/

Bref ! Ce deuxième tome est un digne successeur du premier, et je peux vous dire que dès que je l’ai terminé, j’ai aussitôt foncé sur le troisième pour savoir le fin mot de l’histoire 🙂 Que vous soyez adulte ou non, je vous recommande absolument cette série, c’est du bon steampunk comme il en faudrait plus ❤

 

"

  1. Ah mais c’est totalement le genre d’univers dans lequel j’ai envie de plonger!!
    J’aime beaucoup ce que tu en dis et je pourrais bien me laisser tenter… 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s