Archives de Tag: ruines

Premières lignes… #201

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.
Cette fois, je vous ai choisi un livre qui m’a énormément marquée, je vous invite à découvrir ma chronique sur ce lien, et surtout à le découvrir !

Avant ce soir, Pue-la-Viande mangerait la terre. Il le savait d’avance, le sentait.
Il en avait une si grande envie qu’elle en était douloureuse. Comme une fièvre dans ce qui lui servait de nerfs ; dans ses tendons d’acier vrillé, ses tresses de câbles fins comme des cheveux, impossibles à casser. Ils en tremblaient presque.
Manger la terre.
Pas exactement. Pue-la-Viande la fourrerait dans sa bouche, à grandes pelletées de ses mains cassées. Ses doigts tenaient encore ; l’ossature métallique, les rouages des articulations. Mais la céramique cuite, tout autour, était fendillée, craquelée comme la coquille d’un oeuf dur tombé par terre. Ca grinçait. Des os dans une fracture ouverte.
Parfois, il ne sentait rien avant de chasser. Aucun tremblement. Aucune envie. Parfois, il n’était pas sûr. De lui, de ses coups, du résultat à venir. Mais là, aujourd’hui, il n’hésitait même pas. Il en aurait eu des vertiges s’il avait été humain.
Le golem ne pouvait pas avaler, ingérer le sable et les blocs de terre, les caillots agglomérés par les fausses pluies de dix-sept heures neuf – toujours la même heure, toujours la même pluie.
Son gosier était là en trompe-l’oeil. Il parlait, criait, grondait, mais ne pouvait rien avaler. Sauf les perles, bien entendu, et les rares souvenirs glauques qu’elles libéraient une fois mangées. Souvenirs d’autres golems, d’autres époques, d’autres maîtres. Des souvenirs douloureux, acides comme des citrons verts.

Coeurs de rouille

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien et que le confinement ne vous rend pas fous 🙂 Je continue à rédiger mon mémoire, tellement le nez dans le guidon que j’en oublie de boire le chocolat chaud que je m’étais pourtant préparé pour me remonter le moral et me motiver ^^’ J’avance dans mes dessins, et j’ai une petite pensée pour mes parents, Maman dans sa couture et Papa très appliqué dans ses coloriages, je regrette de ne pas voir ça XD

Nouvelle chronique littéraire ! Un p’tit roman très particulier, qu’on pourrait qualifier de steampunk et que j’ai pris comme tel, même si j’avoue que ce n’est pas le premier terme auquel j’aurais pensé… En fait je ne sais pas quel mot me viendrait à l’esprit, c’est un roman qui n’est pas bien gros mais qui est très particulier 🙂 Il s’agit de Coeurs de Rouille de Justine Niogret, publié en 2013 aux Editions du Pré aux Clercs, puis en poche aux éditions Hélios. J’ai beaucoup hésité à prendre celui-là pour mon mémoire, mais par sa couverture et son thème, il me faisait beaucoup penser à un autre roman que je convoite, L’Alchimie de la Pierre de Ekaterina Sedia 😛 Bref, j’espère que cette chronique vous plaira, mais un dernier avertissement : le résumé que j’ai trouvé sur la plupart des sites pour Coeurs de Rouille n’est pas celui de la quatrième de couverture, et contient des spoilers absolument honteux ! A bon entendeur u.u Lire la suite