Archives de Tag: photos

Tout (n’)est (pas du tout) sous contrôle

Par défaut

Bieen le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Meilleure invention du monde, j’ai nommé la moustiquaire ❤ Sans rire, on est refaits avec mon copain depuis qu’on l’a installée, on peut dormir sans avoir à crever de chaud sous la cpuette pour échapper aux moustiques. Maintenant c’est limite si c’est pas jouissif d’en entendre un, parce qu’on sait qu’on est à l’abri et qu’il va galérer dans le vide : « CHEH, tu l’as dans le c❤l p’tit m🤬rdeux va 😁 ». Bref, investissez dans des moustiquaires,

71hj1vnmvhl

Nouvelle chronique littéraire ! Un livre que j’avais vu plusieurs fois sur des chroniques de blog et noté quelque part dans ma wish-list, vite enterré sous les nouveaux titres qui arrivaient ^^’ Et puis totalement par hasard je l’ai trouvé dans une enseigne de revente, EasyCash pour tout vous dire ! Je vous conseille d’ailleurs celui de Libourne, le responsable du rayon des livres et BD est adorable et on pourrait discuter avec lui pendant des heures 😀 Mais je digresse (graisse), passons au sujet du jour : Tout (n’)est (pas du tout) sous contrôle de Sophie Henrionnet, publié aux éditions Charleston en 2017. Pepparshoes du blog Sorbet-Kiwi me chante régulièrement les louanges de cette maison d’éditions, alors j’avais hâte de lire un autre de leurs romans 😀 L’auteure a déjà plusieurs romans à son actif, et un site humoristique autour de la vie familiale dont je vous laisse le lien ici (mais la dernière publication date de 2015).

Lire la suite

Derrière ma fenêtre il y a…

Par défaut

Salut bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Cette semaine, j’avais envie de partager un peu de poésie visuelle avec vous ^^ Ca vous arrive de regarder les nuages pour y voir des formes ? D’ailleurs, pour la petite info, ça s’appelle la paréidolie : c’est le fait de reconnaître une forme ou un élément familier dans un nuage, un paysage, une tache d’encre, mais aussi un son. Bref, moi j’adore regarder les nuages mais c’est juste pour le plaisir de les regarder, ils me fascinent en fait ❤ Leurs formes, leurs couleurs, les rayons du soleil qui percent à travers, le vent qui les pousse et les nuances du ciel, je pourrais m’y perdre pendant des heures et des fois j’y ai vu de vraies merveilles. Maintenant que mon portable a un appareil photo digne de ce nom, j’en profite pour essayer de faire des photos, c’est un peu compliqué à cause de la luminosité qui fausse la prise de vue, mais j’ai quand même pu en faire plein 🙂 Depuis que je suis à Lyon, j’ai constitué tout un album de photos prises depuis ma fenêtre : parfois le matin, parfois le soir, ou en pleine journée… Alors j’ai sélectionné les vingt plus belles pour vous les proposer, j’espère qu’elles vous plairont !

Expo : Le monde de Steve McCurry

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens ! Cette fois-ci, ni poésie ni tableau ni sculpture, mais une exposition ! Il y a une semaine, mes parents étaient à Lyon pour aider mon frère et sa compagne (est-ce qu’il y a un terme spécifique pour les gens qui se sont pacsés ?) à déménager des affaires ; et comme ça faisait longtemps qu’on ne s’étaient pas vus, on a décidé de marquer le coup. Le sort a désigné une exposition, celle des photographies de Steve McCurry. Vous connaissez forcément son oeuvre, au moins sa photo la plus célèbre qui est devenue l’une sinon la couverture la plus célèbre du National Geographic, celle d’une jeune indienne voilée et aux grands yeux clairs et tristes. C’est un photographe et un globe-trotter passionné de découvertes, de voyages, de rencontres qu’il immortalise dans ses photos. L’exposition se termine le 26 mai, d’ici-là, courez-y si vous êtes à Lyon, elle vaut vraiment le coup ❤ On y a passé un long moment à admirer les photos, et on aurait pu y rester encore plus longtemps si nos lombaires n’avaient pas crié grâce (et nos estomacs aussi, y faisait faim !). Je vous ai mis quelques photos ici, et j’espère pouvoir rendre justice à cette superbe expo avec cet article ^^

Je ne connaissais que cette photo de lui, sans savoir son nom. Maintenant, je dois dire que je suis vraiment bluffée, déjà par ses photos qui sont incroyablement puissantes. Les couleurs sont souvent très vives et chaleureuses, les regards vous prennent littéralement en otage : on a vraiment l’impression que ces gens vous voient, qu’ils sont juste devant vous ! Les scènes sont très diverses, et expriment un large éventail d’émotions : la solennité, la tristesse, la joie de vivre, ou même juste un instant de la vie quotidienne, une scène comique ou qui ne dure qu’une fraction de seconde. Aucun préjugé, aucun jugement, juste la découverte de nouvelle personnes et de nouvelles cultures, c’est incroyablement rafraîchissant et étourdissant ^^ L’exposition débute dans une petite pièce qui montre les photos prises pendant la guerre en Afghanistan, et puis on pénètre dans deux grandes salles avec des photos immenses et éparpillées un peu partout, comme si on découvrait le monde un peu pêle-mêle. Et le plus vertigineux, c’est qu’il n’y avait pas toutes les photos de l’artiste, loin de là !

Au moins autant sinon plus que les photos, le photographe m’a vraiment impressionnée. Steve McCurry est un passionné qui a la bougeote ^^ Il a commencé sa carrière de globe-trotter en prenant des photos des combattants afghanes, il a partagé leur vie, leurs joies, leurs peines et leur point de vue pendant plusieurs mois. Les photos sont impressionnantes, on ne voit pas le conflit même si les armes sont au premier plan : on voit la profonde humanité des personnages. Après quoi, il n’a pas arrêté de voyager, toujours à la recherche de nouveau, de vie, et de l’instant magique, quitte à parfois attendre plusieurs heures au même endroit jusqu’à ce que le miracle visuel advienne. A voir certaines photos, on pourrait jurer qu’il a provoqué l’instant, mais non pas du tout : la patience avant tout 😉 Et aussi un état d’esprit bien particulier, pas vraiment une transe mais juste l’attention à tout ce qui l’entoure au fur et à mesure qu’il se promène, c’est ce qui fait la belle photo :3

C’est tellement dur de mettre des mots sur des photos quand une seule est déjà si riche, j’essaie de vous parler de l’exposition entière mais rien que décrire une seule photo pourrait facilement me prendre des jours et des pages entières : chaque photo est un roman à elle seule ! A la fin de l’exposition, je voulais vraiment acheter un des livres mais… aouch le prix >< Mon budget d’étudiante n’y aurait pas survécu ! Et pourtant, c’est pas faute d’avoir envie : Gaël bavait sur un album de photos de paysages, et moi j’ai déniché un autre album intitulé Lectures qui m’a portée aux nues ❤ En fait, Steve McCurry avait consacré une bonne partie de son oeuvre à prendre en photo des gens en train de lire, et ces photos sont toutes exceptionnelles, drôles ou dramatiques, mais toujours pleines de poésie. Je vous jure que je mets cet album sur ma liste de Noël 😀

Les années

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien :3 Je suis en train de rédiger l’article tranquille devant un épisode d’Esprits criminels, j’aime beaucoup cette série 😛

Nouvelle chronique littéraire ! Un livre que j’étudie en cours, qui est à vrai dire assez particulier, et ce sera avant tout à vous de vous faire votre opinion, la mienne compte peu je le crains en face des Très Humbles (ahem) Cravatés de l’Académie, qui ont décidé que c’était un classique. Et je ne cesse de m’interroger sur ce terme, tout comme je ne cesse de m’interroger sur ce livre. Il s’agit du livre Les années d’Annie Ernaux, publié en 2008, et qui a reçu plusieurs prix. Annie Ernaux elle-même est une femme de lettres et professeure de lettres, elle a une oeuvre essentiellement autobiographique, très nourrie par la sociologie.  Lire la suite