Archives de Tag: mariage

Roman gothique #9 : L’Italien, ou le confessionnal des pénitents noirs

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Je crains d’avoir craqué pour ma part sur la collection naissante des Maîtres du Fantastique. Je suis faible devant les belles couvertures et les grands auteurs, je l’admets ! Je ne sais pas encore si je vais tenter l’abonnement, la question est toujours en débat, mais la tentation est dure à surmonter. Et vous, est-ce que vous avez déjà tenté ce genre de collections qui se constituent via un abonnement ?

ligue-integrale-1

Nouvelle chronique littéraire ! On continue sur les romans gothiques, j’espère que vous n’en avez pas marre mais au final j’en parlerai quand même 😛 On a déjà abordé pas mal de titres obscurs et d’incontournables, et avant de continuer je tiens à vous recommander une petite série de la maison d’édition Les Moutons Electriques, La Ligue des Ecrivaines Extraordinaires : c’est un concentré de références littéraires où Jane Austen, Ann Radcliffe, Mary Shelley et les soeurs Brontë combattent les méchants iconiques de la fiction gothique comme Dracula, le monstre de Frankenstein,… La série elle-même fait référence à La Ligue des Gentlemen Extraordinaires d’Allan Moore, une super histoire et un film tantôt aimé (mon cas) tantôt détesté mais cultissime dans tous les cas ! L’intégrale est sortie et j’annonce : c’est mon prochain craquage XD 
Mais revenons à nos moutons. Aujourd’hui on découvre Ann Radcliffe (1764-1823), une auteure qui a profondément marqué le roman gothique pendant la fin du XVIIIe siècle. Horace Walpole avait lancé le genre, Matthew Gregory Lewis avait créé une bête de référence mais c’est Ann Radcliffe qui a popularisé le genre avec toute une flopée de romans dévorés par des milliers de lecteurs des deux côtés de la Manche. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir une de ses références, à savoir L’Italien ou le Confessionnal des Pénitents Noirs, publié pour la première fois en 1797. Ca me fait tout bizarre quand j’écris cette date, on s’en rend pas forcément compte, mais on lit des mots écrits plus de 200 ans avant notre époque. Ca me rend toute chose ❤ 

Lire la suite

Kumudini

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien 🙂 Je suis en train de me refaire V for Vendetta et… bon sang je l’adore un peu plus à chaque fois que je le regarde. Je l’avais vu plusieurs fois étant petite, sans bien comprendre tout, mais il m’avait marquée ; je l’ai revue adulte et quelle claque ! La tirade de présentation de V (le perso tout entier en fait), le journal de Valérie, la nécessité de briser la routine et sa sécurité pour récupérer la liberté, ce film est une mine d’or de réflexions et de choses essentielles. Un jour je vous en ferai une belle chronique ❤

Nouvelle chronique littéraire ! Vous savez, j’adore découvrir des auteurs et des littératures venant de pays étrangers autre que l’Angleterre ou les Etats-Unis. Moins j’en ai l’habitude et plus je suis intriguée ! Quand je suis allée à la bibliothèque de ma nouvelle ville, j’ai eu la bonne surprise de découvrir plusieurs livres des éditions Zulma, qui publie des livres du monde entier. Le hasard a désigné celui-ci : Kumudini de Rabindranath Tagore, également appelé Gurudev. Né en 1861 et mort en 1941, c’est un compositeur, écrivain, dramaturge, peintre et philosophe indien dont l’œuvre a eu une profonde influence sur la littérature et la musique du Bengale (à l’est du sous-continent indien) à l’orée du XXème siècle. Il est couronné par le Prix Nobel de littérature en 1913. Une grosse pointure donc, et un illustre inconnu pour moi ! Ce roman est l’un des derniers à avoir été traduit (2013, pour une écriture en 1929) car il fait bien plus référence que les autres à la culture indienne, d’où des difficultés de traduction. Et c’est très intéressant pour nous, car l’auteur est très en faveur de l’égalité hommes-femmes.

Lire la suite