Archives de Tag: magie

Premières lignes… #204

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Comment cinq corneilles pouvaient-elles soulever dans les airs un enfant de neuf kilos ? Prue ne comprenait pas, mais c’était le cadet de ses soucis. En fait, si elle devait dresser la liste de ses priorités, l’explication d’une telle prouesse arriverait bonne dernière. Assise sur ce banc du parc, elle regarda, fascinée, son petit frère Marc s’envoler entre les serres de ces corneilles noires. Sa plus grosse inquiétude, c’était justement lui, dont elle avait la responsabilité et qui se faisait enlever par des oiseaux ! Et la question qu’elle se posa tout de suite après, c’était : Qu’allaient-ils faire de lui ?
La journée avait pourtant bien commencé.
Bon, d’accord, il faisait un peu gris ce matin, quand Prue s’était réveillée, mais quel jour de septembre n’était pas gris à Portland ? Elle avait remonté les stores de sa chambre et pris le temps d’observer par la fenêtre les arbres qui se découpaient sur un ciel gris-blanc poussiéreux. C’était samedi et elle sentait les odeurs de café et de petit-déjeuner en provenance du rez-de-chaussée. Ses parents occuperaient à coup sûr leur place habituelle du samedi : plongé dans le journal, papa siroterait un mug de café tiède ; ses lunettes à double foyer en écailles sur le nez, maman examinerait la masse laineuse de son tricot en cours à la finalité inconnue. Son frère, qui avait au moins un an, serait assis sur sa chaise haute et repousserait les limites de son babillage incompréhensible : Jufruit ! Jufruit ! En arrivant dans le coin repas, Prue constata qu’elle avait vu juste. Son père marmonna un bonjour, les yeux de sa mère lui sourirent par-dessus ses lunettes, et son frère l’accueillit par un « Pou-ou-ou ! » strident. Prue se prépara alors un bol de muesli.
– J’ai fait du bacon, ma chérie, annonça sa mère, avant de redonner son attention à l’espèce de grosse bestiole tricotée qu’elle avait en main. (Un pull ? Un couvre-théière ? Un noeud coulant ?)
– Maman, rétorqua Prue en versant du lait de riz sur ses céréales, je te l’ai déjà dit. Je suis végétarienne. Ipso facto : pas de bacon.
Elle avait lu « Ipso facto » dans un roman. C’était la première fois qu’elle l’utilisait. Elle n’était pas certaine de bien l’employer, mais trouvait l’expression sympa.

Poussière de fée et l’OEuf magique

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ A la fin de la semaine, eh ben Juju l’est en vacanceuh ❤ Naaan mais j’ai pas hâte. C’est faux. Absolument pas. Première semaine de congé après 8 mois, Noël qui approche, semaine en chalet au coin du feu, y a pas de quoi se réjouir (YAAAAYYY 🤩 )

Nouvelle chronique littéraire ! Un très bel album jeunesse dont j’aurais dû vous parler bien plus tôt ^^ Avis aux amateurs de Peter Pan et de Disney, voici Poussière de Fées et l’OEuf magique écrit par Gail Carson Levine et illustré par David Christiana en 2005. Je ne suis pas particulièrement fan de l’univers du Pays Imaginaire en ce qui me concerne et les multiples films de Clochette et des autres fées me laissent assez indifférente, mais ce livre-là, c’est tout autre chose ❤

Lire la suite

Dakil le Magnifique

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Qu’aimez-vous écouter quand vous lisez ? En ce moment, j’adore écouter des compils de piano de musiques des studios Ghibli ❤ Ca me détend de fou, je me mets dans mon p’tit plaid avec mon bouquin et je pourrais y rester la journée entière 😊

Nouvelle chronique littéraire ! Je ressors une relique de mes étagères, un livre qui date de ma vieille jeunesse et que j’avais complètement oublié XD Le pire, c’est que j’étais persuadée de l’avoir lu, et en le relisant, l’histoire ne me disait absolument rien du tout ^^’ C’est maintenant chose faite et je peux vous présenter Dakil le Magnifique, un roman de fantasy jeunesse écrit par Marie-Sabine Roger, publié en 2007 !

Résumé : Dakil Nez-Fin, le gnome du clan des Murmoussus, prépare des pièges pour les malheureux voyageurs qui traversent l’épaisse forêt d’Abandor.
Mais lorsque le voyageur est un chevalier monté sur une licorne blanche, l’affaire se complique.
Et voilà Dakil embarqué dans une aventure extravagante. Escorté par un lutin impertinent et bavard, Dakil va trembler de froid, de rage, de peur…

Mon avis :

Les graphismes de la couverture me font vraiment penser à de la 3D un peu mal vieillie, ptet pas au niveau de Jimmy Neutron mais pas loin non plus XD On peut voir Dakil et Mutin, le lutin qui va l’accompagner dans sa quête. En arrière-plan, une grande queue qui doit appartenir à un animal encore plus grand et menaçant.

Le livre nous raconte l’histoire de Dakil Nez-Fin, un gnome du clan des Murmoussu doté d’un odorat particulièrement développé, au moins autant que son ego et sa lâcheté. A la suite d’un malheureux concours de circonstances (et d’un excès de vantardise de sa part, disons-le), Dakil se voit obligé d’affronter successivement un chevalier en colère, une sorcière, un dragon, un puissant mage, et quelques autres petites péripéties du même acabit.

Nous sommes donc dans un univers de medieval fantasy comique, que ce soit pour les personnages, les situations ou le vocabulaire à base de « ripaille », « gouaille », « boustifaille » et autre « pouaille ». Là comme ça, j’avoue que ça me fait énormément penser au film Les Visiteurs avec Jean Reno (un grand classique familial, y a pas une année où on n’y a pas droit), c’est un peu le même genre d’humour. L’univers est plutôt bien construit, avec de l’originalité dans les différents peuples croisés par les héros, et une ou deux innovations dans le langage pour coller à cet imaginaire. Les méchants sont franchement sympas, même si les personnages finissent par être un peu clichés : le chevalier hautain et la princesse qu’il veut sauver, la sorcière, l’anti-héros qu’on finit par avoir envie d’étrangler et le side-kick rigolo.

En fait, la chronique va être courte parce que, sincèrement, le livre ne m’a pas plus marquée que ça. Il n’est pas mauvais mais simplement… meh. J’ai pas été transcendée non plus. Faut dire que j’ai toujours eu du mal avec les anti-héros comme Dakil, ils sont égoïstes du début à la fin, ils ne me font pas rire et j’ai juste envie de leur mettre une grande claque ; le seul point que j’ai vraiment apprécié, c’était justement le personnage de Mutin qui se fichait toujours de Dakil de manière implicite XD Je pense que c’est une lecture sympa pour un enfant, mais ça n’ira pas plus loin malheureusement pour moi. Après, les quelques critiques Babelio (il n’y en pas beaucoup, le livre n’est pas très connu) sont un peu plus positives, donc à voir !

Et vous, connaissiez-vous Dakil et ses aventures ? Ou les livres de l’auteure ? Racontez-moi tout en commentaires 🙂

Le rêve du Démiurge, intégrale n°1

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Tant pis pour mon sommeil, désormais je me lèverai à 5h du matin tous les jours. Yep, mesure extrême, mais il se trouve que j’en ai ras la margoulette : pendant mes études, pendant mes premiers boulots, pendant ma préparation de concours, je me disais « quand ce sera fini, j’aurais du temps pour faire au moins un de mes projets ». Ha ! HA ! Ben que pouic. Donc zut et re-zut, je sacrifie des heures de sommeil et je réaliserai enfin ce que je veux, nom d’une pipe !

Nouvelle chronique littéraire ! Un livre que ma p’tite Maman m’a offert, il était temps que je me lance dedans ^^ Bon, malheureusement je n’étais pas dans les meilleures conditions pour le lire, en fait je ne savais absolument pas à quoi m’attendre et je n’ai même pas pris la peine de chercher un résumé XD Le Rêve du Démiurge est un cycle de 9 romans, écrit par Francis Berthelot de 1994 à 2015. Le cycle a récemment été réédité en trois volumes, dont voici le premier, composé des romans L’Ombre d’un soldat, Le Jongleur interrompu et Mélusath.

Lire la suite

Jiang Ziya

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Joyeux Halloween ! Mais les chroniques de films d’horreur, de films d’épouvante et de slasher attendront, parce que j’ai découvert cette pépite et que je dois vous en parler là, maintenant, tout de suite, sans attendre, incessamment sous peu, bref.

Nouvelle chronique de film ! Je vous ai parlé la semaine dernière du studio d’animation chinois Light Chaser et de son superbe film White Snake, cette fois-ci je vous propose de découvrir Jiang Ziya : Legend of Deification, sorti en 2020 des studios Beijing Enlight Pictures et réalisé par Cheng Teng et Li Wei ! C’est aussi le deuxième film qui met en place le Fengshen Cinematic Universe, que l’on peut comparer sans problème au Marvel Cinematic Universe ^^ Le Fengshen se base quant à lui sur le roman Investiture of Gods de Xu Zhonglin, ou Fengshen Yanyi : c’est un roman chinois du XVIe siècle et un exemple majeur du genre dieux-et-démons. L’histoire de Jiang Ziya est donc l’un des épisodes de ce monument littéraire, tout comme l’histoire de Nezha, qui a été l’objet du premier film : je compte bientôt vous en parler 😉

Lire la suite