Archives de Tag: lecture

La Lectrice disparue

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Je suis en train de re-regarder la série The Crown, je n’ai jamais été autant fascinée par une série historique :3 Et j’ai aussi terminé une petite série de maison hantée indienne, très sympa, qui s’appelle Typewriter, vous connaissez ? ^^ Et vous, qu’est-ce que vous regardez passionnément en ce moment 😀

Nouvelle chronique littéraire ! Aujourd’hui, un livre découvert totalement au hasard d’une balade entre les rayons, la couverture m’avait attiré l’oeil pour sa réutilisation du dessin d’Alice au Pays des Merveilles, et bien entendu son titre ^^ Le résumé a achevé de me convaincre, et je me suis lancée dans ce roman avec impatience ! Voici La Lectrice Disparue de Sigrídur Hagalín Bjornsdottir, publié en 2020 chez l’éditeur Gaïa et traduit par Eric Boury. C’est un polar islandais, mais pas que ! Préparez-vous à une plongée dans l’univers de la lecture, une lecture dont vous n’auriez jamais soupçonné les implications. Lire la suite

Rocambole, ou la nouvelle appli littéraire qui va tout déchirer !

Par défaut

Salut bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Depuis quelques temps sur Twitter je suis une nouvelle appli qui se lance dans le courant du mois de juin, et qui a l’air géniale à tout point de vue ! Alors permettez-moi une petite pause de pub, et prêtez donc l’oeil à ce que je vais vous dire 🙂

Quand on est dans les transports en commun, qu’on attend chez le médecin ou qu’on vit un moment un peu chiant de manière générale, mais qui ne doit pas durer la journée non plus, le réflexe c’est quoi ? Le smartphone. Quelques uns prennent un livre, mais tout le monde n’a pas forcément envie de traîner un bouquin dans son sac, surtout quand ledit bouquin est un énorme pavé grand format (RIP les épaules), et tout le monde n’a pas envie non plus de grosses lectures. Seulement, sur un smartphone et en 10 minutes, on est loin de faire des choses révolutionnaires ou même utiles : ce temps passé sur l’écran reste un temps perdu. Alors l’idée de Rocambole, c’est de reconnecter les gens avec la lecture grâce au smartphone !

Rocambole est une application littéraire pour smartphone qui veut reprendre le principe des romans feuilletons. Alors qu’est-ce que c’est qu’un roman feuilleton ? C’est tout simplement un moyen de publier un roman non en une fois mais par petits bouts, comme une série de petits épisodes à la Netflix, qui prennent 5 à 10 minutes à lire environ, 15 grand max. Ce n’est plus trop utilisé aujourd’hui comme moyen de publier, mais au XIXème siècle, tous les grands de la littérature ont fait du roman feuilleton : Zola, Victor Hugo, Balzac, vous avez saisi l’idée ; même Stephen King a tenté le coup pour publier La Ligne Verte, je déconne pas ! Donc le roman feuilleton, c’est le bon plan pour lire un tout petit peu, et en profitant à fond du suspense de la lecture grâce à la parution par épisodes 🙂

En plus de ça, Rocambole prend également en compte le fait qu’être auteur aujourd’hui, c’est un peu le suicide financier si tu n’as pas un autre travail, un « vrai » travail diront les imbéciles que je prie d’aller jouer sur l’autoroute, merci ! Les auteurs qui travaillent avec Rocambole sont déjà nombreux, ils sont triés sur le volet pour vous offrir des séries de qualité et de genres différents : SF et fantasy, polar, thriller, historique, romantique, vous en aurez pour tous les goûts ! Et loin d’être exploités, les auteurs sont rémunérés correctement ; le plus beau, ils ont la possibilité à la fois de mettre en avant leur travail via l’application, et de dépasser ensuite le cadre de cette application pour publier sous d’autres formats 🙂

Je vais être honnête, moi ça me fait des choses cette appli ^^ Pourtant je suis une inconditionnelle du livre contre l’écran, mais là c’est autre chose. Déjà parce qu’avec une lecture courte, il y a peu de chances de s’abîmer les yeux, en tout cas pas plus qu’avec la lecture sur papier. Ensuite, l’appli permet de découvrir plein de nouveaux auteurs qui ne sont pas forcément connus mais qui ont du talent à revendre : tous les auteurs de talent ne sont pas forcément reconnus par les maisons d’édition, dites-vous que Dan Brown a essuyé un ou deux refus pour son Da Vinci Code (et les responsables s’en mordent les doigts aujourd’hui). Autre chose, c’est une demoiselle sortie de l’ENSSIB qui a eu l’idée de l’appli, et comme vous pouvez le juger avec votre servante, l’ENSSIB est un gage de Kalitay 😀 Et cerise sur le gâteau, pour des gens qui comme moi veulent écrire, Rocambole a l’air d’être une super opportunité ! Honnêtement, j’adorerais pouvoir faire partie de leur équipe d’écrivains, je croise les doigts ❤

Bref, j’ai hâte de voir l’appli sur mon portable, avec un peu de chance sur mon CV, mais surtout dans vos mirettes ! Avouez qu’elle vend du rêve, et foncez ^^ Ils ont une page Twitter, Facebook et Linkedin, alors n’hésitez pas à vous renseigner, moi je suis à fond 😛

Premières lignes… #62

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Il était une fois, et un jour il sera. Voici le début de chaque histoire.

Il était une fois un monde appelé Kelanna, un terrible et merveilleux monde d’eau, de bateaux et de magie. Les gens de Kelanna étaient comme vous par bien des aspects : ils marchaient, ils travaillaient, ils aimaient, et ils mouraient. Mais ils étaient différents sur un point crucial : ils ne savaient pas lire. Ils n’avaient jamais développé d’alphabet, ou de règles d’orthographe, jamais gravé leurs histoires dans la pierre. Au lieu de ça, ils se les rappelaient avec leurs voix et avec leurs corps, et les répétaient jusqu’à ce que les histoire fassent partie d’eau, et que les légendes deviennent aussi réelles que leurs langues, leurs poumons et leurs coeurs.

Certaines histoires, reprises et passées de bouche en bouche, traversaient les royaumes et les océans, tandis que d’autres s’éteignaient après seulement quelques répétitions, et n’étaient plus jamais entendues. Toutes les légendes n’étaient pas populaires. Nombre d’entre elles menaient une vie secrète au sein d’une famille ou d’une petite communauté de croyants qui les chuchotaient entre eux afin qu’elles ne soient pas oubliées.

L’un de ces contes relataient l’histoire du Livre, un mystérieux objet contenant la clé de la magie la plus puissante que Kelanna ait jamais connue. Certaines personnes disaient qu’il donnait accès à des sorts permettant de transformer le sel en or et les hommes en rats. D’autres prétendaient qu’avec de longues heures et un peu de persévérance, on pouvait apprendre à contrôler les phénomènes naturels… ou même créer une armée. Les récits différaient sur les détails, mais il y avait un point sur lequel ils se rejoignaient tous : rares étaient ceux capables d’accéder à son pouvoir.