Archives de Tag: justice

Le Coeur perdu des automates

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Je suis tombée sur une petite pépite au boulot : un cahier de mutation de propriétés (un genre de registre immobilier tenu par les mairies) datant de 1819 ! Ca fait tellement bizarre de voir l’écriture manuscrite et de se dire qu’elle date de plus de 200 ans, qu’il y avait un clampin qui tenait ce cahier exactement comme moi aujourd’hui… mais en bien meilleur état parce que là les plats de couverture ont l’air d’être passés à l’éponge métallique ^^’ Bon par contre ça n’atteint pas mon copain qui m’a regardée comme une folle quand j’ai essayé de lui dire pourquoi je trouvais ça émouvant XD

Nouvelle chronique littéraire ! Voici un petit roman que j’avais hâte de lire, je le voyais passer et repasser, entre couverture qui attire l’oeil et critiques alléchantes, et comme d’habitude, j’ai fini par craquer XD Voici Le Coeur perdu des automates de Daniel H. Wilson, paru en 2018. La couverture nous le jette un peu à la figure, donc spontanément je pensais que c’était du steampunk, mais en fait c’est plus une vague esthétique de rouages qu’une vraie intrigue basée sur les codes du genre ; on pourrait dire que c’est de la science-fiction puisque il y est question d’automates fonctionnant avec une technologie mystérieuse, mais d’un autre côté, tout ça semble s’apparenter à une ancienne magie donc… j’avoue que je suis confuse sur le genre dans lequel je dois classer ce roman ^^’ Lire la suite

Tarot divinatoire made by Juliet #8 : La Justice

Par défaut

Salutations et hommages peuple de l’Internet, je viens en paix ! Et surtout pour continuer ma série de dessins pour me faire mon propre jeu de tarot divinatoire… avec juste les arcanes majeures pour commencer ^^’ Je mets longtemps à dessiner, donc rien qu’avec elles j’ai un boulot énorme, non seulement en terme de dessin mais aussi de recherches pour bien respecter la symbolique de chaque carte. Ca a l’air rébarbatif comme ça, mais c’est un projet qui me passionne 😀 Honnêtement, je ne sais pas si ces cartes peuvent révéler l’avenir et ce n’est pas ce qui me motive : c’est leur sens à toutes qui m’intéresse, et comment l’expliquer ^^

On enchaîne donc avec la huitième carte du Tarot, l’arcane de la Justice. Comme pour les précédentes, je vais d’abord vous expliquer la symbolique de base de la carte, en me basant sur le Tarot de Marseille. Puis je vous montrerai ma carte, et comment j’ai choisi d’adapter la symbolique à ma sauce 🙂 Attention cependant : la signification des arcanes peut se suivre et compléter les cartes précédentes et suivantes, donc n’hésitez pas à regarder les précédentes cartes que j’ai faites pour vous aider :

Voici donc la carte de la Justice, qu’on reconnaît très facilement à ses attributs : l’épée et la balance. Elle ressemble à l’Impératrice, mais sans l’aigle, puisqu’elle est également sur un trône avec une couronne, laquelle symbolise la rigueur de la loi. L’épée de la justice est là pour « trancher » les litiges, de manière à faire le tri entre le vrai et le faux, le mal et le bien. La balance est là pour peser les faits, de manière à déterminer une compensation juste par rapport à ce qui a été dit ou accompli. Derrière elle, on retrouve les deux piliers qui se trouvaient derrière la Grande Prêtresse ou le Hiérophante : ils peuvent avoir énormément de significations possible, mais ici il faut leur attribuer les valeurs d’indulgence et de raison, qui viennent tempérer l’apparente dureté de tout ceci et nuancer le jugement final.

De manière plus générale, la Justice est la première des quatre Vertus présentes dans le jeu de tarot : justice, prudence, courage et continence. Elle représente la volonté inébranlable de donner à chacun ce qui lui est dû, selon le principe de l’équité (à ne pas confondre avec l’égalité). De plus, la Justice sous-entend ce qui est juste pour soi mais également pour les autres : donc, cet arcane invite aussi à réfléchir aux idées de partage, de différence et d’équilibre. En conclusion, la carte met le consultant face à lui-même pour récolter ce qu’il a semé, le bon comme le mauvais ; il est également averti de toujours se comporter de manière juste avec les autres.

 

Et voici ma carte ! ^^ Je n’avais pas encore fait de carte dans un univers japonais, et comme le Chariot avait un petit côté steampunk, j’ai décidé de me lâcher ici aussi 🙂 Pour moi, la rigueur de la justice se marie bien avec le traditionalisme japonais, très pondéré et maîtrisé. Le choix d’un jardin japonais a été quasi instinctif, puisqu’il doit refléter le monde : ici, les rides du sables tournent autour de la balance, une manière de montrer que la justice est universelle peu importe le contexte : ce qui est vrai reste vrai, ce qui est faux est toujours faux. J’aurais pu représenter la femme en tenue de prêtresse mais… ben en fait j’ai eu l’idée trop tard et je ne pouvais plus effacer ce que j’avais fait ^^’ J’ai mis pas mal de temps pour le kimono, mais je suis très contente du résultat ! Et j’ai placé la peluche de lapin signature comme une poupée maudite, c’est-à-dire clouée sur un poteau… bon normalement pour faire un vrai rituel de malédiction, il faut une poupée de paille plantée avec un clou bien précis sur un arbre bien précis, m’enfin bon 😛 Et en parlant des poteaux, ils sont identiques, c’est juste l’éclairage de la photo qui fait que… et aussi le fait que la feuille ne soit pas bien à plat ^^’

Côté symboles, je me suis fait plaisir aussi. Commençons par les sculptures de la poutre au-dessus : il s’agit d’un serpent et d’un lion que j’ai représentés en m’inspirant d’estampes et de tatouages japonais. Ce sont deux animaux que l’on retrouve parfois aux côtés de la Justice selon les pays et les coutumes, mais pas forcément ensemble : le serpent incarne le mensonge qu’il crache comme un venin (Eve, Adam, pomme mangée, tout le monde connaît l’histoire), et le lion a parmi ses très nombreuses attributions celle de la justice.

Mais les symboles dont je suis le plus contente ce sont les Trésors Sacrés du Japon : le bouclier au-dessus (derrière les lettres), le magatama en pendentif, et l’épée. Au départ, j’avais pensé à une légende rapportée dans le jeu Ace Attorney, d’une épée invincible opposée à un bouclier incassable. Je cherchais une forme d’épée classique, plutôt japonaise, et je suis tombée de fil en aiguille sur ces trois trésors légendaires japonais qui servaient aux intronisations impériales. Normalement la justice n’a qu’une épée, mais c’était trop dommage de m’en contenter après avoir vu ça ! Chacun des trois objets a son histoire dans la mythologie japonaise, que je vous encourage à lire sur Wikipedia ; moi je me contenterai de ce qu’ils symbolisent :

  • Kusanagi-no-Tsurugi (= épée de Kusanagi) est une épée extrêmement célèbre au Japon, autant qu’Excalibur en Angleterre. C’est une épée à double tranchant donc elle est très différente de l’idée qu’on se fait des sabres japonais, mais elle est aussi très ancienne. Elle représente la valeur (de manière générale) et la faculté de partager.
  • Yata-no-Kagami (= miroir de bronze) est un bouclier qui symbolise la sagesse et la compréhension.
  • Le pendentif enfin est un magatama, c’est-à-dire un ornement ancien typiquement japonais, taillé dans une pierre, et auquel on attribue certains pouvoirs magiques. Ici, c’est le magatama de Yasakani, qui illustre la bienveillance et la capacité d’apprendre.

Que pensez-vous de cette carte, est-ce qu’elle vous plaît ? N’hésitez pas à me donner vos avis ou vos conseils en commentaire ^^

Les derniers jours de l’émerveillement

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien malgré la deuxième canicule de l’été ! Pensez à bien boire et à vous protéger du soleil. Personnellement, j’espère surtout que ça convaincra peut-être un peu plus de gens de faire des gestes écolo, m’enfin vu comme on a porté des oeillères jusque là… ><

Nouvelle chronique littéraire les enfants ! Je vous propose cette fois un livre que m’a offert Pepparshoes du blog Sorbet-Kiwi (qui défonce tout, allez tout de suite le voir) : même si nous n’en parlons plus sur nos blogs respectifs, nous avons continué à nous organiser des petits swaps tous les trimestres ^^ Le thème de celui dont je vais vous parler, c’était « le génie » ; j’ai surtout misé sur les djinns orientaux, et Pepparshoes sur le génie intellectuel. Et dans son colis, impeccable comme toujours, il y avait ce livre : Les derniers jours de l’émerveillement de Graham Moore, sorti en 2018. L’auteur a d’ailleurs été récompensé d’un oscar, puisqu’on lui doit le scnéario du film The Imitation Game ; je ne l’ai pas lu, mais Pepparshoes m’en dit beaucoup de bien, et comme il est sur Netflix, je vais essayer d’en profiter 🙂 Pour les amateurs de Sherlock Holmes, il a également écrit 221b Baker Street qui a l’air d’être un polar absolument génial j’ai hâte de pouvoir le lire 😀 Lire la suite