Archives de Tag: histoire vraie

Blanc autour

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! C’est aujourd’hui la fête des mères, n’oubliez pas et ne faites pas comme la fille indigne que je suis, qui va devoir trouver son cadeau sur le tas ^^’ Pour la petite anecdote, vous saviez que la fête des mères datait de 1941 ? C’est le régime de Vichy qui l’a créée en France afin de mieux faire passer la pilule de son programme « Travail, Famille, Patrie » : en consacrant le rôle des mères, on s’assure aussi qu’il devient un objectif en soi pour les femmes et que faire des bébés est bien une priorité. Bien sûr, il s’agit un peu de rattacher au foyer les femmes qui ont découvert la possibilité de travailler pendant la Première Guerre Mondiale, mais surtout ça découle d’un mouvement qui dure depuis la fin du XIXe siècle et la première guerre contre les Allemands en 1870 : convaincus que les Allemands sont plus forts car ils ont une natalité encore en hausse, la pression s’accentue en France pour faire plus de bébés, en célébrant les mères de familles nombreuses, en créant des associations de pères de famille, etc. Donc on peut dire que notre fête des mères est née suite à un concours de b*te avec les Allemands (non, c’est un énorme raccourci, ne racontez pas ça à votre prof d’histoire les enfants) XD Le plus important, dites toute l’année à votre maman que vous l’aimez, n’attendez pas un jour dans l’année pour le faire 😉 

Nouvelle chronique littéraire ! Une bande-dessinée aujourd’hui, parue en janvier 2021 : quand je l’ai vue sur la table des sorties récentes, j’ai craqué ^^ Il faut dire qu’elle aborde beaucoup de thèmes intéressants, à travers des faits réels pas toujours bien connus du grand public. Et puis c’est le XIXème siècle, une de mes périodes favorites ! Bref, permettez-moi de vous présenter aujourd’hui Blanc Autour de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert 🙂

Lire la suite

Un anglais dans mon arbre

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Comment se passe le confinement de votre côté ? Marathon de films Marvel avec mon copain, qui me montre également tous les anime Dragon Ball XD Il essaye aussi de me mettre à Overwatch, avec plus ou moins de bonheur vu que je préfère les jeux plus tranquilles et que notre connexion est… est ce qu’elle est –‘ (petit conseil perso de jeu : We Happy Few c’est de la bombe !)

Nouvelle chronique, et pour une fois, c’est une BD ! C’est vrai que j’en parle très peu sur le blog, et pourtant je suis une grosse consommatrice de BD. Je me suis un peu calmée, mais quand j’étais petite, entre la pièce remplie de BD de mon oncle quand j’étais en vacances et l’étagère de BD à côté des toilettes chez mes parents, autant vous dire que j’en ai lu plus que ma part ! Celle-ci m’a été offerte par ma p’tite Maman il n’y a pas si longtemps (gros bisou à toi Maman si tu lis ceci), il s’agit de la BD Un anglais dans mon arbre, scénarisée par Olivia Burton d’après sa propre vie, et dessinée par Mahi Grand en 2019. Le sujet m’intéressait beaucoup, d’autant que je connaissais déjà un petit peu le personnage historique de Richard Francis Burton grâce à un autre livre, L’Etrange affaire de Spring Heeled Jack (un gros coup de coeur, je vous le conseille absolument !). Lire la suite

Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée…

Par défaut

Bonjour ^^ Toutes mes plus plates excuses pour avoir loupé le weekend dernier, j’avais la rentrée à préparer, toussa toussa, j’espère que vous me pardonnerez. Le quatrième épisode de Comment tuer un homme est prêt, ce sera le dernier article de ce weekend, en espérant que je puisse publier les autres prévus. J’ai également été taguée par 100% Lecture, pour un tag sur la rentrée qui constituera le deuxième ou troisième article du weekend. Voilà, voilà !

christianePour commencer, je voulais faire un article sur un livre que pepparshoes m’a conseillé, après que j’ai lu L’herbe bleue. Si ce dernier était bien, j’ai été déçue sur la fin car il était écrit par une psychologue qui en a profité pour glisser des allusions à sa communauté religieuse. Pas très objectif, donc, même si l’idée partait d’un bon sentiment. Je suis tombée sur le livre de pepparshoes par hasard à Emmaüs (avis à tous les chineurs, là-bas, c’est du pas cher du tout et de plutôt bonne qualité !) et j’ai pensé à elle, donc je l’ai pris. Je l’ai fini plutôt rapidement, j’espère que les quelques bribes de précisions que je me rappelle feront l’affaire pour cette chronique !

Résumé : Tout d’abord, c’est une histoire vraie. Celle de Christiane F., une jeune ado allemande qui vit à Berlin-Ouest dans les années 70, et qui fume son premier joint à 13 ans. Moins de deux ans plus tard, elle doit se prostituer pour arriver à payer sa drogue. Elle n’est pas la seule dans son cas, loin de là. Ses amis finissent par mourir des suites de la drogue, ses parents essayent de l’aider, sans succès. A 15 ans, deux journalistes l’interviewent et publient son histoire. Lire la suite