Archives de Tag: Chine

Green Snake

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ En fait, mon petit rhume de la dernière fois s’est avéré être notre ami à tous le covid ! J’étais pas encore passée à la casserole depuis le début de l’épidémie, c’est désormais chose faite… ou du moins en train de se faire. Pas de perte de goût ou d’odorat (j’en suis très soulagée), pas de symptôme plus grave que ceux d’un bon gros rhume des familles. Un peu frustrée par contre, parce que j’ai dû m’isoler après même pas 4 jours de mon nouveau boulot, c’est rageant XD

Nouvelle chronique de film ! Ca faisait longtemps que je voulais vous en parler, le moment est enfin venu ^^ Voici le nouveau bébé des studios d’animation chinois Light Chaser et la suite de White Snake (qui étrangement ne sortira en France que dans quelque mois, la logique m’échappe), Green Snake ! On l’attendait avec impatience mon compagnon et moi, dès qu’on a pu le voir on a sauté dessus. Disponible sur Netflix, ne passez surtout pas à côté 😉 Le film reprend la légende du Serpent Blanc là où White Snake s’était arrêté, tout en prenant quelques libertés !

Lire la suite

L’Impératrice des mensonges : Le secret du juge Ti

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Comme chaque année, c’est parti pour le traditionnel petit rhume d’avril, je me fais avoir ! Et chaque année, c’est parti pour les insomnies, les coups de chaud-froid… Nan vraiment un pur bonheur, je recommande. Et vous, comment a commencé votre mois d’avril ? ^^

Nouvelle chronique littéraire ! Un livre que j’ai trouvé totalement par hasard d’occasion, je ne connaissais pas du tout les auteurs ni n’avait entendu parler du titre, mais le résumé m’avait bien plus, alors let’s go 😀 Voici L’impératrice des mensonges, Le secret du juge Ti, co-écrit par Daniel Alteri et Eleanor Cooney en 1998 ! Les deux auteurs ne sont pas très connus, mais il existe une suite à ce roman, écrite dix ans plus tard.

Lire la suite

New Gods : Nezha Reborn

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Noël approche, j’ai sorti mes gros pulls tout en laine, pilou, moumoute, bref, tout ce qui est doux et donne envie de se blottir avec du chocolat. Bien sûr, chaussettes et plaid assortis, la base ! De son côté, mon chéri n’étant pas très pull (les manches longues, ce fléau), il s’est confectionné une cheminée d’appoint, un gros bocal avec quatre bougies qu’il place entre lui et son clavier XD

Nouvelle chronique de film ! La semaine dernière, je vous parlais du film Ne Zha, des studios Beijing Enlight Pictures. Le film dont je vais vous parler aujourd’hui est basé sur le même personnage mythologique, l’enfant-dieu Nezha, mais l’histoire est très différente :3 Nous parlons ici du film New Gods : Nezha Reborn des studios Light Chaser, les mêmes qui ont réalisé White Snake ; heureusement pour nous, pas besoin cette fois de chercher une version à télécharger avec des sous-titres approximatifs, car le film est dispo sur Netflix avec une VF tout à fait correcte ! Cerise sur le gâteau, l’intrigue se passe dans un univers dieselpunk du plus bel effet (mêmes règles que pour le steampunk, mais on se base sur l’essence et les années entre-deux-guerre, au lieu de la vapeur et du XIXe siècle) 😀

Lire la suite

Ne Zha

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ J’ai fait une rechute et recommencé Friends, oui, je sais, je suis un cas désespéré. Surtout que je vais encore m’arrêter en plein milieu de la saison 9 parce que je ne supporte pas qu’ils aient changé la voix française de Chandler… et accessoirement que l’histoire entre Rachel et Ross me pompe l’air. J’ai un problème non ?

Nouvelle chronique de film ! Voici Ne Zha, des studios Beijing Enlight Pictues, réalisé par Yu Yang en 2019. Ce film a fait un carton en Chine au point de détrôner Disney : rien que ça, ça envoie du lourd. Ensuite, il initie le Fengshen Cinematic Universe, l’équivalent chinois du Marvel Cinematic Universe, basé sur un roman chinois majeur du XVIe siècle (je vous en avais un peu parlé dans la chronique sur Jiang Ziya, le deuxième film de cet univers).

Résumé : Ne Zha, un jeune garçon, est né de de l’orbe démoniaque, l’une des deux parties de la Perle du Chaos. Doté de pouvoirs uniques, il se retrouve considéré comme un paria, détesté et craint à la fois. Destiné par une prophétie à détruire le monde, on le condamne à mort pour son troisième anniversaire. Il doit choisir entre le bien et le mal afin de briser les chaînes du destin et devenir un héros.

Mon avis :

Alors avant tout chose, visuellement, ce film est une tuerie et je pèse mes mots. Les animations sont magnifiques, et je vous conseille vraiment de le regarder sur un bon écran et en bonne qualité pour pouvoir en profiter comme il se doit. Malheureusement, il n’existe pas de doublage français (ou alors je ne l’ai pas trouvé), uniquement une version sous-titrée… et pas hyper bien traduite. Mais heureusement, on s’en accommode vite tant le film est cool ^^

L’atmosphère est assez particulière : on retrouve le côté action et drama d’un film de dieu/super-héros, mais en même temps on aura beaucoup de situations ou de personnages comiques, quitte à avoir un langage très franc limite moderne ! (à moins que ce ne soit la faute aux sous-titres ?) Quant au contexte, on est dans une Chine de médiéval-fantasy ; les références aux folklore chinois seront évidemment assez nombreuses, mais rien d’insurmontable pour comprendre l’intrigue.

Le film commence alors que deux immortels affrontent un monstre, la Perle du Chaos, qui a la propriété d’absorber n’importe quelle énergie. Le maître des deux combattants apparaît pour vaincre la Perle et la diviser en deux orbes, l’un bon, l’autre mauvais ; ce dernier est destiné à être détruit par un puissant sortilège, qui a besoin de 3 ans pour se mettre en place. Entre-temps, l’un des disciples est chargé de garder les deux orbes… suscitant évidemment la jalousie et la rancoeur de l’autre. Quant à l’orbe bénéfique, appelé la Perle de Sagesse, il doit être fusionné avec un enfant humain, né d’un grand guerrier, et donner naissance à un héros aux grands pouvoirs.
Evidemment, tout va capoter : alors que l’enfant est en train de naître, le second disciple vole la Perle de la Sagesse, et c’est l’orbe démoniaque qui fusionne avec le bébé. Ne Zha est né. Quant à la Perle de Sagesse, elle a un tout autre destin : fusionnée avec un bébé dragon, Ao Bing, elle devient la clé d’un plan pour permettre aux dragons de se venger des dieux qui les ont condamnés à être les geôliers d’une prison infernale.
Ne Zha est un enfant hors du commun : il suffit de voir qu’à presque trois ans, il parle comme un adulte et dispose de pouvoirs destructeurs impressionnants. Mais il a aussi le caractère d’un gamin capricieux et colérique, d’autant plus que tout le monde le traite en pestiféré. Ses parents l’aiment en dépit de tout, et tentent l’impossible pour le sauver : en faire un guerrier luttant pour le bien, et ainsi espérer détourner la malédiction qui doit le tuer à son troisième anniversaire… Or, les deux moitiés de la Perle du Chaos vont se retrouver, pour le meilleur et pour le pire.

C’est un super film, qu’on peut sans problème voir en famille. De l’action, de la magie, des combats badass, des scènes à couper le souffle (les dragons… ohlalalala ❤ ) On voit apparaître de nombreux thèmes-clé : la fatalité, l’intolérance et la solitude, le sentiment d’injustice,.. Ne Zha est un gamin insupportable, mais en même temps on ne peut pas s’empêcher d’avoir de la compassion pour lui, car quoi qu’il fasse, personne ne l’acceptera pour ce qu’il est. Ses parents ont beau l’aimer profondément, son maître a beau faire tout ce qu’il peut, il est seul et désabusé. Ao Bing est finalement le seul en qui il trouve son égal… mais c’est aussi son ennemi. Petit point qui m’a gêné cependant avec Ne Zha : pendant tout le film, il aurait l’aspect d’un gamin assez moche parce que le collier qu’il porte scelle ses pouvoirs et sa vraie forme. Il n’aura cette dernière que vers la fin du film (et sur l’affiche) et pendant quelques scènes seulement, ce qui me désappointe beaucoup parce qu’elle est ultra stylée XD
Et enfin, Ao Bing est clairement mon perso préféré du film. Déjà parce que c’est un enfant de dragon et c’est extrêmement classe. Ensuite, il a des pouvoirs incroyables. Enfin, son histoire aussi est complexe : contrairement à Ne Zha, c’est quelqu’un de calme et très bienveillant ; mais tout comme Ne Zha, son origine dragonne fait que les humains ne l’acceptent pas. Or, ses pères dragons attendent énormément de lui…

Bref, un film génial, à voir absolument ❤

Jiang Ziya

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Joyeux Halloween ! Mais les chroniques de films d’horreur, de films d’épouvante et de slasher attendront, parce que j’ai découvert cette pépite et que je dois vous en parler là, maintenant, tout de suite, sans attendre, incessamment sous peu, bref.

Nouvelle chronique de film ! Je vous ai parlé la semaine dernière du studio d’animation chinois Light Chaser et de son superbe film White Snake, cette fois-ci je vous propose de découvrir Jiang Ziya : Legend of Deification, sorti en 2020 des studios Beijing Enlight Pictures et réalisé par Cheng Teng et Li Wei ! C’est aussi le deuxième film qui met en place le Fengshen Cinematic Universe, que l’on peut comparer sans problème au Marvel Cinematic Universe ^^ Le Fengshen se base quant à lui sur le roman Investiture of Gods de Xu Zhonglin, ou Fengshen Yanyi : c’est un roman chinois du XVIe siècle et un exemple majeur du genre dieux-et-démons. L’histoire de Jiang Ziya est donc l’un des épisodes de ce monument littéraire, tout comme l’histoire de Nezha, qui a été l’objet du premier film : je compte bientôt vous en parler 😉

Lire la suite