Archives de Catégorie: Classiques

Un nom qui ne veut plus rien dire selon qui l’utilise, un prof de français, un puriste ou un passionné de n’importe quelle discipline ! Pour moi, je vais me contenter d’y mettre ce que je considère comme de grands noms ou de grands titres de la littérature tous genres confondus :)

Bartleby le scribe

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Très fière aujourd’hui de pouvoir vous dire que j’ai repris le sport, et pas qu’un peu ! Avec mon copain comme coach sportif vu qu’il s’y connaît un peu en muscu, je me suis improvisé une heure d’exercices tous les soirs. On se motive l’un l’autre donc c’est plutôt cool ; et ça commence à payer, mes abdos se dessinent :3 Heureusement, vu qu’il connaît les bons exercices d’étirement, j’arrive à limiter les courbatures (oui parce que le coup de « ça fait mal donc c’est bien », c’est une grosse bêtise).

Nouvelle chronique littéraire ! Aujourd’hui je vous propose une édition particulière d’une nouvelle écrite par Herman Melville. C’était un écrivain états-unien (je sais que le mot est peu utilisé, et un peu plus moche que « américain », mais depuis qu’on m’a fait remarquer que « américain » désigne quelque chose des Etats-Unis comme si ce pays était le seul à résumer l’Amérique, ça me chagrine et j’essaie de me corriger), né en 1819 et mort en 1891, et si son nom vous dit quelque chose, c’est parce qu’il est l’auteur de Moby Dick. Peu connu de son vivant, on le considère aujourd’hui comme un des plus grands auteurs de la littérature des Etats-Unis. La nouvelle que je veux vous présenter aujourd’hui s’intitule Bartleby le scribe, et date de 1856. Les éditions Sarbacane en ont fait une très belle édition en 2013, au sein de leur collection Grands Classiques Illustrés que je vous conseille. A chaque album son illustrateur, et ici il s’agit du québécois Stéphane Poulin. Lire la suite

Les Rougon-Macquart #6 : Son Excellence Eugène Rougon

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Accordons ici une minute de silence pour une vieille dame qui nous a quitté à peine un mois après notre rencontre ; une brave petite vieille qui a vu les premiers pas de ma grande soeur et mon grand frère dans l’indépendance ; vaillante mais usée par la vie, je rends ici un dernier hommage à ma machine à laver… et surtout aux sous que j’ai dû investir dans la nouvelle ^^’

Nouvelle chronique littéraire ^^ Ca faisait un bon moment que je n’avais pas continué ma lecture de la série des Rougon-Macquart d’Emile Zola, il était temps de la reprendre 😀 Nous en sommes au sixième tome, Son Excellence Eugène Rougon ! Sorti en 1876, il s’agit d’un des livres les moins connus de la série. Si vous voulez le lire sans vous encombrer des cinq tomes précédents, pas de soucis, chaque tome peut se lire indépendamment des autres 🙂 Et sinon, je vous laisse les liens vers mes chroniques ^^ Lire la suite

Les Centaures

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Dimanche bien mérité après une semaine de dur labeur en caisse à la librairie ! Mais ce travail me plaît pour l’instant, les clients relous sont assez rares et je découvre encore plus de livres qui me font envie, de quoi surcharger un peu plus ma wish-list XD Mon salaire ne va pas faire long feu à ce train-là. Bref, la vie continue, et vous, quoi de beau ? ❤

Nouvelle chronique littéraire ! Aujourd’hui, un très beau livre que m’a offert ma p’tite Maman, qui a eu une idée de génie avec cette trouvaille ❤ Vous savez qu’en France, la fantasy est souvent mal considérée (mal écrit, toujours la même chose, infantile, j’en passe et des meilleurs) ; le genre existe depuis très longtemps, mais il n’a eu droit à sa propre catégorie en France que dans les années 80. Pour vous dire à quel point on a du mal avec ce genre dans l’Hexagone, Le Seigneur des Anneaux est un classique en Angleterre alors que chez nous c’est même pas la peine d’y penser. Je vous conseille de regarder à ce sujet des blogs comme Les Chroniques du Chroniqueur, L’Imaginaerum de Symphonie ou Le Culte d’Apophis qui sont vraiment bien si vous avez envie de découvrir de bons titres (récents ou non) et des réflexions intéressantes. Enfin, on trouve de très beaux romans de fantasy français bien avant les années 80, comme celui dont je vais vous parler aujourd’hui : Les Centaures d’André Lichtenberger, 1904 ! On le considère aujourd’hui comme l’un des premiers romans de fantasy français, cocorico ^^ Lire la suite

La foire aux vanités

Par défaut

Bien le dimanche bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Normalement, aujourd’hui est le jour J, celui où je vais rendre mon mémoire. L’année dernière, mon copain avait fini par appuyer sur le bouton « envoyer » à ma place tellement je psychotais, espérons que cette année j’arrive à être plus indépendante XD

Nouvelle chronique du dimanche bande de gens ! Pour cette fois-ci, je vous propose un classique de la littérature anglaise du XIXème siècle, à défaut d’un roman steampunk 😛 C’est ma p’tite Maman que j’aime qui me l’a offert, et je lui fait d’énormes bisous ❤ Le roman est paru sous forme d’épisodes entre 1846 et 1847, sous la plume de William Makepeace Thackeray. On le connaît surtout pour ses romans satiriques, moi je suis sûre de ne jamais l’oublier avec un nom pareil. Mettons les choses au clair, il s’agit d’un pavé, mais un bon pavé 😉 Thackeray se met en devoir de critiquer les arrivistes et les opportunistes sans scrupules, ainsi que la société qui leur permet de vivre aux crochets des autres. Lire la suite

Les Rougon-Macquart #5 : La faute de l’abbé Mouret

Par défaut

Bien le bonjour mes p’tits loulous, j’espère que vous allez bien ! Mémoire terminé, rapport de stage dispensé, plus beaucoup de télétravail à l’horizon, on dirait bien que je suis en vacances officieuses 😀 Et surtout surtout, déménagement prévu le 30 mai, je vais ENFIN retourner chez mes parents à la campagne, dans ma chambre rien qu’à moi toute seule, et avec TOUS MES BOUQUINS !! Mes bébés qui m’ont tellement manqué 😥

Nouvelle chronique du dimanche ! Je continue dans ma lancée de la série des Rougon-Macquart de Emile Zola ^^ Je vous présente La Faute de l’abbé Mouret, écrit par notre célèbre monsieur en 1875. Il s’agit du cinquième tome de la série, même si techniquement on peut lire dans le désordre si on le souhaite. Si vous souhaitez lire mes chroniques des tomes précédents, voici la p’tite liste :

Ce tome est un peu particulier : d’habitude, Zola fait évoluer ses personnages au sein d’une société assez remplie, ou dans une ville, mais ici le protagoniste principal est assez isolé au fin fond de la cambrousse. Le roman va vraiment opposer deux conceptions de la vie, celle de la religion et celle de la nature. Une grande part du roman peut être vue comme une réécriture de la Genèse, mais après pas de panique : vous n’avez pas besoin d’avoir lu tout le pavé de la Bible pour comprendre le roman, et si vraiment vous voulez saisir les lignes entre les lignes, presque toutes les éditions de maintenant ont des notes de bas de page qui sont très bien faites, en tout cas ça vaut pour mon édition ^^ Par contre vous aurez ptet besoin d’un livre sur la botanique… Lire la suite