Waldo

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Suis actuellement en train d’attendre mon train, qui a 5mn de retard : lancez les paris, serai-je à temps pour ma correspondance, ou bien vais-je me mordre les doigts pour n’avoir pas pris la voiture pendant qu’il en était encore temps ?

Nouvelle chronique littéraire ! Je suis très heureuse de pouvoir vous présenter à nouveau une novella de la collection Une Heure Lumière des éditions Le Bélial ^^ Après Les Meurtres de Molly Southbourne, La survie de Molly Southbourne et L’homme qui mit fin à l’histoire, je suis fan de leurs publications ! On se retrouve cette fois pour une réédition de Waldo de Robert A. Heinlein, publié pour la première fois en 1942. Et on peut s’attendre à du très très lourd. Robert A. Heinlein est un des pionniers de la hard science fiction, c’est-à-dire l’un des premiers auteurs de SF à donner une importance primordiale à la cohérence scientifique du récit. Avec Isaac Asimov (auteur notamment de Fondation ou I, Robot) et Arthur C. Clarke, il fait partie du « Big Three » de la SF anglophone. Est-ce que vous visualisez le titan maintenant ? XD

Résumé : Atteint d’une maladie neuromusculaire chronique, Waldo Farthingwaite-Jones vit retiré du monde au sein de son petit paradis privé, un habitat orbital automatisé conçu par ses soins qui le soustrait à l’insoutenable gravité terrestre martyrisant son corps… Obèse, solitaire et misanthrope, Waldo est un être détestable. Mais c’est aussi, sans doute, l’un des plus remarquables esprits que l’humanité ait jamais connu. De fait, quand les moteurs des appareils de la North American Power-Air se mettent à dérailler sans la moindre explication, menaçant l’ensemble du trafic aérien, les ingénieurs de la compagnie n’ont d’autre choix que de se tourner vers un Waldo peu enclin à les aider. Sauf à y trouver son propre intérêt, et envisager la plus stupéfiante des découvertes…
« Ce n’est pas juste le plus important romancier américain dans le registre de la fiction spéculative. C’est le plus grand auteur de ce type de récits au monde. »
Stephen King

Mon avis :

C’est l’illustrateur Aurélien Police qui réalise les couvertures de la collection Une Heure Lumière, et si vous me suivez depuis suffisamment longtemps, vous savez à quel point j’adore son style ^^ N’hésitez pas à jeter un oeil à son site internet ! Ici, la couverture représente les fameuses « waldo », des prothèses de mains révolutionnaires conçues par le personnage principal, et devenues si indispensables qu’elles ont pris le nom de leur concepteur. La novella a même eu tellement de succès, que lorsque de véritables manipulateurs à distance ont été inventés pour les expériences scientifiques, ils ont pris le surnom de « waldo » !

Le récit est aussi court que passionnant ! La plume de Heinlein nous happe tout de suite dans l’histoire ; l’intrigue et ses explications sont un peu complexes et demandent de brancher le cerveau, mais il fallait s’y attendre avec de la hard science fiction. Et surtout, c’est passionnant ❤ Les descriptions sont claires et on a vite des images folles en tête. On pourrait également classer le récit dans la catégorie fantastique, car la magie va y jouer un rôle, de manière très scientifique cependant ^^ J’ai adoré ce mélange des genres. Le contexte est un peu flou, mais on se doute qu’il se déroule bien des années après l’époque de son écriture (les années 40).

Nous découvrons Waldo, un pur génie atteint d’un grave handicap : ses muscles sont si atrophiés qu’ils ne lui permettent même pas de combattre la gravité. Tout au long de sa vie, Waldo a creusé la distance entre lui et le reste de l’humanité : intellectuellement, physiquement par son handicap, moralement et même géographiquement puisqu’il se construit un habitat adapté sur une station orbitale. Il devient un peu comme le sage ermite dont tout le monde recherche les conseils, excepté qu’ici l’ermite fait payer très cher ses services et ne cache pas son profond mépris pour ses congénères restés sur Terre.
Or, Waldo va bientôt être confronté à un défi de taille, et contraint d’accepter un fait que n’importe quel scientifique aurait refusé de considérer. Cette découverte va sonner le début d’un changement radical chez lui.

Je ne vous en dis pas plus, mais je vous le recommande d’autant plus ^^ Le personnage principal est aussi fascinant qu’amoral, et l’histoire est un régal 😀 Si vous voulez découvrir de la SF pure, c’est un récit idéal pour commencer.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s