Sky-Doll

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Les beaux jours reviennent, le soleil, les p’tites fleurs… et les moustiques. Pour notre malheur, au boulot on est juste à côté d’un coin humide ; moi qui vient d’arriver, j’appréhende, surtout quand les collègues me disent qu’elles ont encore des cicatrices de piqûres de l’année dernière ^^’

Nouvelle chronique littéraire ! Cette fois, on découvre une nouvelle BD que j’avais trouvée au festival d’Angoulême, j’espère qu’elle vous intriguera autant que moi 🙂 Il s’agit de Sky-Doll, une série de science-fiction de Barbara Canepa et Alessandro Barbucci. Elle compte actuellement 4 tomes, réunis en 2017 dans une intégrale bien que le 5ème et dernier tome n’ait pas encore été publié. Impossible de savoir quand ce dernier tome paraîtra en revanche, car le tome 4 s’est déjà fait désirer pendant presque 10 ans ! Espérons qu’on n’aura pas à attendre aussi longtemps ^^’

Résumé : Noa est une poupée qui doit être remontée toutes les trente-trois heures par une clé que détient son possesseur, ce qui fait de lui le maître de son existence. Mais Noa n’est pas comme les autres androïdes : elle est capable de rêver, et de se souvenir de ses songes. Alors que son maître, « Dieu », meurt dans d’étranges conditions, elle parvient à s’échapper en se cachant dans la soute d’un vaisseau spatial piloté par Roy et Jahu, deux envoyés de la grande Ludovique, papesse qui règne sur la planète Papathéa. Elle se retrouve alors embarquée avec eux dans leur mission périlleuse…

Mon avis :

Les illustrations sont assez sympa, pas forcément le style que je préfère mais très agréables à regarder ! L’univers de la série est très coloré et joyeusement déjanté, ce qui tranche rapidement avec les thèmes abordés qui sont plus sombres et un poil glauques aussi ! On est clairement sur une BD adulte, avec des personnages féminins très sexualisés.

On se plonge très vite dans l’histoire de Noa, une androïde prostituée qui s’échappe de sa prison, sans savoir qu’elle est bien plus qu’un simple robot aux formes généreuses. En effet, elle se retrouve rapidement impliquée dans une guerre religieuse opposant les partisans de deux « papesses », jadis les deux faces d’une même religion : la cruelle Ludovique, qui symbolisait le monde matériel (avec toute la dimension charnelle que vous supposez) et sa soeur Agape que la première a fait assassiner et qui était attachée aux aspects spirituels. Or, Noa semble avoir des liens avec Agape, dont la voix la pousse à récupérer trois artefacts sur différentes planètes. Le hasard aidant, elle rencontre deux agents de Ludovique, Roy et Jahu, et les rejoint dans une mission qui va très vite dégénérer.

J’ai beaucoup aimé l’histoire : à plus d’un titre on retrouve des ficelles connues, peut-être un ou deux clichés, mais l’ensemble a aussi ses petites touches d’originalité ^^ Le fait que ce soit de la science-fiction permet à plusieurs reprises de faire le lien avec notre propre époque. La thématique religieuse bien sûr est très présente, avec (quelle surprise) une religion qui joue sur le corps féminin, entre objet de luxure et tabou à camoufler. On peut faire aussi plusieurs parallèles avec le rôle des médias et de la télévision où le paraître est plus important que la vérité. Noa, Roy et Jahu vont cependant visiter d’autres planètes et découvrir d’autres sociétés avec des fonctionnements différents : par exemple, dans le premier tome, une planète peuplée uniquement de clones féminins de la même personne, et où la méditation et le bien-être spirituel jouent un rôle-clé. C’est d’ailleurs assez marrant car l’esthétique de cette planète est un énorme clin d’oeil au mouvement hippie des années 60 😀 Et ce n’est qu’un exemple ! La série mélange le comique et le glauque avec un équilibre assez réussi 🙂

Concernant les personnages, ils sont pour moi le gros point fort de la série. Bien entendu il y a Noa, qui n’est que douceur et gentillesse, mais qui en même temps se bat pour avoir le droit de mener sa vie comme elle l’entend. Son lien avec Agape est très mystérieux, et plus menaçant que ne le laisse supposer la douceur apparente de cette deuxième papesse. Ludovique quant à elle est une femme tyrannique, obsédée à la fois par le pouvoir et l’amour qu’elle éprouve pour le Génie des Miracles, un homme mystérieux qui s’occupe d’organiser ses apparitions en public ; mais cet amour est aussi une torture car à sens unique, l’homme étant tout dévoué à Agape… J’ai beaucoup aimé la manière dont était représentée cette dualité dans le personnage de Ludovique, aussi cruelle que vulnérable. En ce qui concerne Roy et Jahu, les émissaires de Ludovique, ils sont tous les deux très différents : le premier, au départ idéaliste, va très vite déchanter et devenir plus cynique, tout en restant un soutien précieux pour Noa. Le second a une vision bien plus pessimiste des choses, entre colère et résignation.

Bref, une BD très sympa, encore assez mystérieuse car on n’a pas la fin, mais un univers que j’ai bien aimé découvrir et surtout des personnages que j’ai hâte de retrouver ! Et vous, connaissiez-vous cette BD ? Il paraît qu’elle a eu son petit succès lors de ses débuts ^^

"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s