Miss Pérégrine et les Enfants Particuliers #6 : Les désolations de l’Arpent du Diable

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens ! Eh oui, les chroniques rédigées par bibi reprennent enfin ❤ Mes poignets sont quasi remis : en fait, c’était même pas une tendinite, juste une grosse fatigue musculaire à force de passer mon temps au clavier au boulot et à la maison. Je me tue à la tâche pour vous, vous voyez ? Remerciez-moi, allez. Bref ! Je vous demande pardon, j’ai un peu lâché le rythme sur la dernière semaine, beaucoup de choses se sont passées : démission, nouvel emploi qui commence bientôt, festival de la BD d’Angoulême, visite familiale, la totale ! Je vous en dis plus samedi, j’ai plein de chose à vous montrer et plein d’idées à partager 😀 Juju is back !

Nouvelle chronique littéraire ! On y est, je le tiens dans mes mains, le dernier volume de la série des aventures de Miss Pérégrine et les enfants particuliers, écrite par Ransom Riggs ^^ Il est récent mine de rien, février 2021 ! Ce sixième tome s’intitule Les Désolations de l’Arpent du Diable, tout un programme qui nous fait frissonner d’aise avant même de lire la première page 😛 Pour rappel, il conclut à la fois la série et le deuxième cycle, puisqu’on peut diviser la série en deux trilogies. N’hésitez pas à lire mes chroniques des précédents tomes si ce n’est pas déjà fait !

Résumé : Un démon ressuscité
Une armée de cauchemars
Une dernière bataille pour la liberté
Alors que les ténèbres sont sur le point d’envahir le monde, Noor et Jacob se retrouvent à l’endroit où tout a commencé, la maison d’Abe Portman, en Floride. Ils n’ont aucun souvenir de la façon dont ils ont réussi à fuir la boucle de V, mais ils sont certains d’une chose : Caul est revenu.
Après avoir échappé de justesse à un Creux sanguinaire, Jacob et Noor parviennent à rejoindre Miss Pérégrine et les enfants particuliers à l’Arpent du Diable. Mais l’ancien quartier général des Estres est en proie à de terrifiantes désolations. Des pluies de cendres, de sang et d’os s’abattent sur la boucle, tel un terrible présage.
Ressuscité de la Bibliothèque des âmes et plus puissant que jamais, le frère de Miss Pérégrine et son armée cauchemardesque semblent invincibles… Il ne reste qu’un seul espoir : permettre à Noor de rejoindre les six autres élus afin d’accomplir la prophétie.

Mon avis :

Depuis 5 tomes, vous connaissez la chanson : l’objet livre est toujours aussi mystérieux et travaillé, avec de nouvelles vieilles photos improbables ^^ Et j’aime tout particulièrement celle de la couverture, cette espère de mise en abime avec les autres portraits derrière la fille, les nuances noir-blanc et le jeu des lumières sont magnifiques ❤ Et vous n’allez pas me croire, mais j’ai remarqué au tout dernier moment la main qui tire sur la manche de la gamine, ce bras qui donne une dimension d’angoisse supplémentaire à l’image !

Un tome qui a été très agréable à lire et une recette qui fait toujours aussi plaisir : de nouveaux pouvoirs de particuliers, de nouvelles boucles temporelles étranges, des phénomènes incroyables, des objets intrigants, des méchants diaboliques, miam ^^ Ransom Riggs a une écriture très fluide, il multiplie les rebondissements et nous jette en plein coeur d’une histoire palpitante. Caul, l’ennemi le plus dangereux du monde des particuliers, a trouvé le moyen de se libérer de sa prison : il est de retour, plus puissant que jamais et bien déterminé à régner en tyran sur les particuliers comme sur les humains. Les enfants particuliers vont devoir se battre sur tous les fronts : la prophétie qui doit permettre de battre Caul grâce au pouvoir de sept enfants, et l’Arpent du Diable, un des derniers refuges lentement pris en tenaille par les Estres. De nouveaux Creux sont apparus, et ceux-là résistent aux pouvoirs de Jacob ! La situation est plus désespérée qu’elle ne l’a jamais été.

Je me suis fait vraiment plaisir sur certains passages, notamment la boucle placée sur un champ de bataille de la Première Guerre Mondiale ; ceci dit, je ne comprends pas encore pourquoi l’Ombrune de cette boucle s’y est aussi retrouvée piégée :/ Ce n’est pas la première fois que l’auteur se sert de son intrigue pour nous faire prendre conscience de certaines choses : la guerre, le racisme, les persécutions en tout genre. En ce sens, ce dernier tome fait écho au premier qui faisait des références à la Shoah pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les combats, surtout le dernier contre Caul, étaient top (même si un peu trop dans la démesure) et j’adore toujours autant voir les pouvoirs des enfants particuliers en action ^^
Rien de spécial à dire sur les personnages, la romance entre Noor et Jacob me plaît beaucoup et, comme je l’ai dit dans le tome précédent, j’apprécie qu’il reste tout de même une belle complicité avec Emma. La fine équipe des enfants particuliers se mobilise, tous ont bien mûri. On en apprend aussi de plus en plus sur les Ombrunes : contrairement au début de la série elles ne sont plus seulement des tutrices, ce sont des femmes qui ont acquis une certaine discipline mais ayant aussi chacune leur caractère et leur vulnérabilité. J’aurais aimé en savoir plus sur Sharon (qui reste finalement très mystérieux) et Horatio, qui mine de rien est le premier Estre gentil ! Les tensions se multiplient entre les différentes factions des particuliers : les clans d’Amérique, les fidèles aux Ombrunes et ceux qui veulent être débarrassés de ces dernières, mais face à Caul, il leur faudra trouver le moyen d’être unis. C’est loin d’être gagné car Caul exploite toutes les dissensions, la guerre civile pointe elle aussi le bout de son nez.

Ceci dit, j’ai quand même l’impression que, même si on a de nouvelles petites découvertes, il me manque une vraie touche d’originalité : techniquement, on a le même méchant que dans les tomes précédents, ses petits soldats sont des Creux 2.0, le lieu de dénouement est le même que pour le troisième tome (premier cycle de la série donc), et finalement l’épilogue ressemble à une vision idyllique du premier tome. Les deux cycles auraient gagné à être fusionnés sur ces points je pense ; on aurait ainsi pu donner plus de dimension aux nouveaux clans de particuliers en Amérique, ou au rapport entre normaux et particuliers qui est complètement éludé et remis à un hypothétique futur plein de bons sentiments. En particulier la fameuse secte des normaux façon Ku Klux Klan : évoquée dans le quatrième tome et plus jamais par la suite. Enfin, la prophétie dont on attendait beaucoup a des fils un peu trop gros et des raccourcis un peu faciles ; dommage, mais rendons à César ce qui est à César, c’est super sympa à lire et complètement épique à imaginer, je reconnais 😀

Bref ! En conclusion, une excellente série, trois très bons premiers tomes et trois suivants qui sont très agréables à lire, épiques à n’en pas douter, mais qui auraient gagné à être un peu plus étoffés, quitte à carrément se détacher de la première trilogie. Ceci dit, ça reste une super série (la preuve c’est que j’ai mis le doigt sur ce qui me gênait en lisant d’autres commentaires, ma dernière impression du livre restait très positive) et un gros travail de la part de l’auteur, en terme d’écriture bien sûr mais aussi pour le travail autour des photos. Donc je vous conseille vraiment la série si vous avez l’occasion de la découvrir ^^

"

  1. Je suis contente de te lire, que tes poignets se remettent bien 😊 et contente de voir que cette série t’aura plu jusqu’au bout, même si elle n’aura pas été parfaite en tout point. J’espère que j’aurai l’occasion de la découvrir un de ces jours !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s