Le rêve du Démiurge, intégrale n°1

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Tant pis pour mon sommeil, désormais je me lèverai à 5h du matin tous les jours. Yep, mesure extrême, mais il se trouve que j’en ai ras la margoulette : pendant mes études, pendant mes premiers boulots, pendant ma préparation de concours, je me disais « quand ce sera fini, j’aurais du temps pour faire au moins un de mes projets ». Ha ! HA ! Ben que pouic. Donc zut et re-zut, je sacrifie des heures de sommeil et je réaliserai enfin ce que je veux, nom d’une pipe !

Nouvelle chronique littéraire ! Un livre que ma p’tite Maman m’a offert, il était temps que je me lance dedans ^^ Bon, malheureusement je n’étais pas dans les meilleures conditions pour le lire, en fait je ne savais absolument pas à quoi m’attendre et je n’ai même pas pris la peine de chercher un résumé XD Le Rêve du Démiurge est un cycle de 9 romans, écrit par Francis Berthelot de 1994 à 2015. Le cycle a récemment été réédité en trois volumes, dont voici le premier, composé des romans L’Ombre d’un soldat, Le Jongleur interrompu et Mélusath.

Résumé : « Par-delà sa conception soignée, Le Rêve du démiurge se révèle à de nombreux égards audacieux et d’une très grande richesse. La profusion de personnages qui se croisent et se retrouvent d’un volume à l’autre ne fait que mieux mettre en valeur les figures les plus fortes de son univers. Les manifestations fantastiques montrent une imagination fertile et une constante originalité d’inspiration. […] Les drames familiaux d’ampleur exceptionnelle abondent ; leurs protagonistes ne s’y réduisent pourtant pas, tortionnaires comme victimes ont conscience de leurs pulsions ou de leur condition, et seul le choix délibéré de la cruauté froide empêche la rédemption de certains. […] S’il est possible de lire ces romans isolément, les relations qu’ils tissent les uns entre les autres incitent puissamment à découvrir le cycle dans son ensemble. Il ne reste plus qu’à entrer dans le Rêve. »

Mon avis :

La couverture est très énigmatique, les plats et les rabats figures les murs d’une rue, avec des affiches old school pour représenter les trois romans contenus dans ce volume. Cà et là se trouvent quelques silhouettes énigmatiques, comme des ombres.

L’Ombre du soldat nous raconte l’histoire d’Olivier Canteloup, un jeune garçon qui vit dans un village campagnard dans les années 50, soit peu après l’Occupation et la Libération. S’il est très attaché à sa mère, Olivier va peu à peu découvrir un triste secret : sa mère a été tondue à la Libération pour avoir pris un Allemand pour amant pendant que son mari était fait prisonnier par les nazis ; désabusée et méprisée par tout le village, elle s’est retrouvé coincée dans un mariage malheureux à la Libération et dont Olivier est le fruit. Victime de brimades, Olivier va devoir grandir avec le poids de cette révélation et celui de ses propres cauchemars.

Le Jongleur interrompu tourne autour de deux protagonistes : Pétrel, un jeune garçon difforme qui vit dans un village en bord de mer, et le jongleur Constantin dont le cirque va s’installer pour un temps dans le village de Pétrel. Pétrel n’a plus pour famille que son grand-père, un vieil homme qui a mainmise et considération du village grâce à son argent, mais qui traite son petit-fils comme un déchet, le bâtard engendré par sa fille avec un père inconnu. Quant à Constantin, il est très malade et son état empire, mais il est venu avec une obsession : rejoindre l’île d’Anaon, où l’on raconte que les âmes des morts s’incarnent dans les oiseaux.

Enfin, Mélusath est un roman centré autour d’une troupe de théâtre. On y retrouve quelques personnages issus des deux précédents romans, mais il n’est pas nécessaire de les avoir lus pour suivre l’intrigue. La troupe est dans le rouge, le nouveau spectacle, Oreste et Pylade, doit être impérativement un succès. Wilhelm, le directeur de la troupe, attribue les rôles. Katri, la doyenne, se voit attribuer à son grand désarroi le rôle de la reine mère au lieu de celui de la princesse ; or ce rôle la renvoie à sa propre vieillesse, ce qu’elle accepte très mal. Enfin, l’arrivée de Gus, un jeune peintre amnésique à qui l’on confie les décors, va achever de chambouler le jeu en fascinant Wilhelm et Katri. C’est alors qu’intervient Mélusath, le génie protecteur du théâtre…

Les deux premiers tomes ont une petite touche de fantastique, mais c’est vraiment dans le troisième qu’on entre vraiment dans le surnaturel, avec l’intervention de Mélusath. C’est d’ailleurs ce troisième tome que j’ai préféré, les personnages en particulier ! On retrouve aussi les thèmes chers à l’auteur : le surréalisme, le théâtre, la poésie… L’homosexualité masculine est aussi quelque chose qu’on va retrouver dans tous les romans, pas en sujet principal, mais comme élément de relations entre les personnages. La figure de la mère aussi va avoir une grande importance.

L’écriture de Francis Berthelot est vraiment agréable, et c’est en grande partie grâce à elle que j’ai apprécié ma lecture et que j’avais envie de la continuer jusqu’au bout. En fait, ce n’est pas forcément une lecture que je recommanderais si vous êtes dans une période où vous avez un coup de mou : on est sur des histoires assez sombres, pleines de secrets et de frustrations qui détruisent à petit feu. C’est prenant et c’est super bien écrit, mais ça peut aussi mettre un petit coup au moral, donc soyez prudents les enfants 🙂 C’est un cycle qui me sort de ma zone de confort, mais je ne m’en sors pas trop mal, alors je recommande ^^ Je suis curieuse de savoir ce que vous en penserez 😛

"

  1. Je te souhaite de ne pas avoir à te lever si tôt pendant longtemps !
    Je ne connaissais pas cette série, je me la note. Pas pour tout de suite, ni probablement 2022, mais ça m’intrigue, ça c’est sûr.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s