Shadows House

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Depuis hier, mon copain dispose désormais (pour des raisons de venue au monde un 17 septembre) d’un magnifique lecteur de vinyles. L’est content. L’est même très content. Plus qu’à se constituer une petite discothèque digne de ce nom, à base de hard rock et de métal bien entendu 😁

Nouvelle chronique littéraire ! Je vous propose aujourd’hui un nouveau manga, qui m’a séduite dès que je l’ai aperçu pour la première fois en librairie ^^ J’avais hâte de pouvoir les lire, j’ai craqué sans le moindre remord et je suis très attentivement les nouvelles sorties ! Voici Shadows House du duo So-ma-to, composé de la scénariste Nori et de l’illustrateur Hisshi ; d’ailleurs « So-ma-to » fait référence à une lanterne magique ou au fait de voir sa vie défiler devant soi lorsqu’on est sur le point de mourir. Le premier tome est paru au Japon en 2018, et en 2020 en France ; cinq tomes sont parus en France et sept au Japon. Et pour mon plus grand bonheur, un anime existe depuis avril ^^ Je ne l’ai pas encore regardé, mais j’en attends beaucoup ! 

Résumé : Emilico est une poupée vivante au service de Kate, une jeune fille appartenant aux Shadows, famille d’ombres sans visage. Dans le vaste manoir familial, le travail d’Emilico se limite pour le moment à nettoyer la suie projetée par sa maîtresse… Mais au fil des rencontres, elle découvrira le monde dans lequel elle vit, commencera à s’interroger sur le sens de son existence et se liera d’amitié avec son entourage… Cependant, une poupée doit-elle avoir une conscience ?

Mon avis : Coup de ❤ !

Les dessins et l’univers sont pile poil dans ce que j’adore : un style victorien pour les bâtiments, les vêtements et la société, quelque chose de mignon avec les personnages et surtout Emilico, et, drapé de façon malicieuse autour de tout cela, une atmosphère sombre et menaçante. Miam miam ❤ Ca me fait beaucoup penser au jeu Pocket Mirror, que je ne peux que vous recommander, c’est une pépite ! Les dessins sont très agréables à regarder, avec des traits et des décors qui semblent se complexifier à mesure que l’histoire avance.

Et quelle histoire les enfants ❤ Parce que les principaux protagonistes sont des enfants, on pourrait se dire que l’histoire va être « simple », d’autant plus que Emilico est une petite fille parfois un peu simplette. Pourtant, les thèmes abordés sont loin d’être faciles ; le danger et la duplicité sont en embuscade derrière chaque rideau. La mystérieuse famille des Shadows n’a pas de visage, c’est pourquoi ils ont créé des poupées de même stature que chaque individu ; à chaque poupée le soin de mimer son propriétaire et d’illustrer ses émotions sur son propre visage. Ces poupées sont vivantes et entièrement dévouées à la famille Shadows ; outre le service qu’elles doivent au Shadow dont elles sont le visage, elles ont également la tâche de nettoyer le manoir. En effet, les Shadows produisent tous une sorte de suie, en fonction de leurs émotions ; et cette suie crée parfois des monstres… Qui sont réellement les Shadows, quelle est leur nature ? Les poupées ne sont que dévotion et ne se posent pas ce genre de questions, mais Emilico et sa maîtresse Kate y seront peut-être forcées.

Les personnages sont fabuleux et complexes à la fois. Emilico déborde de joie et de bonne volonté, elle est toute spontanéité et affection, même si du coup elle est aussi très naïve. Elle a cependant de très bonnes idées et des initiatives qu’on ne peut qu’adorer, tant elle veut faire plaisir et rendre sa maîtresse heureuse. A mesure qu’on avance dans le manga, on va croiser d’autres poupées, tant des garçons que des filles. Chacune a son caractère et les duo formés avec les Shadows sont également très différents les uns des autres. Car si un des vrais tours de force de ce manga est d’avoir réussi à donner une vraie personnalité à des personnages qui ne sont que des ombres sans visages. Chaque Shadow a son caractère, et traite sa poupée tantôt avec affection, dépendance, malaise ou colère. Kate, la maîtresse d’Emilico, est très particulière parmi les siens : renfermée de nature, la joie naturelle d’Emilico la pousse à s’ouvrir et à aimer sa poupée. Mais Kate a ses propres secrets et joue double jeu. Etant elle-même une Shadow, elle se pose des questions sur sa propre famille, elle ne connaît qu’une partie de leurs mystères. Pour mieux arrêter leurs plans diaboliques, elle et Emilico vont devoir jouer leur jeu et grimper dans la hiérarchie.

Les péripéties vont s’enchaîner à mesure que nous découvrons le manoir des Shadows. Nous voyons tout à travers les yeux d’Emilico, qui est encore une jeune poupée vivante. Si elle connaît les règles de base, elle doit encore apprendre à les appliquer et à être le parfait miroir de sa maîtresse. Par conséquent, nous voyons aussi l’évolution de la relation entre Kate et Emilico. Quant à Kate, elle doit prouver son appartenance et surtout son utilité à la famille. Pour cela, leur duo doit être parfait : une Shadow digne de son rang et sa poupée vivante qui lui sert de miroir. Mais entre monstres de suie, conventions sociales étranges, secrets et épreuves dangereuses, le chemin sera pavée d’embûches pour les deux héroïnes.

Bref, je ne sais pas comment je pourrais mieux vous vendre ce manga ^^ C’est riche, tant en terme d’actions que d’intrigue et d’émotions, la seule chose que je pourrais regretter c’est que les tomes sont fins et que je suis sur des charbons ardents à chaque fois que j’en finis un 😀

"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s