Premières lignes… #184

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Un Céleste ne peut tuer un humain.
Un Céleste ne peut sauver la vie d’un humain.

Un intrus montait en courant les marches qui menaient à la porte du Paradis. Il jetait des regards nerveux au ciel bleu qui l’entourait. Ses habits sombres, sa tête de chacal et ses joyaux égyptiens détonnaient parmi les âmes pâles qui gravissaient l’escalier.
Il atteignit le sommet pour arriver sur un plateau de marbre, bordé de colonnes et recouvert d’un dôme de cristal. Au milieu se dressait un arche fermée par des portes blanches.
Celles-ci s’entrouvrirent à l’approche des premières âmes. Une lumière s’en échappa, plus douce que le soleil d’été. L’homme à la tête de chacal se figea. Pendant un moment, un respira l’air de la côte et le parfum d’un jardin, entendit des rires et de la musique, sentit la caresse d’une main aimée sur sa joue. Ses yeux s’emplirent de larmes.
Les âmes disparurent une à une et se fondirent dans la lumière. Sans s’en rendre compte, le chacal fit un pas pour les suivre.
– Halte ! lança une voix enrouée.
La porte se referma. La lumière disparut, et le chacal sortit de sa transe.
Un Ange s’avançait à pas pesants. Il portait l’armure des Anges guerriers, épée et bouclier d’argent à la main, heaume cachant son visage. Ses ailes, larges et puissantes, brillaient d’un éclat vif.
Le chacal recula de plusieurs pas, avant de remarquer les chaînes. Forgées dans un métal pâle, elles s’accrochaient aux chevilles, aux poignets et même aux ailes de l’Ange, pour le retenir à chacune des colonnes qui entouraient la porte.
– Qui es-tu et que fais-tu ici ? demanda l’Ange.
Le chacal sentit le vide sous son pied et s’arrêta sur le bord de l’escalier, les mains levées en signe de paix.
– Que la chaleur de Rê te soit clémente ! Je suis Anubis, du clan netcherou d’Egypte. Je cherche simplement une manière de parler à…
– Ta présence n’est pas la bienvenue ici, Netcherou !
– Ecoute, l’Ange, je n’ai aucune intention de m’approcher de votre porte, alors tu peux baisser ton épée. Je veux juste…
– Quitte cet endroit immédiatement !
Anubis s’impatienta.
– Tu sais, les Démons ont un gardien pour protéger la porte des Enfers. Un énorme molosse à trois têtes. Il l’ont enchaîné, comme toi. Es-tu le chien de garde des Anges ? Dois-je te lancer de la viande crue ?
– Que fais-tu parmi ces âmes ? Les Hébreux n’appartiennent pas à ton peuple, mais au mien !
– Calme tes plumes, je les suivais, rien de plus. Je devais trouver un moyen de… Laisse tomber, tout cela est au-dessus de tes fonctions. Je veux parler à tes maîtres.
– Que leur veux-tu ?
– Tu n’es qu’un garde ! s’impatienta Anubis. Tu n’as pas à décider de ce qu’ils devraient entendre !
L’Ange leva son épée et Anubis montra les crocs.
– Je n’ai pas plus envie de me trouver ici, grogna-t-il. Mais ce que j’ai à dire est plus important que le dégoût que me provoquent ceux de ton clan. Appelle. Tes. Maîtres.

"

  1. J’avoue que cette histoire d’Ange (et donc d’ange?) qui côtoie des divinités égyptiennes (de ce que je saisi), ça me laisse très perplexe, mais la couverture me plaît et les premières lignes sont des plus intrigantes donc… pourquoi pas ^^
    Tu comptes le lire ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s