Tout (n’)est (pas du tout) sous contrôle

Par défaut

Bieen le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Meilleure invention du monde, j’ai nommé la moustiquaire ❤ Sans rire, on est refaits avec mon copain depuis qu’on l’a installée, on peut dormir sans avoir à crever de chaud sous la cpuette pour échapper aux moustiques. Maintenant c’est limite si c’est pas jouissif d’en entendre un, parce qu’on sait qu’on est à l’abri et qu’il va galérer dans le vide : « CHEH, tu l’as dans le c❤l p’tit m🤬rdeux va 😁 ». Bref, investissez dans des moustiquaires,

71hj1vnmvhl

Nouvelle chronique littéraire ! Un livre que j’avais vu plusieurs fois sur des chroniques de blog et noté quelque part dans ma wish-list, vite enterré sous les nouveaux titres qui arrivaient ^^’ Et puis totalement par hasard je l’ai trouvé dans une enseigne de revente, EasyCash pour tout vous dire ! Je vous conseille d’ailleurs celui de Libourne, le responsable du rayon des livres et BD est adorable et on pourrait discuter avec lui pendant des heures 😀 Mais je digresse (graisse), passons au sujet du jour : Tout (n’)est (pas du tout) sous contrôle de Sophie Henrionnet, publié aux éditions Charleston en 2017. Pepparshoes du blog Sorbet-Kiwi me chante régulièrement les louanges de cette maison d’éditions, alors j’avais hâte de lire un autre de leurs romans 😀 L’auteure a déjà plusieurs romans à son actif, et un site humoristique autour de la vie familiale dont je vous laisse le lien ici (mais la dernière publication date de 2015).

Résumé : Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fille de 12 ans bien plus mature qu’elle, une famille déjantée, des copines délurées et un ex-mari, Bertrand, qui l’appelle chaton. Lorsqu’elle perd son job elle supplie son meilleur ami Hugo, qui tient une agence de détectives spécialisée dans les arnaques aux assurances, de l’embaucher. Faisant valoir son expérience de photographe, elle réussit à intégrer l’équipe de détectives à une condition : elle ne devra s’occuper que des affaires les plus simples. Bien entendu, Olympe n’est pas assez sage pour respecter les consignes. L’appel des commissions versées à chaque résolution d’affaire est trop fort pour qu’elle garde ses fesses confortablement posées sur le siège de sa voiture…
Mais que va-t-il se passer quand les cadavres commencent à s’accumuler et que l’on cherche à l’éliminer à son tour ?

Mon avis :

La couverture est assez intrigante : une paire de jambes (pas trop mal taillées avouons-le) chaussées d’escarpins rouges et une tâche de liquide vermillon sur le carrelage blanc qui pourrait être du sang s’il n’y avait pas les morceaux de verre. Donc deux possibilités : soit la couverture nous montre un bout du cadavre de notre future victime, soit notre héroïne Olympe qui vient de se viander avec un verre de vin à la main XD

J’ai beaucoup aimé l’écriture de Sophie Henrionnet : c’est punchy, très drôle et on ne s’ennuie pas 😀 En revanche j’aurais quelques petites critiques à adresser au résumé : le premier cadavre n’apparaît que bien après la moitié du roman, et pour tout vous dire je ne me souviens pas vraiment qu’il y en ait eu plus d’un ^^’ Le récit va surtout se centrer sur les galères d’Olympe, sa maladresse proverbiale et ses tentatives pour sauver la situation. Quelque part je dois dire que l’intrigue m’a beaucoup fait penser à Bridget Jones : une héroïne un peu maladroite, qui a presque l’air montée sur ressorts tant elle se démène, pas débectée par l’alcool et avec une mère qu’on a envie d’étrangler plusieurs fois d’affilée. Attention, le roman a aussi ses petites touches d’originalité ! Mais en gros, je le classe bien plus facilement dans la chick-lit que le roman policier. J’ai beaucoup aimé voir Olympe essayer de jongler entre sa famille, son ex, sa fille, son emploi de détective sur lequel elle avait énormément d’idées préconçues,… Un vrai éléphant dans un magasin de porcelaine XD

Le côté policier du roman est vu de manière assez légère, dédramatisée et en même temps sans doute proche de ce qu’est réellement une agence de détectives. Ce sont plusieurs petites affaires que l’on va confier à Olympe avant d’en arriver à celle qui va s’avérer plus grave que prévu. Avec un étonnant mélange de gaffes, de spontanéité et d’opportunisme, Olympe résout ses premières affaires. Pourtant, à première vue rien ne la destine à être détective : non seulement étourdie mais aussi impatiente et manquant de concentration ^^’ Mais heureusement elle est très bien entourée.

Tous les personnages ont l’air d’avoir un grain, il faut le dire, et on a très facilement de la compassion pour les quelques gens plus posés de leur entourage XD J’hésite qui plaindre le plus, entre Hugo au bord du burn-out avec son agence, et Matthieu qui n’en revient pas quand il découvre la famille d’Olympe (cette scène là m’a tuée X’D). Mais Olympe aussi se rend bien compte que sa famille et ses amis sont loin d’être conventionnels ! Entre une mère que je qualifierais d’insupportable si elle existait vraiment, une grand-mère explosive, un père en bloqué mode « this is fine », un ex-mari un peu trop paternel et l’incroyable Stella qui est officiellement mon personnage préféré et ma nouvelle divinité, c’est un régal 😀
Le duo entre Olympe et Aglaë est assez marrant, entre la mère débordée et la fille qui gère la maison comme une pro ^^ Sans compter qu’en plus de son étourderie, la pauvre Olympe enchaîne aussi les gaffes avec la gent masculine (alors là j’avoue que j’ai pas su où donner de la tête, on a trois suspects potentiels pour le love interest de l’histoire !) ; et surtout personne n’a une grande confiance en elle en sachant quelle poisse lui colle aux talons.

Bref, un petit roman agréable, idéal pour se détendre et sourire pendant votre lecture 🙂 Pas un coup de coeur car j’ai parfois du mal avec certains aspects de la chick-lit, mais je recommande quand même ^^

"

      • J’ai horreur de tuer des animaux ; la dernière fois que j’ai tenté de tuer un moustique, je m’y suis reprise à trois fois et il était toujours fort vaillant… ^^’ Au pire, tant que ce ne sont que des boutons qui grattent, ça me va !

      • Je peux comprendre, et c’est vrai que chasser ces démons est très frustrant >< Dans ce cas, je ne peux que te conseiller une bonne crème pour les boutons de moustique, ou à défaut du vinaigre (efficace mais très odorant) !

      • Je ne savais pas que le vinaigre fonctionnait aussi contre les moustiques (vinaigre blanc, c’est bien ça?). Ca sert vraiment à tout, c’est merveilleux ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s