Ready Player One

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Je rédige l’intro à l’arrache, j’ai passé mon dimanche sans toucher au blog : c’était journée vide-grenier ! Pas beaucoup de bouquins hélas, mais j’ai pu blinder un peu plus ma garde-robe XD Il a fallu faire quelques retouches (doublure à recoudre, boutons à rajouter,…) mais dans l’ensemble je suis contente ^^ Et vous, vous aimez faire les vide-grenier ? :3

Nouvelle chronique littéraire bande de gens ! Le titre vous dit peut-être déjà quelque chose, un indice ? La version originale est Ready Player One. Yep, c’est bien le livre qui a inspiré le film de Spielberg du même nom (sorti en 2018), et je suis très fière de pouvoir dire que j’avais lu le livre bien avant que le film ne sorte 😀 Bon, je m’en souvenais à peine en allant au ciné et y a aucune gloire à en tirer mais je suis fière quand même, cherchez pas XD Ready Player One est le premier roman d’Ernest Cline et il est sorti en France en 2013 chez Michel Lafon après traduction d’Arnaud Regnauld. Pourquoi je ne vous en parle que maintenant ? Parce que le tome 2 vient de sortir ! Mais rassurez-vous, si vous souhaitez ne vous contenter que du tome 1, vous pouvez aussi. Il s’agit d’un roman de SF, un peu dystopique, mais surtout qui fait d’énormes références à la pop-culture des années 80. Le film de 2018 est fidèle dans les grandes lignes, mais très différent aussi dans le déroulement de l’action et le traitement de certains personnages ; ceci dit, je suis aussi fan du livre que du film 😀 

Résumé : 2044. Sur une Terre surpeuplée, les ressources manquent et les conditions climatiques sont catastrophiques. Comme la majeure partie de l’humanité, Wade Watts passe son temps dans l’OASIS, un monde virtuel où chacun peut être tout ce qui lui chante. Et comme la majeure partie de l’humanité, Wade rêve de devenir l’héritier de James Halliday, le créateur de l’OASIS. Mort sans laisser de successeur, ce dernier a créé une véritable chasse au trésor qui guidera les plus doués vers le butin. Des millions de concurrents s’y sont cassé les dents. Mais quand Wade résout la première énigme, la partie reprend… Car les autres joueurs ne reculeront devant rien pour obtenir la victoire. Wade n’a plus le choix : pour survivre, il doit gagner.

Mon avis :

Ca restera toujours une de mes grandes questions : pourquoi le « Ready » du titre original a été coupé dans la première traduction ! Plutôt qu’une vue ultra futuriste de l’OASIS, la couverture nous présente une vue aux rayons X des piles de caravanes et d’habitations dans lesquelles les humains ont fini par s’entasser, par manque de place et par besoin d’être près de la ville. Ce qui est marrant, c’est qu’avec la police un peu pixellisée du titre, j’ai l’impression de voir un jeu-vidéo de type plateforme 😀 

Il est clair que le roman fait énormément de références à la culture des années 80 ; si vous n’en êtes pas familier, il est possible qu’a priori le roman vous semble hors de portée. Et pourtant ! Les références sont très bien expliquées, le texte les rend vivantes pour nous ^^ Sans oublier que si on parle tout le temps de la pop-culture des 80s, ce n’est pas pour rien : encore aujourd’hui de nombreuses références de ces années sont cultes, quitte à ce qu’on les connaisse uniquement de nom ! Je suis loin d’être une experte et pourtant j’ai vraiment apprécié ma lecture 😀 En plus on découvre beaucoup de musiques, idéales à écouter pendant la lecture pour profiter un peu plus de cette ambiance futuriste mais amoureuse du passé ! Après, j’avoue que j’avais quand même pas mal de références pour les jeux vidéos, en bonne fan de la chaîne Youtube du Joueur du Grenier (que je vous recommande absolument !). 
Le film apporte une nouvelle dimension à ce festival de références, en faisant des clins d’oeil plus récents, mais on reste quand même dans les classiques des années 80 ^^ Je vous jure que je suis comme une gamine à Noël, j’essaye de tout repérer et je ne me lasse jamais de le revoir ou d’apprendre ce que je ne connais pas encore 😀 Et surtout pour revoir le Géant de Fer, cette référence m’a fait devenir dingue la première fois que j’ai vu le film !

Le roman prend place dans les années 2040, sur une Terre surpeuplée et pratiquement vidée de ses ressources. On s’approche de la date, on pourra bientôt comparer ^^’ Dépassés, obligés de s’entasser près des villes qui concentrent l’énergie et les dernières ressources, les humains n’ont plus qu’un seul refuge : l’OASIS. Un immense monde virtuel, bien plus qu’un simple jeu vidéo car désormais on y va pour gagner de l’argent, se distraire, apprendre, travailler,… James Halliday, son créateur, est naturellement multimillardaire. Lorsqu’il meurt, une vidéo-testament est envoyée à tout l’OASIS : il y révèle qu’il lèguera sa fortune et le contrôle de l’OASIS à la personne qui saura retrouver l’easter egg (littéralement « oeuf de Pâques », ce qui désigne dans le monde du jeu vidéo un secret caché). Pour cela, il faudra résoudre les énigmes pour débloquer les épreuves, et passer ces épreuves avec succès pour récupérer les Clés de Cuivre, Jade et Cristal. Or Halliday était un passionné des années 80 ! Pour gagner, il faut donc connaître sur le bout des doigts la pop-culture, mais aussi la vie d’Halliday. Cependant, il ne s’agit pas que d’une simple course à l’héritage : l’OASIS est devenu LA ressource de l’humanité, l’enjeu ne concerne pas seulement le jeu vidéo mais aussi l’argent, le pouvoir politique, la mainmise sur le principal loisir et même la vie de milliards d’humains. En résolvant la première énigme Wade Watts, un passionné de la chasse à l’Oeuf de Pâques d’Halliday, découvre qu’il va devoir risquer bien plus que son avatar s’il veut gagner et surtout rester en vie tout en protégeant ses proches. 

Si l’intrigue du roman et celle du film reposent sur le même scénario de base, elles diffèrent aussi énormément : les épreuves de la chasse à l’Oeuf de Pâques ne sont pas les mêmes et le traitement des personnages aussi est abordé d’une autre manière. Je vais ici me concentrer sur le roman, mais je tiens vraiment à souligner le fait que, pour une fois, le film et le roman sont à égalité dans mon coeur bien que très différents ! C’est la même histoire et pourtant, on a l’impression de lire deux aventures, c’est deux fois plus de plaisir ^^
On se prend très vite au jeu de la Chasse, et surtout on comprend vite à quel point ce n’est pas qu’un simple jeu d’énigmes. Il faut une connaissance minutieuse de l’oeuvre d’Halliday, sa vie et ses passions. Et si dans le film il existait une bibliothèque dédiée à cela dans l’OASIS, elle n’existe pas dans le livre : chacun doit faire ses recherches et de manière aussi complète que possible ! Ca me rappelle la prépa et les concours tiens ^^’ Et cette chasse a aussi des conséquences mondiales : puisque le défi est lancé à tout l’OASIS, la moindre réussite est médiatisée et le joueur se retrouve sous le feu des projecteurs, pour le meilleur et pour le pire. Or, certains sont prêts tuer pour obtenir l’Oeuf. 

Les personnages sont incroyablement attachants ^^ Il y a ce petit quelque chose de touchant dans leur passion et leur envie de trouver l’Oeuf de Pâques, tant pour le défi qu’il représente que pour la promotion sociale démente que serait une victoire. Wade (ou Parzival pour le nom de son avatar) est un gamin très intelligent, mais aussi très asocial, chose qui ne se voit pas beaucoup dans le film mais qui est bien plus importante dans le livre. C’est son point de vue que l’on va suivre. Plus on avance dans l’intrigue et plus on voit que c’est un garçon brillant, avide d’apprendre et aussi à l’aise dans l’OASIS qu’il est dépassé dans le monde réel. L’OASIS représente tout pour lui, c’est un geek dans tous les sens du terme : passionné, obsédé, incollable dans son domaine. Il est aussi courageux et a plus d’un atout dans sa manche. 
A ses côtés, quatre amis irremplaçables : Art3mis pour commencer. On voit rapidement le couple qui se dessine entre elle et Wade : il est raide dingue d’elle 😀 Là où le personnage est intéressant, c’est qu’elle a bien pensé à la façon dont elle utiliserait l’argent de l’héritage de Halliday : là où Wade imagine un vaisseau spatial pour partir à la découverte d’autres planètes, loin de la pauvreté de son quotidien, Art3mis veut utiliser cet argent pour tenter de sauver l’environnement et résoudre le problème de la fin dans le monde. Elle est parfaitement consciente de l’addiction que représente l’OASIS et veut tout faire pour sauver ce qui peut l’être en reconnectant les humains à la réalité. Le perso est sympa et a bien la tête sur les épaules ^^

Mais ça reste au rang de voeu pieux pour l’instant. C’est en effet le seul éventuel bémol, le côté « dystopique » est finalement peu abordé alors que la Terre est dans un état lamentable, du moins à ce qu’on nous en dit car on ne le voit même pas ^^’ Sans parler de la situation sociale et économique bien sûr, qui s’est dégradée en même temps que tout le reste. Peut-être dans le tome 2 ? Mais c’est aussi la conséquence du personnage que nous suivons : pour Wade, la Terre est fichue : autant partir tenter sa chance dans d’autres mondes.

Il y a aussi Aech, meilleur ami de Wade (et un de mes perso préférés au passage) : une pointure également de l’OASIS, et une sacrée répartie avec ça ^^ Enfin, le duo Daito et Shoto, composé de deux frères japonais. Ceux-là sont plus distants et taciturnes, il faudra un peu plus de temps pour vraiment les apprécier. Contrairement à Wade, on ignore leur véritable identité au début de l’histoire : comme une bonne partie du roman se passe au travers des avatars, il faudra attendre le point culminant de l’histoire pour découvrir qui ils sont… avec quelques surprises pour certains ! Et sans oublier Sorrento, le grand méchant de l’histoire : chef des opérations pour une entreprise concurrente de celle qui gère l’OASIS, il est doué mais regarde aussi de haut cette Chasse : seul compte le résultat pour lui, peu importe les moyens employés. Le personnage est donc bien plus dangereux que dans le film où il est représenté comme peu à l’aise avec la pop-culture ou la technologie de manière générale (un gros blaireau quoi). 

Bref, la chronique se fait longue et je ne peux pas trop vous en dire non plus ; pourtant, j’ai l’impression de n’avoir abordé qu’une si minuscule partie du livre ! Sans trop de surprises, l’intrigue du roman est bien plus riche que le film ^^ Même les différences entre les deux sont super intéressantes. Le roman est incroyablement prenant et je vous le conseille vraiment, c’est une vraie pépite, un chant d’amour à la pop-culture et au jeu vidéo ❤

"

    • Je t’encourage vraiment à lire le roman, les épreuves des clés sont très différentes et c’est vraiment cool 😀 Si tu as aimé le film, tu devrais kiffer le bouquin aussi ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s