L’Histoire sans Fin

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Ca doit faire deux mois à peu près maintenant que je travaille vraiment, dans une boîte où je me sens bien et avec un boulot qui m’intéresse (même s’il a aussi ses petits côtés agaçants). Je ne sais pas si c’est lié, mais j’ai aussi l’impression que le temps passe deux fois plus vite. Je ne m’ennuie pas, j’ai toujours quelque chose à faire, et en rentrant c’est encore pire XD J’ai une foule d’idées et d’envies, pour le coup je désespère de ne pas avoir des journées de 48 heures. Avec mon copain, on refait régulièrement le monde, on s’imagine gagner au loto et s’enfermer dans un beau manoir victorien avec bibliothèque pour Madame et studio de jeux vidéos (avec la fibre bien sûr) pour Monsieur. Et vous, c’est quoi votre rêve un peu fou ? ^^

Nouvelle chronique littéraire ! Aujourd’hui un roman que j’avais envie de lire depuis trèèèès longtemps, envie qui s’est concrétisée avec une magnifique édition dénichée à la bibliothèque de ma ville ❤ Du coup j’hésite beaucoup à me l’offrir maintenant, rien que pour le plaisir de l’avoir et de la feuilleter respectueusement et sensuellement 😀 (avec son consentement bien sûr ! (comment ça je vais trop loin dans le délire ?)) Voici L’Histoire sans fin de Michael Ende, publié en 1979 et adapté avec succès au cinéma : deux films en 1984 et 1990 qui suivent la trame du roman, et un dernier en 1995 avec un scénario inédit mais beaucoup moins de succès. Le roman a été un triomphe et il est encore aujourd’hui considéré comme un classique de la littérature jeunesse et de la littérature fantasy. 

Résumé : À première vue, Bastien Balthasar Bux n’a rien d’un héros. Les héros sont grands, beaux et forts. Les héros ne courent pas sous la pluie pour se réfugier dans les librairies obscures et échapper ainsi à leurs camarades de classe. Ils ne volent pas non plus les vieux livres pour aller les dévorer dans les greniers de l’école… Bastien n’a pas pu résister. C’est comme si ce livre l’appelait. Son titre ? L’Histoire sans fin. Le garçon plonge dans un univers peuplé de mille créatures étonnantes : elfes nocturnes chevauchant des chauves-souris, Mange-Pierres, escargots de course, tortues millénaires et lions multicolores, Atréju, l’enfant guerrier sans peur et Fuchur, son fidèle Dragon de la Fortune… Toutes vouées à disparaître, avalées par le Néant, ce mal mystérieux qui ronge le Pays Fantastique. Bastien se trompait. Lui aussi a l’étoffe d’un héros. Et avant la dernière page du livre, son rôle lui sera révélé…

Mon avis : Coup de ❤ !

Et on fait un gros bisou à Hachette les enfants pour nous avoir offert cette édition de toute beauté ! On va pas se mentir, elle contribue très largement au plaisir de la lecture : la forme rejoint le fond et c’est génial :3 L’objet livre a été pensé pour évoquer le fameux livre volé par Benjamin, celui de l’Histoire sans fin ; les couleurs et les dessins sont très agréables à regarder, avec un petit signet pour ne rien gâcher !  On a un autre excellent point avec la couleur de l’écriture qui, comme dans l’édition originale, change en fonction de l’univers : bleue pour le monde des humains, noire pour le Pays Fantastique. Le dialogue entre les deux est superbement souligné et permet une immersion totale dans l’Histoire ! Et le petit détail qui vient se poser sur le tout comme le pompon de chantilly sur la cerise du gâteau, ce sont les illustrations de début de chapitre qui jouent avec les couleurs pour donner de superbes scènes ❤ 

Et quelle Histoire ! J’ai été scotchée par l’inventivité de l’auteur, plus on avance dans le récit et plus on découvre de nouvelles merveilles, de nouveaux personnages improbables et des endroits fabuleux. J’en avais plein les mirettes ❤ Chaque péripétie et chaque rebondissement amène son lot de découvertes et d’explorations ; et dès que vous avez l’impression de toucher à la fin de l’histoire, l’intrigue reprend de plus belle ! Quant aux thèmes abordés, ils sont nombreux et pas des plus simples, mais le livre prend son temps pour les traiter avec beaucoup de délicatesse : le deuil, la solitude, le complexe d’infériorité, la peur de se confronter à autrui. 

En effet, si le livre nous présente d’abord les histoires mêlées de deux garçons, Benjamin et Atréju, c’est bel et bien Benjamin qui sera notre héros. Si Atréju est un garçon fort, un chasseur courageux, Benjamin semble être son opposé total : petit, enrobé, timide et harcelé par les autres enfants. Suite à la mort de sa mère, il n’a presque plus aucun rapport avec son père qui se laisse envahir par la mélancolie ; quant à Benjamin, il se réfugie toujours plus dans la lecture. Or, voilà qu’il découvre chez un librairie acariâtre un livre qui semble l’appeler. Fasciné, Benjamin ne peut se retenir de dérober le précieux ouvrage et s’enferme dans le grenier de l’école pour le dévorer. De l’autre côté des pages, le Pays Fantastique est en grand danger : des pans entiers du monde disparaissent dans le néant suite à la maladie de la Petite Impératrice, celle qui est garante de l’existence de toutes les créatures surnaturelles. Elle choisit le jeune Atréju pour trouver le remède qui pourra la guérir. Benjamin dévore les aventures du jeune garçon, mais petit à petit, il découvre que ses propres actions semblent avoir un impact sur le récit. Se pourrait-il qu’il puisse aider à sauver la Petite Impératrice ? 

Comme je vous l’ai déjà dit, les personnages m’ont tous passionnée, mais celui que l’on va réellement voir évoluer au cours de l’histoire, c’est bel et bien Benjamin. Solitaire et harcelé par les autres, c’est dans les livres qu’il trouve son réconfort et il adore inventer des histoires, ce qui le rend déjà sympathique à mes yeux. Ses peurs et ses désirs reflètent à merveille les envies d’un petit garçon de dix ans : peur d’être rejeté, envie d’être fort, grand, courageux, beau, et surtout admiré. Mais à trop vouloir rentrer dans l’histoire, il risque de se perdre lui-même. Heureusement pour lui, Atréju et son magnifique dragon Fulchur (je vous ai déjà dit que j’adorais d’amour les dragons ? ❤ ) vont rester à ses côtés pour ne pas le laisser en proie à lui-même. Atréju est un héros classique en comparaison, mais avec ses propres doutes et questionnements, notamment sur la nature de sa quête. Et que vous dire de tous les autres personnages et créatures que l’on croise :3 Toutes les créatures du Pays Fantastiques obéissent à des règles précises, générales ou particulières, c’est un régal de toutes les découvrir. 

Bref, vous l’aurez compris, ça a été un vrai coup de coeur, une lecture que je garderai très longtemps dans mon petit palpitant jusqu’à ce que j’oublie un peu pour mieux la relire :3 Un incontournable, que vous soyez adulte ou non 😉 

"

  1. Cette magnifique édition est dans ma wish list depuis un moment, mais que ce soit à travers celle-ci ou une autre, j’ai très envie de relire cette histoire, a fortiori après avoir lu ton avis qui me permet de me rappeler tous les atouts de ce merveilleux roman.

  2. Rhooo, non mais tu sais que tu parles d’un film qui a bercé mon enfance 💖 En plus, mon frère s’appelle Bastien, alors c’était hyper important pour nous lol Du coup, tu me donnes super envie de tenter le roman, pour revenir en enfance et le découvrir sous un autre angle !

  3. Ta chronique me rend nostalgique, j’ai envie de revoir le film et de découvrir le roman ^^
    Côté rêve inaccessible, j’ai aussi une belle demeure (en bord de mer) avec une pièce bibliothèque lumineuse, confortable, rassurante – un endroit où s’évader du quotidien ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s