La Comédie Inhumaine #1

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Un peu dégoûtée aujourd’hui, galère de colis : vous savez, cette fameuse galère du colis qui arrive absolument partout dans le monde sauf à destination ? J’avais commandé un superbe artbook avec deux posters. Grosse hâte ❤ Mais ! Je ne sais pas comment mais le nom de famille a disparu de l’adresse de destination : j’appelle, j’essaye de corriger, on me dit que c’est bon et que ce sera bien livré. Deux jours plus tard, retour à l’expéditeur (qui est aux USA) ! Bref, je tente un renvoi (qui sera ma dernière chance, ils ne feront pas de troisième tentative)… Croisez les doigts pour moi sivouplé T.T

Nouvelle chronique littéraire ! Vous savez, j’ai une préférence marquée pour les gros bouquins. Les intégrales. Les livres qui pèsent lourd, les livres avec une tranche de 3cm d’épaisseur minimum, ceux qui plombent le sac et font pencher sur le côté quand on marche. Quand j’en vois un qui fait moins de 100 pages, je sens l’angoisse qui monte et j’ai très peur de ne pas avoir assez à lire. Alors qu’un pavé, un bon vieux pavé, là on se sent pris au sérieux, là on cause 😀 Et on chope une scoliose aussi, mais c’est un détail XD Et vous connaissez aussi mon goût pour le macabre, donc ça ne vous étonnera pas si je vous dis que j’ai tout de suite eu le béguin pour cette réédition en deux volumes d’une série de 9 livres intitulée La Comédie Inhumaine, écrite par Michel Pagel entre 1988 et 2005. L’auteur a déjà plusieurs romans à succès à son actif, dont L’Equilibre des paradoxes qui me fait aussi beaucoup envie ! J’ai eu beaucoup de chance, le premier volume de cette Comédie rééditée m’a été offert par l’éditeur, Les Moutons Electriques, suite à un petit challenge de chroniques. Je les remercie beaucoup ❤

Chef-d’œuvre du fantastique francophone, la Comédie inhumaine est une saga de huit romans ou recueils, qui s’étend des années 1980 à nos jours, retraçant les rapports horrifiques de citoyens ordinaires avec la grande conspiration démoniaque. Ce premier volume contient les livres suivants :

  • Sylvana
  • Nuées ardentes
  • Le Diable à quatre
  • Désirs cruels
  • Les Antipodes

Résumé (Sylvana et Nuées Ardentes, première édition) : Deux jeunes femmes sont agressées puis violées par trois hommes. L’une d’elles sombre dans un coma profond et l’autre disparaît. Peu après, une mystérieuse beauté, qui porte sur l’épaule un chat noir dénommé « Vengeance », fait irruption…
Ailleurs, en Vendée. Deux jumeaux en vacances tombent amoureux de Sylvana, la fille d’un couple de voisins. Mais elle cache un lourd secret si son apparence et ses réactions à son environnement ne le trahissent en rien, elle a pourtant un besoin vital de sang…
Vengeance onirique et vampirisme : deux plongées dans l’inconnu qui font se craqueler le vernis rassurant du quotidien.

Mon avis : 

Comment résister à la couverture ? C’est sombre, occulte, y a des crânes, des tentacules, des cornes et la croix du Léviathan qui est un p’tit symbole que j’aime beaucoup personnellement ^^ Mention spéciale pour les tranches colorées en noir également, j’aime beaucoup ce genre de petits détails ! Alors certes, c’est un pavé et c’est pas ce qu’il y a de plus pratique à lire : sachant que ça allait être une lecture sur plusieurs jours et pas forcément avec mes deux mains libres pour tenir le livre, en l’ouvrant j’ai fait mon deuil d’un beau dos intact sans pliures !

Alors autant Michel Pagel a une écriture assez agréable, autant je ne recommande pas la lecture si vous avez l’âme sensible. Non pas que ce soit effrayant comme un Stephen King, ici on verse plutôt dans le glauque assumé, la cruauté gratuite et la part sombre qui réside inévitablement en chacun de nous. Ne vous attendez pas non plus à des happy ends, ici la vengeance et les coups tordus du Diable priment. Certains personnages vont revenir d’une histoire à l’autre, jusqu’à tisser un récit macabre et funeste à souhait. Je vais essayer de vous donner rapidement mon avis pour chaque histoire, ce sera plus pratique comme ça 🙂

SylvanaAssez intrigant, une première plongée envoûtante dans l’univers de la Comédie Inhumaine. Le récit va alterner entre le récit de Michel et la confession de sa femme Sylvana, vampire bien malgré elle. On découvre comment, avec le jumeau de Michel, Jean, ils en sont venus à se rencontrer, et comment a commencé pour Sylvana le début d’une spirale infernale. Perdue entre sa soif d’amour et sa soif de sang, elle est réellement attachante. Le récit fait la part belle au récit d’enfance, ancré dans la campagne vendéenne, mais c’est surtout une tragédie au dénouement inévitable.

Nuées ardentes Sans hésiter l’histoire qui m’a le plus marquée. Deux jeunes femmes lesbiennes sont victimes de viol. Les agresseurs sont un politicien en pleine ascension, conservateur et bien-pensant, et son beau-frère débauché, tellement sexiste qu’il faudrait inventer un mot encore plus fort. Sur les deux jeunes femmes, l’une sombre dans le coma. L’autre jure de se venger, peu importe le moyen. La scène du viol est particulièrement dure à lire et encore une fois je recommande aux âmes sensibles de passer leur chemin, ou de sauter la page. Mais après ça, la vengeance et le châtiment se dégustent, particulièrement appropriés et satisfaisants, au moins pour le principal responsable. En revanche, la quête de vengeance va entraîner notre héroïne toujours plus loin, quitte à blesser des innocents…

Le Diable à quatre On retrouve quelques personnages du récit précédent, mais plusieurs années ont passé. L’un d’eux est mort, assassiné lors d’un pseudo-rituel satanique. Mais le démon lui offre un espoir de vengeance : son cadavre revient à la vie pour traquer et tuer, l’un après l’autre, les responsables de sa mort. Ici, je vous assure qu’il n’est nul besoin d’avoir de la pitié pour la « victime », c’est un personnage proprement odieux, vivant comme mort. Ses adversaires ne sont guère mieux, et l’un d’eux en particulier va se révéler un adversaire de taille. Quasi diabolique.

Désirs cruels Une sorte de réécriture sanglante et macabre des Mille et Une Nuits. Le principe m’a beaucoup plu, je dois l’admettre ^^ Peut-être un peu courte, l’histoire fil rouge manquait de développement à mon goût. En revanche, les petites nouvelles étaient du plus bel effet 😀

Les Antipodes Il est indispensable ici d’avoir lu à partir de la deuxième histoire, car c’est ici que tous les chemins vont commencer à s’entrecroiser. Dieu et le Diable vont chacun concevoir un enfant de parents mortels, deux émissaires divins qui vont servir leur cause. L’histoire devient captivante, entre le Diable qui pervertit soigneusement la future mère de sa progéniture, et l’attachant couple choisi pour donner naissance à un nouveau Messie, protégés par un assassin étrangement imperméable aux pouvoirs surnaturels.

Il y a quelques longueurs, et j’admets que le livre ne conviendra peut-être pas à tous les lecteurs : soit pour la noirceur de l’ouvrage, soit pour la difficulté à s’attacher aux personnages. Presque tous ont une part sombre et torturée, à laquelle ils cèdent volontairement ou par la force des choses. Et pourtant, certains sont fascinants, tant leur volonté et leur détermination est forte ; d’autres versent dans la folie. Bref, pas forcément un coup de cœur pour moi (il manque un petit quelque chose pour que je m’enthousiasme), mais indubitablement de l’intérêt 😛 Je suis très curieuse de savoir comment le récit va évoluer !

"

  1. C’est marrant, moi j’ai des sueurs froides quand je vois un roman de plus de 400 pages xD Je les préfère de taille moyenne ahah. En tous cas je suis contente de voir que tu as aimé malgré quelques longueurs ! ❤

  2. Pingback: La Comédie Inhumaine #2 | Coeur d'encre 595

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s