Le Plongeon

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Le concours est passé et j’ai l’impression de redécouvrir la vie, je sais qu’on parle souvent d’un poids qu’on enlève mais je vous jure que c’est vrai, j’ai physiquement l’impression qu’on m’a enlevé un morceau de plomb de mon estomac. Bon ça s’est passé kif-kif et ils ont annulé les épreuves facultatives (bande de $%!°£&) donc plus qu’à attendre septembre (oui oui) pour savoir si je suis admissible ou pas. Ah, et petit tip si vous passez des concours : prévoyez beaucoup de blanco. Parce que quand tu découvres sur le tas qu’ils interdisent les encres effaçables et que ton blanco te lâche dans la dernière ligne droite… tu as comme une envie d’égorger sauvagement les quelques 700 autres clampins dans la salle. 

Nouvelle chronique littéraire ! Je vous propose une nouvelle BD, issue de mes lectures choisies au hasard pendant mon stage de libraire 😀 Voici Le Plongeon, scénarisée par Séverine Vidal et dessinée par Victor L. Pinel pour une parution en janvier 2021. Ce n’est pas forcément le genre de bande-dessinée vers lequel je vais d’habitude, mais celle-ci m’a inexplicablement attirée ^^

Résumé : “Un EHPAD, des fesses, de l’amour et des rides !”
En fermant une dernière fois les volets de sa maison, Yvonne, 80 ans, abandonne 40 ans de vie pour intégrer un EHPAD.
Le changement est rude pour cette femme indépendante, d’autant qu’elle a encore toute sa tête. Elle a du mal à s’acclimater à cette nouvelle vie, qui la rapproche douloureusement de la mort.
Prise dans le tourbillon inéluctable de la vie, l’octogénaire décide de s’offrir une dernière parenthèse enchantée.

Mon avis : 

La couverture m’a tout de suite plue, avec ses belles nuances de bleu. Il en ressort une grande mélancolie, une impression de silence, de noyade très très lente. Le dessin et le style de la BD sont très agréables, avec des couleurs douces et des visages très expressifs. C’est une histoire très riche en émotions, et j’ai plusieurs fois versé ma petite larme :’)

Comme nous le dit le résumé, Yvonne a 80 ans et elle se résigne à quitter sa maison pour aller dans un EHPAD. Elle abandonne le foyer où elle a vécu toute sa vie, tous les souvenirs qui y sont attachés et la mémoire de son mari bien-aimé. C’est sa décision, mais elle ne lui serre pas moins le coeur. Elle découvre un milieu aseptisé, des résidents parfois étranges et malaisants, des règles souvent étouffantes. Plus que jamais, elle a l’impression de se noyer, de sombrer lentement dans l’obscurité. Heureusement, elle va pouvoir prendre appui sur l’affection et la bonne humeur d’un des infirmiers, et surtout de certains autres pensionnaires, pour une dernière bouffée de vie.

Cette BD est profondément émouvante, et elle me rappelle un peu Les Oubliés du dimanche de Valérie Perrin (un roman magnifique). Les thèmes abordés sont loin d’être simples : la vieillesse, la solitude, le déclin physique, le sentiment d’abandon, l’approche de la mort ou tout simplement de la dégénérescence mentale. Certains moments sont vraiment tristes, on ne peut que se sentir proche d’Yvonne et de sa détresse. Je crois qu’une des choses qui m’a le plus marqué, ce sont les restrictions de l’EHPAD : certes, ça fait sens parce que les résidents sont pas forcément au mieux de leur forme ou n’ont plus toute leur tête, mais parfois ça semble cruel. Ne pas pouvoir se rassembler, ou laisser une vieille dame seule dans ses illusions parce que ce n’est pas la réalité et qu’il ne faut pas la conforter dans son délire… alors que c’est son seul réconfort. Se sentir abandonné par ses proches qui ne viennent plus. Etre considéré comme un gamin irresponsable, et non l’adulte qu’on est depuis des années.

Et pourtant, c’est la tendresse qui domine. Yvonne a un sacré caractère : elle n’a pas sa langue dans sa poche, elle fait volontiers des blagues salaces, elle a un petit côté aventurière et gamine qui est vraiment adorable ❤ Elle a du coeur et de la gueule, bref c’est une sacrée vieille dame, juste un peu cabossée par la vie et les chagrins. C’est touchant de la voir renouer des liens, et même se trouver un petit ami ^^ Elle devient le ciment d’un petit groupe pas piqué des hannetons, des blagueurs qui cassent un peu cette idée de mouroir qu’on associe parfois aux EHPAD. Ils font les 400 coups et sont incroyablement mignons.

Bref, une petite BD pleine de délicatesse et d’amour pour nos aînés. Je serai incapable de dire si c’est réaliste par rapport à ce qui se passe en EHPAD, mais l’histoire est vraiment bouleversante et donne envie de faire un gros câlin aux personnages. Elle me rappelle un peu la BD Lydie, qui ne parle pas du tout de la même chose, mais dans laquelle j’avais retrouvé les mêmes émotions. Je vous la conseille, et j’espère qu’elle vous plaira autant qu’à moi !

"

  1. Cette BD me tente tellement !
    C’est super que le concours soit passé et que ça t’enlève une épine du pied. Mais pour les épreuves facultatives… Il y a une raison qui a été donnée ? En tout cas, bon retour dans la vie plus tranquille 😉

    • Apparemment c’est à cause du Covid, je suppose qu’ils veulent éviter d’avoir à réunir les gens plus que nécessaire… mais ça fait bien ch***
      Merci beaucoup ❤ Et j'espère que tu pourras lire cette BD ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s