Tarot divinatoire made by Juliet #21 : Le Monde

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Nous sommes le 15 mai, c’est le moment de vous présenter une nouvelle carte de tarot, et je suis très contente d’avoir pu la terminer à temps 😀 Je trouve, et mon copain est d’accord avec moi, que c’est l’une de mes plus belles cartes. Il ne m’en reste plus qu’une seule pour terminer ma série d’arcanes majeurs, ça me donne une super pêche ^^ J’ai hâte de l’étudier et de la dessiner !

Mais pour l’instant, concentrons-nous sur celle que je viens de finir : aujourd’hui, je vais vous parler du 21ème arcane du tarot divinatoire, le Monde. Selon les versions, elle est souvent considérée comme la dernière carte du jeu avant d’aborder celle, plus particulière, du Fou ou du Mat. Le programme sera le même que pour les précédentes cartes : je vais d’abord vous expliquer du mieux que je peux la symbolique de la carte selon la version du Tarot de Marseille (la plus connue), puis je vous montrerai ma propre carte. Comme d’habitude, je vous laisse la liste des arcanes précédents : ça va être très important car le Monde est une sorte de synthèse de tout ce qui a été vu et assimilé.

1e8b5fa4da3729c3f3fc8068a471b5ff

Par rapport aux autres, cet arcane est assez particulier : la construction du dessin ne ressemble à celle d’aucune autre carte. Au centre, on voit un personnage dont le sexe est parfois dur à déterminer, mais d’autres fois c’est clairement une femme ; sa nudité évoque la pureté mais le voile maintient également l’ambiguïté sur son sexe. Elle se trouve au centre d’une couronne de lauriers, symbole de victoire et de grands honneurs ; on peut aussi parler d’une mandorle, une figure qu’on retrouve souvent dans l’iconographie chrétienne : c’est un ovale où on représente des personnages sacrés, comme le Christ ou la Vierge. Dans ses deux mains se trouvent soit deux bâtons, soit un bâton et une sorte de fiole. Le bâton fait référence à la baguette du Bateleur qui fait le lien entre le Ciel et la Terre : c’est la même fonction ici, mais le Bateleur est inexpérimenté et au début de sa quête spirituelle, alors que le Monde exprime davantage la pleine compréhension et le contrôle. Sa position, jambe gauche croisée derrière la jambe droite, est très importante : c’est la même que celle de l’Empereur et du Pendu (qui est l’image renversée du Monde). C’est une position qui amorce un mouvement, un pas en avant. Enfin, dernière précision, ce personnage regarde vers la gauche alors que son corps part vers la droite : on peut l’interpréter comme un regard vers le passé, une forme de reconnaissance pour ce qui a été avant de se tourner pleinement vers ce qui sera.

On peut maintenant se concentrer sur les quatre personnages autour de la carte. Symboles des quatre éléments, ces créatures sont aussi des références à la culture chrétienne, plus précisément au Tétramorphe : ce sont les quatre animaux attribués aux quatre Saints Evangélistes. Dans le sens inverse des aiguilles d’une monde (et c’est important), en partant du coin en bas à gauche, nous avons :

  • Un taureau : attribué à Saint Luc, la carte en fait aussi un symbole de l’élément terre. Si on rapporte ça à la quête initiatique et spirituelle de l’individu qui suit le parcours des cartes de tarot, il symbolise également le corps physique et le besoin de le préserver, d’assurer sa sécurité.
  • Un lion : c’est l’animal de Saint Marc. Ici, il est également associé au feu, et par conséquent aux passions : la colère, la sexualité, etc.
  • Un aigle : on passe à Saint Jean, et à l’élément de l’air. Dans le tarot, il évoque la pensée intelligente, le fait de pouvoir autant avoir une vue d’ensemble que se concentrer sur les détails.
  • Un ange : on finit avec Saint Matthieu et l’élément de l’eau. Pourquoi l’eau, ça ne semble pas très évident quand on a pas un poisson sous les yeux ! En fait, le tarot associe cet élément au sentiment, aux émotions les plus subtiles et bienveillantes, avec une idée de pureté.

Bien ! Une fois qu’on a tout décrit, on peut aborder l’ensemble. La carte contient la Création, avec les quatre éléments mais aussi les plans matériels (le taureau et le lion) et les plans spirituels (l’aigle et l’ange), avec un plan intermédiaire pour faire le lien entre les deux. Tout est parfaitement équilibré et harmonisé, ni plus ni moins. L’arcane du Monde représente la fin du chemin : l’individu a traversé avec succès toutes les épreuves, d’où la couronne de lauriers. C’est un aboutissement qui marque la réalisation de soi ou d’une entreprise. On retrouve aussi l’idée d’un cycle : le début, la fin, l’éternel recommencement. Le personnage central a fini son parcours, mais comme la vie est mouvement et changement, il se prépare à une nouvelle aventure. La disposition des quatre éléments reflète bien cette idée puisqu’on peut les suivre en cercle ; la ou les baguettes sont des indicateurs de ce mouvement circulaire, et guident le regard du lion à l’aigle (élévation spirituelle) et de l’ange au taureau (nouveau départ). Autre interprétation possible : le cycle des saisons avec le printemps (la terre), l’été (le feu), l’automne (l’air), l’hiver (l’eau).

Mais du coup, quid de la fiole, lorsque le personnage tient une baguette dans la main gauche et une fiole dans la main droite ? Cette partie-là m’a donné beaucoup plus de fil à retordre. La fiole porte aussi le nom de philtre. Si la baguette représente le contrôle, le pouvoir d’agir, la fiole est bien plus complexe et ésotérique. C’est un philtre d’enchantement qui représente les illusions créées par la pensées, et surtout les désillusions qu’elles risquent de provoquer une fois que la réalité est révélée ! C’est donc confus : pourquoi placer un tel élément sur la carte ? C’est même à cause de ce danger que souvent on utilise un voile pour cacher la révélation (comme sur la carte de la Grande Prêtresse), afin que les amateurs ne se laissent pas prendre au piège comme des papillons attirés par la flamme : il faut rechercher la vérité pour elle-même et pas pour la satisfaction de connaître la vérité. Cependant, cette confrontation aux illusions de la pensée est nécessaire pour devenir un initié : c’est même le chemin qu’on a suivi au fur et à mesure des cartes de tarot, rappelez-vous les arcanes de la Lune et du Soleil ! L’arcane du Monde vous montre que vous êtes sortis vainqueur, non seulement sur la matière mais aussi sur votre propre esprit.

Alors que conclure si vous trouvez cette carte dans un tirage ? C’est plutôt positif, surtout si vous la tirez à l’endroit : vous avez atteint vos objectifs ou ce sera très bientôt le cas, le temps est au beau fixe pour vous et vous pouvez vous permettre de vous reposer sur vos lauriers avant de vous lancer dans un nouveau défi. Dans le sens inverse, la symbolique n’est pas purement négative : cela signifie simplement que vous risquez de rencontrer des difficultés, des retards, de petites désillusions. Vous aurez peut-être besoin de revoir vos exigences à la baisse, ou de vous demander ce qui vous empêche de profiter complètement de votre succès.

Voilà, et maintenant, c’est l’heure de la confession : point de vue dessin, c’est ma meilleure carte, mais point de vue symbolique j’ai fait une grosse bourde pas du tout prévue ^^’ J’ai inversé les places des éléments eau et air. C’est extrêmement bête, en fait j’avais lu mes fiches, réfléchi à ce que je voulais, et au moment de tout assembler sur la feuille, j’ai relu rapidement le site qui me servait de base.
Sauf que le récap des éléments donné au début du site se base, non pas sur le tarot, mais sur l’astrologie spirituelle : cette dernière associe l’eau à l’aigle (pas l’air donc), parce que ce dernier en astrologie zodiacale est associé au scorpion, qui est un signe d’eau (et aussi un peu de feu… comme quoi les symboles sont un poil confus ^^’)
Même en repensant aux saisons pour m’aider, printemps-été-automne-hiver, j’ai pensé à la pluie en automne et au vent d’hiver… techniquement c’est l’eau pour l’hiver parce que l’eau féconde la terre, mais le pire c’est que quand tu y réfléchis, c’est le vent qui transporte les graines, donc c’est valide aussi XD

Bref, j’essaie de bricoler des raisonnements mais je ne vais pas refaire la carte : je la trouve belle comme elle est ! Je pense que ça ne porte pas trop à confusion dans la mesure où de toute manière je voulais faire la carte à ma sauce, alors autant assumer, parce que même avec mon erreur j’aime ce que j’ai fait. Et c’est même en la dessinant que je me suis rendue compte que pour faire certains éléments (comme le feu ou les pierres), l’irrégularité du trait fait beaucoup plus réel qu’un trait droit : pour y arriver, je fais trembler mon crayon en traçant ^^ Pareil pour la tornade, vive les coups d’estompeur au petit bonheur !

Reprenons du début. J’ai viré tout ce qui faisait référence à la religion chrétienne : non pas que je crache sur cette religion ou les religions en général, mais je ne veux pas rattacher mon jeu à une croyance en particulier, je veux quelque chose qui puisse parler à tout le monde. Mes petits lapins sont à l’honneur : ils m’ont longtemps énervée parce que je les oubliais, alors cette fois, impossible de les louper 😀 Je leur ai donné des éléments correspondant à leurs éléments, sauf pour la terre où vraiment je ne savais pas quoi ajouter, donc au naturel ! Chaque lapin tend les bras vers le suivant, mais ils sont aussi tournés vers le centre, pour veiller sur le noyau de leur monde. Je me suis beaucoup amusée avec les jeux de lumière aussi, je pense que ce sont les contrastes de la carte qui la rendent si bien à mes yeux.

J’ai choisi la version baguette et fiole, au lieu de deux baguettes, et j’ai craqué, en bonne fan du Seigneur des Anneaux que je suis : la fiole est inspirée de celle donnée par Galadriel à Frodon, la Lumière d’Eärendil (la carte de mon Empereur a la couronne d’Aragorn et l’épée de Théoden soit dit en passant). Je l’ai faite très lumineuse pour accentuer cet aspect d’illusion qui attire mais trompe en même temps. Et d’ailleurs, même dans les films il y a cette idée de lumière trompeuse : lorsque Frodon offre l’Anneau à Galadriel, elle lui montre que même lumineuse, elle sera une Reine tout aussi terrible et extrême que Sauron avec ses ténèbres.
Enfin, j’ai choisi de ne pas reprendre la couronne de lauriers. Certes, l’aspect « victorieux » manque, mais pour moi, c’est réussir ce dessin constitue ma victoire 😀 Ensuite, je voulais éviter la mandorle. J’ai remplacé par une forme d’oeuf : en soi, l’oeuf est une sorte de construction parfaite, harmonieuse, qui contient un véritable univers en la personne du petit poussin. Une fois cet oeuf éclos, le poussin deviendra une poule qui pondra un oeuf, etc. C’est aussi pour ça que j’ai fendillé la bulle avec le numéro 21 : c’est un indice sur le fait que l’espèce d’oeuf contenant mon personnage va bientôt se briser, car il est prêt pour autre chose.

Bref ! J’espère que la carte vous plaît, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez ❤ Je vous laisse avec les photos de la progression du dessin 🙂

"

  1. Je ne suis pas très au fait des tarots mais très sincèrement, j’ai toujours trouvé ces cartes très belles !

  2. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet : Le Mat | Coeur d'encre 595

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s