La Lectrice disparue

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Je suis en train de re-regarder la série The Crown, je n’ai jamais été autant fascinée par une série historique :3 Et j’ai aussi terminé une petite série de maison hantée indienne, très sympa, qui s’appelle Typewriter, vous connaissez ? ^^ Et vous, qu’est-ce que vous regardez passionnément en ce moment 😀

Nouvelle chronique littéraire ! Aujourd’hui, un livre découvert totalement au hasard d’une balade entre les rayons, la couverture m’avait attiré l’oeil pour sa réutilisation du dessin d’Alice au Pays des Merveilles, et bien entendu son titre ^^ Le résumé a achevé de me convaincre, et je me suis lancée dans ce roman avec impatience ! Voici La Lectrice Disparue de Sigrídur Hagalín Bjornsdottir, publié en 2020 chez l’éditeur Gaïa et traduit par Eric Boury. C’est un polar islandais, mais pas que ! Préparez-vous à une plongée dans l’univers de la lecture, une lecture dont vous n’auriez jamais soupçonné les implications.

Résumé : Edda, une jeune blogueuse islandaise, s’enfuit un beau matin sans laisser d’explication, abandonnant son bébé de trois jours. Quand la police découvre qu’elle s’est rendue à New York, son frère Einar accepte de partir à sa recherche. Habitué à pister des disparus dans les immensités islandaises, ce pêcheur et sauveteur chevronné a passé son enfance à courir après sa soeur, toujours cachée – dans les placards, sous le lit – et invariablement plongée dans un livre.
Mais il ne s’agit plus de jouer. Einar évolue cette fois-ci dans un environnement étranger, une mégapole, et sa dyslexie ne facilite pas les choses. S’il ne dispose d’aucun indice, quelque chose le pousse à penser que la disparition d’Edda est liée à sa vieille obsession de la lecture et que la clé pourrait se trouver dans un livre. Mais lequel ? Lui qui a toujours été dépendant de sa soeur pour se faire lire des histoires ne sait par où commencer.

Mon avis : Coup de ❤ !

Comme je vous l’ai dit en intro, la couverture avait tout pour me plaire : un grand fond étoilé comme si on flottait dans l’espace, un effet « Alice de l’autre côté du miroir », et une étrange serrure comme si Alice cherchait encore où pouvait être cette maudite clé. C’était dur de passer à côté 😀

L’histoire m’a captivée de bout en bout, je ne m’attendais absolument pas à ce que ce soit aussi prenant ! L’écriture est fluide, pas compliquée pour un sou, avec du drama et toute une réflexion sur ce que représentent la lecture et l’écriture. Le récit nous raconte l’histoire d’Einar et Edda tout d’abord, demi frère et soeur, les deux faces d’une même pièce car si l’un est dyslexique, l’autre est hyperlexique. Je ne savais même pas que ça existait et j’ai été scotchée. L’hyperlexie désigne la capacité à savoir lire presque avant même de savoir bien parler et comprendre, une personnalité tournée quasiment exclusivement vers la lecture, mais souvent avec des complications de type autisme. C’est l’opposé littéral de la dyslexie, puisque les gens dyslexique ont des difficultés à lire, mais parallèlement sont plutôt à l’aise quand il s’agit de communiquer à l’oral.

L’histoire consiste en deux récits imbriqués en fait : d’une part l’enquête d’Einar pour retrouver sa soeur qui a mystérieusement disparu du jour au lendemain, et d’autre part l’histoire des mères de ces deux enfants, toutes deux amoureuses du même homme égoïste, et qui ont fini par ne plus se quitter, élevant ensemble leurs deux enfants. Les deux enfants ont une relation quasi fusionnelle, Einar protégeant toujours sa soeur bizarre qui lui raconte des histoires tantôt magnifiques tantôt effrayantes. Mais à l’adolescence, les choses dérapent. Einar se renferme, et Edda se retrouve bientôt seule face à un monde qu’elle n’arrive pas à appréhender. Lecture devient synonyme de torture, tant les mots l’obsèdent et l’empêchent de vivre en restant piégés dans sa tête. Pour la retrouver, Einar va devoir remonter les indices qu’elle lui a laissés, jusqu’à ce que les deux puisse enfin se retrouver et se raconter tout ce qu’ils se sont caché l’un à l’autre.

J’ai été scotchée. C’est si bien dosé entre l’époque de l’enfance et l’âge adulte, tout est captivant, avec des thèmes forts : non seulement la lecture et l’écriture en tant que difficultés, mais aussi la maternité, la solitude, le handicap, les relations familiales, les traumatismes comme le viol. En fait, dire que ce livre est un polar ne recouvre qu’une infime partie de ce qu’il est réellement : il y a de l’enquête, une très légère touche de science-fiction, des grands moments de tendresse, des personnages complexes et bouleversants. L’enquête est palpitante et nous emmène par des détours que l’on n’aurait jamais imaginés :3

Le duo d’Einar et Edda est très marquant : même s’ils ont fini par faire leur vie séparément, on ne peut faire autrement que de les imaginer ensemble, ne serait-ce que mentalement. Einar est protecteur, il aime profondément sa soeur même s’il a du mal à comprendre ses bizarreries : il faut dire que sur ce point, ils sont diamétralement opposés. Edda est à la fois forte et vulnérable, pendant longtemps elle fait preuve d’une vraie volonté pour surmonter ce qu’elle considère comme une malédiction, allant jusqu’à ne plus lire et se forcer à aller vers le monde. Sa fuite et la piste qu’elle laisse à son frère sont autant d’appels à l’aide. Mais ce ne sont pas les seuls personnages phares du roman : il y a aussi leurs mères, Julia et Ragnheidur. Deux femmes très différentes là aussi, l’une est volontaire et déterminée, l’autre est plus douce et artiste dans l’âme. C’est aussi leur histoire qu’on va découvrir, comment elles se sont retrouvées enceintes du même homme en même temps (Olygur, un sale type), comment elles vont surmonter leur jalousie pour s’installer ensemble et partager leur maternité. J’ai tout particulièrement aimé les passages racontés par Ragnheidur, qui est paraplégique au moment où l’enquête se passe : c’est elle qui nous raconte avec ses mots ce qu’elle a vécu avec Olygur, puis aux côtés de Julia qui l’a prise sous son aile. Julia qui offre son aide sans rien demander en retour, mais sans parfois comprendre à quel point cela peut faire mal parfois.

Bref, un roman magistral, une lecture comme je n’en ai jamais eue ❤ Je vous conseille absolument le livre, courez, foncez le lire, vous en ressortirez chamboulés ! Pour moi, en attendant de pouvoir l’acheter et le garder près de moi (je l’avais emprunté), ça restera en attendant un souvenir bien à part.

"

  1. Je ne connaissais pas et ca m’a l’air pas mal !
    The Crown j’aime beaucoup, bon je suis trèèèès séries historiques et celle ci est peut etre un peu trop sage niveau histoire mais visuellement très sympa !

  2. Il faudrait vraiment que je poursuive « The Crown » =)
    Pourquoi pas, pour le roman, ça a l’air vraiment chouette ! Mais bon, à voir quand j’aurais réussi à faire baisser un peu ma PAL ^^’

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s