Tarot divinatoire made by Juliet #15 : Le Diable

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Nous nous retrouvons pour un nouveau dessin de tarot divinatoire ! Je vous disais le mois dernier que j’avais un peu peur d’avoir du retard, du coup j’ai tellement mis la priorité sur le dessin que je l’ai terminé laaaaargement en avance XD Et ce n’est pas plus mal, car celui-ci m’a donné un peu de fil à retordre ! Mais c’est aussi ça qui fait tout le bonheur de ce projet 😉 J’ai même commencé à tester quelques tirages avec un autre jeu, je ne m’en sors pas trop mal :3

Je vais vous parler du quinzième arcane du tarot divinatoire, le Diable ! Sa symbolique est assez riche, du coup ça a été assez dur de trouver comment l’adapter dans mon dessin, mais je m’en suis pas trop mal sortie ! Comme d’habitude, je vais vous présenter la version du tarot de Marseille (qui est… assez surprenante ^^’), puis je vous montrerai comment j’ai choisi de l’adapter. N’hésiter pas à regarder les cartes précédentes : chaque carte est liée aux autres dans le tarot, et ce de plusieurs façons ! En effet, du premier au dernier, les arcanes représentent les différentes étapes d’un chemin initiatique.

Voici donc le Diable… Ouais, moi aussi je le voyais un peu plus effrayant, quoi qu’il l’est assez dans son genre ! Le personnage central est généralement décrit comme un satyre, même si en fait il est un peu plus complexe à décrire : c’est un être aux doigts fourchus, avec des cornes (généralement de chèvre mais ici pas vraiment) et des ailes de chauve-souris. Il a également une poitrine de femme et un sexe d’homme pour insister sur le caractère androgyne du Diable. Il louche, tire la langue et se moque de nous. Il a également un visage sur le ventre, et tient par la lame une épée qui n’a ni manche ni garde. Son apparence très bizarre indique que le Diable est un maître de la métamorphose et de la tromperie, il est capable de prendre n’importe quelle apparence pour arriver à ses fins.

Il se tient sur un globe qui symbolise la Terre, indiquant par là sa domination sur l’espèce humaine. A ce globe sont attachés deux diablotins, un mâle et une femelle. Eux aussi ont une apparence mi-homme mi-bête, pour symboliser le fait que les pulsions primaires ont pris le pas. Il est d’ailleurs intéressant de noter que même s’ils sont attachés, les liens sont très lâches, donc ils pourraient se détacher facilement ; cependant, ils ne font pas la moindre tentative pour ça, donc quelque part ils se complaisent dans leur situation. C’est là que réside tout le pouvoir du Diable : il contraint les gens mais sans effort ; et parce qu’ils restent auprès de lui, les humains perdent peu à peu leur humanité.

Alors, que signifie cette carte ? Généralement, elle fait un peu peur quand elle sort dans un tirage, c’est une figure inquiétante après tout : elle représente aussi bien les interdits qu’on a envie de transgresser, que les peurs qui nous paralysent. C’est en fait une carte très ambivalente, qui est assez délicate à interpréter. Le Diable est une figure extrêmement puissante, avec une énergie phénoménale. Cette force lui vient des pulsions primaires, en cela le Diable représente votre part sombre, celle de vos instincts et de vos passions. Il est également supérieur aux Humains, c’est un être mythique et « complet » dans le sens où il a assimilé les deux extrêmes féminin et masculin. On peut donc parler d’un individu à part entière et au top de sa puissance : il indique que vous êtes à une étape majeure, et que de nombreuses possibilités vous sont offertes.

Mais !! Ce serait beaucoup trop simple évidemment. Le Diable est tentateur, son but est de vous pousser à l’excès, et c’est précisément ce contre quoi la carte nous met en garde. Si vous ne faites que suivre vos instincts, vous vous rapprocherez de plus en plus de l’animal, et vous n’aurez plus la force nécessaire pour résister après coup. Vous serez donc dans la position des diablotins esclaves, et comme le Diable est le maître de l’illusion, il est possible que vous ne vous en rendiez même pas compte, comme pour une dépendance ou une obsession. Mais le Diable évoque aussi souvent vos relations affectives, et le fait que vous êtes soit trop excessif, soit que vous avez du mal à vous dégager d’une relation toxique. La carte indique donc les excès, mais aussi le manque de volonté et d’énergie, particulièrement si elle est tirée à l’endroit : c’est là qu’elle concentre tous les sens négatifs.

Tirée à l’envers, la carte est au contraire bien plus agréable : elle indique l’énergie, la séduction, bref tout vous réussit. Attention cependant, car peu importe le sens, la carte vous impose bel et bien une prise de conscience. Si vous avancez, vous devez absolument être bien conscient que vous êtes soumis à certaines choses (émotions, objets, personnes), sur lesquelles vous n’avez pas ou peu d’emprise. Si on suit le chemin initiatique du Tarot, il est très important de connaître la carte précédente, celle de la Tempérance : c’est justement elle qui vous permet de passer sans danger l’épreuve du Diable et de ses passions, en vous apprenant à jouer la conciliation et la modération. Les deux facettes du Diable vont de pair et il est important de parvenir à faire le juste milieu : éviter d’être esclave de ses instincts, mais profiter des passions et des pulsions sans lesquelles vous ne pouvez vous épanouir. En gros, ne faites pas de bêtises, mais sachez quand même vous faire plaisir si vous ne voulez pas finir dingue !

Faire la part des choses ne sera pas facile, et il est probable que vous devrez faire un travail sur vous-même. On peut le voir en regardant les cartes « origine » et « évolution » du Diable, c’est-à-dire la troisième précédente et la troisième suivante. Ainsi, la carte qui vient avant est celle du Pendu, une carte qui met en avant la nécessité de changer son point de vue, et de faire un travail sur soi pour se libérer des choses superflues. La carte qui vient après est celle de la Lune, une carte qui met en avant la part obscure de toute chose, en particulier l’inconscient : ce sont les intuitions, mais aussi les erreurs. Donc la carte « évolution » du Diable met justement en avant tout ce qui peut constituer notre part sombre, et particulièrement toutes les choses négatives qui peuvent en découler.

Et voilà ma carte ! Et qu’est-ce qu’elle m’a posé problème >< J’avoue que si on m’avait juste demandé de dessiner le Diable, et pas l’arcane du Diable, je n’aurais pas du tout fait le même dessin. Mais j’ai fini par trouver comment apprécier la carte :3 Pour la pose et surtout la lumière en contre-jour, que je n’avais jamais essayé de dessiner, je me suis inspirée du clip The Emperor’s New Clothes du groupe Panic at the Disco, que j’adore et que je vous conseille de regarder ! Et j’ai aussi repris une illustration de Didier Graffet dans son magnifique album Effluvium pour dessiner la sphère armillaire sur laquelle il a posé son pied.

Comme ce n’est pas vraiment mon truc de dessiner des sexes, je me suis contentée d’un très pudique pagne XD Pas très diabolique certes, mais il est déchiré alors m’embêtez pas. J’ai essayé de faire ressortir le côté androgyne avec la silhouette du Diable : torse masculin, mais taille fine et hanches rebondies. Je ne sais pas trop pourquoi j’ai fait ses ailes de cette façon, mais je voulais éviter de tomber dans le cliché des ailes d’ange déchu ou de chauve-souris. Je suis donc partie sur quelque chose de plus déchiré, et qui évoquerait tout le danger et la corruption qui caractérise le personnage. Bon, en revanche les cornes étaient indispensables 😀 J’ai également utilisé un pentagramme, le symbole ésotérique par excellence, mais attention, il n’est pas forcément satanique ou diabolique, loin de là ! Par exemple, dans la religion Wicca, il évoque les 4 éléments, et la branche du haut représente l’esprit. J’aurais pu représenter à la place une croix du Léviathan ceci dit : associée au Diable seulement à partir du XXème siècle, elle symbolise avant tout le libre-arbitre de l’homme (n’hésitez pas à regarder la carte du Hiérophante pour plus de détails ^^)

Comme la carte du Diable reprend des éléments du Hiérophante (deux personnes « disciples ») et de l’Impératrice (puissance créative), j’ai essayé de reprendre des éléments de mes anciens dessins pour marquer ce lien. Par conséquent, comme pour mon Impératrice, les ailes de mon Diable sont déployées et débordent du cadre de la carte pour marquer sa puissance. Et j’ai repris les deux disciples de mon Hiérophante, en les vieillissant un peu, pour faire mes deux diablotins : les disciples ont négligé l’enseignement de leur premier maître et en paient les conséquences. Leurs chaînes sont très lâches, mais même s’ils se lamentent sur leur état et leur transformation, ils ne songent pas seulement à les enlever.

La sphère sur laquelle se tient le Diable n’est pas un globe terrestre, j’ai eu envie d’innover ^^ A la place, j’ai fait une sphère armillaire : c’est un ancien instrument d’astronomie conçu pour étudier le mouvement des étoiles et du Soleil. Cependant, il est inutile aujourd’hui car il correspond à une ancienne conception de l’univers, où la Terre est au centre du système solaire. Je suis assez contente de mon idée : il y a l’idée de domination sur la Terre, mais aussi l’idée d’erreur et d’orgueil, des vices que le Diable représente également. Et bien sûr n’oublions pas le petit lapin 😀

Ah, et oui, la place de la lettre D est aussi importante : pile entre les cornes, au centre du dessin, ce n’est pas par hasard ! C’est idiot, mais au début je pensais au manga One Piece, où le fait d’avoir « D. » entre son prénom et son nom indique une prédisposition pour être le Seigneur des Pirates. J’ai fait deux-trois recherches sur la symbolique des lettres et ça a payé ^^ Bon, tous les sites que j’ai trouvé répétaient la même chose mot pour mot, donc il vaudrait mieux une confirmation, mais en attendant, voilà ce que j’ai. Le D est une lettre qui évoque le divin, c’est l’initiale autant de Dieu que du Diable ; de plus, elle est composée d’une ligne droite (associée au masculin) et d’une ligne courbe (associée au féminin), ce qui renvoie au caractère androgyne du divin… ou du diabolique ! Alors, il est pas beau mon Seigneur des Enfers ? 😀

Bref ! Le contre-jour et les ailes sont les choses qui m’ont le plus enquiquinée dans ce dessin : vous savez, vous vous dites « hey, ce serait bien ça ! », et au moment de le faire, vous galérez et vous vous dites « mais POURQUOI j’ai eu cette idée ?! » Mais ça a payé, et c’est assez gratifiant de me dire que maintenant au moins, ben je sais le faire ! Bon, il y a très probablement des trucs à améliorer, mais ce résultat me satisfait pour l’instant, je suis assez fière de moi 🙂

Ce diaporama nécessite JavaScript.

"

  1. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #16 : La Tour | Coeur d'encre 595

  2. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #17 : L’Etoile | Coeur d'encre 595

  3. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #18 : La Lune | Coeur d'encre 595

  4. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #19 : Le Soleil | Coeur d'encre 595

  5. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #20 : Le Jugement | Coeur d'encre 595

  6. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #21 : Le Monde | Coeur d'encre 595

  7. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet : Le Mat | Coeur d'encre 595

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s