Les Portes de la Mort #4 : Le Serpent Mage

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Aujourd’hui,c’est kigurumi ! Le message est clair, journée cocooning où je fais que c’que j’veux :3 Et aussi, implicitement, je n’y suis pour personne, pourrissez ma journée et je pourrirai votre vie, cordialement. Non, sans rire, ça fait deux semaines que je me suis pas accordé ça. Et surtout, je commence The Haunting of Bly Manor, depuis le TEMPS que je l’attendais ❤ ❤ ❤

Nouvelle chronique littéraire ! Toujours dans ma lecture de la série Les Portes de la Mort, j’ai dévoré avec bonheur le quatrième tome ^^ Je vous présente Le Serpent Mage de Tracy Hickman et Margaret Weis ! Si vous en avez marre, je vous rassure, moi ça va et il reste encore trois tomes après celui-là 😛 Et si ça vous intéresse, n’hésitez pas à regarder les chroniques des tomes précédents : L’Aile du Dragon, L’Etoile des Elfeset La Mer de Feu

Résumé : Pourquoi le monde est-il divisé ? Les Sartans le savent, mais ils ont disparu. Les habitants doivent bien sentir que les royaumes se détériorent mais, pour comprendre, il faut franchir les Portes de la Mort. C’est ce que fait Haplo le Patryn qui part explorer le royaume de l’eau.
Il y trouve des îles sous-marines entourées de bulles d’air où les nains, les elfes et les hommes vivent en paix. Mais les terrifiants Dragons-Serpents prennent leurs princesses en otages. Haplo arrive là-dessus, sa nef se désintègre… et il se retrouve dans un mauvais pas !
Le très curieux Alfred survient à point pour retrouver les Sartans de la légende, qu’il avait cherchés dans tous les royaumes. Mais pourquoi ces êtres semi-devins se révèlent-ils froids, soupçonneux et arrogants ? Vite, il faut fuir. Et les Dragons-Serpents ne sont pas loin. Haplo non plus.

Mon avis : 

Vous connaissez la chanson, je préfère vous présenter une autre édition que la mienne car ma couverture ne me convient pas : j’aime beaucoup celle-ci qui évoque à merveille le danger des fonds marins sombres et glacés. Le danger étant ici un énorme serpent, mais contrairement à ce que vous pourriez penser, ce n’est pas lui le Serpent Mage 😉 J’aime beaucoup l’esthétique du vaisseau sous-marin, avec ses ailerons de poisson ^^

Vous ai-je déjà dit (oui) à quel point j’adore l’écriture des deux auteurs ? ^^ Ce nouvel opus m’a régalée, et ce n’est pas peu dire. Encore une fois, on découvre un nouveau monde : la mécanique pourrait paraître répétitive, mais encore une fois Hickman et Weis parviennent à titiller notre curiosité, car ce monde détient peut-être les réponses à toutes nos questions, et il se révèle encore plus différent des précédents qu’on aurait pu le penser. Le récit fait comme toujours la part belle à des thèmes importants comme les responsabilités et les conséquences de l’usage d’un grand pouvoir, mais aussi l’humilité qui est trop souvent oubliée dans l’équation. La peur aussi est un thème central : la peur de ceux qui se prennent pour des dieux et des êtres supérieurs, alors même que la situation leur échappe totalement.

Haplo le Patryn part explorer le quatrième et dernier monde, après avoir été sévèrement puni par son maître pour son manque de soumission dans le précédent tome. Chelestra le monde de l’eau semble idyllique : contrairement aux précédents mondes de l’air, de la terre et du feu, les trois races des elfes, des humains et des nains sont parvenus à faire la paix et à vivre en harmonie. Leur monde est magnifique, même si leur soleil capricieux les oblige à quitter leur foyer pour le suivre et ne pas finir gelés. Or, Alfred le Sartan arrive aussi sur ce monde, et découvre les derniers survivants de son peuple. Mais loin d’être bienveillants et protecteurs, ceux-ci se révèlent méfiants, méprisants, et secrètement terrifiés d’avoir dormi, seuls, pendant des siècles. Hors de question pour eux d’abandonner l’hégémonie qui leur revient de droit, en tant que créateurs des quatre mondes. Tous sont pourtant bien fragiles face aux serpents-dragons qui s’apprêtent à déferler sur tous les mondes, entraînant chaos et terreur dans leur sillage.

J’avoue qu’après trois mondes où on passait son temps à se tirer dans les pattes par racisme, voir enfin un endroit où les elfes, les humains et les nains vivent en bonne intelligence est vraiment agréable. Mais à force de vivre en paix sans la moindre guerre, rien ne les a préparé aux troubles qui s’annoncent. Alfred retrouve enfin les siens après des années de solitude, mais il ne parvient pas à leur faire confiance. Ces Sartans se sont endormis au début des troubles, persuadés qu’on viendrait leur porter secours et que leur domination perdurerait. Ils se réveillent d’autant plus déterminés qu’ils sont dépassés par les événements. Mais surtout, Alfred découvre qu’ils sont loin d’avoir été aussi bienveillants qu’ils voulaient le faire croire. Si différents des Patryns, réellement ?

Ce dernier tome nous laisse cette fois-ci sur un cliffhanger, et j’ai d’autant plus hâte de lire la suite :3 Encore une fois, si vous n’avez pas lu cette série, foncez la lire immédiatement 😉

"

  1. Pingback: Les Portes de la Mort #5 : La Main du Chaos | Coeur d'encre 595

  2. Pingback: Les Portes de la Mort #6 : Voyage au fond du Labyrinthe | Coeur d'encre 595

  3. Pingback: Les Portes de la Mort #7 : La Septième Porte | Coeur d'encre 595

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s