Les Portes de la Mort #1 : L’Aile du Dragon

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien :3 Joie et bonheur, mon père m’a fait une surprise et m’a offert une superbe tasse Poufsouffle !! Oui, je suis team Poufsouffle : la loyauté, l’honnêteté et le fait de se retrousser les manches pour bosser, ça me cause, et en plus eux ils acceptent tout le monde 😛 Le plus beau dans l’histoire ? Il ne connaît pas bien Harry Potter donc il n’a même pas percuté que c’était une tasse Poufsouffle, il l’avait choisie pour les couleurs ! C’est dans ces moments que j’adore mon Papa ❤ 

Nouvelle chronique littéraire ! Aujourd’hui je vous propose de suivre avec moi une petite série de romans de fantasy que j’ai trouvé en vide-grenier… enfin je crois, j’hésite, je l’ai peut-être récupérée d’un ami qui voulait faire de la place, je ne sais plus 😛 La série s’intitule Les Portes de la Mort et est composée de 7 tomes écrits entre 1990 et 1994. Elle est l’oeuvre de deux auteurs de fantasy américains, Tracy Wickman (c’est un homme, je précise car au départ je croyais que Tracy était un prénom exclusivement féminin) et Margaret Weis. Les deux sont très connus pour une autre série de romans, Lancedragon, qui a été le premier cycle romanesque inspiré du célèbre jeu de rôle Donjons et Dragons. La série Les Portes de la Mort a reçu des critiques assez enthousiastes ^^ Je vous présente aujourd’hui le premier tome, L’Aile du Dragon !

Résumé : Dans tout le Mi-Royaume, il n’y a pas de plus formidable assassin que Hugh-la-Main, l’homme qui a toujours rempli ses contrats. Mais le personnage à assassiner, c’est le propre fils du roi. Qu’est-ce que ça cache ?  Très loin au-dessus de leurs têtes, il y a le Haut-Royaume où vivent les mystériarques. Des dieux ? Non, malgré leurs pouvoirs : une femme qui a perdu le goût de vivre est une être humain, trop humain. Très loin au-dessous de leurs pieds, il y a le Bas-Royaume. « Crac ! » « Boum ! » « Tchic ! » « Bang ! » fait la Bougonneuse-batteuse. Et les petits Guègues la font marcher sans trop savoir pourquoi. Un seul prépare la révolution. Un visionnaire. Très loin au-dessous des Guèges, il y a peut-être aussi les Portes de la Mort, qui donnent accès aux secrets perdus. Mais nul n’en a jamais entendu parler. Alors, qu’est-ce que ça peut bien faire ?

Mon avis : 

Mon édition Pocket est un peu vieillotte, je préfère de loin cette couverture plus récente : les couleurs chaudes vendent du rêve, le bleu du ciel donne envie de s’y élancer sur le dos du dragon au premier plan 😀 On peut voir la ville, mais l’horizon suggère des paysages plus sauvages. Ca, c’est de la couverture de fantasy comme je les aime, elle me rappelle un peu la série des Annales du Disque-Monde de Terry Pratchett 🙂 

J’ai beaucoup aimé la plume des auteurs, qui parviennent à jongler entre les personnages et les atmosphères de manière à conférer à chaque chose son caractère particulier : loufoque, solennel, dramatique ou comique, il y a de tout ! L’univers de la série est assez riche, avec quelques mots inventés qu’on maîtrise assez rapidement : les notes des auteurs sont les bienvenues (dieu merci on échappe au lexique relégué à la fin du livre) et donnent parfois des petites anecdotes complémentaires sur l’univers. On retrouve le trio habituel : elfes, nains et hommes, mais avec une nouvelle mythologie. Le monde a été divisé en quatre parties élémentaires (les mondes de l’air, du feu, de l’eau et de la terre) après un combat titanesque entre deux races d’humains, les Patryns, cruels de nature, et les Sartans, plus idéalistes. Les seconds enfermèrent les premiers dans une prison appelée le Labyrinthe, et disparurent ensuite mystérieusement. Le temps passant, les deux races furent oubliées, et chaque monde établit sa propre culture. Mais les Patryns eux n’ont pas oublié, et un émissaire, Haplo, a finalement réussi à s’échapper du Labyrinthe… 

L’intrigue de ce premier tome se déroule dans le monde de l’air, Arianus. Celui-ci est divisé en trois parties : le Mi-Royaume où se battent humains et elfes, le Bas-Royaume où les nains, embrigadés et ignorants des réalités du monde, triment comme des esclaves pour fournir de l’eau à tout le monde. Dans le Haut-Royaume vivent les mystériarques, de puissants magiciens. Cet équilibre fragile est sur le point de voler en éclat : la révolution gronde parmi les nains, les humains et les elfes s’attaquent à vue, et un mystériarque machiavélique avance ses pions pour établir sa domination sur tout Arianus. 

Les personnages sont hauts en couleur et c’est vraiment dur de reposer le livre : impossible de m’arrêter, même entre deux chapitres ! L’univers est très bien pensé, il y a même un petit guide plus précis sur le fonctionnement de la magie : vous n’êtes pas obligé de le lire si vous ne voulez pas vous prendre la tête, mais on voit que les auteurs ont pensé leur truc de A à Z. J’aime les petits détails ❤ Hugh-la-Main est un assassin froid qui a voyagé dans le monde entier ; malgré lui il se prend d’affection pour sa cible, un gamin pourtant cruel, mégalomane, et qui cache un dangereux secret… A leurs côtés il y a le serviteur Alfred, éternel maladroit qui en sait étrangement beaucoup trop. N’oublions pas le nain (ou Guègue) Lambic, idéaliste binoclard, dévoré par la curiosité et la soif de vérité dans une société où le mot « pourquoi » est banni… 

Bref, vous l’aurez compris, on n’a pas le temps de s’ennuyer dans ce premier tome ❤ Le rythme est trépidant, le récit ne se fait pas prier pour vous faire voyager et découvrir un nouveau monde plein de magie. Je suis au taquet pour le tome suivant, et je vous conseille vraiment la série ! En plus, il paraît qu’à partir du troisième tome ça devient croustillant à souhait 😛 

"

  1. Du coup je suis allée voir les vieilles couvertures sur le net (j’aime les vieilles couv un brin kitsch ^^) et en fait j’avais vu ce livre chez un·e bouquiniste et il me faisait bien envie mais il n’y avait pas la suite, je ne savais pas combien de tomes comprenait cette série (7, j’ai vérifié depuis) et je ne savais pas ce que ça valait. Grâce à toi, c’est bien dans ma liste d’envies 😉

  2. Pingback: Les Portes de la Mort #2 : L’Etoile des Elfes | Coeur d'encre 595

  3. Pingback: Les Portes de la Mort #3 : La Mer de Feu | Coeur d'encre 595

  4. Pingback: Les Portes de la Mort #4 : Le Serpent Mage | Coeur d'encre 595

  5. Pingback: Les Portes de la Mort #5 : La Main du Chaos | Coeur d'encre 595

  6. Pingback: Les Portes de la Mort #6 : Voyage au fond du Labyrinthe | Coeur d'encre 595

  7. Pingback: Les Portes de la Mort #7 : La Septième Porte | Coeur d'encre 595

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s