Les Griffes et les Crocs

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Je crois que le travail à la librairie est vraiment en train de me rentrer dans la peau : maintenant je fais des cauchemars où les clients me harcèlent des deux côtés de mon lit, mes draps ont la couleur du papier cadeau qu’on utilise et je n’arrive parfois plus à dire si je suis à la caisse ou dans ma chambre ^^’ Le jour de repos va faire du bien X’D

Nouvelle chronique littéraire ! Les chroniques du dimanche marchent bien pour l’instant, j’espère que je vais pouvoir continuer sur cette lancée ^^ Je vous présente un nouveau cadeau de ma p’tite Maman, un roman de fantasy très particulier qui s’intitule Les Griffes et les Crocs, écrit par Jo Walton en 2019. Pourquoi particulier, eh bien tout simplement car le cadre de l’histoire est semblable à celui d’une société victorienne, avec le même souci des convenances et des bonnes moeurs. Cependant, il y a une petite différence : les protagonistes sont des dragons 😀 

Résumé : Bon Agornin a eu une longue et belle vie, mais sa fin est proche, il le sent. Étendu près de son trésor, il attend la mort. Toute sa famille est réunie pour vivre avec lui ses derniers instants : ses deux fils et ses trois filles, ainsi que son gendre, l’Illustre Daverak qui héritera de son domaine. Bon Agornin tient absolument à se confesser à son fils aîné, il veut partir absous de ses péchés, d’autant que ceux-ci sont immenses : afin de pouvoir devenir un dragon de soixante-dix pieds de long, capable de voler et de cracher du feu, il a dévoré son frère et sa soeur – les carcasses de boeuf ne suffisent pas pour mener à bien une telle entreprise…
« Je n’ai pas eu le choix », se justifie-t-il, dans son dernier souffle. Avant d’être dévoré à son tour par ses héritiers, comme le veut la tradition chez les dragons. Hommage aux romans victoriens d’Anthony Trollope, délicieuse chronique d’une société de cannibales à écailles, Les Griffes et les Crocs a reçu le World Fantasy Award. Vous n’avez jamais lu un roman de dragons comme celui-ci.

Mon avis : 

J’aime beaucoup la couverture, qui imite l’apparence d’un vieux livre usé et relié en maroquin sombre. Dommage que le carton soit lisse, ça aurait été la touche finale d’avoir un beau relief imitant le cuir ^^ La décoration aussi est très sympa, sans l’effet de dorure, mais très jolie tout de même ; entre le décor végétal et les silhouettes de dragon, il y a un petit compromis qui est fait entre un style ancien et une esthétique plus moderne. 

Jo Walton a très bien su gérer son affaire, on croirait vraiment lire un roman victorien, avec de subtiles touches d’ironies comme je les aime ^^ L’auteure explique d’ailleurs qu’elle est une grande amatrice des romans victoriens, sans pour autant être aveugle à leurs préjugés, en particulier concernant les femmes. C’est pourquoi elle a choisi d’écrire un roman victorien où ces préjugés de romances deviendraient des lois biologiques : dans ce monde de dragons, la couleur des écailles varie en fonction du statut social. Ainsi, les jeunes dragonnes sont dorées, mais dès qu’un dragon les touche ou qu’elles tombent amoureuses, elles prennent une couleur rose, qui tire vers le rouge lorsqu’elles ont des enfants. Le passage à la couleur rose indique donc que la dragonne doit impérativement se marier, sous peine de subir une disgrâce sociale. De plus, la cruauté du monde victorien devient littérale ici : les dragons peuvent gagner en taille, en puissance et même en statut social en consommant la chair d’autres dragons. Le roman mêle donc de façon habile un monde littéralement cruel, et le vernis hypocrite des bonnes mœurs de la société. 

Le roman nous fait suivre les déboires des enfants de Bon Agornin : après la mort de leur père, la fratrie est dispersée et doit composer avec un héritage à moitié spolié. De plus, Haner et Selendra, les deux dernières filles de Bon, sont encore des dragonelles inséparables et non mariées : elles doivent impérativement recevoir protection et soutien, jusqu’à l’inévitable mariage. Haner se retrouve chez son cruel beau-frère, tandis que Selendra rosit par la faute d’un dragon sans vergogne qu’elle hait, et doit le dissimuler par tous les moyens pour éviter le mariage. Quant à leurs frères, Penn lutte contre le poids d’un horrible secret confié par son père sur son lit de mort ; Avan ne décolère pas d’avoir été privé d’une partie essentielle de son héritage, et intente un procès pour récupérer ce qui lui est dû. 

J’ai vraiment adoré ce roman, j’y retrouve en une seule histoire tout ce que j’aime ! Tous les thèmes sont présents : la société victorienne, la romance victorienne, le féminisme, la fantasy, les clivages sociaux d’une hiérarchie impitoyable, c’est absolument délicieux ❤ Il faut se faire à quelques petites nouveautés bien sûr, comme les coutumes dragoniques, ou les titres de noblesse, mais tout est glissé en douceur dans le récit. L’histoire des dragons n’est pas en reste, et on comprend qu’ils ont longtemps été en conflit avec un peuple nommé les Yarges : c’est assez facile de deviner qu’il s’agit des humains, et j’aurais aimé les voir plus tôt dans le récit, mais il y a déjà tellement de choses que ça aurait pu faire un trop plein. Petit touche qui m’a fait sourire : la mode. Les dragons ne portent pas de vêtements bien sûr, en revanche ils portent des chapeaux, et j’aurais adoré voir une illustration de dragon avec un tout piti chapeau haut de forme. Moi je dis, j’en ferai un dessin, c’est absolument délicieux à imaginer XD 

Bref, un roman que je vous conseille absolument, que vous aimiez la société victorienne ou la fantasy, ou même les deux 😀 

"

  1. Je l’ai fini vendredi et j’ai adoré !!
    J’aime bien que les Yarges soient si peu présents physiquement ; on sent tout de même leur présence tout au long du roman ☺
    Je veux voir ton futur dessin de dragon avec son chapeau !

  2. Pingback: Les griffes et les crocs – Jo Walton | OmbreBones

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s