Norma

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ^^ Et vous savez quoi ? Ca y est !! Je me suis lancée, en retard mais quand même, le blog a désormais un compte bookstagram 😀 N’hésitez pas à y faire un tour et à me donner des conseils d’autres comptes à suivre, je ne connais pas bien ce réseau donc ça prendra du temps pour que je m’y sente à l’aise 🙂

Nouvelle chronique littéraire ! Un petit roman que ma p’tite Maman m’a offert, décidément elle me gâte beaucoup trop ! Sofi Oksanen est une auteure finlandaise que je ne connaissais absolument pas avant de lire ce roman, mais elle est très connue en Finlande, notamment pour son roman Purge qui a reçu l’ensemble des prix littéraires du pays ! Norma est son dernier roman, paru en 2017 en France ; il s’agit d’un polar avec une légère touche de fantastique.

Résumé : Le corps d’Anita Ross vient d’être retrouvé dans le métro de Helsinki. Les témoins sont unanimes : elle s’est jetée sur les rails.
Norma, sa fille unique, refuse d’y croire. Anita ne l’aurait jamais laissée seule avec son secret : ses cheveux sont vivants, ils ressentent des émotions, s’animent et poussent si vite qu’elle est obligée de les couper plusieurs fois par jour.
Prête à tout pour connaître la vérité, Norma décide de retracer les derniers jours de sa mère, allant jusqu’à se faire embaucher dans le salon de coiffure où elle travaillait. Ses découvertes font ressurgir un passé trouble qui n’est pas sans susciter l’attention d’un puissant clan de la mafia locale…

Mon avis : 

La couverture est à la fois intrigante et assez jolie, de quoi nourrir nos fantasmes d’enfant sur les beaux cheveux longs, et faire résonner avec une certaine princesse Disney ! Mais l’histoire sera ici bien plus sombre. En tout cas, je sais pas vous, mais j’ai une envie de passer la main dans ses cheveux, ils ont l’air si soyeux 😀

Honnêtement, ça n’a pas été une lecture fantastique pour moi, j’ai eu du mal avec l’écriture de l’auteure, et sa façon de présenter l’intrigue. Dans l’ensemble, je l’ai trouvé froide en fait, je n’ai pas de meilleur mot : même le personnage principal semble distant et impersonnel. C’est sans doute à cause du fait que sa particularité la force à être méfiante avec tous, et à ne jamais se leurrer, mais je n’arrive pas à l’apprécier. Même à la fin, j’ai toujours cette impression de distance et de froideur ; j’ai même l’impression que rien n’a changé pour elle. Et en fait, c’est pour tous les personnages que cette impression se généralise : c’est froid, et surtout tout semble tellement vain ! Tous ont l’air d’être pris à leur propre jeu, et ceux qui restent ne sont guère plus sympathiques à mes yeux, ce sont des prédateurs en devenir.

Dès le début j’ai eu un problème pour m’y retrouver avec les différents personnages : les premiers chapitres les énumèrent sans mentionner les liens entre eux, et c’est uniquement après la première centaine de pages que j’ai réussi à m’y retrouver :/ Même problème avec l’intrigue qui était assez floue jusqu’à ce que j’avance et que je comprenne qui gère quoi et comment ça s’insère dans l’intrigue. C’est clair que c’est une lecture qui fait travailler pour le coup !

Pourtant, il y avait des thèmes plutôt intéressants, et l’histoire aurait pu être franchement sympa : il y avait toute une intrigue autour du monde de la coiffure et de ses dérives commerciales prédatrices ; de même avec la question de la femme en tant qu’objet, un simple ventre ou une simple tête pour fournir à d’autres ce qu’elles ont de plus beau. Forcément, il y a aussi du coup la question du clivage entre riches et pauvres. Enfin, j’avais bien aimé l’idée qu’à cause d’une mutation génétique, certaines femmes aient des cheveux magnifiques, qui poussent en une journée, et qui ont même une forme de volonté propre ; il y avait une vraie beauté dans cette idée, et dans l’enquête d’Anita et Norma pour retrouver leur passé, et les femmes de leur famille.

Bref, je ressors déçue de cette lecture que je n’ai pas réussi à apprécier, malgré de bonnes idées. Je n’ai tout simplement pas aimé le traitement des personnages, et le détachement avec lequel cela semblait raconté.

"

  1. Je crois que j’ai son roman « Purge » chez moi, il faudrait que je vérifie !
    Je comprends le souci pour les personnages et j’avoue que ça doit être particulier à lire, je ne suis pas sûre de me laisser tenter par ce titre pourtant mystérieux. Merci pour ton avis!

  2. Ça fait pas mal de temps que j’hésite à le lire, mais tout ce que je redoute est mentionné dans ta chronique :-S
    J’ai lu Purge il y a quelques années : l’intrigue y est plus « concrète », j’avais vraiment beaucoup aimé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s