Premières lignes… #121

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Je ne me rendis pas compte qu’il s’agissait d’un loup-garou.
Mon odorat n’est pas à son meilleur quand il est saturé de cambouis et d’huile de vidange, et ce n’était pas comme s’il y avait beaucoup de loups-garous errants qui galopaient dans le coin. Aussi, quand j’entendis, près de mes pieds, quelqu’un s’éclaircir la voix pour attirer mon attention, je crus d’abord que c’était un client.
Je me trouvais sous le compartiment moteur d’une Jetta, affairée à y réajuster une boîte de vitesses que j’avais réparée. L’un des désavantages d’être seule à m’occuper d’un garage, c’est que je devais interrompre mon travail dès que le téléphone sonnait ou qu’un client s’annonçait. Ca me mettait en rogne, ce qui n’est jamais une bonne chose quand on tient un commerce. Mon fidèle employé de bureau et aide-mécano était parti à l’université, et je n’avais pas encore eu l’occasion de le remplacer – sans compter que trouver quelqu’un pour faire ce qu’on ne veut pas faire n’est pas tâche aisée.
– Je suis à vous dans une seconde, lançai-je, en essayant de dissimuler mon agacement.
J’essaie, autant que possible, de ne pas effrayer mes clients éventuels.
Avec les vieilles Jetta, les bras hydrauliques ne servent à rien, les seuls qui peuvent caser la boîte de vitesse dans son compartiment biscornu sont actionnés par des muscles solides. Parfois, être une femme a ses avantages dans mon boulot, comme mes petites mains qui se glissent dans des endroits inaccessibles à de grandes pattes viriles. La plupart du temps, je mets amplement à profit l’effet levier, mais parfois rien ne se substitue à la puissance musculaire. Là, j’en avais tout juste assez pour maintenir la boîte en place.
Avec un grognement, je la calai avec une main et mes genoux et, de l’autre main, je l’amarrai d’un premier écrou. J’étais loin d’avoir terminé, mais au moins cette boîte resterait-elle en place en attendant que je m’occupe de mon client.

"

  1. Pingback: Premières lignes #221 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières lignes – 22 juin | Lady Butterfly & Co

  3. Pingback: Premières lignes #222 – Ma Lecturothèque

  4. Pingback: Premières lignes – 30 juin | Lady Butterfly & Co

  5. Pingback: Premières lignes #223 – Ma Lecturothèque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s