La Machine de Léandre

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! J’en ch*e des pendules excusez-moi du terme, mais j’avance à vitesse grand V dans la rédaction de mon mémoire, c’est fatigant et satisfaisant à la fois. C’est fatisfaisant. J’avance tellement bien mon directeur de recherche me propose de soutenir non pas en septembre… mais en juin. Bon ben, je retourne à mes pendules…

Nouvelle chronique du dimanche ! Et encore un nouveau titre steampunk, avec un roman paru chez ActuSf. Notez d’ailleurs que je suis désormais dingue du catalogue de cette maison d’édition, faudrait que je vois s’ils ne proposent pas de partenariats avec des blogueurs 😀 Bref ! Je vous présente La Machine de Léandre de Alex Evans, paru en 2019 ! Et accompagné d’ailleurs à la fin d’une petite nouvelle en cadeau bonus, parce que quand il n’y a plus, y en a encore ^^ Autre chose à savoir, l’auteure a écrit plusieurs autres romans dans le même univers que celui décrit dans La Machine de Léandre, mais à des époques différentes, par exemple Soeurs Sorcières. Est-ce que j’ai prévu de tous me les acheter ? Bien sûr que oui XD

Résumé : Constance Agdal, excentrique professeur de sciences magiques, n’aspire qu’à une chose : se consacrer à ses recherches et oublier son passé. Malheureusement, son collègue disparaît alors qu’il travaillait sur une machine légendaire. La jeune femme le remplace au pied levé et fait la connaissance de Philidor Magnus, un inventeur aussi séduisant qu’énigmatique. Bientôt, une redoutable tueuse et un excentrique et un richissime industriel s’intéressent à ses travaux, sans oublier son assistant qui multiplie les maladresses et un incube envahissant…

Mon avis : 

J’aime beaucoup les couleurs de la couverture, dans les tons rouges et verts :3 Bon bien sûr, un daltonien aura peut-être plus de mal à apprécier. La ville dépeinte est assez marrante, entre le XIXème siècle (le train, le dirigeable,…) et une cité de fantasy (les grandes murailles, les dômes, la grande plaine au loin,…). Mention spéciale pour la jeune femme au chignon roux et ébouriffé, j’ai toujours eu un faible pour les gros chignons roux et ébouriffés 😀 La figure de la jeune fille au balcon tend toujours à évoquer la romance, mais ici le personnage a l’air plus décidé et pragmatique, peut-être à cause du gilet et de la coiffure ?

J’ai adoré cette lecture, aussi détente que divertissante, avec une plume qui ne vous laisse pas le temps de souffler, et une bonne dose d’ironie ^^ L’univers mis en place m’a tout de suite emballée : la magie est revenue dans le monde après plusieurs siècles où la technologie et/ou la religion ont régné en maître, et elle est désormais étudiée comme une science. Il y a bien sûr toute la problématique historique pour retrouver les anciennes pratiques magiques, mais aussi l’impact de la religion de la Voie, semblable au christianisme (et si je m’écoutais j’ajouterais l’Inquisition…) et qui s’est employée à éradiquer toute trace de magie. Avec bien sûr une bonne grosse pincée de sexisme, m’enfin bon c’est le passage de la crise médiévale ma bonne dame !

La société dépeinte ressemble à un XIXème siècle victorien, mais l’univers est riche, et on nous laisse entrevoir notamment la civilisation des Méralais (équivalent géographique de l’Afrique ?), où les moeurs sont totalement différentes, avec par exemple la parité acquise pour les femmes ; ou encore la ville de Tourmayeur dans la nouvelle bonus, entre ruines d’un passé magique et doctrine ultra-rigoriste religieuse. Tout ça pour vous dire que ce roman est une porte ouverte sur une aventure, et surtout sur tout un monde :3 En même temps que la magie, on découvre donc une histoire de la magie, et j’ai adoré le principe du tressage des enchantements ! Ca me rappelle quelque chose que j’avais vu, ou lu, il y a longtemps, que la musique était la plus ancienne des formes de magie ❤ Au menu : sortilèges, technologie et magie entremêlées, et même des démons petits veinards ! J’ai aussi beaucoup aimé les principes d’apogée et d’abîme qui régissent l’utilisation de la magie, et surtout l’une des scènes qui les explique qui m’a beaucoup fait rire !

Il dit avec la brutalité propre aux médecins :
« J’ai lu dans un traité ancien que la forme la plus fréquente de cette
apogée consistait en une sorte de frénésie amoureuse. La seule façon de l’apaiser et retrouver sa santé mentale était de commettre un acte que la décence m’interdit de nommer.
Je toussai.
– C’est exact.
– Cela ne me semble pas très grave. D’après ce même texte, les chamanes s’entouraient de jolies jeunes créatures justement pour cette occurrence… Cela ne poserait pas un problème insurmontable…
Je n’allais pas laisser passer celle-là :
– La moitié des chamanes étaient des femmes.
Il y eut un silence choqué qui dura quelques secondes.

Constance est un personnage génial à suivre, elle est pêchue, c’est une tête de pioche, et elle a un passé sombre et mystérieux qui la rend encore plus attachante. Elle est pleine de contradictions, entre son éducation marquée bien malgré elle par la Voie, et son pragmatisme à toute épreuve (ou presque du coup). L’imaginer travailler avec Philidor ou Hamilcar, ça peut paraître idiot mais ça m’a passionnée, même si je n’y comprenais pas grand chose ! J’ai beaucoup aimé aussi son duo avec Albert ^^ Philidor est intéressant comme personnage, mais il y a tellement à dire que du coup je me dis qu’on a sans doute vu qu’une toute petite partie de ce qu’il est réellement ; idem pour Hamilcar le Méralais, je crève d’envie de voir à quoi ressemble son pays 😀 Et surtout surtout, j’aurais beaucoup aimé en savoir plus sur Athénaïs : puissante, ancienne démoniste, a une passion pour les armes… en un mot, badass ! J’espère qu’on la retrouve dans d’autres romans !

Et pour la petite nouvelle… surprise ! Ca a été une surprise pour moi de la découvrir et d’avoir un peu de rab du talent d’Alex Evans, alors il faut que ce soit la surprise pour vous aussi 😛 Et vous, avez-vous déjà lu de ses romans ? :3

"

  1. Pingback: Vaisseau d’Arcane #1 : Les Hurleuses | Coeur d'encre 595

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s