Tag : Si vous étiez une héroïne de comédie romantique…

Par défaut

Salutations bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Et voici le retour de mes petits tag spécial JDR ^^ Je vous avais déjà proposé « Si vous étiez bibliothécaire » et « Si vous étiez lecteur« , maintenant j’ai envie de corser un peu la donne ! Vous savez, je suis très difficile en matière de romances et de comédies romantiques, au point de les fuir quand j’en vois trop d’affilée ; elles finissent par toutes se ressembler et je finis par compter les clichés. Alors autant en rire 😀

Le principe est toujours le même : je vous pose 20 questions pour vous mettre dans la peau du personnage que vous inventerez, un peu à la manière d’un jeu de rôle. Vous pouvez y répondre en restant vous-même ou pas, mais l’idéal c’est encore d’être aussi inventif et créatif que possible ! Vos réponses ne sont pas obligées de tenir compte de la réalité ou des lois physiques 😉 

Comme pour les autres tags, j’ai demandé à une amie d’être ma victime sacrificielle, et de jouer le jeu en répondant à mes questions ^^ Marion avait fait une bibliothécaire formidable, Benjamin nous avait montré quel lecteur fantabuleux il est, cette fois-ci je vous présente Anne-Cécile ! Grâce et Elégance se sont penchées sur le berceau de cette jolie brune, qui est impeccable en toute circonstance, et tellement brillante qu’elle a réussi le terrible concours de l’Ecole des Chartes. Le Coronavirus provoquera l’Apocalypse et la Troisième Guerre Mondiale, mais Anne-Cécile sera toujours parfaite et adorable, elle nous sauvera et deviendra notre nouvelle déesse. Attention toutefois à ne pas abuser de sa bienveillance, sous peine de subir une répartie si cinglante que vous en deviendrez muet à vie. Ou au moins le temps de trouver une bonne réplique, ce qui est pratiquement impossible. Et j’ai ri comme une bossue en lisant ses réponses à mes questions XD

Te voilà transportée sans pitié dans le monde des cœurs, des émois, et de la nunucherie assumée. Quelle est ta réaction ?

Un peu de douceur et d’amour, ces temps-ci, ne peut nous faire que du bien !

  • Bon, je vais être magnanime et te laisser le choix de l’époque : quand donc se déroulera ta fantastique et merveilleuse histoire d’amour, tellement belle que tu en pleures des paillettes ? 

Les années 1900. L’époque où l’homme avait une foi aveugle dans le progrès et où les catastrophes n’étaient pas encore venues lui donner tort. Où pour séduire une femme, on notait un nom dans un carnet de bal. Où l’élégance et l’esthétisme étaient tellement présents… Je m’arrête. Je pleure, non pas des paillettes, mais des larmes de nostalgie.

  • Revoyons d’abord ton uniforme : décrit ta tenue et ses nuances de rose ! (couleur non optionnelle)

Un cardigan en mohair rose clair, un nœud en velours fuchsia, un camée et un béret ro… ah, on me dit dans l’oreillette que ces vêtements ont déjà été portés par Dolores Ombrage. Comment ça, maintenant que c’est choisi je ne peux pas en changer ? Attendez, je ne vais pas rester avec ça toute ma vie quand même ? Donnez-moi au moins la baguette magique !

  • Parce que tu t’ennuies dans ta petite vie monotone et sans intérêt, tu t’occupes en chantant, telle une héroïne Disney. Quelle chanson vas-tu chanter, et pour quelle activité ?

Comment chanter autre chose que Love Story de Taylor Swift, incarnation chantée du rose et de la paillette ? Quant à l’activité, ce sera probablement le ménage : il paraît que c’est moins insupportable quand on l’accompagne d’une chanson cucul, alors autant en profiter. Et ça me fera encore plus ressembler à une princesse Disney. Je fais attention à rester dans le thème, t’as vu.

  • Tu lis aussi, beaucoup, et que des romans à l’eau de rose (romanception) ou à la rigueur des guides pour atteindre la paix intérieure : quels sont leurs titres ?

Calme et attentif comme une grenouille. C’est un livre de yoga pour enfants dont j’ai vu la publicité dans le métro. Question paix intérieure, je me pose là.

  • Tout le monde te trouve bizarre, et ils n’ont pas tout à fait tort : ces deux raisons font que tes seuls brins de causette se font surtout avec des animaux. Mais lesquels ? (moineau, licorne, chat à pois roses ?)

Bruni, de La Reine des Neiges II. Non mais sans rire. Il est chou. En plus il est rose quand il se met en colère.

  • C’est jour de marché, tu t’y rends (en dansant), et entre un bocal d’oeufs au vinaigre et la cage d’un coq en fin de vie, tu as un coup de foudre. Peu importe qu’il soit aussi commun qu’une tranche de pain de mie, tu sais que c’est l’amour de ta vie : décris ta réaction et tes tentatives d’approche énamourées.

Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ; un trouble s’éleva dans mon âme éperdue… Tiens, c’est pas mal cette phrase. Faudrait peut-être en faire un poème à l’occasion… Ou une pièce de théâtre. Mais reprenons nos esprits. La dernière fois que j’ai dû courir après quelqu’un, c’était après le chat de ma voisine et je l’avais appâté à coups de boîtes de sardines le menant droit jusqu’à la maison. Mon instinct féminin infaillible m’avertit néanmoins que l’objet de mon affection n’est pas un chat mal élevé, mais un beau brun ténébreux. Je remplace donc les sardines par des muffins à la myrtille.

  • Tu ne sais pas trop comment, mais tu as réussi à obtenir le nom de ton âme soeur. Quel est-il ?

Carloman-Théobald. Ses parents ont l’air d’aimer le haut Moyen Age. On fera avec…

  • Le soir même, tu racontes tout à ta meilleure amie, avec beaucoup de détails qui n’ont jamais existé. Décris cette meilleure amie.

C’est la confidente parfaite des tragédies classiques : elle parle peu, me laisse les plus belles répliques et débrouille toujours les situations compliquées sans rien me demander en échange. Non, vraiment, je l’ai bien choisie…

  • Ta meilleure amie t’a donné des astuces et recettes in-croy-âââbles ma chérie pour te rendre belle des oreilles aux orteils : donne-nous en un ou deux exemples !

Pour rendre les cheveux blonds, il faut prendre des lézards verts, en retirer la queue et la tête et les faire cuire dans de l’huile qu’on appliquera ensuite sur les cheveux. Recette authentique trouvée chez Roger Bacon, un savant du XIIIe siècle. Si ce sont les Anciens qui le disent…

  • Vous passez des heures ensemble ton Jules et toi, à soupirer de concert et à vous effleurer le bout des doigts. Cependant, il a un petit défaut qui te perturbe tout de même : quel est-il ?

Il a un goût vestimentaire déplorable. Soit les couleurs jurent, soit les motifs sont dépareillés… « C’est vraiment pas possible ma chérie ! »

  • Mais tout s’explique, et ton coeur fond de nouveau devant cet homme si viril et sensible à la fois, un sombre traumatisme qui lui vient de son passé, et que toi seule saura apaiser par la force de ton amour : raconte-nous tout.

A l’âge de cinq ans, il a perdu sa mère entre deux rayons de chez Desigual et est resté une demi-heure entière parmi les manteaux tous plus improbables les uns que les autres. D’où sa haine des magasins de vêtements, et une incapacité totale à assortir les couleurs.

  • Ton coeur saigne et l’univers s’écroule… Il était avec une autre fille. Comment réagis-tu ?

Je tourne un clip musical déchirant sur la situation, c’est ce que font toutes les pop stars, non ? Tiens, Angel Eyes d’Abba dans Mamma Mia 2 me semble parfaitement approprié !

  • Retournement surprise au bon goût de trahison, cette vile gourgandine n’était autre que ta meilleure amie. Imagine une vengeance à la hauteur de cette infamie.

Je la bannis de mon groupe d’amis ultra-sélect’ ! Elle fera moins la fière, quand elle n’aura plus l’immense privilège de me voir et de me parler tous les jours ! (insérer ici un mouvement dramatique de la tête, faisant danser mes merveilleux cheveux blondis grâce à ses conseils)

  • Tu t’empares de la balle et c’est le but ! Premier baiser, félicitation, tu as des papillons dans le ventre, tu ne sais absolument pas dans quel sens faire tourner ta langue et tu te demandes si le filet de bave au coin de vos lèvres est bien normal. Comment se finit la nuit ? (clin d’oeil clin d’oeil)

Un shopping pour renouveler sa garde-robe, parce que, vraiment, c’est plus possible.

  • Catastrophe, enfer, désespoir, chaussette sale : tes parents n’approuvent pas cette passion ô combien scan-da-leuse, et veulent t’empêcher de voir ton grand amour. Que faire ?

Je fuis avec lui ! Comme Rose prévoyait de le faire avec Jack à l’arrivée du Titanic en Amérique ! Mais moi, j’emporte le cœur de l’Océan dans mes bagages.

  • Suite à un quiproquo aussi ridicule qu’improbable, ton bel amant ne peut plus te voir en peinture : quel est ton plan pour le reconquérir ?

Une dissertation en trois parties, trois sous-parties, avec une problématique (« pourquoi tu devrais me laisser une chance ? »), des transitions soignées, un exemple en début d’introduction et un autre en ouverture de conclusion. Qui ne cèderait pas face à quelque chose d’aussi parfait ?

  • C’est le moment de la course-poursuite, alors que Roméo s’apprête à prendre insérer moyen de transport ici (son attelage de dauphins) pour aller dans la lointaine contrée du Bourg de la Tronchenbiais. Des obstacles absolument terrifiants et insurmontables se dressent sur ton chemin, quels sont-ils ?

Ma meilleure amie. Enfin, mon ex-meilleure amie. Visiblement, la bannir de mon groupe ne l’a pas intimidée autant que je le croyais. Elle est vraiment très forte ! Je la ralentis en lui jetant à la figure l’intégralité de l’ancienne garde-robe de Carloman-Théobald, telle des peaux de banane dans Mario Kart.

  • Comme dans toute bonne comédie romantique cucul qui se respecte, vous organisez un mariage puant le luxe et la bourgeoisie, avec assez de monde pour remplir le Titanic (par contre vous n’avez aucune idée de leurs noms, faut pas trop vous en demander non plus) : décris-nous un peu ce mariage de rêve.

Mon ex-meilleure amie sert le champagne à tous les invités sans avoir le droit d’en boire une goutte : douce vengeance qui rend dérisoires toutes les autres beautés de la cérémonie…

  • Te voilà casée, mariée et bien mariée, ta joie déborde telle une bouche d’égout un jour de pluie. Tu rougis quand ton cher et tendre vient s’allonger à tes côtés, et avant même que tu ne te rendes compte qu’il vient de flatuler sous les draps, vient la fatale question : « Alors, heureuse ? »

La baguette magique de Dolores Ombrage est toujours dans la poche de mon cardigan. Je me rue dessus, transforme Carloman-Théobald en crapaud et le jette dans la mare la plus proche. Il n’a qu’à chercher une princesse de conte de fées pour le délivrer !

Alors, est-ce que cette romance vous a plu ? ^^ Dites-nous tout ! Et comme ce serait trop bête de ne pas faire tourner, je vais taguer de nouvelles futures héroïnes de romance pour voir comment elles vont s’en sortir, mouahahah 😀 Sorbet-Kiwi, Vampilou fait son cinéma, Mon Paradis des Livres, The Teapot Library, Kimysmile et Temps de Mots, est-ce que vous relevez le défi ? 🙂 Bien sûr, si vous n’êtes pas cité mais que le tag vous branche, reprenez-le, c’est cadeau !  

"

  1. Oh, que vois-je dans les lectures en cours : Lady Mechanika ! J’espère que ça te plaira autant qu’à moi 🙂

    Super sympa ce tag, les questions et les réponses sont top !! C’est drôle, décalé et poétique, bien joué les filles 😀

  2. Haha cette idée de tag est rigolote ! On va se pencher dessus pour TDM, à voir qui de Rinne ou moi (ou les deux xD) va prendre part à l’aventure, merci pour la nomination 😛

  3. Pingback: Tag: Si vous étiez une héroïne de comédie romantique… | Sorbet-Kiwi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s