La Malédiction des Dragensblöt #1

Par défaut

Salutations bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Toujours avec mes acouphènes, on va dire qu’au moins j’arrive à m’habituer au bruit la plupart du temps… De toute façon je dois attendre environ un mois et demi pour passer une IRM et espérer trouver ce qui cloche. Le bruit blanc n’a jamais été autant mon ami, et si je pouvais, je ferais un gros bisous à la demoiselle qui gère la chaîne Youtube ASMR Rooms, je ne peux plus m’en passer ^^’ 

Nouvelle chronique littéraire les p’tits choux à la crème ! Mon deuxième SP (fierté non dissimulée) chez les éditions Michel Lafond ! Un gros gros merci à Camille Groelly pour cette nouvelle découverte ^^ Je ne connaissais pas du tout Anne Robillard, et c’est en me renseignant après avoir reçu le livre que j’ai découvert qu’elle avait fait plusieurs séries-fleuves comme Les Chevaliers d’Emeraude (et du coup j’ai un peu eu l’impression de m’être fait piéger XD ). Voici sa nouvelle série, La Malédiction des Dragensblöt ! J’ai dévoré ce premier tome avant même de m’en rendre compte, moi qui voulait éviter de me lancer dans une énième nouvelle série, tant pis, je craque 😛  

Résumé : Perdu dans un brouillard londonien, Samuel Andersen échoue devant les grilles d’un mystérieux manoir. Très vite, il comprend que ce n’est pas un lieu ordinaire : le feu de cheminée ne s’éteint jamais, le portail s’éloigne dès qu’on tente de s’en approcher… et dans un immense couloir sont alignées quarante-six étranges portes, toutes fermées à clef. Plus bizarre encore, le manoir est occupé par les ancêtres de Samuel.
Pire, ces spectres sont privés de repos à cause d’une malédiction jetée sur leur famille, les Dragensblöt. Trouver la porte, briser la malédiction.

Mon avis : 

Une couverture assez sympa, avec une belle enseigne de dragon qui pète la classe, et des flammes, parce que les flammes c’est cool 😀 Bon, le résumé fait davantage penser à une histoire gothique avec fantômes et manoir hanté, et la couverture évoque plutôt de la fantasy avec dragons, créatures fantastiques et autres. Au final, c’est un p’tit mix pas trop mal fait des deux, donc c’est cool ^^

Je découvre la plume d’Anne Robillard, et je comprends pourquoi on l’apprécie autant : fluide et prenante, impossible de lâcher l’histoire ! Et puis, j’ai un petit (gros) faible pour les histoires de fantômes et de manoir hanté. Cette malédiction familiale est super intéressante, et j’ai hâte de découvrir cette fameuse sorcière. Au début, je dois avouer que j’étais un peu dubitative dans le sens où on ne la voit apparaître que par des on-dits et des suppositions, sans réel témoignage visuel ; tout le monde lui attribue la responsabilité de la mort de tout le monde, mais après tout les accidents existent aussi ! En fait, le début de l’intrigue avec la découverte du manoir a l’air un peu tiré par les cheveux, et il faut un peu de temps avant que tout ne prenne une réelle consistance. Pas longtemps heureusement,  le tir est corrigé petit à petit, la sorcière existe et je m’en réjouis :3 D’autres secrets et créatures fantastiques interviennent, mais je ne vous en dis pas plus 😉 Le manoir est tout simplement génial, je rêve d’habiter là-bas ❤ Avec le jardin et le grand étang avec un drakkar. Avec les fantômes. Bon et surtout avec Esther qui peut faire apparaître tout ce qu’elle veut, c’est un peu bullshit mais qu’est-ce que ça donne envie ! Ce qui est marrant, c’est que je n’ai eu aucune difficulté avec l’histoire de fantômes et sorcières, mais de voir d’autres éléments fantastiques m’a surprise, agréablement bien sûr :3

On comprend assez vite que l’un des fils rouge de la série va être de découvrir les vies des 46 fantômes familiaux à travers leurs 46 portes. Et c’est passionnant ! Ca fait sans doute un peu voyeur, mais ça nous permet de plonger dans plein d’époques différentes, et de découvrir tout plein d’histoires dramatiques (et j’aime les drames et les récits sanglants) ❤ La série s’annonce assez longue, on a quand même 46 fantômes et donc 46 vies à découvrir (Anne Robillard, je vois derrière votre jeu, et le pire c’est que j’y adhère) ; au départ, je pensais que 46 c’était un peu court pour couvrir presque mille ans d’histoire (le premier fantôme de la famille date de 1066), et puis j’ai fait un rapide calcul et tout fut bien plus clair. En gros, si on admet que 30 ans = une génération, 46×30 = 1380 ans, donc à une dizaine d’année près et en tenant compte des frères et soeurs, c’est correct ! Et ça permet de faire une bonne estimation si vous avez envie de remonter sur 1000 ans dans votre arbre généalogique. Quelque part, avec ces voyages dans le temps et les souvenirs, la série me fait un peu penser à une autre qui s’appelle Le Manoir de Evelyne Brisou-Pellen (que je vous conseille aussi ^^). Qui dit 46 personnages dit aussi 46 caractères différents, et j’admire vraiment Anne Robillard pour avoir réussi à dépeindre autant de personnalités variées, et à toutes les rendre vivantes et attachantes. 

Impossible de ne pas adhérer au personnage principal Samuel : il est attendrissant, son manque de confiance en lui le rend intéressant, et surtout il a beaucoup d’empathie et de courage. C’est un personnage qu’on ne se lasse pas de suivre ! En tant que père il est vraiment touchant, et sa petite fille Emily est déjà très mature pour son âge, leur affection l’un pour l’autre est palpable. Par contre, le beau-père de la petite n’a absolument aucun sens des enfants, c’est une catastrophe. Les 46 fantômes peuvent faire un peu peur dans le sens où ça fait beaucoup de personnages à retenir, mais l’auteure nous laisse le temps de les rencontrer et de les connaître un par un. Sans surprise, j’ai un coup de coeur pour Esther : douce, prévenante, gentille, adorable, et en plus elle écrit ! Son projet d’écriture est comme une mise en abyme de toute la série, et j’attends doublement d’en savoir la fin :3 J’aime beaucoup aussi Ulrik, il a un côté ours mal léché que j’adore ! J’ai hâte d’en découvrir plus aussi au sujet de sa fille Thorfrid. En fait ça vaut pour tous les autres fantômes ^^ 

Bref, le mieux c’est encore que vous découvriez la série par vous-même, pour moi c’est une très belle surprise à laquelle je ne m’attendais pas ! Tant pis pour les bonnes résolutions de ne pas démarrer de nouvelle série, je n’aurai de cesse tant que je n’aurai pas la fin de celle-ci 😀 

"

  1. Pingback: La Malédiction des Dragensblöt #2 | Coeur d'encre 595

  2. Pingback: La Malédiction des Dragensblöt #3 | Coeur d'encre 595

  3. Pingback: La Malédiction des Dragensblöt #4 | Coeur d'encre 595

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s