Premières lignes… #100

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Je me demande de temps en temps ce qui a disparu de cette île en premier.
– Autrefois, longtemps avant ta naissance, il y avait des choses en abondance ici. Des choses transparentes, qui sentaient bon, papillonnantes, brillantes… Des choses incroyables, dont tu n’as pas idée, me racontait ma mère lorsque j’étais enfant.
– C’est malheureux que les habitants de cette île ne soient pas capables de garder éternellement dans leur coeur des choses aussi magnifiques. Dans la mesure où ils vivent sur l’île, ils ne peuvent se soustraire à ces disparitions successives. Tu ne vas sans doute pas tarder à devoir perdre quelque chose pour la première fois.
– Ca fait peur ? lui avais-je demandé, inquiète.
– Non, rassure-toi. Ce n’est ni douloureux, ni triste. Tu ouvres les yeux un matin dans ton lit et quelque chose est fini, sans que tu t’en sois aperçue. Essaie de rester immobile, les yeux fermés, l’oreille tendue, pour ressentir l’écoulement de l’air matinal. Tu sentiras que quelque chose n’est pas pareil que la veille. Et tu découvriras ce que tu as perdu, ce qui a disparu de l’île.
Ma mère me racontait cela uniquement lorsque nous étions dans l’atelier du sous-sol. La pièce, vaste comme vingt tatamis, était poussiéreuse, et le sol était rugueux. Au nord elle donnait sur le lit de la rivière, si bien qu’on entendait l’eau couleur. J’étais assise sur le tabouret qui m’était réservé, et ma mère affûtait son ciseau ou polissait la pierre à la lime – elle était sculpteur – tout en parlant d’une voix tranquille.

Publicité

"

  1. Pingback: Premières lignes #198 – Ma Lecturothèque

    • J’ai lu un autre livre de cette auteure, « L’annulaire », et c’est très particulier, voire un peu glauque, donc il faut aimer et savoir voir l’aspect psychologique je pense 🙂

  2. Pingback: Premières lignes #199 – Ma Lecturothèque

  3. Pingback: Premières lignes # 199 | Songes d'une Walkyrie

  4. Pingback: Premières Lignes #112: Fendre l’armure – Au Bazart des Mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s