Tarot divinatoire made by Juliet #2 : La Grande Prêtresse

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien ! Je continue dans la série des dessins de cartes de tarot, j’espère que le premier vous a plu 🙂 J’avais commencé à vous en parler il y a un mois environ, j’aime beaucoup la symbolique en général et niveau symboles, le tarot est assez riche, et encore c’est un euphémisme. Il y a énormément de variantes dans les jeux de tarot et parmi les différentes versions d’une même carte, donc il n’y a pas vraiment de mode d’emploi.

Je me suis lancée pour dessiner mon propre jeu de tarot, ou du moins les 22 arcanes majeurs (y a aussi 56 arcanes mineurs, qui ressemblent à un jeu de 52 cartes mais avec des symboles différents en gros) que tout le monde connaît plus ou moins ; du coup, je me renseigne sur la symbolique de chaque carte avant de la dessiner, mais c’est très riche et j’ai dû faire des choix. Comme pour le premier article sur la carte du Bateleur (je vous laisse le lien ici), je vais vous expliquer grosso modo la symbolique de la carte numéro 2, celle de la Grande Prêtresse ou de la Papesse, et vous présenter ensuite ma version 🙂 Ah, et vu que les fois où je l’avais fait vous aviez apprécié, j’ai conservé les photos du dessin en cours pour vous montrer la progression 😛

Ce que vous voyez à gauche, c’est la version du tarot de Marseille, qui est généralement la plus connue et celle sur laquelle on se base en général pour étudier la symbolique. Et petit point important justement, la symbolique d’un jeu de tarot peut se lire dans l’ordre des cartes, c’est-à-dire qu’une carte donnée prend en compte le sens de la précédente qu’elle modifie, et annonce le sens de la suivante. J’espère que c’est clair ? Au pire ça ira mieux avec un exemple concret.

La carte de la Papesse s’inspire pour le nom de la Papesse Jeanne, un personnage historique légendaire qui serait parvenue à monter sur le trône papal au IXème siècle malgré la très légère misogynie ambiante. Ceci dit, on l’appelle aussi la Grande Prêtresse, et c’est le nom que j’ai choisi personnellement parce que vive le paganisme ^^ La Papesse représente tout ce qui est la connaissance et le savoir caché, ce qui peut vouloir dire les choses intellectuelles et/ou spirituelles, mais aussi la sexualité. Ce savoir est symbolisé par plusieurs choses : le livre que tient la Papesse, ainsi que par les colonnes et le voile derrière elle : les premières viennent de la franc-maçonnerie et symbolisent la connaissance, et le second est en fait le voile d’Isis qui protège des tentations extérieures. Ceci dit, il peut aussi être le voile à lever pour découvrir la vérité, ou encore le voile de la virginité. La tiare aussi va dans le sens de ce qui est caché, c’est la connaissance de tout ce qui est mystique ou religieux ; comme le Bateleur, la Papesse est donc elle aussi un lien entre le ciel et la terre.

Cette carte doit être analysée par rapport aussi à la précédente, celle du Bateleur. Le Bateleur était debout, regardait à droite, et c’était un homme. Trois choses qui sont inversées dans la carte de la Papesse et pour des raisons bien précises :

  • Elle est assise et donc passive par rapport au Bateleur, mais c’est parce qu’elle prend le temps de l’étude, de l’assimilation et de la compréhension des connaissances ; d’ailleurs, elle a le regard dans le vide et n’est pas en train de lire, car elle réfléchit sur ce qu’elle vient de lire, on est donc loin d’un apprentissage bête et méchant. La Papesse n’est donc pas non plus inactive, et son activité mentale montre qu’il faut aller au-delà des apparences.
  • Elle regarde vers la gauche, car elle se concentre sur tout ce qui existe et a existé (un peu comme une historienne).
  • Enfin, c’est une femme et c’est pourquoi c’est elle qui introduit plus clairement l’idée de sexualité dans le jeu, même si le Bateleur la suggérait déjà ; ce n’est pas non plus un hasard si son numéro est le deux, mais ce n’est pas à entendre dans le sens d’une quelconque infériorité, bien au contraire ! La Papesse complète le Bateleur par l’élément féminin, de même qu’elle est le pendant d’une carte qu’on verra plus tard qui est celle du Pape (ou Hiérophante) ; de plus, le numéro deux évoque aussi l’harmonie entre les deux éléments forts de la carte, la femme et le livre, ou encore l’humain et la connaissance. Donc pour conclure, la Papesse, c’est le Bateleur qui a trouvé à la fois l’harmonie et les appuis intellectuels qui lui faisaient défaut.

Voilà, j’espère que tout ça est un peu plus clair pour vous, d’ailleurs vous pouvez voir sur Google Image les différentes versions qui existent de la carte, c’est assez amusant de voir comment chaque jeu interprète le personnage. Et du coup, voici ma version de la carte !

Alors là, j’avoue que je me suis fait plaisir. En même temps, cette carte me parle beaucoup, et de ce que j’ai pu voir pour l’instant (je suis loin d’avoir fait tout le jeu), c’est celle qui pourrait me correspondre, enfin je crois. Je voulais un gros arbre déjà, un chêne parce que de tous temps, cet arbre a été respecté voire vénéré pour sa longévité, sa force, j’en passe et des meilleures. Bon j’ai galéré un peu pour les branches ^^’ Plutôt que de donner une tiare, j’ai dessiné des cornes de cerf pour faire le lien entre Ciel et Terre : dans la religion chrétienne, le cerf est le symbole du Christ par exemple, et de tous temps on a associé cet animal à la force vitale et à la noblesse. Ses vêtements dérivent surtout de mes préférences du moment ^^ J’ai repris l’idée des colonnes et du voile, mais en les faisant un peu moins lisse et romaines, et plus dans une sorte de style plus naturel et « menhir » ; j’ai essayé de suggérer une source de lumière derrière pour suggérer la quête de la connaissance et de la vérité. Et le lapin, comme pour la carte précédente, c’est ma marque de fabrique 🙂 Pourquoi l’oreille clouée, ben que serait un dessin si je n’y mettais pas un élément bizarre u.u

Enfin, je voulais vraiment m’inspirer du style celtique, je ne sais pas si c’est réussi, et en désespoir de cause j’ai bourré les symboles sur le piédestal du livre ! Il y en a beaucoup, en fait je me suis inspirée d’un site qui donne la signification des tatouages celtiques, et je vous encourage à y jeter un oeil : déjà je ne pourrais pas tout vous dire, il y a beaucoup trop pour un seul article (ceci dit si vous êtes intéressés je serai ravie de parler davantage de symbolique sur le blog), et ensuite c’est super instructif, moi je me régale sur des sites comme ça ❤

  • J’ai repris pas mal de symboles qui incluent le chiffre 3, comme le triskel. Pourquoi le 3 et pas le 2, ben tout simplement parce que chaque carte de tarot appelle la suivante (en l’occurence l’Impératrice) : un homme, une femme, le miel, les abeilles, j’ai pas besoin de vous faire un dessin ! Après, ces mêmes symboles ont plusieurs interprétations comme le ciel, la terre et la mer, ou encore le passé, le présent et le futur.
  • La spirale qui évoque l’évolution de l’univers, ainsi que le cycle de la vie en ce que tout doit retourner à un moment où un autre à un point de départ
  • Le triban, ou arwen (les trois traits dans plusieurs cercles concentriques, juste sous la grosse racine) : les trois traits sont en fait l’énergie masculine, l’énergie féminine, et au centre le principe d’harmonie qui permet aux deux autres de ne pas partir en vrille (on en revient au fait que le 2 appelle nécessairement le 3)
  • Juste en-dessous, les 5 cercles entrelacés qui signifient l’équilibre de l’univers entre les 4 éléments autour du centre qui est le soleil
  • Les noeuds quaternaires, et il y en a plusieurs sortes comme le noeud bouclier, ou le noeud Dara qui symbolise le chêne, le noeud d’amour pour l’éternité, ou le noeud quaternaire. Honnêtement, je les trouve difficiles à différencier parce que faute d’un bon bouquin sous la main, j’ai pas trouvé un site Internet qui n’intervertisse pas les interprétations, d’autant que les noeuds peuvent être plus ou moins compliqués !
  • Et enfin, les runes ! Oui, les traits bizzaroïdes qui ressemblent à des peignes cassés, ce sont en fait des lettres de l’alphabet celtique : même si la culture druidique était plutôt orale, ça ne les empêchait pas d’écrire de temps en temps, surtout pour la symbolique mais ce n’est que supposition de ma part. Chaque lettre de cet alphabet renvoie à un arbre utile pour les druides, et j’ai choisi les runes en fonction de la symbolique donnée à chaque arbre via un autre site internet.
    • Le sorbier, arbre magique pour les druides, symbolisant le don de la vie, et dont les fruits protègent contre les sortilèges
    • Le chêne bien évidemment
    • Le houx qui symbolise aussi la vie car il garde ses feuilles et ses fruits en hiver, et qui protège aussi des maléfices
    • Le peuplier, et comme il y a un peuplier blanc et un peuplier noir dont les symboliques se complètent, je me suis dit que ça collait avec l’idée de dualité de la carte
    • Le saule qui symbolise la lune, la femme et l’eau
    • Le frêne qui est aussi riche que le chêne en terme de symbolisme ; rien que dans la culture scandinave, sachez que Yggdrasil, l’arbre-monde, c’est un frêne !

Voilà, c’est à peu près tout ! J’espère que le petit exposé ne vous a pas trop soûlés, j’avoue que c’est mon dada alors que je pourrais en parler ou en entendre parler pendant des heures ^^ J’espère que la carte vous plaît, n’hésiter pas à me donner votre avis en commentaire, et si vous voulez voir comment j’ai fait pour le dessin, je vous propose le diaporama suivant ; les photos ne sont pas top qualité, à l’époque je n’avais pas encore mon portable et je devais faire avec la webcam et un appart relativement sombre, donc n’hésitez pas à cliquer droit pour ouvrir l’image dans un onglet et mieux voir ^^’ Des bises et à la prochaine :3

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Publicité

"

  1. J’admire le passage à l’acte… ça fait 10 ans que je trippe sur l’idée de dessiner un tarot, mais c’est resté une idée.
    Un endroit fascinant : le musée de la carte à jouer à Issy-les-Moulineaux.
    Une seule chose : Runes, alphabet celtique : c’est très différent et fascinant. Pour les Celtes, chercher l’ogam.

    • Tu peux toujours passer à l’acte, y a pas de date de péremption pour les idées 😀
      Merci beaucoup pour le musée, c’est un peu loin pour moi mais je tenterai à l’occasion ^^ Je vais chercher pour l’ogam, au cas où je referais une carte dans ce style !

  2. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #12 : Le Pendu | Coeur d'encre 595

  3. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #13 : L’Arcane sans nom | Coeur d'encre 595

  4. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #14 : La Tempérance | Coeur d'encre 595

  5. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #15 : Le Diable | Coeur d'encre 595

  6. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #16 : La Tour | Coeur d'encre 595

  7. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #17 : L’Etoile | Coeur d'encre 595

  8. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #3 : L’Impératrice | Coeur d'encre 595

  9. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #18 : La Lune | Coeur d'encre 595

  10. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #19 : Le Soleil | Coeur d'encre 595

  11. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #20 : Le Jugement | Coeur d'encre 595

  12. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet #21 : Le Monde | Coeur d'encre 595

  13. Pingback: Tarot divinatoire made by Juliet : Le Mat | Coeur d'encre 595

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s