Premières lignes… #79

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Août 1996

Les murs de la cour lui renvoient l’écho de sa respiration rauque, haletante, chargée de peur. Il sait qu’il va mourir. Il l’a lu dans leurs yeux.
Il entend leurs pas pressés, derrière les vitraux du cloître. Ces vitraux qu’il connaît par coeur et ne reverra plus jamais ; Le Miracle des Billettes, Le Sacrifice d’Elie, Le Pressoir mystique.
Le clair de lune se reflète sur la surface des pavés luisants, polis au fil des siècles par les pieds des religieux.
Il se précipite entre les arcs-boutants, glisse, trébuche, heurte une poubelle qu’il renverse dans l’obscurité en répandant son contenu sur le sol. Devant lui, une porte entrebâillée donne sur un couloir baigné d’une lueur spectrale. Une pancarte et une flèche rouge indiquent Vitraux du cloître. Il s’éloigne en sens inverse, pénètre dans l’église.
Il se sent presque aspiré par le calme immense. Sa panique emplit l’espace. A droite, une statue de la Vierge l’observe, impassible, insensible aux prières qu’il lui a souvent adressées tout au long de sa vie.
Leurs pas et leurs chuchotements sur rapprochent. Il se met à courir, longe le déambulatoire, dépasse les chapelles de saint Paul, de saint Joseph, des âmes du purgatoire. A l’extrémité de la nef, les quatre-vingt-dix tuyaux argentés de l’orgue s’élèvent en colonnes brillantes vers le Christ ressuscité flanqué de deux anges. Il a envie de leur crier : aidez-moi ! Mais il sait qu’ils ne peuvent rien pour lui.
Il franchit le jubé en marbre, puis s’arrête sous le Christ en croix. Combien de fois s’est-il recueilli ici, devant l’autel, avant de recevoir Sa chair, de boire Son sang ?
Il s’agenouille. Une dernière fois. Les autres se sont arrêtés. Comme s’ils voulaient lui laisser le temps de réciter une dernière prière. Une prière qui lui donnera le courage de les défier. Il se lèvre, se retourne, leur fait face. Quatre visages impatients luisent dans la pénombre.

"

  1. Pingback: Premières lignes #175 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières Lignes #16 – Prête-moi ta plume

  3. Pingback: Premières lignes #176 – Ma Lecturothèque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s